Anne Jusseaume, Le soin des pauvres. Vocations féminines dans le Paris du XIXe siècle.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2023, 396 p.

C’est grâce à la Société d’histoire religieuse de la France que les Presses universitaires de Rennes ont pris le relais des Éditions du Cerf et publient ici le treizième volume de la série « Histoire religieuse de la France », qui en compte au total cinquante-six avec celui-ci. Il s’agit d’une publication directement issue d’une thèse soutenue il n’y a pas encore très longtemps, toutes choses étant égales par ailleurs. À l’heure où il devient très difficile de publier des ouvrages de recherche, sauf si l’on est un grand nom, et d’histoire culturelle, on ne peut que féliciter l’histoire religieuse de s’être dotée d’un outil permettant la publication de travaux de recherche de première main et de grande qualité. L’initiative devrait donner des idées à des secteurs sinistrés de l’histoire, comme feue la triomphante histoire sociale. En attendant, on a affaire ici à un ouvrage savant mais toujours bien écrit, jamais ennuyeux et toujours traversé par des interrogations stimulantes. Au cœur du sujet, même si elles n’apparaissent qu’en filigrane dans le titre, des bonnes sœurs soignantes servent d’observatoire pour éclairer d’un côté l’histoire des secours et des soins à Paris au XIXe siècle, et de l’autre le destin de femmes parisiennes. L’ouvrage se place d’abord dans le sillage de la thèse fondatrice de Claude Langlois sur les congrégations religieuses à supérieure générale (1984), puis des travaux de Matthieu Brejon de Lavergnée sur les Filles de la Charité. Désormais, les archives des congrégations se sont ouvertes et c’est avec cette masse (surtout celles des Petites Sœurs des Pauvres, des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, des Petites Sœurs de l’Assomption), à laquelle s’adjoignent les gisements de l’Assistance publique qu’Anne Jusseaume a mené son travail. Elle opte majoritairement pour une approche qualitative, au ras du sol, et suit ses religieuses au quotidien. J’ai en particulier apprécié les multiples et fines notations sur le rôle de l’habit comme élément d’appartenance et signe extérieur de la vocation, emblème de leur « clôture portative ». La deuxième partie, centrée sur l’étude de la vocation et les registres du postulat, est sans doute la plus impressionnante. Anne Jusseaume suit la carrière des religieuses depuis l’éclosion de la vocation, finement analysée, jusqu’à la maladie et la mort, qui mettent fin à ces véritables carrières religieuses au service des pauvres. Jusque-là, les historiens avaient expliqué l’attrait des vocations féminines par la géographie de la pratique religieuse (les châteaux d’eau du catholicisme chers à Claude Langlois) et par la sociologie (succès dans les familles catholiques pauvres du Massif central pointé par Patrick Cabanel). Anne Jusseaume, de son côté, insiste sur le rôle des facteurs émotionnels. Elle pointe du doigt l’importance de la première communion et la fréquentation des enfants de Marie dans l’éclosion d’un espace d’expression des émotions enfantines propice à la naissance de vocations religieuses fondées sur le désir, qui est le critère d’appréciation principal de la vocation, plus que le jugement qu’émet l’institution sur les dispositions des jeunes femmes. L’auteur va jusqu’à affirmer en conclusion que la religion est un lieu où les émotions peuvent se dire et se vivre. Dans le sillage d’une histoire religieuse relue au spectre du genre, on en arrive à un assez complet retournement des choses. Encore vu il y a quarante ans, dans l’optique foucaldienne, comme un enfermement comme un autre, l’entrée en religion tend, au prisme du genre, à être parée de toutes les vertus. On sait depuis longtemps que l’entrée dans une congrégation était l’une des seules situations (avec les sages-femmes et les institutrices de la fin du siècle) dans lesquelles des femmes pouvaient avoir une activité autre que familiale, et éventuellement faire carrière. Avec le développement des problématiques de genre, des chercheurs vont plus loin et ont tendance à faire de l’institution religieuse un « espace social qui participe à la remise en cause du modèle du pater familias » (p. 195) et « la vocation religieuse, signe de l’affirmation de soi, participe au lent grignotage des prérogatives du père » (p. 198). Si Anne Jusseaume cite ces affirmations, elle se distingue de cette tendance à enjoliver le sort des femmes pour peu qu’elles se soient retrouvées entre elles, comme si tout espace de sociabilité féminine garantissait forcément une sécurité relationnelle et économique… et fournissait un lieu d’expression de leur féminité et d’engagement dans la société. En effet, la thèse note qu’à peine la moitié des candidates sont admises au séminaire de formation et que le nombre des départs est élevé. C’est dire que la vie des religieuses n’était pas un lit de roses. En dehors même des difficultés du service des malades, on peut imaginer la pesanteur de la discipline, les injustices des sœurs servantes et les rivalités entre sœurs à l’origine de ces départs.

