Arnaud Manas, L’or de la guerre froide.

Paris, Éditions du Cerf, 2022, 208 p.

Directeur du service du Patrimoine et des Archives de la Banque de France, Arnaud Manas livre un ouvrage ramassé et nerveux comme un polar. Malgré ce format restreint et la facilité de lecture, l’auteur établit les faits essentiels et propose quelques « scoops » sur l’histoire très politique des réserves publiques d’or, plus spécialement celles de la France, entre 1944 et 1980. Il soulève également des questions intrigantes, sans toujours y répondre entièrement, comme un défi aux autres chercheurs.

L’étude complète ce que l’on savait sur les hauts et les bas de la coopération monétaire internationale dans le cadre des accords de Breton Woods conclus en 1944, que ce soit avant 1958 (article XIV) comme après (article VIII). La situation française au cours de la première période est celle d’un relèvement économique parallèle à l’affaissement de ses réserves d’or. La seconde période, marquée par la reconstitution rapide des réserves et une accélération de l’expansion économique, commence lorsque la France rétablit la convertibilité du franc et que les États membres de la CEE se rallient à la convertibilité de leur compte courant en 1958. C’est la première étape d’un démantèlement progressif des contrôles des changes mis en place pendant la guerre et dans les années qui la précèdent1.

Entre 1944 et 1946, la position française apparaît donc fragile et marginalisée au sein des nouvelles institutions économiques multilatérales, du fait des déficits budgétaires et commerciaux et de l’hostilité initiale des États-Unis. Mais dès 1947, cette dépendance s’inscrit dans le cadre de la guerre froide, qui permet de restaurer la position stratégique française et d’obtenir des financements extérieurs. La période s’achève toutefois sur une note très négative qui voit coïncider avec la guerre d’Algérie, la fin de la IVe République et une mission du FMI conditionnant l’appui financier de ses partenaires à une politique de rigueur budgétaire et monétaire. Le redressement engagé alors autorise le nouveau pouvoir gaulliste à s’attribuer tous les mérites du « miracle » du redressement du franc en niant l’intervention du FMI.

Au cours de ces deux périodes, l’or joue un rôle crucial. Entre 1944 et 1958, il est le témoin de la grandeur économique passée de la France et de sa monnaie. Mis à l’abri à Kayes (Mali actuel) pendant la guerre2, il a modérément décru en 1944, à l’exception des 200 tonnes d’or rendues à la Belgique – à la grande colère de de Gaulle – mais compensées aux deux tiers par la part de l’or pillé par les nazis et redistribué entre 1947 et 1958. De 1944 à 1948, le stock d’or monétaire français fond inexorablement, contribuant à alimenter les stocks britanniques, les réserves états-uniennes ainsi que le ressentiment français. Cela explique les règles de déclaration puis de réquisition de l’or et des devises adoptées en 1944 et 1945. Seuls le plan Marshall et la sévère dévaluation Mayer de janvier 1948 mettent fin à cette hémorragie de métal jaune, alors même que le marché domestique de l’or – qui reste fermé en Grande-Bretagne et aux États-Unis – est rouvert. Cela entraîna un sérieux accroc avec les Britanniques, soucieux de protéger le sterling, et la suspension de l’accès de la France aux ressources du FMI.

L’or restait une monnaie internationale, celle des partisans grecs ou des exportateurs saoudiens de pétrole. Dans l’ordre interne, il conservait également son rôle de support de thésaurisation, entraînant une surcote des pièces domestiques (le napoléon pour la France, le souverain pour l’Angleterre…). Aussi, pour limiter les risques spéculatifs – et bénéficier de cette surcote – la Banque de France employa en 1951 une partie de ses lingots pour frapper secrètement des « vrais-faux » napoléons, tout à fait similaires à ceux de 1907, millésime compris. L’affaire, qui dura jusqu’en 1960 et employa 220 tonnes d’or, ne fut officiellement reconnue qu’en 1976… Cette contrefaçon légale était à peu près contemporaine des deux emprunts Pinay (1952 et 1960), justement indexés sur le cours du napoléon, ce qui en augmentait encore l’intérêt financier.

