Joël Laillier et Christian Topalov, Gouverner la science. Anatomie d’une réforme (2004-2020).

Marseille, Agone, « L’ordre des choses », 2022, 420 p.

Gouverner la science part d’une colère : celle de Joël Laillier et Christian Topalov face aux changements qui ont marqué le système académique français depuis le milieu des années 2000. Transformant cette colère en enquête, les deux auteurs proposent d’étudier ces réformes en analysant les trajectoires des réformateurs qui les portent : à cette fin, ils s’appuient sur l’analyse quantitative d’une vaste base de données comptant plusieurs milliers d’experts, de responsables administratifs et politiques qui ont pensé, défini, puis mis en œuvre le changement. L’ouvrage s’appuie aussi, mais plus marginalement, sur l’analyse qualitative de rapports préparant la mise en place des réformes.

Selon les deux auteurs, les réformes engagées en France de 2004 à 2020 constituent un « big bang ». Si les transformations engagées ne correspondent pas à un plan d’ensemble, ni à la déclinaison d’un projet néolibéral, elles ont une orientation commune et des conséquences convergentes. Elles aboutissent à « passer d’un monde savant relativement autonome, dans lequel les scientifiques constituent une profession auto-organisée protégée par des institutions et un statut, à un monde où les pratiques scientifiques sont gouvernées par de nouveaux impératifs politiques et économiques et par des institutions hiérarchiques et centralisées » (p. 15). Ce basculement est l’occasion autant qu’il est la conséquence de l’autonomisation du profil des dirigeants des politiques d’enseignement supérieur et de recherche. Depuis le ministère qui en est chargé, la direction des nouvelles universités fusionnées, les services des agences ou la Conférence des présidents d’université, un nouveau type de dirigeants est à la manœuvre. Plus souvent ingénieurs que chercheurs, autonomisés de la profession savante, ne bénéficiant pas toujours d’une très forte reconnaissance académique, ces dirigeants ont fait de la réforme et de sa mise en œuvre un métier et constituent les garants, par-delà les alternances politiques, de ses orientations.

Cette thèse générale est déclinée en huit chapitres. Les deux premiers donnent à voir comment les transformations procèdent par touches successives. Préparé en 2006 par la mise en place de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, le « big bang » advient de 2007 à 2011, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, avec l’adoption de la loi Libertés et responsabilités des universités et le lancement du Programme des investissements d’avenir. L’alternance politique de 2012 introduit des ajustements, mais ne change pas de cap. L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République en 2017 intensifie à nouveau les réformes. À mesure que le changement est mis en œuvre, sa doctrine s’élabore. Le renforcement de « l’autonomie » des universités, la concentration des ressources et le rapprochement de la science de l’industrie en constituent les pierres angulaires (chap. 3). Les chapitres 4 à 6 opèrent des coupes dans l’étude du personnel dirigeant en analysant celles et ceux qui sont en responsabilité au ministère, à la direction des agences et dans les universités. Ils montrent notamment la montée en puissance des ingénieurs dans les directions ministérielles et à l’ANR et la professionnalisation de présidents d’université désormais éloignés des amphithéâtres et des laboratoires. En vingt ans, des circulations s’opèrent : les premiers réformateurs en poste au ministère accompagnent le changement qu’ils ont initié en migrant vers les agences et des nouvelles universités. Le chapitre 7 offre une vue générale de ce processus en opérant un zoom sur les dirigeants les plus établis. Il montre que cette population est plurielle, parce qu’elle regroupe des profils différents, ce qui n’empêche cependant pas des engagements communs. Le chapitre 8 permet enfin aux deux auteurs de situer leurs perspectives dans les travaux prenant les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche pour objet.

Ce trop bref résumé ne permet pas de rendre justice à l’ensemble de l’analyse. Elle est précieuse du fait de sa perspective : là où les réformes, et leurs commentateurs, segmentent, les deux auteurs offrent une vue générale éclairant un mouvement d’ensemble. Laillier et Topalov mettent ainsi en lumière des recompositions autrement difficilement perceptibles : la prise de pouvoir conjointe des ingénieurs au sein de l’ANR et de la Direction générale à la recherche et à l’innovation, la circulation des membres des cabinets ministériels vers la direction des nouvelles agences et des nouvelles universités sont intéressantes. L’ouvrage aussi se lit très bien : il donne à voir, page après page, la structuration d’une communauté réformatrice. Laillier et Topalov se révèlent enfin de fins connaisseurs du processus réformateur et d’habiles pédagogues : le lecteur n’est jamais perdu dans le maquis des réformes.

En dépit de ces qualités, Gouverner la science pose cependant des problèmes importants. Pour les résumer d’un trait, je dirais que si les deux auteurs étaient des skieurs, ils seraient des adeptes du hors-piste. Ce goût les conduit souvent à s’aventurer au-delà de leurs sources. Tant qu’ils en restent à l’analyse des trajectoires, Laillier et Topalov sont convaincants. Ils ne s’y cantonnent pas cependant et cherchent, souvent, à analyser la fabrique des réformes. On conviendra avec eux que les trajectoires des réformateurs en constituent un élément important : les caractéristiques des individus peuplant les institutions ont des incidences sur l’orientation réformatrice. Faire l’anatomie d’une réforme, pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage, suppose cependant dans le même temps d’éclairer les conflits qui émaillent le processus réformateur, les résistances qu’il rencontre, les luttes institutionnelles qui le balisent, autant d’éléments absents, faute d’une analyse qualitative du changement. L’ouvrage pâtit d’autant plus de cette absence que Laillier et Topalov convoquent fort peu les travaux prenant ces réformes pour objet – j’y reviendrai.

