Anna Colin Lebedev, Jamais frères ? Ukraine et Russie : une tragédie postsoviétique.

Paris, Éditions du Seuil, 2022, 228 p.

L’ouvrage d’Anna Colin Lebedev se veut être « un portrait croisé » (p. 214) des sociétés russe et ukrainienne « dans ce qui leur est commun et dans ce qui les sépare » (p. 14-15), se fixant pour objectif de nous aider à saisir ce qui se joue actuellement dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine. L’auteure précise qu’il ne s’agit pas d’un travail d’enquête à proprement parler, mais d’une synthèse des travaux existants enrichie par des observations personnelles ainsi que par ses propres recherches. Son propos vise autant un public initié à l’histoire et à la géopolitique de la région qu’un public large, qui trouvera dans son ouvrage des pistes permettant de saisir les aspects fondamentaux de l’histoire récente des deux pays.

Dès l’introduction, Anna Colin Lebedev rend explicite son positionnement par rapport à son objet de recherche : son livre « propose un regard bien plus personnel que ne le fait habituellement un travail en sciences sociales » (p. 15). Par ses origines et son parcours, elle s’identifie autant à la société russe qu’à la société ukrainienne, une réalité qui, d’une part, engendre chez elle des émotions fortes et complexes et qui, d’autre part, lui permet de prendre une distance critique par rapport aux récits identitaires des deux pays. L’auteure a passé son enfance à Moscou, où elle a été socialisée dans la culture dominante de l’empire, soviétique en théorie, russe de fait. Elle revient sur son parcours et décrit la prise de conscience de son habitus impérial, les déplacements physiques entre la France, la Russie et l’Ukraine étant accompagnés d’un « déplacement de regard » (p. 12).

Le titre du livre fait référence à l’appellation de « peuples frères » utilisée par la propagande soviétique pour parler de l’union prétendument organique entre les Russes et les Ukrainiens. Présentés comme proches culturellement et historiquement, ces deux peuples seraient aussi censés avoir un destin politique commun qui les relierait « à tout jamais ». En réalité, malgré la proximité apparente, le passé commun est perçu de manière différente par les Russes et les Ukrainiens, tandis que la manière dont les trajectoires de ces deux sociétés ont divergé depuis la fin de l’URSS est encore plus révélatrice d’un gouffre qui les sépare.

L’auteure fait le choix de laisser de côté l’histoire longue au profit d’un récit qui se concentre sur la période allant du début du XXe siècle jusqu’à l’invasion russe de 2022. Le livre est subdivisé en trois parties : la première traite de l’histoire du XXe siècle et des regards que les deux sociétés lui portent ; la deuxième concerne la période postsoviétique ; la troisième les années 2014-2022.

Les références à l’histoire surgissent souvent dans cette guerre qui est aussi un affrontement entre les mémoires concurrentes. En Russie comme en Ukraine, le présent est inscrit dans un temps circulaire de l’histoire : l’époque soviétique reste « un passé qui ne passe pas » (p. 23), d’où l’importance et la nécessité de revenir sur les événements historiques qui ont forgé l’imaginaire national des deux sociétés. Le XXe siècle a laissé des cicatrices très profondes aux populations qui ont vécu sur ces « terres de sang » (p. 37), où les guerres et les dictatures ont emporté des millions de vies en l’espace de trois décennies seulement. L’auteure choisit d’aborder cette période à travers trois axes : le rapport au passé soviétique, l’expérience de la Seconde Guerre mondiale et la Shoah. Les deux dernières thématiques sont particulièrement complexes, car traitant de sujets tabous, comme la collaboration et les génocides. Les récits nationaux des deux pays occultent en effet les pages sombres et controversées de leur passé, mais l’auteure réussit à séparer le bon grain des faits de l’ivraie de leur instrumentalisation politique. Elle reste toutefois attentive à ne pas mettre dos à dos les deux sociétés dans leur rapport au passé. Le dynamisme du débat démocratique en Ukraine, où les historiens sont libres de remettre en question le discours dominant, est très différent de la situation dans la Russie de Poutine, où la possibilité même d’un tel débat est désormais impensable. Le récit d’Anna Colin Lebedev est équilibré et nuancé, sans pour autant importuner le lecteur par des détails excessifs.

La deuxième partie de l’ouvrage traite des trente années qui ont suivi la chute de l’Union soviétique, ce passé récent étant vécu très différemment dans les deux pays. Le chapitre 4 vise à déconstruire le mythe d’une prétendue division de l’Ukraine entre les russophones et les ukrainophones, dressant un tableau de la situation linguistique réelle. Anna Colin Lebedev tente ainsi de démêler le nœud complexe de la langue, de l’appartenance ethnique et de l’identité culturelle, rappelant que l’essentialisation de ses caractéristiques est une stratégie du pouvoir russe dont il se sert pour justifier l’emprise politique sur les russophones vivant en dehors de la Fédération de Russie. En réalité, la langue ne détermine pas la loyauté politique de celui qui la parle – un fait trop souvent négligé par les médias qui, séduits par la simplicité de ce récit, tombent dans un piège essentialiste.

