Bruno Dumons (dir.), Les congrégations féminines missionnaires. Éducation, santé et humanitaire : une histoire transnationale (XIXe-XXe siècles) – Clélia Lacam, Le Bleu et le Noir. Jeux de pouvoirs dans une mission catholique féminine (Gabon, 1911-1955).

Rome, Viella, « I libri di Viella », 2022, 498 p.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Mnémosyne », 2023, 432 p. Préface d’Anne Hugon.

L’écriture de l’histoire des missions chrétiennes a longtemps réservé une place secondaire au rôle joué par les femmes. Qu’elle soit religieuse ou laïque, catholique ou protestante, la femme missionnaire était assignée dans la littérature à tenir un rôle d’auxiliaire silencieuse, à l’exception de quelques fondatrices ou directrices d’institutions aux fortes personnalités. Situation paradoxale, on l’a souvent relevé, puisque depuis la fin du XIXe siècle, les femmes sont majoritaires, en particulier dans les missions catholiques, et les associations féminines nées des missions ont donné naissance à des mouvements de masse de manière précoce dans plusieurs pays. Bien visibles pour les populations sur le terrain des missions et dans la propagande en faveur des missions, les femmes étaient le plus souvent représentées comme des exécutantes dociles et dévouées, agissant sous l’autorité des hommes qui décidaient, dirigeaient et organisaient la mission. L’intérêt croissant pour l’histoire des femmes, le renouvellement des approches dans le cadre de l’histoire du genre (gender), l’ouverture progressive des archives (à des historiennes plutôt qu’à des historiens : la donnée du genre s’insinue aussi dans la confiance faite aux chercheurs et chercheuses), ont progressivement permis de tendre vers une histoire plus équilibrée, dont témoignent ces deux ouvrages.

Le premier, sous la direction de Bruno Dumons, est le fruit d’un travail collectif. Son propos rend compte des élargissements et des renouvellements des approches de l’histoire des missions chrétiennes. Celle-ci s’inscrit dans la perspective exposée en 2016 par Anne Jusseaume1. La volonté d’articuler expérience religieuse et action sociale, sur un temps long et dans un espace transnational, est fortement affirmée dans l’introduction de l’ouvrage, où B. Dumons fournit un état des lieux synthétique et clair. La place tenue dans cet élargissement des perspectives par les historiennes américaines Sarah A. Curtis et Elizabeth A. Foster est rappelée à travers deux courts textes de chacune d’elles. Il faut aussi mentionner le rôle de Katrin Langewiesche qui a fourni un tableau stimulant des recherches, replaçant dans le cadre d’un monde globalisé l’engagement missionnaire des congrégations féminines en contexte colonial africain2. On observera cependant que l’incontestable nouveauté de ces études ne doit pas faire oublier l’intérêt de travaux individuels et collectifs plus anciens, consacrés aux femmes missionnaires mais victimes de leur assimilation à une hagiographie édifiante qui n’était pas toujours méritée.

La réunion de dix-sept auteurs, dont quatorze femmes, constitue bien une initiative inédite par la diversité des congrégations étudiées, l’arc chronologique adopté, l’extension des cas choisis à tous les continents. Le chercheur désireux d’explorer la mission au féminin trouve ainsi un point de départ sans équivalent pour identifier les sources potentielles, établir une bibliographie, choisir ses approches et délimiter son champ d’étude. Ainsi que l’écrit Christian Sorrel à propos de l’expérience d’une congrégation savoyarde : « les religieuses comme corps attaché à sa pérennité et comme personnes, deviennent ainsi des actrices à part entière du champ social en procès de modernisation dans le respect de l’autorité hiérarchique confiée aux hommes, mais avec une réelle autonomie d’action et de négociation ».

