Jérémy Rubenstein, Terreur et séduction. Une histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire ».

Paris, La Découverte, 2022, 332 p.

La « doctrine de la guerre révolutionnaire » est à la fois une théorie et un ensemble de techniques développées par des officiers français engagés d’abord dans la guerre d’Indochine, puis en Algérie, dans l’optique de répondre efficacement aux soulèvements contre la tutelle française, mais également à une menace de guerre civile généralisée : celle imputée au communisme, qui couverait aussi bien dans l’empire colonial en déliquescence que dans les démocraties européennes. Ces méthodes, dites aussi de « contre-insurrection », ont fait l’objet d’études précises qui ont éclairé avant tout ses aspects militaires, depuis la thèse, non publiée, du politologue Gabriel Périès en 1999, suivie par les travaux de Marie-Catherine et Paul Villatoux1.

L’objectif de l’ouvrage à bien des égards passionnant de Jérémy Rubenstein est d’élargir cette histoire de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » de ses « origines » jusqu’à ses prolongements contemporains. En effet, pour l’auteur, si l’expression est avérée « dès la fin des années 1950 » (p. 5) dans le débat public, il s’agit d’en retracer la matrice politique et culturelle : les représentations de ces officiers français héritent en effet d’une longue gestion des conflits coloniaux.

La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à la genèse de la « doctrine de la guerre révolutionnaire », qui plonge directement, selon l’auteur, dans les pratiques de l’armée coloniale française (chap. 1). Il s’agit en particulier de souligner à quel point le maintien de l’ordre et les pratiques répressives visent autant, sinon davantage, les populations civiles que les insurgés en tant que tels : de Bugeaud à Lyautey, et malgré les oppositions de style et d’approche, l’objectif était à la fois de décourager toute révolte ou soutien à un mouvement de contestation de la tutelle coloniale par l’exercice de la « violence la plus crue », mais aussi par des « projets de développement économique » (p. 17). Le titre de l’ouvrage s’éclaire, véritable fil rouge poursuivi au travers des décennies et des situations : l’« action psychologique » théorisée par les officiers à travers la « doctrine de la guerre révolutionnaire » plongerait ses racines dans un maintien de l’ordre colonial qui exhibe sa brutalité mais s’accomplirait en même temps dans une entreprise de manipulation des populations colonisées.

Le deuxième chapitre, consacré à l’entre-deux-guerres et à la Seconde Guerre mondiale, montre comment la « guerre psychologique », notion qui circule dès les années 1920 en Grande-Bretagne (p. 44) et l’évolution des techniques de propagande produisent des réflexions utilisées ensuite par les théoriciens de la « guerre révolutionnaire », tandis que le troisième chapitre décrit l’importance des commandos, en particulier en ce qui concerne les forces spéciales parachutées dans les territoires occupés, qui mettent en place des techniques qui sont déjà celles de la guerre contre-insurrectionnelle (sabotages, grèves, attentats, propagande…).

Les quatrième et cinquième chapitres examinent les conditions de la naissance de la « doctrine » en tant que telle, au cours de la guerre d’Indochine, qui en devient le « mythe fondateur » (p. 81). Dans un territoire reconquis par l’armée régulière en automne 1945, la présence française se trouve contestée par la guérilla pratiquée par le Viêt-Minh. La démonstration s’appuie en grande partie sur la lecture des mémoires rétrospectifs des principaux militaires se réclamant d’une « guerre révolutionnaire », critiquant leur propension à se représenter en frondeurs face à une hiérarchie parisienne déconnectée du terrain et des réalités de la « guerre moderne ». En réalité, cette auto-représentation flatteuse s’inscrit dans un rapport de force interne à l’armée : en effet, malgré la défaite, la guerre d’Indochine consacre la « légende » (p. 100) de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » et son institutionnalisation au sein de l’état-major français. 1954 marque aussi le début des conférences du colonel Charles Lacheroy dans les centres de formation de l’armée française. Un texte du même Lacheroy est publié par Le Monde, certes anonymement, en août 1954, et offre à la doctrine une « légitimité médiatique inédite » (p. 93).

Les chapitres 6 et 7 décrivent la mise en pratique de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » en Algérie, et, cas moins connu, au Cameroun, à un moment où une « école Lacheroy » acquise aux théories mûries lors de la guerre d’Indochine s’impose, en particulier à partir de 1957 en Algérie (p. 121). Cela se traduit par une répression des plus brutales et des méthodes de terrorisation des populations civiles (torture, exécutions et disparitions, viols) tandis que les expériences de « séduction » comme celle représentée par les « commandos noirs » du général de Bollardière, qui visaient à aller au contact des populations civiles sans armes et par des actions de soutien social, sont rapidement abandonnées. Cette violence extrême dirigée contre les populations civiles finit par déclencher un retour de bâton à travers les mobilisations politiques et publiques en métropole, malgré les efforts des théoriciens de la « guerre révolutionnaire » pour diffuser un récit médiatiquement avantageux (le paragraphe sur la légitimation de la torture, p. 139 et suivantes, est particulièrement éclairant). Cette communication réussie explique que la guerre d’Algérie, bien que perdue, devienne un modèle de la contre-insurrection à la française. Les leçons des errements liés à la médiatisation insuffisamment contrôlée sont d’ailleurs tirées lors de la « guerre secrète » menée au Cameroun contre un mouvement indépendantiste au départ majoritairement pacifique, réprimé au prix de dizaines de milliers de morts par des tenants de « l’action psychologique ».