Le chapitre suivant décrit les stratégies déployées par l’État russe contemporain dans le but de dominer ses périphéries externes et internes, faisant de la langue et de la culture une réelle arme politique. L’auteure y pose aussi quelques jalons d’une discussion nécessaire sur la dimension coloniale de l’oppression culturelle et linguistique. Largement invisible pour les observateurs externes influencés par le récit russocentré, le colonialisme russe reste aussi un point aveugle pour les intellectuels russes. Même lorsque ces derniers s’opposent au pouvoir, ils sont trop souvent atteints d’une forme de cécité orgueilleuse propre aux nations impériales : percevant leur culture comme universelle, ils se sentent profondément offensés quand leur « don » de la modernité et de la civilisation est rejeté par leurs anciens subalternes qui tentent de retrouver leur subjectivité longtemps réprimée.

Les chapitres 6 et 7 traitent de la relation entre les citoyens et l’État dans les deux sociétés et de la place de la violence dans cette relation. Trop souvent négligés, ces deux éléments sont pourtant essentiels pour comprendre comment les deux sociétés, partant des conditions apparemment similaires, ont pu devenir si différentes. En Ukraine, le système politique est corrompu, mais authentiquement compétitif : du fait de l’hétérogénéité sociale, économique et culturelle du pays, aucun acteur n’a bénéficié d’une position dominante. Chroniquement affaibli, l’État a laissé un champ d’action considérable à la société qui, maintenue dans un état de vigilance constante, a développé une culture politique de protestation et d’action collective. En Russie, où l’envolée du prix des hydrocarbures et la concentration du pouvoir allaient de pair, le rapport à l’État s’est structuré différemment. Le pacte tacite liant la population à son pouvoir – se tenir loin de la politique et profiter de la redistribution de la rente pétrolière – a produit une société maintenue dans un état de démobilisation politique. Une analyse comparative et synthétique de l’évolution récente des deux sociétés est parmi les apports essentiels de cet ouvrage qui fournit ainsi une clé de lecture précieuse pour comprendre tant la passivité apparente des Russes face à la guerre que l’auto-organisation rapide et efficace des Ukrainiens. L’auteure porte ensuite son regard sur les manières différentes dont la violence est institutionnalisée et tolérée dans les deux États – une mise en perspective nuancée et originale, difficile à trouver ailleurs.

La troisième partie du livre raconte les événements récents : la révolution de Maïdan, l’annexion de la Crimée, la guerre du Donbass et, finalement, l’invasion de 2022, le dernier clou enfoncé dans le cercueil de la « fraternité entre les deux peuples ». L’auteure décrit les dynamiques qui ont amené les relations entre les deux sociétés à un point de non-retour, en accordant une attention particulière aux facteurs qui sont rarement pris en compte par les observateurs externes : l’échec normatif de la Russie, incapable de proposer à l’Ukraine un modèle social attractif ; la campagne massive de désinformation présentant la révolution populaire comme un coup « nazi » ; les tendances de fond sur lesquelles la Russie a surfé pour créer les divisions au sein de la société ukrainienne ; l’idéologie impériale qui rencontrait un écho dans la population russe, etc. L’auteure fait le lien avec les chapitres précédents, en expliquant comment chacun des éléments abordés a créé des conditions qui ont rendu possible ce qui se passe aujourd’hui.

Le format court du livre ne permet pas toujours à l’auteure de creuser les dimensions plus profondes de la guerre russe contre l’Ukraine, ceci au profit d’un récit didactique et accessible. La volonté de s’éloigner des grands schémas « géopolitiques » dont regorgent les médias francophones au profit d’un regard « par le bas » privilégiant l’approche sociologique est à la fois un grand atout et une limite de cet ouvrage. Les classes dirigeantes russes sont les grandes absentes de l’analyse. Or, dans les régimes autoritaires comme celui de la Russie, où les dirigeants ne sont pas tenus responsables de leurs décisions devant la société, ce sont des personnes concrètes qui déterminent la politique internationale de leurs pays et elles le font à partir de leurs propres représentations d’elles-mêmes et du monde. L’ouvrage aurait gagné à être augmenté d’une analyse des identités, des normes et des valeurs qui ont façonné la vision du monde des cercles dirigeants russes, pour qui la guerre contre l’Ukraine est pensée comme une bataille existentielle, où la survie même de la Russie est en jeu. Il aurait été utile de regarder plus loin que les récits avancés par le pouvoir russe pour justifier l’agression contre l’Ukraine et discerner plutôt leurs significations sous-jacentes : la perception de l’État russe par ses élites, leur rapport à l’égard de l’Occident et le rôle qu’elles attribuent à l’Ukraine dans une relation complexe qu’elles entretiennent vis-à-vis de la modernité occidentale.

Hanna Perekhoda



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 4 janvier). Anna Colin Lebedev, Jamais frères ? Ukraine et Russie : une tragédie postsoviétique. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vey5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search