Romain Huret, Les millions de monsieur Mellon. Le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941).

Paris, la Découverte, 2023, 266 p.

Romain Huret, historien des États-Unis au XXe siècle, auteur d’ouvrages connus sur les résistances au fisc et les politiques de lutte contre la pauvreté, nous offre dans ce livre dense et très argumenté une réflexion sur les relations entre la démocratie américaine des années 1930 et le capitalisme industriel et financier. Au cœur de cette étude, le procès pour fraude fiscale d’Andrew Mellon, millionnaire et surtout quasi inamovible secrétaire au Trésor des États-Unis des années 1920, pendant les mandatures de trois présidents républicains entre 1921 et 1932.

Comme le montre d’emblée Romain Huret, cette longue procédure a souvent été dépeinte par les conservateurs américains comme un procès politique voulu par Roosevelt en personne. Dans cette vision des choses, Mellon n’aurait été qu’un bouc émissaire désigné par les partisans du New Deal, et par des populistes prompts à dénoncer les « barons voleurs ». Cette vision conservatrice des choses concorde avec une certaine historiographie américaine, pour qui seuls de rares « entrepreneurs politiques » se sont enrichis aux dépens du bien public dans les années 1850-19401. L’hypothèse défendue dans ce livre est différente : cette longue procédure pour fraude fiscale intentée contre l’un des hommes les plus riches du pays est le symptôme d’un « désordre démocratique », ou plutôt d’une démocratie mise en péril par, ou à l’épreuve des évolutions du capitalisme financier.

Afin d’éclairer les enjeux de ce désordre démocratique, Romain Huret s’est livré à une étude très minutieuse et serrée d’une procédure qui s’est jouée en deux temps, en 1934 puis de 1935 à décembre 1937. À l’appui de cette étude, un corpus documentaire impressionnant : les transcriptions des débats judiciaires représentent, à elles seules, une dizaine de milliers de pages de texte. À cela s’ajoutent les archives privées de différents protagonistes, et la masse d’articles, de caricatures et d’essais contemporains, dont le plus célèbre, à l’époque, est sans doute Les millions de Mellon. La biographie d’une fortune de Harvey O’Connor, paru pour la première fois en 19332.

Aux yeux de Romain Huret, la procédure qui s’ouvre devant le Board of tax appeals, instance d’appel pour les litiges fiscaux, en avril 1935 à Pittsburgh, fief d’Andrew Mellon et siège des entreprises familiales depuis la fin du XIXe siècle, est une entreprise de dégradation. Empruntant aux travaux du sociologue Harold Garfinkel, la notion de cérémonie de dégradation court, comme un fil rouge, à travers tout le livre, jusqu’à son terme3. Après la mort d’Andrew Mellon à l’été 1937, qui prélude de quelques mois à la décision rendue par la juridiction fiscale, a lieu, post mortem, une cérémonie de réhabilitation en mars 1941. C’est l’inauguration de la National gallery of arts dans la capitale Washington, avec un discours de Roosevelt, qui clôt symboliquement et politiquement l’affrontement entre l’administration fédérale et un homme, Andrew Mellon, qui symbolisa l’arrivée au pouvoir des banques d’affaires après la Grande Guerre.

Aux origines de cet affrontement, l’accusation par l’administration fiscale de l’ancien secrétaire au Trésor pour une fraude fiscale commise dans sa déclaration de revenus de 1931 : le litige porte sur une déduction fictive de 6 millions de dollars. Romain Huret montre très clairement comment les rumeurs sur ce sujet prospèrent, sur fond d’effondrement économique et de détresse sociale, pendant toute l’année 1933. La création du scandale Mellon en 1933-1934 va bien au-delà de la procédure pour fraude de 1931. Les acteurs critiques dénoncent un « système de collusion d’intérêts par une petite élite arrogante ». Après un premier procès qui tourne à l’avantage de Mellon en 1934, les têtes pensantes du ministère de la Justice visent le « mellonisme », entendons un ensemble de pratiques ordinaires de contournement fiscal mises au point par des avocats fiscalistes et des comptables, afin de permettre aux plus grandes fortunes du pays de réduire le plus possible les prélèvements fiscaux.

