Denis Cogneau, Un empire bon marché. Histoire et économie politique de la colonisation française (XIXe-XXIe siècle).

Paris, Éditions du Seuil, 2023, 512 p.

L’ouvrage de Denis Cogneau couronne un ensemble de travaux conduits au sein de l’École d’économie de Paris sur l’« économie politique du colonialisme ». Il était particulièrement attendu : comme l’introduction le souligne, l’histoire économique de l’empire français reste, depuis quelques publications marquantes, le parent pauvre d’une historiographie coloniale toujours dynamique dans la recherche. Son ambition affichée dépasse le périmètre habituel des économistes ; en plus d’une « économie politique », il propose une « histoire économique et sociale » (p. 9) de l’empire français. Celle-ci est restituée dans un ensemble de comparaisons entre les colonies elles-mêmes, notamment entre les blocs que constituent l’Afrique subsaharienne, le Maghreb et l’Asie, mais aussi avec l’empire britannique.

L’ouvrage, tout en se défendant de proposer une « nouvelle histoire générale de la colonisation et de la décolonisation » (p. 9), alterne synthèses générales et exploitation d’une « base de données économiques et sociales suffisamment exhaustives sur les structures et l’action des États du second empire colonial français » (p. 29). Un nombre important de données statistiques ont été compilées, reconstituées et analysées pour offrir une nouvelle charpente à l’économie impériale, faite de flux fiscaux, financiers et commerciaux ainsi que de données humaines (démographie, conditions de vie, éducation et santé). La thèse est contenue dans le titre : si l’empire a peu rapporté à la métropole, il lui a aussi peu coûté.

La perspective de l’ouvrage obéit à de nouvelles approches globales, souvent stimulantes, qui enjambent les contextes nationaux et schématisent, par le fait, les particularités locales, pourtant essentielles à l’histoire sociale dans laquelle ce livre veut s’inscrire. Admettant ces prémisses, l’historien des sociétés colonisées peut retenir quelques idées directrices.

L’autosuffisance économique de l’empire

Les quelques chapitres fondés sur l’exploitation des séries statistiques, qui tirent leur force de la combinaison de variables hétérogènes, dessinent le cadre net de cet « empire bon marché » par la fiscalité, les politiques publiques et les flux d’argent suscités par ces possessions éparpillées aux quatre coins de la Terre.

Denis Cogneau estime que l’empire a représenté un poids léger pour la métropole : en moyenne, entre 1833 et 1939, il a coûté au contribuable 0,5 % du revenu national. Une seule exception : les guerres de décolonisation, notamment celle d’Algérie, ont creusé un gouffre que l’auteur évalue à 2,6 % du revenu annuel de la France, somme consacrée, en pure perte, à sauver un empire colonial en train de s’effondrer. Cette médiocre affaire n’a pas découragé les acteurs privés d’investir, avec réserve, dans les potentialités qu’offraient la conquête et l’exploitation de ces pays, tant « une rentabilité faible ex post n’implique pas une ambition limitée ex ante » (p. 87). Après 1945 toujours, et ici le livre diffère des conclusions des ouvrages de Jacques Marseille et Daniel Lefeuvre1, il n’y eut pas « divorce » entre le capitalisme français et l’impérialisme. Les flux d’argent, reconstitués d’après de nouvelles méthodes, montrent l’intérêt constant des acteurs privés et publics pour la colonisation. Au miroir de son PIB et de la pondération des transferts financiers, la France a peu perdu mais aussi peu gagné à la colonisation.

Cet apparent jeu à somme nulle – les guerres finales exclues – est expliqué par un mécanisme central, qui est sans doute l’argument le plus convaincant de l’ouvrage : par l’organisation de la fiscalité coloniale, jusqu’alors très mal connue, chaque territoire se finance lui-même. Plus exactement, les populations colonisées, premières victimes de la pression fiscale accrue, financent l’essentiel du système qui les opprime. La « performance fiscale » des États colonisés s’améliore : le taux de prélèvement dans l’empire double entre 1925 et 1955 (9 à 16 % du PIB, p. 246) et chute pendant les guerres. L’auteur évoque un mouvement de modernisation des impôts qui frappent de moins en moins les moyens de production (nombre de bêtes ou d’arbres) mais la production elle-même. Ces transformations accusent de forts écarts entre le Maghreb, où ces impôts modernes se généralisent, l’Afrique, où ils demeurent rares, et l’Indochine, qui conserve une fiscalité essentiellement fondée sur les monopoles. L’ouvrage livre des conséquences de facteurs qu’il n’évoque que brièvement : la poursuite d’une « coercition rationnelle » (p. 249) de la fiscalité, adaptée au climat et aux aléas du temps, déjà pratiquée par la plupart des pouvoirs avant la venue coloniale, et une financiarisation accrue de ces sociétés intégrées, souvent de force, dans l’économie internationale.

