Pierre Vigreux, Des aliments en quête d’acteurs. L’École nationale des industries agricoles (1880-2014).

Paris, Classiques Garnier, « Histoire des techniques », 2021, 731 p.

L’ouvrage de Pierre Vigreux vient clore un travail de longue haleine, qui a fait date bien avant sa publication, sur, et autour de l’École nationale des industries agricoles (ENIA). L’auteur, lui-même ingénieur, a initié cette monographie à la suite d’un appel d’offres concernant l’histoire des écoles d’ingénieurs agronomiques ou alimentaires, dont certains matériaux, comme les entretiens, ont été recueillis au cours des années 1980. L’enquête s’est concrétisée dans une thèse soutenue en 2001 qui portait sur la période 1893-1986. L’ouvrage finalement publié en 2021 en constitue une version remaniée, étendant encore les bornes temporelles entre 1880 et 2014.

L’ENIA est créée en 1893 et devient l’École nationale des industries agricoles et alimentaires (ENIAA) en 1954 puis l’École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires (ENSIA) en 1961. Elle fusionne en 2007 avec l’Institut national agronomique Paris-Grignon (INA-PG) et l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF), pour donner l’Institut national des sciences et industries du vivant et de l’environnement, plus connu sous le nom d’AgroParisTech. En 2014, l’Institut agronomique vétérinaire et forestier de France, ou Agreenium, vient chapeauter cette dernière structure en rassemblant les principaux établissements agronomiques d’enseignement supérieur ou de recherche. L’objet de la monographie est abordé sous deux angles : l’histoire de l’enseignement et des structures qui l’encadrent, l’histoire des trajectoires sociales de la population étudiante. Ces deux angles sont reproduits de concert en trois parties largement chronologiques.

Des aliments en quête d’acteurs s’ouvre sur la genèse de l’industrie sucrière en France et la position des chimistes de sucrerie au long du XIXe siècle. À la suite du blocus continental sous le Premier Empire, des sucreries s’installent rapidement, sans attendre la culture de betteraves aux alentours, forçant le monde agricole à s’adapter à ces usines nouvelles. Par ailleurs, l’extraction du sucre de betterave est une découverte chimique et ne constitue pas un savoir agricole artisanal. La chimie alimentaire prend encore de l’importance dans cette industrie à la fin du XIXe siècle en raison de la fiscalité française et d’une concurrence internationale qui reposent toutes deux sur le concours des chimistes spécialisés, mais à la position précaire car ils ne sont en général employés que pour des « campagnes » d’un trimestre. En 1882, ces derniers fondent l’Association des chimistes de sucrerie, militant pour une formation pérenne afin d’asseoir leur position, et l’ENIA est créée à Douai.

La filière sucrière domine initialement, mais des transformations fiscales et économiques font évoluer l’établissement vers un « projet des distillateurs », de 1904 à 1939, soutenu par les possibles usages de l’alcool dans l’approvisionnement énergétique de la France. La concurrence avec d’autres institutions d’enseignement agronomique conduit à l’assimilation de l’ENIA aux écoles nationales d’agriculture en 1927 et à la délivrance du diplôme d’ingénieur. De ce fait le programme s’enrichit de nouvelles matières, tandis que l’enseignement pratique diminue. Malgré une visée nationale, l’école accueille surtout jusqu’en 1939 des élèves du Nord et du Pas-de-Calais. La majorité des étudiants viennent de milieux modestes, avec des cas notables d’ascension sociale, notamment pour ceux issus de familles d’agriculteurs. En somme, c’est la constitution d’une « nouvelle élite totalement inexistante deux générations auparavant » (p. 236) qui est progressivement dessinée.

