Hélène Blais, L’empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe siècle-années 1930).

Ceyzérieu, Champ Vallon, « L’environnement a une histoire », 2023, 380 p.

Dans les Caraïbes, en Afrique, en Asie et en Océanie, au fil d’un long XIXe siècle, des jardins botaniques « ont été façonnés par les ambitions coloniales européennes, qu’ils ont en retour contribué à porter ». En les envisageant comme « des microcosmes dont les réseaux et les tensions reflètent le fonctionnement comme les dysfonctionnements du monde colonial », Hélène Blais ne promet rien de moins qu’« une histoire sociale globale des jardins botaniques coloniaux au XIXe siècle » (p. 6). Tout est dit, dès la deuxième page. Ce livre promet une histoire ambitieuse, au « ras de la terre », qui tient compte de tous les acteurs, de toutes les échelles. Et chapitre après chapitre, le lecteur peut se réjouir de voir la promesse tenue.

De la fin du XVIIIe siècle au début du XXe, le jardin suit la conquête. Ténérife, Cuba puis Rio, Ceylan, Singapour puis Hong Kong, Cape Town, Lourenço Marques puis Tunis, plus les États impériaux européens essaient de conquérir la nature et les hommes, plus ils tissent « une toile impériale » de jardins botaniques. Le premier chapitre retrace cette histoire de jardins qui servent, d’abord, à acclimater des espèces pour nourrir les équipages et les colons en fruits et en légumes, ensuite à « assurer la rentabilité des colonies » (p. 33), à l’instar du jardin de Victoria, créé en 1892 au Cameroun par les Allemands pour y développer la production de cacao, de café et de caoutchouc. Jardins en colonies donc, mais aussi « jardins en réseau » (p. 39), nous dit l’historienne qui décrit, parmi tant d’autres, les circulations d’Auguste Chevalier, le fondateur, en 1906, du jardin de Dalaba au Fouta-Djalon (Guinée). Le Français visite les jardins du Congo belge, d’Indochine, de la Malaisie britannique et des Indes néerlandaises, et en revient avec des semences et des plants, comme le pin d’Indochine (Pinus Khasiya). Ainsi la circulation des humains va-t-elle main dans la main avec celle des non-humains, au fil d’une histoire souvent chaotique : parfois des cochenilles meurent durant le trajet des Canaries à la Martinique, d’autres fois des plants de canne à sucre envoyés de Saigon à Toulon pour atteindre la Guadeloupe sont réexpédiés, par erreur, de Toulon à Saigon. Pour le meilleur et pour le pire, la métropole joue donc son rôle impérial.

C’est particulièrement vrai dans l’empire britannique où, en banlieue de Londres, les Kew Gardens servent de plaque tournante pour l’acclimatation des plantes, des Caraïbes à l’Asie, de l’Océanie à l’Afrique. Mais au-delà du « modèle centre-périphérie », Hélène Blais voit « d’autres nœuds et d’autres réseaux » (p. 51). Il y a des réseaux locaux, comme ceux des six jardins de Jamaïque chapeautés par le département de la botanique de l’île. Il y a aussi des réseaux impériaux où le centre se trouve en colonie, comme dans l’empire néerlandais, où les plantes arrivent et repartent du jardin de Buitenzorg, à Java. Et il y a des réseaux métropolitains, bien sûr, comme à Berlin, Bruxelles et Lisbonne. Toutefois, là aussi la complexité est la règle, comme à Paris, où la « toile impériale » des jardins de l’empire renvoie parfois dos à dos le Muséum national d’histoire naturelle et le Jardin colonial de Nogent, où certains rêvent de conquêtes et d’autres de connaissances.

Autant de savoirs et de pouvoirs qui font du jardin botanique, sur place, « un lieu d’exposition impériale ». Derrière les sites sélectionnés et les aménagements dédiés à leur découverte par le public, derrière cette politique du jardin se lit l’histoire de « l’invention du territoire colonial » (p. 80). Et cette invention passe par la négation des populations conquises. Ainsi, en Algérie ou en Inde, des administrateurs français ou britanniques vantent la botanique comme une science européenne et le jardin comme une importation européenne. Le but est de « manifester la puissance prométhéenne de l’entreprise coloniale » (p. 82), et le moyen de passer sous silence, par ignorance ou par dessein, les filiations entre les jardins coloniaux et les savoir-faire qui leur préexistaient, comme ceux des élites princières indiennes qui avaient érigé les jardins en lieux de pouvoir. Ce que font, aussi, les élites impériales. Construits dans les capitales coloniales ou en périphérie des centres urbains, les jardins donnent à voir la capacité (scientifique) de l’empire à ordonner la nature et les colonies, classant les spécimens, les agençant selon leurs propriétés et optimisant leur capacité à produire de la richesse. Hélène Blais le montre en multipliant les histoires situées : l’assèchement des marais d’Alger, le déplacement des crocodiles du jardin de Singapour, après que l’un d’eux a avalé un jardinier, les expropriations à Hanoï et Alger, etc. Progressivement, le jardin botanique peut alors remplir sa fonction, accueillant par exemple à Melbourne, en 1860, des plantes et des semences d’Australie, d’Afrique du Sud, du Maghreb, d’Europe et d’Inde : « englobant le monde, le jardin devient l’empire dans un raccourci saisissant qui dit la puissance d’évocation de ces jardins univers » (p. 111). Tel est l’objectif de ces « mondes en miniature » si finement décrits dans ce livre.

