Agathe Bernier-Monod, Les fondateurs. Reconstruire la République après le nazisme.

Lyon, ENS Éditions, « Sociétés, espaces, temps », 2022, 294 p.

Quelles lignes de continuité peut-on tracer entre les pratiques parlementaires de la République fédérale d’Allemagne (RFA), fondée en 1949, et celles de la République de Weimar (1918-1933) ? C’est à cette question que tente de répondre Agathe Bernier-Monod dans le livre issu de sa thèse. Si la problématique n’est pas nouvelle, elle a été traitée de façon sporadique par l’historiographie allemande et demeure, selon l’auteure, moins étudiée que celle des continuités entre la RFA et la période nazie (p. 21).

L’approche choisie s’inscrit dans le prolongement de travaux réalisés en Allemagne et en France sur les parlementaires allemands1, mais elle est assez originale en ce qu’elle s’appuie sur une biographie collective des trente-quatre députés ayant siégé dans les assemblées législatives des deux républiques : le Reichstag et le Bundestag. La taille de ce groupe apparaît restreinte par rapport aux 647 députés du Reichstag de mars 1933, aux 402 députés du Bundestag de 1949 et aux 1 674 parlementaires étudiés par Nicolas Patin sur la période 1914-1945. Elle est néanmoins signifiante et illustre la profonde rupture qu’ont instaurée les douze années de dictature nazie et les six années de guerre dans la vie politique allemande. Elle révèle aussi en creux la persistance de l’idéologie nazie dans l’opinion. Selon un sondage réalisé en 1951, seulement 7 % des Allemands interrogés considéraient que la République de Weimar, pourtant premier régime démocratique en Allemagne, était « la période au cours de laquelle l’Allemagne s’était le mieux portée », tandis que 44 % répondaient qu’il s’agissait du « Troisième Reich », en dépit de la situation de l’Allemagne au sortir de la guerre (p. 247).

La recherche documentaire de l’auteure s’appuie sur la consultation de nombreux fonds, conservés dans dix-huit centres d’archives répartis dans toute l’Allemagne. Les discours et écrits des députés, des archives personnelles et des correspondances sont ainsi passés au crible. Si le groupe étudié est relativement restreint et homogène du point de vue du genre, puisqu’il comprend quatre femmes – dont l’engagement fait l’objet de sous-parties dédiées – pour trente hommes, il est diversifié politiquement, puisque quinze sont membres du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne), onze de la CDU-CSU (Union chrétienne démocrate-Union chrétienne sociale), six du FDP (Parti libéral-démocrate) et deux du KPD (Parti communiste d’Allemagne). Parmi eux, cinq sortent particulièrement du lot, il s’agit du libéral Theodor Heuss (1884-1963), premier président de la RFA, des sociaux-démocrates Hermann Brill (1895-1959) et Ludwig Bergsträsser (1883-1960) et des démocrates chrétiens Hélène Weber (1881-1962) et Hans Schlange-Schöningen (1886-1960), premier ambassadeur de la RFA au Royaume-Uni. Une large majorité de ces trente-quatre députés appartenaient aux partis de la « coalition de Weimar », qui regroupait le SPD, les partis démocrates et libéraux et le Zentrum catholique. La RFA apparaît ainsi refondée autour des partis qui constituaient le centre politique de la République de Weimar, centre qui a eu tendance à s’effondrer entre 1930 et 1933, en partie du fait des politiques menées après la crise de 1929.

Après avoir dressé un portrait sociologique des trente-quatre députés dans son premier chapitre, l’auteure nous invite à suivre leurs trajectoires du début des années 1930 aux années 1960. Elle aborde, en particulier, la défense de la République au Reichstag avant la prise du pouvoir par Hitler, la diversité de leurs parcours dans la période nazie, leur contribution à la refondation constitutionnelle entre 1945 et 1949 et leur action au cours des deux premières législatures de la RFA.

Lors de la période nazie, les trajectoires divergent nettement. La plupart des députés communistes et sociaux-démocrates font l’expérience des camps, de l’exil ou participent à des actions de résistance. Les députés communistes Hugo Paul et Wilhelm Agatz passent par exemple à la clandestinité en février 1933 et sont arrêtés en juin 1933 et janvier 1934 pour leurs activités antinazies. Le social-démocrate Ernst Roth est le seul parlementaire étudié à participer à des actions de résistance armée. A contrario, des députés de droite poursuivent leur carrière. C’est par exemple le cas du diplomate Otto von Bismarck, petit-fils du chancelier éponyme et député du DNVP (Parti populaire national allemand) puis de la CDU après-guerre, et du député du Zentrum Oskar Farny, qui reste en poste jusqu’à 1945. Ils échapperont pourtant à la dénazification. Cette divergence de parcours se poursuit au cours de la guerre, puisque tandis que le communiste Wilhelm Agatz est incorporé en 1943 et contre son gré dans la compagnie punitive du bataillon disciplinaire 999, deux membres du Zentrum, Oskar Farny et Heinrich Gerns, ont rejoint l’armée comme officiers avant le déclenchement de la guerre.

