Lionel Jacquot, Brice Monier, Martine Paindorge et Simon Paye (dir.), Bataville (1931-2001). Ville-usine de la chaussure.

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, « La pierre et l’écrit », 2023, 380 p.

Cet ouvrage pluridisciplinaire revient sur l’histoire de la ville-usine de la firme Bata située dans le département de la Moselle à Hellocourt. Bata est une entreprise de fabrication de chaussures, apparue à la fin du XIXe siècle dans l’actuelle République tchèque, dont le développement au cours du XXe siècle, conjoint à celui de la société de consommation, s’effectue sur un modèle singulier d’implantations d’unités de production dans les pays où la société veut vendre ses produits (à l’origine pour contourner les droits de douane). Au début des années 1930, Thomas Bata (Tomáš Baťa en tchèque) fait ainsi installer un site de production dans le sud de la Moselle et construire Bataville à proximité. Le livre, organisé en quatre grandes parties comprenant chacune trois à quatre chapitres, a pour objectif de renouveler l’étude de cette ville-usine planifiée en milieu rural, comme la désignent les géographes. Les différents contributeurs apportent ainsi un éclairage nouveau sur cet ensemble architectural, entrepreneurial, industriel et urbanistique, dont l’histoire avait fait l’objet d’une publication peu après sa fermeture1.

L’introduction fait, tout d’abord, un point sur le positionnement historiographique du livre et sur l’originalité du modèle industriel et urbanistique développé par l’entreprise Bata. Ensuite, la première partie est une étude qui emboîte plusieurs échelles géographiques. Du niveau mondial (Zdeněk Pokluda, Jan Herman et Milan Balaban), en passant par l’exemple de Bata au Canada (Lucie K. Morisset), aux territoire et paysage lorrains où s’est développée l’usine d’Hellocourt (Antoine Brichler et Simon Edelblutte), l’analyse géohistorique puis géographique renseigne sur l’évolution du modèle de l’urbanité Bata. Le fondateur Thomas Bata avait ainsi une politique managériale qui lui permettait d’organiser la gestion des ressources humaines et la production de façon à être qualifié de « Ford tchécoslovaque ». À Zlín (République tchèque), lieu d’implantation originelle de son entreprise en 1894, Thomas Bata réussit à intégrer ses usines dans un ensemble productif concentré où il contrôlait l’amont, par exemple avec la construction de machines pour la fabrication de chaussures, et l’aval, avec la mise en place d’un réseau de distribution en Bohême et en Moravie dès 1909. En Moselle, de l’entre-deux-guerres jusqu’à sa fermeture en 2001, Bataville est au cœur d’un système géoéconomique très bien mis en évidence par Antoine Brichler et Simon Edelblutte à l’aide de schémas permettant de le comprendre en un coup d’œil : les éléments constitutifs de Bataville en vue aérienne recouverte d’un canevas explicatif (p. 90), le modèle général de ce type de ville bâtie grâce à l’industrie (p. 91) ainsi que des phénomènes plus spécifiques, comme la cartographie du réseau de ramassage de la main-d’œuvre autour de l’usine en 1984 (p. 93).

