Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation. La France, l’UNESCO et la fin des empires coloniaux en Afrique (1945-1961).

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Histoire et civilisations », 2023, 292 p.

L’ouvrage de Damiano Matasci vient enrichir excellemment un ensemble de recherches historiques récentes et dynamiques portant sur l’histoire de l’éducation en situation coloniale et postcoloniale. À partir d’études de cas très concrètes et historicisées, ces travaux articulent différentes échelles, du local au global, en s’intéressant aux circulations transimpériales et transnationales. L’auteur est enseignant-chercheur à l’Université de Genève. Il a notamment codirigé l’ouvrage collectif Repenser la « mission civilisatrice ». L’éducation dans le monde colonial et postcolonial au XXe siècle1, dont un chapitre, écrit par Hugo Gonçalves Dores et Miguel Bandeira Jerónimo, aborde « la question de l’éducation coloniale en Afrique et les organisations interimpériales (1945-1957) », en particulier les relations entre la Commission de coopération technique en Afrique au sud du Sahara (CCTA) et l’UNESCO. Il a aussi publié, avec Miguel Bandeira Jerónimo, un article historiographique et épistémologique très stimulant intitulé « Une histoire transimpériale de l’Afrique : concepts, approches et perspectives2 ». En se focalisant sur le processus d’internationalisation de la politique éducative française en Afrique subsaharienne, dans ses relations avec les autres puissances coloniales et l’UNESCO, ainsi que sur les limites d’une telle dynamique, il montre dans cet ouvrage la fécondité d’une telle approche pour l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Afrique, en se dégageant d’un cadre trop étroitement colonial ou impérial.

La bibliographie est riche et très à jour. Elle rassemble la production historiographique internationale sur l’histoire du développement et de l’éducation en situation coloniale et impériale, comme les travaux de Peter Kallaway et Rebecca Swartz, invitant au croisement des regards. On pourrait cependant encore y ajouter les travaux fondateurs de Julien Meimon sur l’histoire institutionnelle et la politique de coopération française, et ceux d’Helen Tilley3, pour recontextualiser la création d’institutions scientifiques impériales ou interimpériales, comme le Conseil scientifique pour l’Afrique.

Cette recherche s’appuie sur de nombreux fonds d’archives et des sources rigoureusement dépouillés : archives de l’UNESCO, archives nationales coloniales françaises mais aussi britanniques, archives nationales du Sénégal (fonds de l’AOF, de la Fédération du Mali et du Sénégal) et de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN), fonds des fondations Phelps-Stokes, Rockefeller et Ford. Sans se prendre au risque du pointillisme, il met en perspective le produit de ses enquêtes multiples et fait ainsi concrètement varier les échelles, du registre des politiques internationales aux expériences locales d’« éducation de base », de manière problématisée.

Plus spécifiquement, le livre restitue les complémentarités ainsi que les tensions et rivalités entre les instances et les politiques éducatives de la France et de l’UNESCO dans les territoires sous domination coloniale en Afrique, concurrences mobilisant aussi d’autres pays européens, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la conférence d’Addis-Abeba, réunie en mai 1961 à l’initiative de l’UNESCO. La recherche met en lumière les porosités et circulations entre ces réseaux d’acteurs coloniaux, missionnaires ou rattachés aux institutions internationales, ainsi que les limites de ces actions et « les reconfigurations sémantiques et opérationnelles qui s’opèrent au moment des indépendances » (p. 13).

Damiano Matasci souligne combien l’historiographie sur l’éducation en situation coloniale en Afrique s’est développée depuis plus d’une dizaine d’années, en approfondissant des problématiques socio-politiques et de genre notamment. Il montre aussi que la période comprise entre la Seconde Guerre mondiale et les indépendances des États africains reste un champ encore à travailler, au-delà des recherches essentielles déjà menées, notamment par Harry Gamble4. Les études d’histoire comparée ou transnationale de l’éducation en situation coloniale restent aussi relativement rares.

Damiano Matasci analyse comment la concurrence entre autorités coloniales et instances internationales se joue autour de la lutte contre le sous-développement par l’éducation et pour la promotion d’une « éducation de base », sur fond de crise des empires et de guerre froide. Il montre comment les politiques de développement par l’éducation dans les colonies françaises d’Afrique subsaharienne « se situent au cœur d’un complexe système, de rivalités et de coopérations, qui se déploie à l’échelle internationale et intercoloniale » (p. 19). Il adopte une perspective très concrète d’histoire globale et connectée des tentatives réformistes de la colonisation française autour des projets d’« éducation de base » et éclaire aussi les processus de décolonisation de ces territoires en Afrique. S’intéressant à « un internationalisme impérial qui se situe tantôt en complémentarité, tantôt en concurrence avec celui incarné par les Nations unies » (p. 22), il apporte sa contribution à une « nouvelle histoire globale de la modernisation » (p. 22), encouragée par David C. Engerman et Corinna R. Unger. Il interroge les liens entre l’éducation et la problématique du développement ainsi que la « cohabitation de plusieurs pratiques et visions de la coopération internationale en contexte colonial » (p. 25).

