Michel Pigenet, L’État contre les syndicalistes ?

Nancy, Arbre bleu/IHS, 2023, « Repères historiques », 123 p.

Michel Pigenet livre une synthèse bienvenue qui permet de mettre en perspective le regain des violences policières survenu dans le cadre des mouvements sociaux qui se sont déroulés depuis 2016. La jeunesse alors mobilisée contre la loi El Khomri a subi un changement de stratégie notable en matière de maintien de l’ordre, en particulier à Paris. Cette synthèse tombe à point, en outre, publiée au printemps 2023 alors que le mouvement historique contre la réforme des retraites était encore en cours.

L’ouvrage est consacré au rapport complexe et conflictuel entre l’État et le mouvement syndical, de la fin du XIXe siècle (la légalisation des syndicats en 1884 constituant un point de départ évident) jusqu’au mouvement des Gilets jaunes. Il comporte à la fois des développements généraux et des éclairages sur des événements précis, ainsi que des illustrations qui étayent le propos.

Michel Pigenet aborde essentiellement trois thèmes : la question du maintien de l’ordre telle qu’elle s’affiche et s’applique dans le cadre d’un État qui se républicanise puis se proclame social, la dimension légale, juridique et judiciaire du rapport entre les syndicats et un État dont la nature de classe n’est jamais démentie et les formes concrètes prises par la répression. S’y ajoutent un utile fil conducteur chronologique découpant en trois temps « l’antisyndicalisme d’État ». De la fin du XIXe siècle à la Première guerre mondiale, l’État est confronté au syndicalisme d’action directe. Des années 1920 jusqu’à la fin de la IVe République, l’antisyndicalisme est décrit comme une variante de l’anticommunisme d’État, qui s’exerce lors d’événements d’ordinaire trop peu évoqués, 1947-1948 ou 1953. Reste ensuite ce que furent les pratiques du maintien de l’ordre et les confrontations sous la Ve République, de la guerre d’Algérie au mouvement des Gilets jaunes. L’auteur n’oublie évidemment pas de mentionner le contexte de crise économique, la désindustrialisation et l’affaiblissement du mouvement ouvrier, le recul des mobilisations collectives mais aussi leurs transformations et leur extension au-delà du monde ouvrier.

La période est pleine d’incertitudes, et le mouvement syndical se trouve confronté au recours de l’État à des pratiques autoritaires sur fond de montée des inégalités et d’ultralibéralisme (ce que Michel Pigenet nomme l’austéritarisme). Uni pour l’occasion, il a cependant démontré ses capacités de résistance et de mobilisation durant les récentes mobilisations contre la réforme des retraites, et demeure à ce titre un interlocuteur et un adversaire pour un État à la fois renforcé et politiquement fragilisé.

Ingrid Hayes



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 11 novembre). Michel Pigenet, L’État contre les syndicalistes ?. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hs

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search