Une fois le cadre géographique posé, la deuxième partie présente la socialisation et la formation chez Bata et à Bataville. Lionel Jacquot revient sur le « système Bata » en analysant ce qu’il qualifie de « système hybride et singulier de paternalisme et de taylorisme mâtiné d’innovations sociales, organisationnelles et managériales dont la visée est la consécration de l’entreprise fusionnelle qui transcende les intérêts de classe » (p. 115). Lionel Jacquot estime ainsi, qu’agrégeant paternalisme et taylorisme, l’organisation chez Bata est finalement un « exemple historique de production d’un régime d’“enrôlement joyeux” mais qui n’en produira pas moins des affects tristes contraires à son dessein et qui, à mesure de son étiolement, révéleront la mystification de l’utopie bataïste » (p. 116). La formation professionnelle chez Bata est abordée par Martine Paindorge. Après un panorama historique et synthétique sur les évolutions de la formation professionnelle en France, son chapitre s’attache à démontrer comment une « école Bata », qui formait la main-d’œuvre en interne, a pu exister. Cependant, Martine Paindorge reconnaît la difficulté d’aller au-delà de la représentation sociale d’une spécificité forte de cette formation donnée par les entretiens qu’elle a eus avec d’anciens salariés. En effet, d’autres grandes entreprises industrielles fournissaient à leurs salariés des formations en interne très encadrantes, des années 1940 jusqu’aux années 1980. À l’instar de Bata, ces encadrements avaient pour objectif de renforcer l’esprit « maison » tout en donnant l’opportunité à certains employés de s’élever dans la hiérarchie de l’entreprise. D’ailleurs, pendant la même période, les entreprises industrielles encourageaient aussi leurs salariés à participer à des activités hors travail, pour leur bien-être individuel et au profit de l’entreprise. La pratique sportive analysée par Brice Monier en est un exemple intéressant. Le dispositif sportif batavillois autour du basket, du football et du tennis permettait, entre enchantement et assujettissement, de façonner les conditions d’un attachement supplémentaire à l’entreprise – cette dernière étant alors présente au-delà des horaires de travail dans les différents temps de vie des ouvrières et des ouvriers. Loïc Mathieu et Simon Paye montrent que Bata a, « par le biais notamment des horaires de travail, défini pour des centaines de familles de la région un temps dominant » (p. 193) tout en insistant sur le fait qu’elle n’a pas réussi à créer une norme temporelle unique qui aurait été une sorte de temps Bata – un « Batatime » – comme un fuseau horaire entrepreneurial spécifique.

La troisième partie de l’ouvrage aborde l’histoire du travail et de l’organisation managériale chez Bata. Loïc Mathieu et Simon Paye définissent quatre sous-groupes au sein de la population ouvrière de l’usine – les travailleurs et les travailleuses de la coupe, du piquage, du montage et des services annexes – et un autre composé de personnes ne vivant pas à Bataville, dont des ouvrières à domicile. Néanmoins, ces deux auteurs insistent sur le fait que « la variété des mondes ouvriers à Bata-Hellocourt ne doit pas, pour autant, s’interpréter comme une absence d’unité du groupe ouvrier ou une indifférenciation avec les autres catégories de personnel » (p. 218). En somme, comme d’autres mondes ouvriers ayant existé à la même époque (dans les chantiers navals, les mines, les usines automobiles, sur les sites sidérurgiques, etc.), loin d’être un bloc monolithique, le groupe ouvrier est au contraire marqué par sa grande diversité. Conjointement, il est uni par ses rapports de production avec le patronat. En ce qui concerne l’encadrement hiérarchique, Lionel Jacquot démontre, dans le neuvième chapitre, que la mobilisation de l’encadrement chez Bata est emblématique d’une gouvernementalité typique du « siècle des chefs » étudié par Yves Cohen2. Ainsi, le rôle des petits chefs est fondamental chez Bata. D’ailleurs, étudié par Jean Bihan et Lionel Jacquot, le syndicalisme y est, particulièrement jusqu’aux années 1960, « faible et divisé » (p. 254), tandis que dans les deux décennies précédentes de « “petits chefs” continuent à se comporter comme des garde-chiourmes et répriment les travailleurs syndiqués » (p. 255). À la fin du XXe siècle, même si l’action syndicale compte davantage qu’auparavant, il est parfois difficile pour les militants syndicaux d’avoir l’oreille des Batamen auxquels l’entreprise avait su donner l’illusion de sa permanence et, par là même, découragé des initiatives de luttes sociales.