Pourtant, malgré ces apports à mes yeux considérables, l’ouvrage affirme haut et fort qu’il n’est pas une histoire des congrégations mais un livre au croisement de la religion, du genre et du soin. Ce dernier fait l’objet de deux des trois parties de l’ouvrage. Jusqu’ici, on connaissait le nombre des religieuses, leur organisation en congrégations, le fonctionnement de ces dernières, mais très peu l’activité quotidienne de ces bonnes sœurs. La première partie montre comment les religieuses ont pris en main le service des hôpitaux mais aussi celui des secours à domicile délivrés dans le cadre des paroisses ou des bureaux de bienfaisance. Cette emprise religieuse est parfaitement résumée par un cahier de cartes parfaitement bien conçu et clairement présenté. La thèse offre ici une contribution décisive à l’histoire des hôpitaux de Paris. On y apprend que, loin d’être confié aux seules Augustines, le service des hôpitaux fut confié à pas moins de sept congrégations. À vrai dire, plus que des soignantes, les religieuses furent la préfiguration des cadres hospitaliers, des surveillantes ayant la haute main sur l’organisation des services et la gestion du personnel laïc. La question de la laïcisation est bien analysée dans sa chronologie fine et relue au prisme du genre. Au dire de l’auteure, la laïcisation est une politique républicaine imposée aux femmes mais qui leur ouvre de nouveaux engagements (p. 301). Chassées des hôpitaux, les sœurs se replient sur les secours à domicile, où elles occupent déjà un rôle prédominant. Chargées des secours paroissiaux et de la distribution des aides des bureaux de bienfaisance, les religieuses ont acquis au xixe siècle la prééminence sur les dames visiteuses et les conférences laïques, comme celles de Saint-Vincent-de-Paul. Leur pauvreté leur donne une légitimité et leur installation sur place les rend familières. Là aussi, la laïcisation des bureaux de bienfaisance, plus tardive que celle des hôpitaux, ne se traduit pas par une disparition de l’action des religieuses mais bien par un redéploiement. Les sœurs se replient sur les paroisses, formant couple avec les curés et tentant de mener des tentatives de rechristianisation sur l’ampleur de la réussite desquelles on peut être plus sceptique que l’auteure.

Pour tout dire, voici un livre non seulement d’une grande richesse, mais surtout d’une grande finesse. S’il renouvelle en profondeur l’histoire des soins et de l’assistance à Paris, et celle des congrégations, son intérêt dépasse les sujets qu’il aborde, en particulier lorsqu’il introduit l’émotionnel et le psychologique dans l’analyse des parcours sociaux. Il y a là une dimension souvent absente de l’histoire sociale qui mérite d’être prise en compte, et un plaidoyer convaincant pour réconcilier histoire sociale et histoire des émotions. On ne saurait donc trop recommander la lecture de ce travail important.

Olivier Faure


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (26 janvier 2024). Anne Jusseaume, Le soin des pauvres. Vocations féminines dans le Paris du XIXe siècle. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/voq2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search