Cet ouvrage objective ensuite un trait fondamental des États coloniaux : la priorité accordée aux finances publiques. Le nombre de fonctionnaires financiers est aussi important en métropole que dans ces administrations en sous-effectifs ; ils jouissent par ailleurs de privilèges sans comparaison possible avec leurs collègues en métropole. Écrasée par ses propres coûts de fonctionnement, la fonction publique coloniale absorbe une part colossale de la recette fiscale et les politiques du « colonialisme développementaliste » (p. 265) après 1945 se réduisent souvent à l’augmentation de l’emploi public – mesure sans effet qu’il faudrait mettre en perspective avec la législation du Colonial Welfare State. Denis Cogneau identifie, par les chiffres, une « bourgeoisie du service public » (p. 266), selon le mot de Frantz Fanon, qui conserve, dans les sociétés postindépendances, un poids de premier ordre. Autre apport : pareille politique ne dérive pas d’un substrat français protectionniste et jacobin. Si la comparaison avec l’empire britannique signale l’influence du centralisme français dans les écarts salariaux, elle ne permet pas d’attacher, à un mode de colonisation, une fortune financière particulière.

Cette fortune fut, à en croire l’ouvrage, sans grand éclat : l’argent suscité par un foyer économique secondaire à l’échelle du monde finit plus souvent dans les poches d’une poignée de riches colons. Les colonies ont plus acheté que vendu, sans s’endetter grâce aux transferts civils assurés par la métropole, elles n’ont joué qu’un rôle mineur dans l’extension générale du commerce international de la France. L’empire français n’a jamais représenté la source de profits que fut l’Inde pour la Grande-Bretagne ; il remplit, tout au plus, le rôle de « béquilles dans les périodes de crise et de reconstruction » (p. 98). La représentation de débouchés industriels, de cascades d’argent facile des économies de plantation ou des mines, de la fortune d’un capitalisme colonial est donc rapportée ici à des dimensions modestes, celles de la patiente accumulation d’argent des Européens dans les colonies.

Ces constats d’ensemble dissimulent des particularités nationales auxquelles le livre est spécifiquement attaché : on y trouve l’économie florissante mais monochrome de l’Indochine et le poids colossal représenté par le Maghreb, l’Algérie surtout. Privilégiée par des investisseurs moyens, l’Afrique du Nord est la région où les écarts de revenus avec la métropole sont les plus faibles (1 contre 8, en Afrique il faut compter 1 contre 27), grâce à une forte présence de la colonie européenne. Sur le taux moyen de 1 % du PIB métropolitain que représente l’empire de 1833 à 1962, l’Algérie constitue à elle seule la moitié (p. 416), constat en soi frappant.

La difficile mise en nombre des sociétés colonisées

Le livre ne fait pas mystère de la fragilité de certaines sources, parfois falsifiées par l’administration coloniale, de séries qu’il faut observer avec circonspection, tout en défendant, de manière compréhensible, une foi dans l’objectivité globale de chiffres. Une démarche plus critique n’aurait pourtant pas été inutile pour mettre en perspective les différentes opérations de « mise en nombre2 » qu’appliquent les fonctionnaires coloniaux à des sociétés qu’ils connaissent de manière souvent approximative. Certaines données, comme le nombre de fonctionnaires, centrales dans l’argumentation, ont déjà fait l’objet d’observations des historiens sur la nature politique de leur construction3. Plus encore, en contexte colonial, il faut souvent se poser la question de ce que les administrations françaises peuvent compter : les fonctionnaires des États protégés, ignorés par les comptables français, le sont ainsi dans le livre, ce qui aboutit à une mésestimation de leur poids réel dans les protectorats marocain et tunisien (p. 261).

D’autres conclusions sont fragilisées par le caractère péremptoire et lapidaire des comptages coloniaux. Dans le but de montrer que la « colonisation n’a pas tiré vers le haut les régions colonisées » (p. 35), l’auteur reconstitue des estimations de niveaux de vie de ces sociétés. Il suffit de se plonger dans l’abondante littérature d’enquêtes sur les niveaux de vie, dont quelques-unes sont citées par le livre, pour mesurer la marge d’ignorance des revenus agricoles et urbains, la sous-évaluation systématique de la polyactivité, l’empire immense et sans contours du marché noir, l’oubli des transferts familiaux ou communautaires. Dans le chapitre portant sur les sociétés avant la colonisation, on peut douter de la fidélité, même justifiée par le dessein d’un coup de pinceau global, du tableau quantitatif des mondes où la puissance financière ne domine pas nécessairement l’ordre social, où riches et pauvres ne se distribuent pas autour d’un inexistant revenu médian. L’imprécision, tout à fait reconnue, de certaines estimations, comme une France six fois plus riche que son futur empire avant la colonisation (p. 119), fait douter de l’utilité même de ces proportions.