Le chapitre 4, qui clôt une première partie intitulée « Démocrates dans la tourmente », porte sur la façon dont les trente-quatre députés ont pensé et envisagé la transition entre les deux régimes, tandis que le dernier chapitre, qui ferme la deuxième partie intitulée « Les fondateurs », aborde la question de la mémoire de Weimar à Bonn. Ces deux chapitres sont les plus intéressants du livre, car ils proposent une prise de recul analytique. L’auteure y interroge le rapport des parlementaires au passé proche et au basculement de l’Allemagne dans la dictature nazie. À cet égard, peu nombreux sont les députés qui mènent un véritable examen critique. La plupart ne dérogent pas à la règle en cette période de l’après-guerre marquée par la « déréalisation », le déni et le refoulement, selon les termes du psychanalyste Alexander Mitscherlich, convoqué par l’auteure. Ainsi, dans leurs écrits et discours, c’est le recours à la diabolisation, au champ lexical de la tragédie et de la malédiction qui domine. Certains députés, comme Hans Schlange-Schöningen et Ludwig Bergsträsser, entreprennent de faire œuvre d’historien. Tandis que le premier, député CDU anciennement membre du DNVP allié au NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands) sous la République de Weimar, rédige ses mémoires dans l’intention de se disculper de toute responsabilité dans l’arrivée au pouvoir d’Hitler, le second, député social-démocrate, se montre très sévère à l’égard de la politique menée par son propre parti en 1933 et dans les années qui ont précédé. Au sein du SPD, un débat houleux oppose dans l’après-guerre les tenants d’un examen critique, autour de Bergsträsser et Brill, au président fédéral du parti, Kurt Schumacher, qui épargne le SPD dans son interprétation de l’effondrement de 1933. Brill et Bergsträsser, universitaires et résistants, participèrent à la création de l’Institut für Zeitgeschichte de Munich, qui a contribué à l’institutionnalisation de l’histoire du temps présent et est encore aujourd’hui un lieu incontournable de la recherche en Allemagne. Au sein de la démocratie chrétienne, Heinrich Krone, ancien député du Zentrum catholique, voit dans le libéralisme athée le responsable de la victoire du nazisme, tandis que le protestant Paul Bausch voit dans le national-socialisme une forme de despotisme de l’homme éloigné de Dieu. Catholiques et protestants de la CDU se rejoignent pour défendre une « rechristianisation » de la société.

Les députés Reinhold Maier (FDP), Theodor Heuss (FDP) et Paul Bausch (CDU) durent s’expliquer sur leur vote en faveur de la loi des pleins pouvoirs à Hitler le 23 mars 1933 devant une commission d’enquête ouverte par le parlement du Wurtemberg-Bade en février 1947. Tandis que Paul Bausch reconnaît avoir commis une erreur, Reinhold Maier, alors ministre-président du Wurtemberg-Bade, et Theodor Heuss tentent de minimiser l’importance de ce vote.

L’auteure aborde également la façon dont les parlementaires ont pensé la transition et ont participé à la rédaction de la loi fondamentale qui fait office de constitution de la RFA jusqu’à nos jours. Il est intéressant de noter, par exemple, que le député social-démocrate Bergsträsser soulevait la question d’une limitation de la participation des femmes, qu’il percevait comme une des causes de la victoire du nazisme. Les premières législatures du Bundestag comptent proportionnellement moins de femmes que les dernières du Reichstag de Weimar et les femmes députées, comme Hélène Weber, sont souvent cantonnées à des rôles caricaturaux de « mères de la constitution ».

Au jeu de la comparaison entre la RFA des années 1950 et la République de Weimar, la première se démarque par l’abolition de la peine de mort, mais aussi par une limitation de la proportionnelle, la création d’une deuxième chambre et surtout par le contexte de guerre froide qui conduit à l’interdiction définitive du KPD en 1956.

On regrettera que ce livre ne propose pas un petit dictionnaire biographique ni un tableau synthétique des trente-quatre députés, précisant leurs appartenances politiques et leurs mandats. Lorsqu’un député est cité, il n’est en effet pas toujours facile de savoir à quel parti il appartient. On regrettera aussi la tournure du chapitre sur la République de Weimar, intitulé « Défendre la république face à la montée du nazisme », ainsi que quelques inexactitudes sur la question de l’antifascisme. Lire le travail parlementaire des députés sous le seul prisme de la défense de la république face au nazisme est quelque peu téléologique et réducteur. Il est aussi erroné de dire que « le SPD avait été le premier parti à mettre en place des rassemblements antifascistes de masse dès l’automne 1930 » (p. 72), puisque le KPD avait été à l’initiative de meetings et de rassemblements de masse dès l’été 19232. En dépit de ces quelques nuances, le livre d’Agathe Bernier-Monod demeure un ouvrage fort utile pour comprendre la genèse de la RFA et le rôle qu’ont joué les ex-députés de Weimar dans sa période de fondation.

Pierre Millet




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 26 janvier). Agathe Bernier-Monod, Les fondateurs. Reconstruire la République après le nazisme. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/voq1

  1. Voir notamment N. Patin, La catastrophe allemande (1914-1945). 1 674 destins parlementaires, Paris, Fayard, 2014 ; H.-M. Lauterer, Parlamentarierinnen in Deutschland (1918/19-1949), Königstein im Taunus, Helmer, 2002 ; R. Marquardt, Das Ja zur Politik. Frauen im Deutschen Bundestag (1949-1961). Ausgewählte Biographien, Opladen, Leske-Budrich, 1999 ; J. Lilla, Statisten in Uniform. Die Mitglieder der Reichstags 1933-1945. Ein biographisches Handbuch. Unter Einbeziehung der völkischen und nationalsozialistischen Reichstagsabgeordneten ab Mai 1924, Düsseldorf, Droste, 2004 ; W. J. Patzelt (dir.), Abgeordnete und Repräsentation. Amtsverständnis und Wahlkreisarbeit, Passau, Wissenschaftsverlag, 1993. []
  2. P. Broué, Révolution en Allemagne (1917-1933), Paris, Éditions de Minuit, 1971, p. 703-706. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search