Brice Fossard, Les élites indochinoises et l’enjeu politique de la jeunesse (1858-1945). Sports et scoutisme coloniaux.

Paris, Les Indes savantes, « Étude Asie », 2022, 264 p.

Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat, prend pour objet le sport – principalement le football et le tennis, mais aussi l’athlétisme, la boxe anglaise, les courses hippiques et le cyclisme – ainsi que le scoutisme en Indochine française, afin de mettre en lumière leur rôle dans la formation, puis la politisation de nouvelles élites colonisées. Il retrace le processus d’institutionnalisation de ces activités culturelles et de loisirs, et les stratégies progressives d’émancipation des élites colonisées, depuis l’arrivée des Français en Indochine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, soit moins de dix ans avant l’indépendance en 1954. Il s’agit de montrer comment les élites indochinoises – plutôt urbaines et formées dans les écoles du colonisateur – se sont emparées des pratiques sportives européennes dans un but de modernisation, pour en faire ultimement un outil d’émancipation vis-à-vis des colonisateurs. La thématique a déjà été bien traitée ailleurs. Par la mise en regard avec d’autres territoires coloniaux français, africains notamment, mais aussi avec ce qui se passe dans l’empire britannique, et dans le développement et l’encadrement des sports en France à la même époque, l’auteur insère son étude dans le champ de l’histoire des sports et celle de la colonisation, étudiant un terrain jusqu’alors peu pris en compte.

Même si les sources mobilisées ne sont pas précisées en fin d’ouvrage, ce qui est dommage, leur diversité est impressionnante : actes administratifs, archives de la Sûreté et presse coloniale à Aix-en-Provence ; sources iconographiques, par exemple celles du fonds Auguste Pavie à Dinan ; aux archives nationales vietnamiennes (Hanoï, Hô Chi Minh-Ville et Dalat), sources sur les mouvements de jeunesse, sur la diffusion de l’entraînement physique par l’armée, archives des clubs de sport – limitées aux assemblées générales annuelles et aux rapports, ce qui nécessite de les croiser avec la presse pour avoir une idée plus précise du quotidien d’un club ; entretiens avec plusieurs descendants de responsables scouts ou d’acteurs dans le monde sportif. Le travail d’archives constitue un apport majeur du livre, et permet à l’auteur d’entrer en dialogue avec les spécialistes du champ, que ce soit pour corroborer ou nuancer certains propos sur le contexte indochinois, ou pour montrer la spécificité de ce contexte par rapport à d’autres, notamment en Algérie ou en Afrique subsaharienne.

L’ouvrage est structuré en trois parties de longueur inégale – quarante pages pour les parties 1 et 3, cent trente pages pour la partie médiane, qui couvre la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres. On peut regretter que le plan de la thèse n’ait pas été redécoupé en chapitres plus lisibles dans le cadre d’un livre, et surtout que la deuxième partie, de 1914 à 1939, n’ait pas été scindée pour mieux mettre en valeur les idées centrales et les césures chronologiques dégagées par l’auteur, celle de 1925-1926 d’abord, mais aussi l’expérience Pasquier (1928-1934), par exemple.

Dans la première partie, qui couvre la période 1858-1913, il s’agit de montrer le moment des découvertes réciproques. L’auteur revient d’abord sur les activités physiques avant la colonisation, dans le cadre du travail des champs, des fêtes de village ou des loisirs ; l’ensemble est intéressant, mais il est dommage que les représentations des Européens sur les Indochinois, postérieures, celles de la période coloniale, soient insérées ici pour en montrer l’inanité : ces clichés auraient mérité une sous-partie entière, ou en tout cas un traitement à part, non une mention à chaque sous-partie, en note ou au détour d’une phrase. C’est ensuite la création des clubs français qui est détaillée, dans un entre-soi colonial, bien étudié dans d’autres contextes. Les élites indochinoises, initiées aux pratiques sportives par l’école, par les missions catholiques ou par l’armée, imitent assez vite ces pratiques, et les premiers clubs autochtones sont créés.

