Lilian Mathieu, Vincent Porhel, Jean-Yves Seguy et Yves Verneuil (dir.), Écoles en révolte. Le moment 68 à Lyon, du collège à l’université.

Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2023, 272 p.

Le « moment 68 », selon l’expression de Michelle Zancarini-Fournel, ne s’est pas déployé qu’au Quartier latin ni même dans la seule agglomération parisienne. La deuxième du pays s’y est illustrée, anticipant même, à la Rhodiacéta et à Berliet en 1967, et soulevant des revendications qui, à Peñarroya en 1972, pressentaient des préoccupations évidentes lors des décennies suivantes. Le monde ouvrier ne fut pas le seul à y être alors agité, celui des enseignants et de ce que l’on appelait en ce temps la jeunesse scolarisée y a pris toute sa part, et c’est ce que développe cet ouvrage. Le moment 68 lyonnais a été particulièrement étudié puisque, outre les biographies de Claire Auzias et Mireille Debard, un colloque s’est tenu à l’IEP de Lyon en mars 2009 et quatre livres ont été publiés à l’occasion des célébrations du cinquantenaire1, tandis qu’un colloque en octobre 2018 à l’Université Lumière-Lyon 2 a produit les Actes à l’origine de l’ouvrage ici recensé. Remarquons d’abord l’importance de la réflexion pédagogique mise en œuvre au printemps 1968 au sein de nombreuses commissions dans beaucoup d’institutions, regroupant élèves ou étudiants, professeurs, parfois parents d’élèves, et les propositions de réformes qu’elles ont pu élaborer. Après le mois du printemps 68, véritablement commencé le 13 mai et terminé le 12 juin dans presque tous les établissements de la région (où les lycées en pointe de l’agitation dans l’agglomération furent Charial bien sûr, Brossolette également, sans oublier Ampère), il y eut aussi des suites dans le cadre de mouvements nationaux, en 1971 contre la répression, en 1973 contre une réforme du premier cycle universitaire, en 1975 et en 1976.

Ce livre est consacré au mouvement et à ses répercussions dans différents domaines de l’éducation, surtout le second cycle du secondaire (à l’époque où les écoles normales, sur le plateau de la Croix-Rousse, préparaient le baccalauréat) et le supérieur. Lyon n’est pas la seule ville observée, puisqu’il est question de Bourg-en-Bresse, de Roanne et surtout de Grenoble, dont le nouveau campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères a connu une agitation mémorable. Entre introduction et conclusion, l’ouvrage comprend quinze contributions, analyses et souvenirs, regroupées en quatre parties : « contestations et résistances », « mutations », « trajectoires », « témoignages », avec une approche des « sources orales », pratique qui fut dans un premier temps celle de militants désirant donner la parole à ceux qui ne l’avaient jamais. Atypique, le papier sur L’Horloger de Saint-Paul souligne comment a été représentée sur grand écran la dimension lyonnaise de ce moment soixante-huit, analyse fine de la société de ces années-là et du statut anthropologique de la paternité. En peignant en 1974 le portrait du père d’un gauchiste brutal, Bertrand Tavernier anticipait un aspect peu reluisant du moment 68 lyonnais, celui de la violence à prétexte politique d’un groupe parfois dénommé « branche lyonnaise d’Action directe ». Son gourou avait été professeur de lettres dans un lycée technique lyonnais et celui qui en a été l’artificier lui avait été présenté à l’occasion d’un cours de philosophie.

Il est bien sûr question des événements eux-mêmes, assez spectaculaires à Lyon dans les locaux de l’université et à ses alentours : le cliché en couverture montre une barricade sur le quai Claude-Bernard, dressée entre la faculté des Lettres et celle de Droit. Après la loi Faure, l’université lyonnaise, dont les effectifs avaient triplé depuis le début de la Ve République, s’est divisée en trois, et si Lyon 1 a regroupé les UER de sciences, Lyon 2 et Lyon 3 se sont constituées sur des bases avant tout politiques, cas exceptionnel en province et qui a longtemps marqué le paysage académique de la ville. L’enseignement privé, notamment confessionnel, n’est pas laissé de côté ; son approche est particulièrement attrayante dans une ville où le catholicisme social a eu une grande influence.