Au fil des contributions, le lecteur vérifie l’importance et la modernité de l’action sociale des congrégations missionnaires, dans un contexte de concurrence des offres et d’obligation de résultat. Elle conduit à la professionnalisation des pratiques en matière d’éducation et de soin, et à un recours généralisé aux moyens modernes de communication pour promouvoir l’image des femmes missionnaires et favoriser le recrutement des instituts. Tout en devenant au fil des années plus autonomes dans le choix des modalités d’action et des lieux de leurs engagements, les congrégations montrent une capacité d’adaptation aux demandes locales qui peut les pousser au-delà de leurs objectifs initiaux, voire à favoriser la laïcisation de l’action humanitaire. Elles introduisent au sein des sociétés de nouveaux modèles individuels ou collectifs de féminité, qui cohabitent paradoxalement avec la promotion d’une morale conservatrice et parfois l’usage de pratiques missionnaires mises en débat, tels les baptêmes in articulo mortis. Nombre de ces instituts se montrent cependant habiles à procéder avec pragmatisme aux ajustements imposés par le passage d’une mission placée au service de l’œuvre civilisatrice à une mission tournée vers l’émancipation des individus et des sociétés, au nom de « l’indigénisation », puis dédiée à la construction des jeunes nations lors de la décolonisation.

La diversité des congrégations étudiées, observées au plus près du terrain, est aussi de mettre en évidence de manière concrète et diversifiée les logiques qui se mettent en mouvement pour faire évoluer le rapport des religieuses aux populations. L’éventail des manières de faire déborde la représentation simplificatrice d’une action unanimement vouée à discipliner les corps, formater les esprits et christianiser par la lutte contre les cultures autochtones, dérive mise en lumière récemment par les pratiques d’institutions féminines chargées d’éduquer des Amérindiens. Les contributions nous montrent au contraire les évolutions qui conduisent un nombre croissant de congrégations à refuser l’instrumentalisation de l’action sociale et, pour certaines, les incitent à entrer dans des projets de libération sociale, faisant écho à la théologie du même nom, et à abandonner des types d’engagements traditionnels pour réinventer leur mode de présence dans la société. Mais il faudrait ici évaluer de manière plus précise les chemins qui conduisent au sein de chaque congrégation à la mise en question des pratiques, à l’ouverture à d’autres cultures, au recours aux travaux des sciences sociales (sociologie et anthropologie) ou au contraire ont abouti à des conflits, des impasses et des renoncements.

Ces expériences missionnaires ont dans le même temps des effets majeurs sur la manière dont les congrégations et leurs membres perçoivent leur rôle et comprennent la nécessité de leur propre transformation. L’épuisement des vocations religieuses à la fin du XXe siècle dans les pays de départ et le recrutement exclusif dans les anciens pays de mission ne pouvait pas être abordé de manière méthodique dans le cadre de cet ouvrage. Mais plusieurs observations suggèrent que le remplacement des religieuses issues des chrétientés occidentales par des religieuses issues de l’âge missionnaire constitue une évolution capitale dont il n’est pas encore possible de dire dans quelle mesure elle prélude à de nouvelles transformations et à d’autres orientations.

Issu d’un master d’histoire couronné par un prix, le second ouvrage nous propose l’étude au plus près des sources de l’histoire de congrégations féminines en contexte colonial africain. Sous le titre imagé et quelque peu énigmatique Le Bleu et le Noir, Clélia Lacam reconstruit les jeux de pouvoir qui traversent, entre 1911 et 1955, deux congrégations féminines implantées au Gabon. Les religieuses de la première, venues de France, appartiennent à un institut fondé en 1836 à Castres par Émilie de Villeneuve, jeune fille de l’aristocratie locale. Très vite convaincue que l’apostolat, l’avenir et le développement de sa fondation passent par le départ de religieuses dans les premières missions des spiritains en Afrique, elle obtient de s’implanter au Gabon. Les Sœurs de l’Immaculée Conception de Castres acquièrent très vite une réelle popularité qui leur vaut le surnom de Sœurs bleues, à cause de la couleur (mariale) de leur habit. La seconde est une congrégation locale gabonaise fondée en 1911 par le vicaire apostolique spiritain du Gabon. Sous le nom de Petites Sœurs de Sainte-Marie du Gabon, la congrégation « indigène » au costume bleu et noir cherche d’abord son chemin entre tutelle masculine du clergé et tutelle féminine des Sœurs de Castres, avant de tracer sa propre voie et conquérir un espace autonome.