La portée nationale de l’ENIA est exposée dans la deuxième partie, notamment dans le cadre d’un projet d’École centrale des industries alimentaires autour de la Seconde Guerre mondiale, afin d’accueillir l’ensemble des ingénieurs désirant se spécialiser. Cette partie repose sur une double analyse : l’installation d’une partie de l’ENIA en Île-de-France et la généralisation de l’enseignement, de moins en moins centré sur une filière particulière. Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’ENIA tente à la fois d’élargir son propre enseignement et de réaliser un projet fédérateur des diverses formations de l’industrie alimentaire. La durée des enseignements passe de deux à trois ans et si le projet d’École centrale n’aboutit pas, d’autres transformations actent son développement, avec notamment le nouveau nom d’ENSIA ou encore un arrêté de 1955 précisant la place du « génie industriel » dans l’enseignement, une refonte du concours d’entrée en 1956 sur le modèle de l’Institut agronomique et la décision de son implantation finale à Massy en 1958.

De ce fait, la population étudiante et les carrières objectivées entre 1941 et 1968 se transforment. Si l’origine sociale des étudiants change, notamment du fait de la tertiarisation de l’économie et de l’implantation parisienne, l’évolution majeure se situe dans les carrières des ingénieurs ENSIA, les carrières d’agriculteurs disparaissant quasiment. Cette école forme désormais en priorité des directeurs (34,18 % en 1982 contre 21,6 % en 1948) ou des cadres et ingénieurs qui ne sont plus forcément spécialisés dans les filières fondatrices (sucrerie, distillerie, brasserie). Les femmes sont admises à partir de 1956, et en 1973 elles représentent un cinquième de la promotion (p. 450). Par ailleurs, Marielle Bouix devient en 1989 la première femme à diriger un département d’enseignement, celui de microbiologie industrielle. Cependant, la question du genre n’est pas centralement développée dans l’ouvrage.

La troisième partie porte quant à elle sur la mise en œuvre d’un savoir unitaire concernant le secteur de l’agroalimentaire, ainsi que les nombreux projets politiques visant à définir ce dernier, entre les politiques publiques et le travail d’influence réalisé par les diverses parties prenantes, en premier lieu l’association des anciens élèves et les industriels de l’alimentaire. Avec l’installation définitive de l’ENSIA en région parisienne, l’école met en place un nouvel enseignement. Marcel Loncin (1920-1995) y joue un rôle crucial grâce à son approche des « opérations unitaires » et du génie industriel, matérialisée dès l’année scolaire 1962-1963. Totalement absent des enseignements jusque dans les années 1950, en 1971, le génie industriel – défini comme « la démarche qui consiste à étudier scientifiquement la transformation des produits agricoles en produits alimentaires » (p. 402) – représente 13 % des cours de l’ENSIA. Dans cette foulée, trois départements sont créés dans les années 1970 : le génie des procédés alimentaires (avec les mathématiques, l’informatique et la mécanique), la science des aliments et la biotechnologie. En 1986, un département d’économie alimentaire est également ouvert.

Malgré cette dynamique intellectuelle, l’ENSIA connaît de nombreuses incertitudes institutionnelles, souffre de sa taille trop réduite ainsi que de la mise en place d’institutions concurrentes. Elle devient progressivement un objet de lutte dans le cadre des politiques du « pétrole vert » visant à « adapter l’agriculture aux nouvelles conditions du marché mondial » et reposant sur l’idée que « l’exploitation agricole traditionnelle doit devenir une entreprise rentable » (p. 390). En 1977, la création d’un secrétariat d’État dédié aux industries agricoles et alimentaires témoigne de l’intérêt croissant pour ce domaine, avec l’économiste Louis Malassis à la tête de l’enseignement agricole au ministère de l’Agriculture dès 1978. Mais dès les années 1980, l’éparpillement des formations est mis à l’ordre du jour des discussions publiques, notamment dans le cadre du rapport Mothes de 1984 (nommé d’après Jean Mothes, directeur du groupe Perrier placé à la tête d’un groupe de travail par le ministre de l’Agriculture).