Le premier chapitre (1945-1949) présente la définition de l’éducation de base par les experts de l’UNESCO, articulée aux débats sur les niveaux de vie et le développement, et fruit d’une « hybridation de savoirs reposant sur un vaste réseau de spécialistes […] issus notamment du monde missionnaire et colonial » (p. 26) et les premières expériences de terrain menées par l’UNESCO. Le deuxième chapitre (1945-1950) analyse les mobilisations institutionnelles onusiennes et coloniales autour des politiques éducatives devenues stratégiques, comme la création de la Commission de coopération technique en Afrique au sud du Sahara (CCTA), réunissant des gouvernements coloniaux qui prennent en main la coopération éducative dans un cadre interimpérial de 1950 à 1957 (chap. 3). Le quatrième chapitre (1952-1956) déplace la focale à l’échelle locale de villages d’AOF et d’AEF, où l’éducation devient un levier de défense de l’œuvre coloniale, associant tardivement des Africains. Le cinquième chapitre (1957-1961) montre les limites financières, matérielles, idéologiques d’une telle politique, suscitant l’opposition des élites africaines, et comment l’UNESCO en tire avantage et parvient à « s’imposer comme un acteur de référence à l’âge des indépendances » (p. 27) et met en place « le plan d’Addis-Abeba » (1961). Une focale sur le cas du Sénégal permet de comprendre la complexe articulation à l’échelle locale des différents programmes d’éducation en compétition.

Dans ce brillant ouvrage, très documenté et ouvrant de multiples perspectives, l’histoire et les usages de la notion d’« éducation de base » sont précisément analysés, tant à l’échelle des politiques nationales et internationales que locale, de manière très problématisée. La recherche propose une entrée éclairante sur l’analyse des transactions complexes qui s’opèrent entre les périodes coloniales et postcoloniales, autour de la notion de développement.

Le concept de « modernisation » apparaît moins questionné. On aurait aussi aimé plus d’informations sur l’articulation entre l’éducation de base et le rôle des femmes, par exemple des matrones, leur lien ou non avec les jeunes femmes formées à l’école normale d’institutrices et de sages-femmes. On pourrait aussi regretter que l’éducation à Madagascar soit globalement mise de côté (mention de la conférence de Tananarive en novembre 1954, p. 145), même si les problématiques éducatives y présentent une certaine spécificité.

L’utilisation répétée de l’expression « mission civilisatrice » ou de la variante « œuvre civilisatrice » (p. 12, 26, 96, 155, 200, 240…) pour la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, pour souligner que « les autorités françaises tentent […] de défendre et de relégitimer la “mission civilisatrice” du colonialisme », pourrait prêter à une certaine ambiguïté. Plutôt qu’une expression caractéristique du début du XXe siècle, dont les lourdes connotations ne sont politiquement plus défendables après la Seconde Guerre mondiale, c’est désormais le paradigme du « développement » qui est davantage explicitement mobilisé dans la rhétorique de justification idéologique de la colonisation. On peut bien entendu souligner les continuités de posture entre les usages de la notion de « mission civilisatrice » et la rhétorique du « développement », encore largement indexée sur des normes occidentalo-centrées.

Inversement, l’expression de « pays du Sud » ou « le Sud », utilisée de manière récurrente (p. 22, 58, 69, 70, 109, 112, 115, 116, 119, 240…), renvoie à une catégorie construite postérieurement à la période sur laquelle porte la recherche.

Pour conclure, c’est un ouvrage remarquable qui est proposé au lecteur, par la clarté apportée au récit subtilement chrono-thématique des (re)jeux et des compétitions d’acteurs autour de l’éducation de base articulé aux débats autour du développement, dans un jeu d’échelles variant d’études de cas locales précises aux politiques (inter-)impériales et internationales.

Marie-Albane de Suremain




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 9 décembre). Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation. La France, l’UNESCO et la fin des empires coloniaux en Afrique (1945-1961). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0hx

  1. D. Matasci, M. B. Jerónimo et H. G. Dores (dir.), Repenser la « mission civilisatrice ». L’éducation dans le monde colonial et postcolonial au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020. []
  2. D. Matasci et M. B. Jerónimo, « Une histoire transimpériale de l’Afrique : concepts, approches et perspectives », Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique,n° 3, 2022, p. 1-17. []
  3. H. Tilley, Africa as a Living Laboratory. Empire, Development, and the Problem of Scientific Knowledge, 1870-1950, Chicago, The University of Chicago Press, 2011. []
  4. H. Gamble, Contesting French West Africa. Battles over Schools and the Colonial Order, 1900-1950, Lincoln, University of Nebraska Press, 2017. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search