Sophie Béroud, Anne Dufresne, Corinne Gobin et Marc Zune (dir.), Sur le terrain avec les gilets jaunes. Approche interdisciplinaire du mouvement en France et en Belgique.

Lyon, Presse universitaires de Lyon, « Actions collectives », 2022, 296 p.

Il est devenu courant de lire que les gilets jaunes auraient tant marqué la société française contemporaine qu’ils auraient d’ores et déjà donné lieu à une abondance éditoriale. Cela est vrai, mais à y regarder de plus près les livres universitaires sur le sujet se comptent encore sur les doigts de la main, cinq ans après les débuts de la mobilisation (novembre 2018), a fortiori si on considère les travaux reposant sur une enquête de première main. Or, comme le signale clairement le titre Sur le terrain avec les gilets jaunes, c’est bien dans cette veine que s’inscrit l’ouvrage dirigé par Sophie Béroud, Anne Dufresne, Corinne Gobin, et Marc Zune, et auquel ont participé pas moins d’une quinzaine de contributeurs aux affiliations et statuts variés. Ce n’est d’ailleurs pas le moindre de leurs mérites que d’avoir ainsi réussi à mener à bien une publication rassemblant un si riche ensemble d’études empiriques, articulées autour de trois grands axes de réflexion explicités dès les premiers paragraphes : les rapports entre syndicats et gilets jaunes, les réactions des pouvoirs publics et notamment les dispositifs participatifs mais aussi la répression qui se sont mis en place, enfin une mise en regard entre mouvements des gilets jaunes français et belges. Cette perspective internationale est originale, car il avait été peu relevé jusqu’alors que les gilets jaunes avaient aussi existé dans d’autres pays européens, notamment ici, en Belgique : comme le rappelle Corinne Gobin (chap. 2), le mouvement y prend aussi, en novembre 2018, la forme de manifestations dans la capitale et de blocages soudains de dépôts pétroliers, avant de s’essouffler rapidement pour différentes raisons que l’auteure évoque (répression policière, opprobre médiatique, chute du gouvernement fédéral de l’époque, concurrence du mouvement « Climat »). Le contrepoint belge est heuristique parce qu’il permet de relever un certain nombre de contrastes qui conditionnent une mobilisation telle que les gilets jaunes. En Belgique, le taux de syndicalisation et le rôle des syndicats sont beaucoup plus développés, ce qui pèse probablement sur les possibilités de contestation « hors système », le tissu urbain est beaucoup plus diffus, le système politique est structuré par la frontière linguistique, par des divisions régionales et par un scrutin proportionnel.

La première partie de l’ouvrage fait une large place à des descriptions empiriques, en particulier des portraits de gilets jaunes. En préambule, Mélanie Duclos restitue ainsi différentes histoires de vie de gilets jaunes brestois, ce qui lui permet de pointer certaines caractéristiques répandues dans les milieux sociaux impliqués dans les gilets jaunes, malgré les spécificités manifestes de son échantillon : l’autodidaxie et ce que l’auteure appelle des « hybridations culturelles » (par exemple à travers la photographie, dans le cas de Thierry), des parcours oscillant entre des milieux sociaux variés, les « vies à la colle » de certains hommes et la question des séparations et des pensions (de réversion, pour les enfants, etc.), des petites retraites féminines qui s’accompagnent d’une pauvreté durable, la figure dorénavant repoussoir de Mitterrand et l’amertume qui résulte de son passage au pouvoir. La première partie s’ouvre ensuite sur un chapitre de Raphaël Challier, interrogeant les manières dont les gilets jaunes ont réussi à produire un « nous » en se confrontant à de nombreuses divisions du monde social, par exemple entre « notables » et classes populaires, entre immigrés et « cassos », entre militants et « non-militants », ou encore entre générations. Il montre bien comment cela se manifeste en assemblée générale, au travers des interventions, des réactions qu’elles suscitent et des éléments de langage et d’hexis corporelles par lesquels ces différences se manifestent. Sa description confirme que ces aspects doivent impérativement être pris en compte pour comprendre une « cohabitation entre des acteurs aux préférences électorales contradictoires » (p. 56), soit en termes marxistes le passage d’une « classe en soi » à une « classe pour soi ». De même, Corinne Gobin propose une analyse originale de son corpus d’enquêté·es en distinguant les gilets jaunes belges, qu’elle qualifie d’« appauvris », de ceux dits « solidaires », qui viennent en appui du mouvement tout en étant moins précaires, soit une partition qui avait déjà été observée dans les mouvements de chômeurs des années 1990. Les trois chapitres suivants se concentrent sur les relations entre syndicats et gilets jaunes, en Belgique (A. Dufresne et M. Zune), en France (S. Béroud) et pour le cas de Solidaires dans le département de la Vienne (P. Odin). Ils montrent comment ce sont de part et d’autre l’ambiguïté et l’ambivalence qui ont prévalu, sans jamais être vraiment surmontées.