En 1981, l’Institut supérieur de l’agroalimentaire (ISAA) est ainsi créé, coordonnant l’enseignement entre l’ENSIA, l’INA-PG et l’ENGREF, notamment en mutualisant les troisièmes années. C’est Francis Lepatre, président de l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA), créée en 1968, qui assure la présidence du conseil d’orientation. Ce projet est encore renforcé par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), qui propose la création d’un Institut des sciences et techniques du vivant par l’entremise de son président en 1989. Selon des jeux politiques finement analysés, ce projet ne se concrétisera que dans le cadre d’un Institut national des sciences et industries du vivant et de l’environnement, ou AgroParisTech, conduisant en 2007 l’ENSIA à fusionner dans une « fin glorieuse » (p. 501) avec l’INA-PG et l’ENGREF.

Le huitième et dernier chapitre expose de manière générale la place des ingénieurs agroalimentaires dans la société française. En analysant la position et les trajectoires de l’ensemble de la population des élèves de l’ENSIA, socialement situés entre les Écoles d’arts et métiers et l’école nationale d’agriculture de Grignon, l’auteur avance que leur place « n’a pas été à la mesure de l’apport pédagogique de l’école qui les a formés et donc du service ainsi rendu à la société » (p. 556). Alors qu’à l’origine l’association des chimistes envisageait l’ENIA comme un important jalon pour leur prise de pouvoir dans le monde industriel, cette dernière s’est déployée « dans l’indifférence » (p. 566), pour des raisons qui peuvent être discutées.

L’ouvrage éclaire indirectement deux sujets d’études encore peu exploités, du moins dans la littérature francophone. Le premier concerne les spécificités des ingénieurs de l’industrie alimentaire. Si les agronomes ou ingénieurs agricoles sont désormais bien connus, tout comme l’est l’introduction des mentalités et des pratiques capitalistes dans l’exploitation de la nature1, ce n’est pas le cas pour les agents des industries alimentaires. Cependant, la progressive constitution des savoirs encadrant le secteur agroalimentaire, son organisation économique et les luttes de positionnement avec les institutions de défense des intérêts agricoles ne sont évoquées qu’en arrière-plan. Le second se rapporte aux relations complexes tissées entre l’État, le monde agricole et l’industrie alimentaire au long du XXe siècle. Les questions concernant l’activité politique des industries alimentaires, en particulier celles qui passent par le savoir et la production d’une expertise d’État ou privée, ne sont pas frontalement abordées, alors qu’elles sont l’objet des recherches les plus récentes en sciences sociales2. Les index, très fournis par ailleurs, ne mentionnent pas les termes « capitaliste » ou « capitalisme », et cette notion n’est pas discutée. De même, si une douzaine d’industries sont présentes dans les index, l’industrialisation elle-même n’est pas discutée, si ce n’est sous la forme d’une contribution au progrès humain. Mais ces remarques n’enlèvent rien à une telle enquête sur le temps long, présentée dans un ouvrage ne comprenant pas moins de trente-deux annexes, cinq différents index, trente-neuf tableaux et treize figures, une liste des abréviations qui s’étend sur quatre pages et de très nombreux portraits individuels finement détaillés. Un ouvrage si vaste et reposant sur une telle somme de matériaux peut traiter de ses propres questions tout en contribuant à répondre à celles qu’il ne pose pas.

Thomas Depecker




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 9 décembre). Pierre Vigreux, Des aliments en quête d’acteurs. L’École nationale des industries agricoles (1880-2014). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hw

  1. M. Giraudeau, « The Farm as an Accounting Laboratory: An Essay on the History of Accounting and Agriculture », Accounting History Review, vol. 27, n° 2, 2017, p. 201-215 ; P. M. Jones, Agricultural Enlightenment. Knowledge, Technology, and Nature, 1750-1840, Oxford, Oxford University Press, 2016 ; F. Vatin, « L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique », Revue française de socio-économie, n° 1, 2008, p. 131-152. []
  2. D. Benamouzig et J. Cortinas Muñoz, Des lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique, Paris, Raisons d’agir, 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search