L’ouvrage constitue une démonstration réussie des ressources offertes par les archives manuscrites (en particulier les correspondances), les journaux des stations missionnaires, les bulletins internes, sans oublier les imprimés et les revues missionnaires dès lors que l’historien ne se laisse pas arrêter par la perspective édifiante des publications. En choisissant comme approche les jeux de pouvoir, l’auteure concentre son étude sur l’interaction entre deux modes de domination, le premier interprété à travers les catégories de l’histoire du genre en milieu catholique, le second engendré par la tutelle coloniale et le sentiment de supériorité qui la légitime. Loin de la représentation d’une vie religieuse au féminin placée sous le signe d’une servitude consentie et subie passivement, elle met en évidence l’intensité des conflits à l’échelle des communautés ou des individus, et leur capacité à réagir. Elle montre comment s’opère, sur des modes différents, la conquête progressive d’une autonomie relative qui débouche dans les années 1950 sur une quasi-indépendance, dans les limites fixées par l’institution ecclésiastique. En choisissant d’observer ensemble une congrégation missionnaire classique française, forte de son statut de congrégation de droit pontifical (qui lui permet d’échapper à la tutelle de l’évêque de Castres), et une congrégation africaine placée sous l’autorité du vicaire apostolique français, l’auteure montre comment les religieuses se trouvent à la fois et tour à tour en position de dominantes et de dominées, et réussissent finalement à redistribuer les cartes pour s’émanciper.

Pour mener à bien l’analyse des relations de pouvoir, Clélia Lacam affiche clairement sa volonté de privilégier les catégories forgées par l’histoire des femmes ou du genre (agency) et par les études dites postcoloniales (subalternité). Elle en montre à la fois l’intérêt et les risques. L’apport est illustré par l’exploitation minutieuse des correspondances, dans lesquelles se révèle la diversité des dépendances. Elle décrit très concrètement l’inégalité des statuts selon la congrégation et la place dans la congrégation, l’origine européenne ou africaine, l’insertion dans une institution venue de France ou destinée aux seules autochtones. Mais dans sa volonté de démonter le jeu des dépendances, l’auteure n’échappe pas toujours à la tentation de faire entrer les sources dans cette seule grille de lecture, de manière trop mécanique et systématique, s’interdisant d’accepter qu’une interprétation n’en exclue pas une autre, par exemple à propos des stratégies « d’indigénisation ». Elle se heurte également à la difficulté, pour les historiens et historiennes, à prendre en compte la dimension religieuse, ici catholique, d’expériences dans lesquelles le discours spiritualisant n’est pas seulement un masque mais aussi un langage ayant ses propres logiques qui engagent des choix sociaux et politiques.

Ce premier travail démontre la fécondité des pistes ouvertes. Il laisse espérer la multiplication de telles études, en particulier dans l’optique d’une histoire à parts égales où l’expérience des religieuses dites « autochtones » trouvera toute sa place, à l’image de la thèse publiée en partie à compte d’auteur par la Congolaise Georgine Mufogoto Gafustshi3. Cette dernière y décrit l’espace de la Mission comme l’arèned’un face-à-face entre femmes européennes et autochtones, sous le regard des missionnaires hommes, source de malentendus mais aussi de négociations et d’initiatives. Jeux de pouvoirs, jeux de miroirs, deux démarches pour entrer à l’intérieur d’expériences qui sont des postes d’observation précieux d’une histoire désormais ouverte à la recherche et au débat.

Claude Prudhomme




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 15 septembre). Bruno Dumons (dir.), Les congrégations féminines missionnaires. Éducation, santé et humanitaire : une histoire transnationale (XIXe-XXe siècles) – Clélia Lacam, Le Bleu et le Noir. Jeux de pouvoirs dans une mission catholique féminine (Gabon, 1911-1955). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hj

  1. A. Jusseaume, « Les archives des congrégations religieuses féminines : nouvelles sources et nouveaux objets pour l’histoire sociale à l’époque contemporaine », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, vol. 128, n° 2, 2016. []
  2. K. Langewiesche, « Missionnaires et religieuses dans un monde globalisé. Les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique », Histoire, monde et cultures religieuses, n° 30, 2014, p. 7-32. []
  3. G. Mufogoto Gafustshi, Femmes missionnaires et femmes autochtones à la Mission : interaction et jeu de miroirs. Le cas des missions catholiques dans le diocèse d’Idiofa (RDC) de 1928 à la veille de l’Indépendance, Kinshasa,Éditions Baobab, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search