La deuxième partie se centre essentiellement sur les débats citoyens qui ont fait suite aux premiers mois de mobilisation, que ce soit de la part du gouvernement (le « Grand Débat ») ou de celle des gilets jaunes (le « Vrai débat »), et sur les différentes formes de répression. Ainsi ses deux premiers chapitres constituent-ils de solides comptes rendus de travaux toujours en cours sur les corpus qu’ont généré ces dispositifs, en interrogeant tout à la fois leur mise en place, les limites de ces matériaux considérables pour les sciences sociales (à chaque fois des centaines de milliers de contributions), les caractéristiques sociologiques des participants souvent peu représentatifs de la société française, et certaines revendications qui émergent. Parmi celles-là, les auteurs notent qu’il est très largement question de « justice sociale », déclinée par les gilets jaunes à travers différents enjeux : le système fiscal, l’organisation du territoire, mais aussi l’environnement, les services publics ou, plus largement, l’organisation du système politique. Tout cela est cohérent avec ce qu’on sait des gilets jaunes, mais, outre cette confirmation, les apports des deux chapitres sont de mettre à plat de manière à la fois réflexive et clinique ces corpus de contributions de gilets jaunes.

En revanche, cette démarche très méthodique contraste un peu avec les quatre derniers chapitres portant sur la répression, car ceux-ci revêtent par moments une tonalité très à charge contre les forces de l’ordre et l’appareil judiciaire, et se font pour certains d’entre eux essentiellement le relais du ressentiment (légitime et compréhensible) des gilets jaunes à l’égard de ces institutions. C’est possible, mais c’est peut-être dommage, au vu des matériaux manifestement très conséquents qui ont été collectés, de laisser aussi peu de place aux points de vue et probables tensions internes de ces institutions, ou de peu s’interroger par exemple sur des originalités telles que le fait que 40 % des gilets jaunes du corpus passant en comparution immédiate ont déjà au moins une mention à leur casier judiciaire, ce qui paraît élevé. Il aurait été très intéressant d’investiguer pour quel(s) motif(s), et il n’est pas sûr que les « procès de prévenus ordinaires » soient vraiment un point de comparaison convaincant, alors que les faits reprochés aux gilets jaunes semblent peu comparables avec les autres affaires courantes passant habituellement en comparution immédiate (ce qui ne veut pas dire néanmoins que les profils des personnes soient très différents).

D’autres points de discussion, plus généraux, apparaissent au fil de la lecture. Par exemple, la temporalité de la mobilisation est évoquée à plusieurs endroits de manière un peu formelle comme un point d’attention incontournable, mais sans que soient beaucoup interrogées ses conséquences sur les enquêté·es qui ont pu être rencontrés et sur ce qu’ils racontent. Or, il faut garder à l’esprit que la mobilisation s’est en fait assez rapidement essoufflée, au point qu’au bout de quelques semaines (début janvier 2019) et au fil des mois suivants une sélection très forte des participants a eu lieu, et probablement encore plus de ceux se rendant disponibles pour un entretien d’enquête de sciences sociales. Cela gagnerait à être mieux contrôlé, car on peut formuler l’hypothèse que c’est entre autres ce processus qui explique la présence notable dans les échantillons présentés d’une part d’enquêté·es diplômés, d’autre part au contraire de personnes très précaires, aux dépens finalement des classes moyennes ouvrières et employées plus stabilisées et laborieuses qui formaient initialement le « centre » du mouvement.

Une autre interrogation est qu’il est finalement assez peu question, tout au long de l’ouvrage, d’idées politiques : les dispositifs, les trajectoires, les situations, voire des revendications concrètes portant éventuellement sur l’organisation de la vie politique, sont certes bien décrits et mis au centre de l’analyse, mais les questions des traditions politiques, de leur transmission et de leur diffusion ou non, et des grands choix de société, sont assez largement laissées de côté. Ce n’est peut-être pas un problème en soi, mais par moments on aurait eu envie d’en savoir encore plus sur, pour l’écrire maladroitement, les visions du monde qui étaient véhiculées au sein des gilets jaunes – mais cela est dans la lignée de la sociologie des mouvements sociaux de ces dernières décennies, dans laquelle les idées (politiques) ne semblent plus occuper qu’une place restreinte.

L’ouvrage n’en reste pas moins d’une très grande richesse, fournissant un utile point d’appui et de discussions sur cette mobilisation qui a fait date, ouvrant de manière inédite l’analyse à une dimension internationale et confortant la pertinence de la collection « Actions collectives » des Presses universitaires de Lyon pour décrypter les mobilisations contemporaines. À chaque fois que l’ouvrage livre des matériaux d’enquête de première main et laisse de côté certains préceptes routinisés de la sociologie des mouvements sociaux, il n’en est que plus pertinent.

Pierre Blavier



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 13 octobre). Sophie Béroud, Anne Dufresne, Corinne Gobin et Marc Zune (dir.), Sur le terrain avec les gilets jaunes. Approche interdisciplinaire du mouvement en France et en Belgique. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search