Il n’aurait pas été inutile de rappeler que l’État colonial ne résume pas systématiquement les services publics de ces pays, où subsistent des administrations anciennes ou des mécanismes communautaires, comme les fondations pieuses en terre musulmane (habous), évoqués rapidement par le livre. Ce type d’institutions ne sont pas que des musées mais des lieux d’épargne, de transferts d’argent, de rentes et de situations. Les historiens ont constaté la difficulté de l’État colonial à compter ses sujets, à savoir leur nom, leur adresse ou leur âge. Plus encore, ils ont montré combien les administrations coloniales agissent sur une économie résumée aux entreprises européennes ou aux grandes exploitations agricoles, sous-estimant les autres modes de production ou de transaction. Pour rendre ces sociétés lisibles par les chiffres coloniaux, il faut proportionner ces derniers aux transformations de sociétés où le salariat se diffuse d’une manière très partielle, tout comme la financiarisation des échanges, l’industrialisation des villes et la mécanisation des campagnes. Il est d’autant plus justifié de demeurer « agnostique » (p. 164) devant certains chiffres qui ne décrivent qu’une partie seulement de la vie économique de ces sociétés.

Les limites d’une histoire du capitalisme colonial

Les conclusions saillantes de l’enquête convainquent par l’exploitation d’une impressionnante base de données ; elles sont entrecoupées par de grandes synthèses sur l’histoire politique de la colonisation – mais guère son histoire sociale. Celles-ci, de très bonne facture, exécutent une figure compliquée, entre fourmillement des faits et traits généraux. Elles reposent toutefois sur une bibliographie indiscutable, mais datée, et ignorent ainsi les renouvellements de l’histoire coloniale autour de l’anthropologie historique, du recours aux sources locales ou des perspectives transnationales. L’ambition de la synthèse limite le recours aux monographies consacrées à un pays ou à un autre, la présentation des États précoloniaux paraît particulièrement rapide quand elle les rapporte à des « États européens d’Ancien Régime » (p. 132), à rebours des grandes tendances de l’historiographie internationale.

En vérité, le lecteur est surtout déçu par une histoire d’un classicisme prononcé, où les principaux acteurs sont les figures politiques les plus connues. Le recours à quelques grands romans canoniques (Albert Memmi, Amadou Hampâté Bâ, Driss Chraïbi) ne suffit guère à donner de l’épaisseur à une histoire de chiffres et de grands hommes. Le titre de l’ouvrage laisserait penser que les acteurs économiques eux-mêmes, parfois absents de l’histoire coloniale habituelle, capitaines d’industrie, petits patrons, syndicats et ouvriers seraient au-devant de la scène, à l’image des livres de Frederick Cooper (pourtant cité) ou même d’un roman d’Éric Vuillard. Les orientations économiques présentées par le livre, comme les investissements sélectifs de l’État ou l’échec presque complet des politiques de développement, ne sont que très rarement expliquées par le contexte politique.

Le lecteur ressort toutefois avec des impressions puissantes, en premier lieu celle que l’argent français était ailleurs et que la colonisation ne fut pas le lieu essentiel de la croissance du monde. D’un certain point de vue, il retrouve des idées déjà recueillies par la lecture de Jacques Marseille, en dépit des désaccords entre son livre et celui de Denis Cogneau, en particulier sur la nouvelle mesure des flux financiers qui dément le désintérêt tardif du capitalisme français à la fin de la colonisation. Dans les deux ouvrages, l’empire ne paraît pas un « champ commode d’expansion4 » et son destin ne fut guère commandé par les lois de la rationalité économique. Il restait dans l’ouvrage de Jacques Marseille une attention aux archives qui expliquait l’une des énigmes soulevées par les deux livres : les passions politiques investies, de manière constante, dans la politique impériale expliquent le maintien à flot, tant qu’il était possible, d’une entreprise sans grand profit. Les apports importants de l’ouvrage de Denis Cogneau dessinent ainsi le contour de nouvelles recherches, fondées sur les sources locales comme sur celles des acteurs économiques français, pour approfondir les ressors d’un divorce, incontestable celui-ci, entre les intérêts des économies colonisées et ceux de l’empire.

Antoine Perrier




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 11 novembre). Denis Cogneau, Un empire bon marché. Histoire et économie politique de la colonisation française (XIXe-XXIe siècle). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hr

  1. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce,Paris, Albin Michel, 2005 [1984] ; D. Lefeuvre, Chère Algérie. La France et sa colonie (1930-1962),Paris, Flammarion, 2005. []
  2. Selon l’expression d’A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification. Vol. I : L’argument statistique,Paris, Presses des Mines, 2008. []
  3. É. Ruiz, Trop de fonctionnaires ? Histoire d’une obsession française (XIXe-XXIe siècle),Paris, Fayard, 2021. []
  4. J. Marseille, Empire colonial et capitalisme français…, op. cit., p. 199. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search