Le parcours d’anciens « soixante-huitards » devenus enseignants est mis en perspective, tant il est vrai que parmi les militants de ces années-là les futurs travailleurs de l’enseignement, du secteur social et de la santé sont en nombre, un peu comme s’il s’agissait de prolonger dans une pratique professionnelle les espoirs d’une jeunesse engagée. C’est d’ailleurs ce qu’avait démontré Marnix Dressen dans sa thèse sur les métiers ultérieurs des jeunes maoïstes « établis » en usine2. Un de ces professeurs explique ainsi : « Parmi les choses qui m’avaient plu chez Mao […] il y avait aussi… l’enquête quoi ! » Tirée d’une grande recherche prosopographique sur « les effets socialisateurs » de l’exposition aux événements de la fin des années 1960 (une enquête du collectif Sombrero, « Sociologie du militantisme, biographie, réseaux, organisations »), cette étude, largement ancrée dans la région, soulignant peut-être l’attachement aux lieux de l’engagement, met en évidence le rapport aux projets parentaux, bien différents lorsque l’on est le premier de sa lignée à suivre un enseignement supérieur, voire secondaire, ou si l’on est « héritier ». Les travaux de Bourdieu et Passeron, mais aussi ceux de Boudon, apparaissent en toile de fond, quitte à être récusés tant les menaces de déclassement social disparaissent derrière « une indéniable promotion sociale [accomplie] dans et par l’école ».

Une des contributions est consacrée à une personnalité des scènes politique, intellectuelle et culturelle lyonnaises, Jeannette Colombel, professeure de philosophie au lycée Saint-Just puis en hypokhâgne et khâgne au lycée Édouard-Herriot, « personnage flamboyant », écrit Michelle Zancarini-Fournel. Dans un autre livre, Denise Zederman, une des jeunes communistes des années 1950 que, avec Jacques Darcueil, professeur de lettres au lycée Ampère, elle a cornaqués, donne une vision qui souligne la complexité et l’attrait que tous ceux qui l’ont connue ont pu constater : « personnage extraordinaire, à la fois insupportable, mais insupportable, […] et très gentille ». Le papier insiste sur ses années-Sartre (et Foucault, et Deleuze), sans cacher un engagement au Parti communiste et la proximité du couple Thorez-Vermeersch qui a été à l’origine de l’article qu’elle avait écrit contre Le Deuxième Sexe dans La Nouvelle Critique. Pourtant, entre l’orthodoxe des années 1950 et la dissidente des années 1968, la dynamique gagnerait à être mieux connue. Elle n’est pas partie du Parti après Budapest, mais quelles ont été véritablement ses positions et son action (ainsi que celles du jeune philosophe khâgneux lyonnais André Glucksmann) à l’automne 1956 ? Soulignons cependant que Jeannette Colombel explique qu’« on se décide pas si vite à rompre un engagement », car ce temps de latence est essentiel pour comprendre une vie de militant et, rapporté à chacun des acteurs, le moment 68 lyonnais qui nous est ici livré est bien présenté comme essentiel pour toute mise en perspective.

Christian Chevandier




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 13 octobre). Lilian Mathieu, Vincent Porhel, Jean-Yves Seguy et Yves Verneuil (dir.), Écoles en révolte. Le moment 68 à Lyon, du collège à l’université. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ho

  1. Deux d’entre eux ont été recensés dans Le Mouvement social, n° 271, 2020, p. 163-168. []
  2. Marnix Dressen, De l’amphi à l’établi. Les étudiants maoïstes à l’usine (1967-1989), Paris, Belin, 2000. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search