Le deuxième procès, qui s’ouvre en avril 1935 et s’achève en décembre 1937, répond ainsi à deux grands enjeux. Le premier concerne les régulations juridiques des techniques comptables et financières employées par les plus fortunés. En toile de fond, la remise en cause de toute la politique menée par Andrew Mellon dans les années 1920, de réduction des impôts sur le revenu au nom du combat pour une « démocratie des actionnaires » qui n’a jamais été beaucoup plus loin que des propos militants. Romain Huret a des pages, impressionnantes par leurs connaissances techniques et remarquables par leur clarté, sur les calculs des acteurs et sur les stratégies des avocats en présence, Frank Hogan pour la défense, Robert Jackson pour l’administration.

Le deuxième enjeu, politique, s’avère à l’épreuve déterminant. Dans un camp, c’est le « procès pour la démocratie », comme le déclare Henry Morgenthau, secrétaire d’État au Trésor, en 1935. Dans l’autre camp, c’est le « procès du New Deal » et des atteintes de l’État fédéral aux droits individuels. Ce procès-là, montre Romain Huret, est perdu par Mellon et ses proches en 1935. Les explications fournies devant le Board of tax appeals montrent les écarts tangibles entre les discours du ministre Mellon et les pratiques de l’homme privé, banquier qui a confié la gestion de ses affaires à son frère. Le procès nourrit également des convictions populaires, qui font du big business le responsable d’une spéculation qui a plongé la majeure partie du pays dans la récession, le chômage et la misère.

En ce sens, le procès, même s’il s’achève en décembre 1937 par une décision qui exonère Andrew Mellon et ses héritiers d’une bonne partie des charges pesant contre lui, a eu des effets profonds. Il a contribué aux réformes fiscales opérées par l’administration Roosevelt, et surtout a légitimé de nouvelles perceptions des élites dans la société américaine, perceptions très critiques à l’égard des évolutions du capitalisme financier.

Seul vrai regret au terme de la lecture, le choix fait, par l’éditeur, de regrouper l’ensemble des notes infrapaginales par paragraphe. Cela facilite peut-être les choses pour un lecteur qui ne se soucie pas des références et de l’appareil scientifique ; pour l’historien, en revanche, c’est un vrai boulet aux pieds.

L’analyse que livre Romain Huret, impeccable de rigueur, évoque par plusieurs aspects une forte étude parue en 2018 sur les relations entre capitalisme et morale politique entre les deux guerres mondiales, mais dans un autre pays : l’Allemagne. Ce livre de Martin Geyer, passé inaperçu, porte lui aussi sur une affaire, en l’occurrence un cas de corruption politique, dont les responsables étaient les frères Julius et Henri Barmat4. L’affaire mit en cause plusieurs responsables du parti social-démocrate, eut un écho politique important lors des élections pour la présidence de la République en 1925, et s’acheva avec un procès en 1928. Elle fut exploitée de façon méthodique par les nationalistes et les antisémites : les frères Barmat étaient juifs. Si le livre de Romain Huret ne porte pas sur la corruption politique, mais sur les frontières poreuses entre contournement et évasion fiscale, plusieurs interrogations sont relativement proches : la définition de la politique comme morale dans des moments de bascule économiques et sociaux, la mise en danger de la démocratie du fait des évolutions du capitalisme financier, enfin les régulations des pratiques d’intérêts par l’État de droit.

Bien entendu, la mise à l’épreuve, mais aussi la transformation de la démocratie américaine entre 1933 et 1941 qu’étudie Romain Huret, sont sans commune mesure avec l’effondrement de la démocratie en Allemagne en 1933. Pourtant, beaucoup d’indices montrent que ces difficultés sont au cœur d’un moment historique singulier – les années 1924-1938, pour aller vite –, qui a vu ces questions se poser avec une telle intensité pour la première fois. Les millions de monsieur Mellon jettent, sur ces troubles démocratiques, une lumière vive, neuve et sans concession.

Frédéric Monier




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 18 novembre). Romain Huret, Les millions de monsieur Mellon. Le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hu

  1. B. W. Folsom, The Myth of the Robber Barons. A New Look at the Rise of Big Business in America, Herndon, Young America’s Foundation, 1993 [1991]. []
  2. H. O’Connor, Mellon’s Millions. The Biography of a Fortune. The Life and Times of Andrew W. Mellon, New York, The John Day Company, 1933. []
  3. H. Garfinkel, « Conditions of Successful Degradation Ceremonies », American Journal of Sociology, vol. 61, n° 5, 1956, p. 420-424. []
  4. M. H. Geyer, Kapitalismus und politische Moral in der Zwischenkriegszeit. Oder: Wer war Julius Barmat?, Hambourg, Hamburger Edition, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search