Dans une approche, à la fois, comparatiste, multiscalaire et pluridisciplinaire, et en continuité avec des éléments du même type présents dans les dix premiers chapitres, la quatrième partie de l’ouvrage ouvre la focale sur l’histoire du village-ouvrier et de la ville-usine, l’anthropologie industrielle en Lorraine et le conflit social de 2001 et ses suites, après la fermeture de l’usine. Gracia Dorel-Ferré, pionnière et spécialiste du patrimoine industriel, revient sur l’importance patrimoniale des sites industriels désaffectés ainsi que sur la façon de protéger les lieux comme Bataville, dont une partie seulement des infrastructures est actuellement classée. Pour Gracia Dorel-Ferré, Bataville est un « site majestueux, inscrit dans une époque dont il est le parfait témoin, [et] il mériterait, dans le cadre d’une reconversion respectueuse, d’être mis en valeur en tant que tel » (p. 285). Jean-Luc Deshayes évoque, pour compléter l’étude historique de Bataville, la nécessité de faire attention au rapport au passé lorsque l’on réalise l’histoire d’un groupe social sur un territoire circonscrit. Utilisant des réflexions anthropologiques et historiographiques forgées pour l’étude du bassin sidérurgique de Longwy, dont il est un spécialiste, Jean-Luc Deshayes met en garde contre la relativisation de la lutte des classes, tandis que le capitalisme s’est métamorphosé à de nombreuses reprises depuis les débuts de l’industrialisation au XIXe siècle. Selon lui, l’intérêt porté à un « bout de monde qui aide à lire le monde » (p. 300), comme Bataville ou le bassin de Longwy, doit désormais éviter trois écueils : la survalorisation du local et des conflits sur des sites bien délimités au détriment d’une lecture plus globale de la lutte des classes, oublier de croiser les éléments recueillis par les anthropologues, les historiens ou les sociologues localement avec des interprétations socio-historiques de niveau national ou international et, enfin, ne pas avoir à l’esprit que « la présence accrue du “territoire” dans la définition des problèmes sociaux et de l’action publique ne correspond donc pas à une disparition des rapports de classe » (p. 303). L’ultime chapitre du livre a été rédigé par un responsable départemental de la CFDT-Moselle, qui a précisément vécu l’évolution de ces derniers chez Bata, dans le cadre des mutations du capitalisme mondialisé de la fin du XXe siècle et du tout début du XXIe. Alain Gatti a ainsi accompagné et encadré la lutte sociale précédant la fermeture de l’usine de fabrication de chaussures et a fini par devenir un des gardiens de la mémoire de l’aventure industrielle et sociale que fut Bataville.

La conclusion générale de cet ouvrage collectif revient sur le lieu de vie et de production archétypal que fut Bataville au sein de la société industrielle qui s’est épanouie en France au cours du XXe siècle. Ce faisant, les auteurs reprennent leurs questionnements sur le paternalisme, la fabrique du consentement et la socialisation organisationnelle, ainsi que sur l’autonomie relative de l’implantation industrielle locale d’une grande entreprise pour synthétiser les propos concernant ces mêmes thèmes que l’on trouve dans l’ensemble des chapitres. La question sur le devenir de la mémoire matérielle et immatérielle de Bataville clôt l’ensemble. Même si les auteurs reconnaissent qu’ils n’ont pas pu couvrir tous les champs d’étude qui pouvait s’offrir à eux grâce à l’histoire de Bataville3, force est de reconnaître qu’ils ont su bâtir une œuvre qui est un jalon important pour la connaissance du monde ouvrier et productif que fut l’implantation usinière et urbaine mosellane de la firme Bata.

Pascal Raggi




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2023, 24 décembre). Lionel Jacquot, Brice Monier, Martine Paindorge et Simon Paye (dir.), Bataville (1931-2001). Ville-usine de la chaussure. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vey1

  1. A. Gatti, Chausser les hommes qui vont pieds nus. Bata-Hellocourt, 1931-2001. Enquête sur la mémoire industrielle et sociale, Metz, Éditions Serpenoise, 2004. []
  2. Y. Cohen, Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam, 2013. []
  3. Des études existent aussi sur des points précis de l’histoire de Bataville dans des contextes historiques particuliers. Voir, notamment, N. Chauveau, « Les Usines Bata et leur politique sociale à Zlín et à Hellocourt pendant l’entre-deux-guerres », mémoire de maîtrise, INALCO, 2002 et F. Le Bot, « La “famille” du cuir contre Bata : malthusianisme, corporatisme, xénophobie et antisémitisme dans le monde de la chaussure en France, 1930-1950 », Revue d’histoire moderne et contemporaine,n° 52-4, 2005, p. 131-151 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search