François Ploux, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823).

Ceyzérieux, Champ Vallon, « Époques », 2023, 256 p.

Spécialiste des rumeurs, François Ploux évoque ici une page importante et pourtant oubliée de l’histoire du XIXe siècle. De 1814 à 1823, alors que Napoléon disparaît du territoire national, une première fois en 1814 et une seconde, définitive, en 1815, son ombre portée demeure plus que jamais présente dans une vie politique au ras du sol, au gré des rumeurs et des écrits clandestins qui les avivent.

Les archives de la police et des préfectures regorgent alors de mentions de ces « bruits » relatifs au retour, réel ou, le plus souvent supposé, de Napoléon, et plus largement évoquant des fausses nouvelles de conspirations, d’attentat, de fuite du roi, de rétablissement de la féodalité. C’est cette source abondante que François Ploux met ici à profit de bien belle manière, en une écriture à la fois vivante et rigoureuse. Il donne ainsi à voir non seulement la teneur de ces bruits, mais aussi leurs effets : une tension émotionnelle indescriptible parmi les populations. Il analyse les modes de diffusion, les réseaux de circulation de fausses nouvelles : or, si ces nouvelles sont souvent fausses, sauf au printemps 1815 lors du Vol de l’Aigle, les réseaux, eux, sont bien réels, et c’est là tout l’intérêt de travailler sur cet univers a priori inconsistant et pourtant lourd de significations, mais aussi de menaces pour le pouvoir en place, car ces fausses nouvelles sont en résonance avec l’actualité. Absurde et séditieuse, la rumeur renseigne sur l’état réel de l’opinion et c’est en cela qu’elle est un terrain d’enquête essentiel pour l’historien. D’autant que la rumeur est aussi arme politique : on le voit particulièrement durant les Cent-Jours où les opposants à l’Empire remplacent sciemment les bruits sur le retour de Napoléon par des fausses nouvelles propres à déstabiliser le régime : à la fois arme et caisse de résonance, la rumeur est un objet d’histoire majeur, dont François Ploux a déjà montré l’intérêt. Si le tourbillon des rumeurs politiques variées s’apaise après 1816, celui de la fausse nouvelle du retour de l’empereur reste vif jusqu’en 1823, et c’est cela qui est au cœur de ce beau livre, qui est un peu la suite de La grande peur de Georges Lefebvre, autre œuvre majeure de notre historiographie. Il est aussi l’indispensable complément des Napoléon du peuple de Bernard Ménager.

L’auteur rend compte, tout d’abord, de la façon dont est organisé l’espionnage quotidien des conversations et se livre à une minutieuse archéologie d’un savoir-faire policier qui s’organise à partir de la création de la lieutenance générale de police en 1667. La monarchie absolue a été attentive aux bruits publics, aux rumeurs, aux nouvelles transmises de bouche-à-oreille, mais aussi aux placards, aux libelles et aux graffitis, toutes choses qui persistent au XIXe siècle. L’organisation du ministère de la Police par Napoléon lègue à la monarchie un outil efficace : la Direction de la Police générale du royaume, créée le 16 mai 1814, de même que les préfets, sont particulièrement attentifs à l’observation et au contrôle de l’esprit public. Ils traquent systématiquement tout « bruit public ». S’ils accordent peu d’importance aux rumeurs de conspirations, ils s’intéressent davantage aux bruits populaires, car ils sont supposés être révélateurs de l’état d’esprit de la multitude. Paris, notamment, est véritablement mis sur écoute. La surveillance politique admettait donc l’existence d’une sphère publique plébéienne englobant salariés et petits commerçants.

François Ploux envisage ensuite la façon dont la monarchie, après les Cent-Jours, tente de museler les populations. Les débuts de 1816 sont les plus agités. Et la répression est mise en place : une loi punit d’amende et de prison tout colporteur de fausse nouvelle. Elle est le fruit de longs débats où il est apparu que la définition de tels délits n’est pas chose aisée. Et c’est bien l’un des intérêts de ce livre de le montrer. L’enjeu est de ne plus avoir à recourir aux « mesures de haute police », symboles de l’arbitraire du Premier Empire. La loi du 9 novembre 1815, sur les cris et écrits séditieux, est mise en place dans le contexte de la Terreur blanche légale : les députés de droite escomptent ainsi disposer des moyens de neutraliser tous les ennemis de la monarchie et d’empêcher toute expression publique d’une opinion dissidente. Elle dispose que « sont coupables d’actes séditieux toutes personnes qui répandraient ou accréditeraient, soit des alarmes touchant l’inviolabilité des propriétés qu’on appelle nationales, soit des bruits d’un prétendu rétablissement des dîmes ou des droits féodaux, soit des nouvelles tendant à alarmer les citoyens sur le maintien de l’autorité légitime et à ébranler leur fidélité ». Ainsi, « des dizaines de milliers de Françaises et de Français furent arrêtés, condamnés, enfermés, ou placés en surveillance de haute police, pour avoir maugréé contre le régime, pour s’être moqués du roi, pour un cri séditieux, une chanson à la gloire de l’empereur, un placard, un graffiti… Ou parce qu’ils avaient été surpris en possession d’un portrait de Napoléon, d’un objet à son effigie, d’une cocarde tricolore… ». François Ploux démontre bien comment tout un chacun pouvait être arrêté et condamné pour la moindre peccadille. Et il se risque finalement à la comptabilité des Françaises et Français condamnés pour délit de fausses nouvelles : il aboutit à une estimation de 800 condamnations à l’échelle nationale, le département de la Seine exclu. Il analyse également une autre riposte gouvernementale : l’entreprise de démentis par voie de presse et de circulaires préfectorales, mais plus encore par diffusion de ces informations suivant des canaux ressemblant à ceux des rumeurs, afin d’obtenir la crédulité des populations. Au final, le corps préfectoral invite les administrés à ne pas s’intéresser à la politique car ils n’y entendent rien et ne peuvent rien y entendre ! Magnifique aveu qui est tellement révélateur de l’esprit de la Restauration. Certains préfets en viennent donc à interdire aux habitants de s’entretenir de l’actualité politique, révélant ainsi l’essence du régime : organiser un espace public où les Français sont réduits au silence.