Décidément aventureux, les deux auteurs statuent aussi sur la portée des changements, sans s’appuyer sur une perspective historique sérieuse. Dès les premières pages de l’ouvrage, l’affaire est entendue : les réformes de la séquence 2004-2020 constituent un « big bang » (p. 24 notamment). Ce « big bang » est cependant bien plus postulé que démontré : il faut croire les deux auteurs sur parole, parce que leur analyse n’explore jamais réellement la période précédant le changement. Faute de perspective historique ou d’un appui systématique sur les travaux sur le sujet, le livre traite souvent le passé comme un bloc en en gommant les temporalités et les inflexions. Il en livre aussi une version romancée en l’assimilant à un âge d’or : il n’est pas certain que le monde scientifique d’avant 2004 soit si auto-organisé et si autonome que les deux auteurs le soutiennent. Ces excursus au-delà des sources sont aussi problématiques, parce qu’ils réintroduisent des dualismes dont Laillier et Topalov cherchent à s’abstraire. En analysant les trajectoires des réformateurs, les deux auteurs entendent – selon moi, ils font bien – ne pas faire de l’État et de la profession académique des catégories analytiques, mais saisir la réforme en caractérisant celles et ceux qui la portent. Sortis par la porte de l’analyse des trajectoires, l’État et la profession reviennent cependant par la fenêtre de la qualification des changements : soutenir que l’on passe de la protection statutaire et de l’autonomie au contrôle hiérarchique et centralisé revient à dire que l’on passe de la profession à la bureaucratie. Il n’est pas certain qu’une telle opposition rende justice à la complexité des périodes passée et présente.

Enfin, le livre interroge parce qu’il alterne souvent entre les prises de position politique et une analyse fondée sur les sciences sociales. Les deux auteurs revendiquent cette posture en arguant qu’en sciences sociales « le peintre est toujours dans le tableau » (p. 8 notamment), c’est-à-dire que l’analyste fait partie de la réalité qu’il dépeint et que sa position a des incidences sur ce qu’il voit et donne à voir. Je suis d’accord avec cela, mais toute la question est de savoir ce qu’on fait de cette situation. Se savoir dans le tableau peut être vertueux : ce peut être un levier pour réfléchir à sa position, l’expliciter et construire sa distanciation vis-à-vis des mondes sociaux que l’on étudie. Cela peut aussi conduire, au motif que la neutralité est un horizon impossible, à mêler les registres scientifiques et militants. Cette confusion des genres est fréquente dans l’ouvrage. Elle se donne à voir dans le choix des mots pour dire les carrières des réformateurs (untel est « un ingénieur chimiste issu d’une petite école», p. 88) ou l’usage d’un vocabulaire dépréciatif pour les nommer (ils sont « des bureaucrates », p. 166 notamment). Elle s’exprime aussi dans le rapport construit aux travaux sur l’enseignement supérieur et la recherche. Pour les auteurs, ces travaux se rangent en deux catégories, bien séparées. La première regroupe des « sociologues experts » (p. 297 sq.) – dont l’auteur de ces lignes, pourtant politiste, ce qui ne change pas grand-chose à l’affaire, fait partie. Pour le dire vite, ces « sociologues experts » sont des auxiliaires de la réforme : non seulement leurs questions sont peu autonomes de celles des réformateurs, mais leurs résultats édulcorent souvent la portée des changements, parce qu’ils mettent l’accent sur leur caractère composite et sur le maintien de formes de pouvoir académique par-delà les réformes. Les seconds – les « sociologues critiques » (p. 301), dont Laillier et Topalov se revendiquent – condamnent les réformes en cours en en dévoilant les logiques et les effets délétères. Tout occupés à tracer des camps et à classer les gens, les deux auteurs oublient les nuances, raccourcissent les démonstrations, éludent même parfois des proximités de résultats. En bref, ils font en même temps de la science et de la politique, et c’est dommage : certaines conclusions – dont certaines issues de travaux de « sociologues experts » ! – auraient pu nourrir leur démonstration, signe qu’un dialogue entre des traditions de recherche différentes n’est probablement pas impossible.

Il y a mille et un usages d’un livre de sciences sociales. Pour ma part, Gouverner la science m’a été utile, parce qu’il m’a permis de réfléchir aux trajectoires des réformateurs et aux façons de les saisir. Il m’a aussi, pourquoi ne pas le dire, souvent étonné, parfois même agacé, par les excursions hors les sources et hors le périmètre des sciences sociales que les deux auteurs s’autorisent. Au moment de l’utiliser, je n’oublierai donc pas de faire le tri entre une analyse de trajectoires, réellement utile aux débats scientifique et politique, et des passages qui, de mon point de vue, ont une portée et un statut bien plus incertains.

Jérôme Aust



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 4 janvier). Joël Laillier et Christian Topalov, Gouverner la science. Anatomie d’une réforme (2004-2020). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vey4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search