En posant la question des motivations pour le sport, la deuxième partie montre l’enjeu du divertissement, puis des aspects plus politiques, puisqu’il s’agit de défendre des modèles de société pour les différentes jeunesses de l’Indochine. Au départ peu soutenu par le gouvernement général de l’Indochine, davantage par les résidents supérieurs, le sport connaît un véritable engouement et permet aussi de rapprocher Européens et élites indochinoises, acceptées dans plusieurs clubs sportifs. À partir du milieu des années 1920, l’agitation politique se fait sentir en Indochine. En 1925, la scission en Cochinchine de la fédération de football, qui aboutit à la création d’une fédération indochinoise, pour les autochtones, peut apparaître comme une coupure et souligne les limites du rapprochement. Les autorités coloniales cherchent alors à reconquérir la jeunesse. L’auteur insiste sur le rôle du gouverneur général Pasquier (1928-1934), qui serait le premier à mener une réelle politique des sports, avant celle du Front populaire et de Vichy. Alors que le sport est défini comme une « arme anticoloniale » (p. 140) par l’administration française, dans la mesure où des clubs sportifs participent à la mobilisation politique entre 1928 et 1934, la Coupe Pasquier, coupe d’Indochine de tennis, vise au rapprochement des élites coloniales et colonisées. C’est encore le moment de la récupération politique du champion de tennis François Giao, qui obtient des financements pour aller aux jeux de l’Extrême-Orient, à Manille en 1934. L’auteur insiste sur la spécificité de la politique menée, à l’opposé de celle menée en Afrique, où les compétitions mixtes sont interdites pour éviter que les colons perdent (p. 146). Dans le football aussi, contrairement à ce qui se passe en Algérie ou à Madagascar, le nationalisme dans le sport n’a pas lieu au moment des matchs, car les équipes sont mixtes (p. 170). Il est plutôt le fait d’individus, en dehors. En revanche, la question d’un « sous-impérialisme » vietnamien est abordée : les matchs de football entre Laotiens et Vietnamiens révèlent une compétition entre deux communautés qui ne s’apprécient guère, les Laotiens s’estimant colonisés par les Vietnamiens, qui constituent par exemple 60 % de la population urbaine au Laos. L’exemple est intéressant en ce qu’il déplace les lignes de fracture.

Pour le scoutisme aussi se pose la question du lien avec le nationalisme. Le mouvement scout se développe entre 1928 et 1934 en Indochine, et connaît un véritable essor à partir de 1934. Avant cette date, même s’il n’y a pas trace d’activités anticoloniales dans ces mouvements de jeunesse, surveillés par les services du maintien de l’ordre (p. 153), ils ne sont pas unanimement acceptés. Le Résident supérieur au Tonkin Pierre Pagès interdit ainsi les associations de scouts au Tonkin et l’idée de fédération des scouts en Indochine en 1933 – tandis qu’en Chine, des nationalistes du Guomindang captent la jeunesse scoute à partir de 1927, et en Malaisie, il y a un débat en 1930 pour savoir si des Malais peuvent être admis chez les scouts, avant de les y autoriser. Finalement, Pierre Pasquier décide en 1933 d’encourager le scoutisme, pour construire une jeunesse disciplinée, garante de la continuité de l’empire. Il s’appuie sur les souverains cambodgien – Sisowath Monivong – et vietnamien – Bảo Đại. Des fondateurs autochtones de troupes scoutes jouent ensuite un rôle dans la politisation des mouvements, qui suivent leurs chefs (au côté de Hô Chi Minh ou de Bảo Đại en 1945).

La troisième partie couvre la période 1939-1945, qui a donné lieu à plusieurs travaux sur la politique du gouverneur général Decoux pour reconquérir la jeunesse indochinoise et l’encadrer selon les principes de la Révolution nationale (Éric Jennings, Sébastien Verney), et sur les tentatives – plutôt infructueuses – des Japonais vis-à-vis de cette même jeunesse (Chizuru Namba). Il était donc plus difficile d’apporter quelque chose de neuf, mais l’auteur réévalue néanmoins à la baisse le rôle de Decoux dans le développement des sports et du scoutisme.

L’ouvrage apporte à la fois une cartographie aussi précise que possible des clubs et associations sportives, ainsi que des mouvements scouts à travers l’Indochine, et une périodisation de l’institutionnalisation et de l’appropriation de ces pratiques culturelles européennes par les élites. Comme les sports dont il est question ne sont pas français, mais britanniques pour la plupart, il est intéressant de souligner qu’il n’y a pas d’antécédence de la métropole par rapport à la colonie, mais une diffusion concomitante. Il convient aussi de souligner la démarche courageuse d’englober toute l’Indochine et de ne pas se limiter aux territoires vietnamiens, toujours surreprésentés dans les travaux sur l’Indochine, et malgré quelques raccourcis parfois – la figure du mandarin lettré et l’existence de concours mandarinaux sur le modèle chinois ne peuvent être appliquées indistinctement au Vietnam, au Cambodge et au Laos (p. 26-27). Précisons aussi que la conquête de la Cochinchine et du Cambodge précède la défaite contre la Prusse, laquelle provoque une pause d’une décennie avant la reprise de la conquête coloniale dans les années 1880 – deux phrases peuvent prêter à confusion p. 31. Au-delà de certains aspects formels hérités de la thèse et qui auraient pu être gommés, l’ouvrage constitue un véritable apport pour l’histoire de l’Indochine, des mouvements scouts et des sports en situation coloniale.

Marie de Rugy



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 25 novembre). Brice Fossard, Les élites indochinoises et l’enjeu politique de la jeunesse (1858-1945). Sports et scoutisme coloniaux. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search