Anaïs Albert, La vie à crédit. La consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920).

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles », 2021, 388 p. Préface de Christophe Charle.

Avec La vie à crédit, l’historienne Anaïs Albert, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Cité, parachève une recherche tirée de sa thèse en histoire contemporaine menée sous la direction d’Anne-Marie Sohn et Christophe Charle, lequel signe la préface de l’ouvrage. En proposant d’analyser ensemble les objets, leurs modes d’acquisition et leurs usages, et en restituant les significations que revêtent ces pratiques pour les acteurs, ce livre constitue une contribution substantielle à l’histoire des consommations populaires. Ce faisant, Anaïs Albert offre un point d’entrée privilégié pour étudier la vie quotidienne des classes populaires en déplaçant le regard de la sphère de production et des espaces professionnels (atelier, usine), plutôt masculins, aux activités et aux espaces domestiques, dans lesquels les femmes jouent un rôle prépondérant, pour « venir interroger ce qui définit une classe sociale, hors du monde du travail » (p. 32).

L’enquête porte sur les classes populaires parisiennes. Si le groupe ouvrier en forme le pivot, cette catégorie aux contours nécessairement larges s’étend aux employés, petits fonctionnaires (notamment les employés municipaux), jusqu’aux petits commerçants et artisans, dont la limite haute voisine avec la petite bourgeoisie. L’enquête a pour cadre spatial la Ville de Paris, dont le périmètre est à géométrie variable selon le type de sources et d’actes considérés : l’échelle de l’arrondissement pour les scellés après décès (14e et 11e arrondissements) ou les registres de commissariat (la Goutte-d’Or, 18e arrondissement) et l’échelle de la ville pour les sources relatives à la vente à l’abonnement ou celles du Crédit municipal. Concernant ce dernier, la répartition spatiale contrastée des établissements (concentration des maisons de vente à crédit dans le Centre-Est de Paris, dispersion des bureaux auxiliaires du Crédit municipal) exprime aussi la distribution urbaine de différents types de populations et d’activités. La période considérée (1880-1920) permet à la fois d’observer la massification du crédit à la consommation à la Belle Époque et le coup d’arrêt à cette progression opéré par le premier conflit mondial.

Ce cadre d’analyse autorise Anaïs Albert à travailler à une approche renouvelée de la notion de « consommation ». À rebours des enquêtes de budget des familles contemporaines à la période considérée, qui appréhendent les dépenses quotidiennes principalement par l’alimentation, l’auteure met l’accent sur d’autres objets de consommation (vêtements, mobilier, décoration, ainsi que machines à coudre et bicyclettes), qui ouvrent eux-mêmes à de nouvelles sources d’archives. Ce faisant, l’auteure se démarque d’une approche culturelle de la consommation en faveur d’une histoire économique attentive au long cycle de vie des objets, ou, dit autrement, « l’analyse de la consommation ne s’y réduit pas à l’acte d’achat, mais envisage le processus de destruction de la valeur par l’usage en étudiant le cycle de vie des objets dans son entier » (p. 24).

Pour ce faire, l’auteure recourt à une grande diversité de sources. À l’appui d’un vaste ensemble documentaire, elle soutient la gageure de restituer les façons d’agir et de penser des hommes et des femmes des classes populaires, depuis la description d’univers domestiques singuliers dont les scellés après décès gardent une trace précise, jusqu’à des témoignages conservés dans les archives judiciaires par l’intermédiaire des « pièces de procédures ». Plus précisément, il vaut la peine d’énumérer ces sources, tant leur croisement permet cette approche quasi ethnographique des activités économiques des classes populaires parisiennes engagées via différents types de transactions. Dans les archives judiciaires, les dossiers de justice de paix ont fourni le corpus le plus important : audiences en conciliation pour dette, archives de la saisie-arrêt, scellés après décès. Ces derniers, en particulier, ont constitué une source majeure pour restituer les univers domestiques et les rapports sociaux qui enserrent la consommation populaire. À la différence des inventaires après décès abondamment utilisés par l’historiographie – établis pour chiffrer la valeur d’un héritage et aveugles au contexte d’utilisation des objets inventoriés –, les scellés « situent très précisément les objets dans un intérieur, transformant les choses en indices des activités quotidiennes que sont se nourrir, se chauffer, se laver ou se divertir » (p. 38). Les archives policières (fonds de la préfecture de Police) documentent les processus légaux et illégaux d’accès aux biens, relatifs notamment à la réglementation de la vie quotidienne ou aux registres de commissariat, qui permettent, entre autres, d’y repérer les vols (auteurs, victimes et objets du délit). Les archives du Mont-de-Piété de Paris et celles d’une soixantaine de commissaires-priseurs sont croisées avec des informations nominatives pour conserver l’exigence de toujours relier les objets aux individus. Un ensemble varié de sources relatives au commerce vient compléter ce corpus : registres du commerce, dossiers de faillite, auxquels s’ajoutent annuaires commerciaux, catalogues, factures, carnets de crédit, cartes postales, correspondance ou encore archives iconographiques sur l’histoire du commerce. Enfin, ces documents de première main sont mis en perspective avec les sources imprimées classiques de l’histoire sociale et de l’histoire ouvrière, telles que les enquêtes sociales ou celles de la statistique publique.