Mais les usages qu’en font les visiteurs révèlent les limites de l’entreprise. Leurs témoignages, les photographies et les règlements des jardins révèlent parfois le mécontentement des élites coloniales, qui se plaignent du manque de fleurs dans le jardin de Calcutta, où le directeur se retrouve contraint d’en cultiver non pour la science impériale, mais pour le plaisir colonial. Les mêmes élites se retrouvent aussi concurrencées dans leur sociabilité bourgeoise. Venant au jardin pour « se mettre au vert », elles trouvent « des femmes vietnamiennes en pousse-pousse au jardin botanique de Hanoï, en sari à Peradeniya, ou des femmes voilées dans le jardin du Hamma à Alger » (p. 131). Le jardin peut finalement échapper à l’objectif colonial qu’il doit servir. On le remarque surtout la nuit, lorsque des hommes saouls, des soldats en permission ou des maraudeurs pénètrent dans les jardins pour voler, s’isoler ou simplement expérimenter l’interdit dans un monde censé représenter l’ordre. Ainsi les jardins deviennent-ils, « simultanément », des « lieux d’évocation de la puissance des métropoles » et « des lieux de contestation de l’ordre colonial » (p. 159).

Ordre à construire et à montrer, mais ordre fragile et contesté, cette tension inhérente à la fabrique du jardin et de la colonie est au cœur du troisième chapitre, un modèle du genre en matière d’histoire des sciences et des empires. Hélène Blais nous fait déambuler aux côtés du directeur d’un jardin botanique sur l’île Bourbon, d’un élève jardinier à Alger puis des employés néerlandais de Buitenzorg, à Java. On suit également le jardinier peul du Fouta-Djalon, les employés vietnamiens du jardin de Hanoï puis les dessinateurs botaniques indiens de la famille Harmanis, jusqu’à une foule d’« intermédiaires, go-between, passeurs et passeuses » (p. 196). Et l’on comprend alors que chaque frange de la société coloniale participe à la construction des savoirs botaniques impériaux. Des savoirs qui sont en fait autant « européens » que « non européens » puisque, dans ce jardin que l’historienne décrit comme une « zone de bio-contact » (p. 184), l’identification et la classification des plantes reposent bien souvent sur les savoirs vernaculaires, ainsi que le reconnaissent William Carey au jardin de Calcutta en 1814 ou Henry Prestoe à Trinidad en 1870. Mais le jardin est aussi là pour « capter » le savoir et la nature des populations conquises, pour les normer et les transmettre, ensuite, aux colons. C’est ainsi que, d’« institutions savantes » (p. 217), les jardins deviennent des « laboratoires d’expérimentation » (p. 225). Au point que dans chaque empire, à la fin du XIXe siècle, ils servent non plus à la découverte de nouvelles espèces, mais à l’amélioration d’espèces connues. Ce qui explique qu’au début du XXe siècle, ils s’effacent derrière les « stations agricoles expérimentales » (p. 240) et deviennent, quand ils ne sont pas abandonnés, de simples parcs publics.

La toile impériale des jardins se délite dès lors qu’ils perdent leur vocation d’outils d’empire. Mais cette transformation n’enlève rien à l’épaisseur historique de ces enclos de nature qui furent aussi, pendant plus d’un siècle, des « petites entreprises coloniales ». C’est l’objet du quatrième chapitre de ce livre, qui nous offre une plongée dans l’univers quotidien du jardin. Vivante, incarnée et n’autorisant aucun jugement simplificateur sur la situation coloniale, cette dernière histoire nous permet de déroger à la fâcheuse tradition du compte rendu, qui consiste à être conclu par un surplombant « On regrettera toutefois que… ». On ne regrettera rien d’autre que le manque d’espace qui serait ici nécessaire pour dire combien ce quatrième chapitre est saisissant. Hélène Blais nous raconte les circulations tricontinentales du café, du thé, de l’hévéa ou de l’eucalyptus, qui nous amènent du jardin de Melbourne au village algérien d’Aïn Mokra. Mais derrière cette success story se dévoilent d’autres histoires, celles de terrassiers et de porteurs d’eau soumis au travail forcé, celles de femmes et d’enfants sous-payés pour trier les graines, ou encore celles de fermiers sommés de cultiver les terres alentour grâce aux semences qui leur sont distribuées. Car les jardins botaniques ne sont pas des lieux d’exception dans l’empire. Ils le révèlent et le servent, et à ce titre leur histoire en dit autant sur « l’harmonie et la maîtrise de la nature » que sur « l’affirmation de la domination coloniale et de ses violences » (p. 324).

Guillaume Blanc



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 14 janvier). Hélène Blais, L’empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe siècle-années 1930). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkyw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search