François Ploux s’interroge ensuite, en contrepoint, sur la façon dont les Français des débuts de la Restauration peuvent s’informer, en ces temps de transition où la demande sociale de nouvelles s’amplifie : presse, pamphlets, imagerie sont analysés. Alors que la royauté rêve d’un silence absolu, les Français, plus que jamais, font preuve d’une insatiable curiosité. Les propos séditieux sont la preuve de l’affirmation d’une conscience politique et l’un des grands mérites de ce travail est de démontrer ce hiatus entre une volonté gouvernementale d’absence d’espace public et l’affirmation au ras du sol d’une opinion dissidente. La guerre des images, notamment, révèle l’impuissance du régime à apaiser les passions politiques. Mais au final, c’est alors par le bouche-à-oreille que les nouvelles se propagent. François Ploux a la bonne idée d’aller observer les processus de diffusion des informations, y compris dans le journal du bibliothécaire franc-comtois Charles Weiss, dont il fait un très bel usage, montrant par exemple comment, lors du Vol de l’Aigle, le mutisme des autorités laisse libre cours aux bruits publics. Il montre également comment, au sein des débits de boissons, les nouvelles écrites deviennent informations orales.

L’auteur tente ensuite de comprendre comment naissent les rumeurs non issues de la presse. La correspondance privée ou commerciale est un vecteur d’importance. Les mouvements des voyageurs et des soldats, Français et étrangers, sont aussi propices à l’éclosion des rumeurs. En ce domaine aussi, François Ploux met au jour des pépites archivistiques : ainsi, à propos d’un vagabond qui explique avoir parlé du retour de Bonaparte afin de se débarrasser des pressantes questions qu’on lui posait quand il arrivait dans une commune, au printemps de 1815. Si la géographie du processus est difficile à établir, il est avéré qu’aucun département n’est resté à l’écart des circuits de diffusion des rumeurs.

Concernant le contenu même des rumeurs, la légitimité des Bourbons apparaît souvent récusée : le désamour à l’égard du roi est souvent exprimé, tandis que la monarchie échoue à faire oublier Bonaparte, dont de nombreux portraits circulent encore, les stocks de gravures, de bustes et de médailles n’étant pas épuisés. L’entreprise de destruction des symboles menée en 1816 ne suffit pas. Les rumeurs font également état des craintes de la suppression des quelques acquis garantis par la Charte. Les bruits qui courent témoignent de l’ampleur de la défiance qui se manifeste à l’égard du gouvernement des Bourbons. François Ploux ne néglige pas les rumeurs qui circulent parmi les élites : les royalistes vivent dans la hantise d’un complot contre le roi, les notables de l’Empire, quant à eux, sont habités par la crainte de voir ces mêmes royalistes les éliminer. La démobilisation de l’armée en 1815, le retour des prisonniers dispersent sur le territoire national plusieurs centaines de milliers d’individus prompts à chanter les louanges de Napoléon : affrontés à d’importantes difficultés matérielles et financières, ils se montrent hostiles aux Bourbons. Ce sont eux, selon François Ploux, les premiers responsables des bruits relatifs au retour de l’empereur. Les dires des militaires sont relayés par les employés de l’administration, souvent laissés sans ressource. Le monde ouvrier urbain est enclin lui aussi, dans ses frustrations et ses difficultés économiques, à propager ces mêmes bruits. Dans les campagnes, la crainte de l’annulation de la vente des biens nationaux, mais aussi l’idée qu’il existe un « pacte de famine », suscitent bien des nostalgies à l’égard de l’Empire.

Enfin, François Ploux analyse le sens de la prophétie du retour de Napoléon. Car un nombre incalculable de Français ont vécu les premières années du règne de Louis XVIII dans l’attente de l’événement formidable et libérateur dont le bruit public indiquait la date et précisait les circonstances. Mais quel était réellement le crédit accordé à ces bruits ? Pour le comprendre, il revient sur les supports matériels de la circulation des rumeurs. Certains placards laissent entendre qu’ils émanent d’autorités bonapartistes, ce qui favorise la crédulité, soutenue par ailleurs par les croyances dans les prophéties d’ordre astrologique ou autres. Il analyse les termes avec lesquels les adorateurs de Napoléon expriment leur foi : ici il eut fallu revenir sur la période impériale elle-même afin de comprendre comment Napoléon s’est construit en une incarnation de la nation. Il n’en demeure pas moins qu’un mixte de désarroi et d’incertitudes, au début de la Restauration, a engendré l’attente messianique d’un réparateur de torts.

Il faut conclure en soulignant avec force que le travail de François Ploux est essentiel à la connaissance de la France de la Restauration, car il montre les réalités de la sphère publique qui, quelles que soient les volontés de la monarchie, existe bel et bien. Remercions donc l’auteur de nous avoir livré ce beau livre.

Natalie Petiteau



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 30 septembre). François Ploux, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search