Cet inventaire à la Prévert témoigne de l’ingéniosité et de l’exigence requises pour analyser des pratiques de consommation « par en bas », qui impliquent d’identifier, d’inventer et de démultiplier les sources. C’est à ce prix que l’auteure peut construire une approche de la « consommation » qui ne se réduit pas à l’acte d’achat. Si les deux premiers chapitres portent en effet sur les achats et les usages des objets, les chapitres suivants s’intéressent aux autres dimensions et acteurs de la consommation : la régulation du marché par l’État, le crédit, la publicité, l’usure. Le plan de l’ouvrage permet de progressivement tisser le fil du cycle de vie des objets et les sept chapitres qui le composent correspondent à autant d’étapes de la circulation et de la transformation des objets et des pratiques économiques qu’ils requièrent, depuis des transactions marchandes à des formes altérées ou illégales d’acquisition et d’échange.

Les deux premiers chapitres s’intéressent aux possessions des classes populaires, à travers les modes d’habiter et de se vêtir. Les dossiers de scellés informent à la fois sur les objets et les activités quotidiennes, mais aussi sur les rapports sociaux qui caractérisent la vie des classes populaires hors du monde professionnel. Plus particulièrement, Anaïs Albert met en exergue deux dimensions de la consommation populaire, saisie par le logement et les vêtements. Elle documente d’une part la marchandisation progressive d’un ensemble de liens ou d’activités jusque-là échangés hors de la sphère du marché, comme l’assurance ou la ritualisation de la mort. Cette marchandisation est, avec la dette, une manifestation des intermédiations de la consommation qui se fait jour dès la fin du XIXe siècle dans les classes populaires. En s’intéressant à l’épreuve de la Grande Guerre, le chapitre 3 examine de quelle façon pénurie et inflation restreignent drastiquement l’offre et le pouvoir d’achat, conduisant à des mobilisations incarnées notamment par la figure emblématique des midinettes, auxquelles l’auteure consacre de belles pages. Les chapitres 4 et 5 portent sur les médiations financière (vente à l’abonnement) et culturelle (la réclame), deux phénomènes intimement liés qui participent de l’essor de l’achat des biens de consommation durant la période considérée. Les deux derniers chapitres de l’ouvrage poursuivent la réflexion sur les modalités d’acquisition des objets. Anaïs Albert y analyse la mise en circulation d’objets usagés par l’intermédiaire du mont-de-piété (chap. 6) et d’autres pratiques, telles que le vol (chap. 7). En mettant l’accent sur les modes alternatifs d’acquisition de biens et de transferts monétaires, l’auteure complexifie la définition de la consommation, qui ne se limite plus à l’achat d’objets neufs, mais prend en compte l’ensemble du cycle de vie et de transformation des objets et leur circulation sur les marchés de seconde main.

Enfin, l’ouvrage renouvelle la connaissance des modes de vie populaire à Paris par le prisme de la consommation, notion que l’auteure travaille d’une façon heuristiquement très efficace. Loin de confondre les transactions économiques avec les seules dépenses (contrairement aux enquêtes statistiques), elle identifie la grande diversité des pratiques économiques, en particulier dans les ménages où les ressources font défaut au regard des possibilités immenses offertes par l’essor, à la fin du XIXe siècle, du marché des biens manufacturés. Le cas de la vente à tempérament, où le passage de l’abonneur peut être utilisé comme une épargne forcée par certains ménages pauvres, est emblématique de la façon dont l’auteure analyse avec finesse la diversité des pratiques économiques et la signification qu’elles revêtent pour les acteurs. Tel est l’un des nombreux mérites de l’ouvrage historique d’Anaïs Albert.

Anne LHUISSIER



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 4 janvier). Anaïs Albert, La vie à crédit. La consommation des classes populaires à Paris (années 1880-1920). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vey2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search