La guerre froide alimentait l’attrait international pour l’or. De façon anecdotique, les Soviétiques frappèrent également des napoléons (des « faux-faux », donc) de haute qualité, pour financer les activités clandestines ou obtenir des devises. De même, les réseaux dormants établis par l’OTAN étaient-ils dotés de pièces d’or. Il est moins connu que, dès 1947, l’URSS avait établi une parité-or du rouble. Quant à la Suisse, sa neutralité et son rôle de plaque tournante de l’or international lui permit d’échapper aux conséquences de ses complaisances envers l’Allemagne nazie – tout en intensifiant ses relations avec le principal producteur d’or du « monde libre » : l’Afrique du Sud. La morale n’en sortait pas grandie… Face aux menaces nucléaires croissantes lors de la guerre de Corée, le gouvernement français renvoya en Afrique l’or qui s’accumulait désormais dans les caves de la Banque (500 tonnes vers 1948, près de 1000 tonnes en 1955). Une première expédition eut lieu pour Oran en 1950, tandis que les balances d’or françaises étaient désormais laissées en dépôt à New York ou à Londres. Dans un second temps, 100 tonnes d’or français furent expédiées à Brazzaville. Il y resta jusqu’en 1959 : la décolonisation toucha aussi l’or !

À partir des années 1960, le stock d’or monétaire français crût régulièrement, notamment à proportion des paiements soviétiques des exportations françaises de produits alimentaires. Il était toutefois inimaginable que la France se trouvât propriétaire de barres frappées du sceau soviétique et déposées à Londres ou New York. Il fut donc décidé de rapatrier et de fondre toutes ces barres soviétiques. L’essentiel de ces barres d’or parvinrent directement en France par les airs, pour filer à la Souterraine, la salle forte d’un hectare située sous le siège de la Banque de France3.

Relevée, la France pouvait se permettre de défier l’axe Londres-Washington, en dépit de la guerre froide, dans deux domaines : l’appartenance au « club nucléaire » et la politique monétaire. Face à la dégradation de leur balance des paiements et de leurs stocks d’or, les États-Unis sous Kennedy exercèrent des pressions pour que leurs alliés (surtout le Japon et la RFA) achetassent des matériels militaires américains et s’abstiennent de convertir en or leurs matelas de dollars. Afin de sauvegarder la parité-or du dollar à 35 dollars l’once, fixée depuis 1934, les États-Unis créèrent également le « pool de l’or », réunissant les huit principales banques centrales occidentales par des mécanismes d’entraides sous forme de swaps de devises. Parallèlement se développait à grande allure le marché des eurodollars. Sans entrer dans les subtilités, ces dollars « non résidents » inscrits dans les comptes de banques américaines situées à l’étranger étaient créés, pour l’essentiel, par des opérations de crédit. Le dynamisme de ce marché provoqua un gonflement considérable des avoirs en eurodollars, dégradant davantage la couverture en or du dollar.

Cette situation de tension monétaire et nucléaire rendit les Américains très critiques envers la politique française, résumée au fétichisme de l’or et à la bombinette. En fait, l’accroissement des réserves d’or françaises provenait d’excédents de la balance des paiements bien involontaires, ce qui amène à relativiser fortement la légende d’un Jacques Rueff dictant une politique obtuse de retour à l’or.

La rivalité stratégique franco-américaine apparaît dès lors comme un échec, dans la mesure où elle résulte d’une profonde incompréhension des motifs et des propositions françaises côté américain. L’idée d’un complot français contre l’or américain est en effet associée au sentiment d’une profonde ingratitude – qu’illustrent les provocations du général de Gaulle lors de sa célèbre conférence de presse du 4 février 1965 – ce qui contribue à rendre inaudibles les propositions françaises. L’auteur montre bien qu’en réalité les Français cherchent surtout à éviter la disparition d’un système qui n’est multilatéral qu’en théorie, et qui, comme l’écrit Robert Triffin à la même époque, est condamné à périr s’il n’est pas réformé.

L’effondrement du système de Bretton Woods apparaît ainsi comme le dernier acte du délitement du système monétaire international et du rôle monétaire de l’or entre 1967 et 1976. Cet abandon d’une règle impartiale de valorisation lèse les pays périphériques exportateurs, en particulier les pays pétroliers : la hausse des prix du pétrole en 1973-1974 vient ainsi compenser la baisse de la valeur-or du dollar.

Patrice Baubeau




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 14 janvier). Arnaud Manas, L’or de la guerre froide. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkyk

  1. É. Monnet, « Une coopération à la française. La France, le dollar et le système de Bretton Woods, 1960-1965 », Histoire@Politique, n° 19, 2013. [En ligne : https://doi.org/10.3917/hp.019.0007] []
  2. A. Manas, L’or de Vichy, Paris, Vendémiaire, 2016. []
  3. Sur la Souterraine, voir la réédition illustrée de l’enquête de Stefan Zweig, Zweig et la Souterraine, Paris, Artelia, 2016 [1932, trad. de l’allemand]. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search