La deuxième partie, quant à elle, s’intéresse à la postérité de cette école de la « guerre révolutionnaire » à la française. La perspective devient alors résolument transnationale. Jérémy Rubenstein montre ainsi comment cette approche, loin d’être un simple ensemble de techniques de maintien de l’ordre ou militaires, est également une vision du monde proche des idéaux de l’extrême droite, structurée par un idéal de société hiérarchisée et disciplinée. À ce propos, il me semble que le caractère fondamental de l’anticommunisme aurait pu être encore plus mis en lumière : certes, celui-ci est mentionné, mais, bien plus que le lien à l’intégrisme catholique entretenu par de nombreux officiers liés à la « doctrine de la guerre révolutionnaire » (p. 171), c’est le phantasme d’une menace communiste omniprésente qui sert de déclencheur à un usage de la violence, y compris sous ses formes terroristes et dirigées contre les populations civiles. Un détour par l’Italie, absente du panorama, où la doctrine a été importée puis mise en pratique à travers une série d’attentats à la bombe par des militants d’extrême droite en contact, notamment, avec des anciens de l’OAS, au cours des années 1960, aurait permis de renforcer la démonstration sur ce point, puisque l’objectif n’était pas de lutter contre une guérilla, mais de stopper la progression électorale de la gauche2.

Cet exemple est emblématique de l’avenir de la « doctrine de la guerre révolutionnaire » identifié par Jérémy Rubenstein : après sa disqualification – officielle – en France après le retour de de Gaulle (pour des raisons politiques, afin de mettre au pas le commandement de l’armée, chap. 9), la doctrine devient « une modalité de guerre non assumée par l’entité (État, parti ou entreprise) qui la déploie à travers des unités paramilitaires et/ou parapolicières souvent liées à des services secrets » (p. 190). Ce qui explique le recyclage des savoir-faire des officiers français aux États-Unis (chap. 10 et 12), dans les dictatures sud-américaines (en Argentine et au Chili : chap. 11), au Rwanda et en Algérie dans les années 1990 (chap. 13), et même à travers les techniques de marketing développées par les grands groupes privés (chap. 14).

Ce parcours foisonnant, dont la perspective globale et de longue durée est réellement novatrice, apporte nombre de pistes de réflexions qui sont loin de se cantonner au strict champ des études militaires. Critique et engagé, l’auteur démontre avec rigueur comment les réflexions développées au sortir de la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte d’anticommunisme et de douloureuse déliquescence de la tutelle coloniale, ont pu alimenter des politiques de terreur et de manipulation des opinions dans bien des terrains d’action. À ce titre, la « doctrine de la guerre révolutionnaire » est une brique dans le processus de totalisation de la guerre qui questionne aussi bien l’historien du XXe siècle que le citoyen du début du XXIe, confronté aux logiques de l’antiterrorisme, au brouillage persistant entre guerre et paix, à l’anéantissement du droit de la guerre et de toute idée de limitation effective de la violence de guerre.

Reste une difficulté que l’ouvrage ne parvient pas à dissoudre : celle du périmètre de l’objet lui-même. Dès la deuxième page de l’ouvrage, la « doctrine de la guerre révolutionnaire » est abrégée, selon un usage établi, en « DGR ». Pourtant, des réserves sont exposées, souvent attribuées à d’autres historiens : Marie-Catherine et Paul Villatoux sont « circonspects » sur l’expression « DGR » (p. 159), et Denis Leroux va jusqu’à parler de « facilité de langage qui donne une unité à un corpus théorico-technique semi-officiel aux contours flous » (p. 164), tandis que l’auteur reconnaît cette difficulté théorique dès son introduction, sans en tirer les conséquences. Ainsi, présenter l’histoire du maintien de l’ordre dans les colonies comme les « origines » de la « DGR » pose problème, tant cela donne l’impression qu’il est possible de rétrodater l’apparition d’une théorie constituée. Peut-être aurait-il été plus cohérent de partir de la culture politique et militaire des officiers à l’origine de la théorie de la « guerre révolutionnaire », effectivement imprégnée d’une vision du monde raciste et colonialiste (la démonstration est impeccable sur ce point), afin de présenter la manière dont cet héritage peut rejouer, avec d’autres, dans le contexte des guerres de décolonisation et de l’anticommunisme de l’après-guerre.

Symétriquement, la postérité de « la DGR » est parfois présentée de manière à donner l’impression d’une « prolifération » dans un vaste panel de situations, alors que l’analyse, toujours très précise, démontre dans le détail une très grande variété de mises en pratique en fonction des contextes (terreur exposée ou dissimulée, par exemple). Le risque, que l’auteur reconnaît du reste ouvertement dans son « épilogue », est de voir son « objet d’étude un peu partout » (p. 285), en reconnaissant « la DGR » là où un conflit implique les civils, l’usage de la terreur brute (sans « séduction », bien souvent), voire tout type de propagande. À ce titre, le dernier chapitre interroge : le fait que des anciens officiers mêlés à la contre-insurrection puissent se recycler dans la communication d’entreprise, même si l’on admet qu’ils aient pu y réutiliser des savoir-faire acquis dans leur vie professionnelle antérieure, signifie-t-il que nous soyons encore au cœur de la « doctrine de la guerre révolutionnaire », toujours agissante ?

Grégoire Le Quang




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 18 novembre). Jérémy Rubenstein, Terreur et séduction. Une histoire de la doctrine de la « guerre révolutionnaire ». Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ht

  1. La bibliographie, survolée en introduction, est présentée de manière plus substantielle p. 159-164. []
  2. Ces aspects ont été travaillés par Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search