Alain Prigent, Madeleine Marzin. Bretonne, résistante et élue communiste de Paris.

[Paris], Éditions Manifeste !, « Ligatures », 2022, 394 p.

L’histoire de Madeleine Marzin (1908-1998), jeune institutrice bretonne, résistante communiste entrée dans la clandestinité, condamnée à mort, graciée et évadée, élue communiste dès la Libération puis vingt-cinq ans durant se confond avec le siècle. La biographie que lui consacre Alain Prigent, fin connaisseur de l’histoire de la Bretagne ouvrière, de ses luttes et de ses militants et militantes, se structure autour des déclinaisons successives de l’engagement de cette femme hors du commun.

L’ouvrage nous plonge d’abord dans le Trégor rural, dans l’histoire d’une famille de milieu modeste dont trois des six enfants, Madeleine et ses frères Francis et Gustave, abordés dans trois chapitres successifs, deviennent précocement des militants communistes, cadres du parti s’agissant des deux premiers et tous résistants.

Madeleine Marzin, reçue à l’École normale à Saint-Brieuc, croise là la route de Renée Guilloux, enseignante « dont la figure émerge dans cette grisaille d’un enseignement très traditionnel » qui la rebute et, par son entremise, fait la connaissance de son époux Louis Guilloux, pour qui elle accomplit de « petits travaux de recherche ». Elle entretient jusqu’à la guerre une correspondance suivie avec le couple Guilloux. Cette correspondance, conservée à la médiathèque André-Malraux de Saint-Brieuc et largement mobilisée par Alain Pringent, enrichit, au passage, notre connaissance de l’écrivain. Madeleine Marzin débute alors même sa carrière d’institutrice aux Sept-Saints Vieux-Marché, à Kermaria-Sulard, puis au Yaudet. En 1930, elle prend un congé pour suivre une formation à Paris, mais éprouve à nouveau un phénomène de rejet face à l’académisme qui prévaut en Sorbonne, Sorbonne qu’elle dit avoir « fui comme on fuit un cadavre ». C’est dans le militantisme qu’elle trouve le souffle auquel elle aspire. Devenue titulaire dans le 18e arrondissement de Paris en 1932, elle adhère au parti communiste, exerce diverses responsabilités au sein de la fédération de l’enseignement CGTU de la Seine et fréquente l’association des Bretons émancipés de Paris, fondée par Marcel Cachin. Atteinte par ce mal du siècle qu’est alors la tuberculose, elle doit passer trois années dans un sanatorium de la Creuse et ne réintègre l’enseignement qu’en 1937 et, corollaire, l’activité syndicale.

La deuxième partie de l’ouvrage, qui s’ouvre avec l’entrée en guerre, constitue un apport à l’histoire des femmes en Résistance comme à celle du parti communiste. Madeleine Marzin participe au déplacement des écoliers dans le Massif central, avant de regagner Paris en juin 1940, et s’insère dans les réseaux multiples de la résistance communiste (OS, FTP, FN universitaire, groupes féminins). Sa proximité avec les cadres du premier cercle du parti clandestin lui vaut d’être chargée de l’organisation d’une manifestation dite de « ménagères » pour un meilleur ravitaillement, en mai 1942, rue de Buci. La manifestation dérape. Deux agents sont tués et plusieurs Résistants, dont Madeleine Marzin, arrêtés et condamnés à mort. Graciée par Pétain, parce que femme, elle s’évade de sa seule initiative lors de son transfert vers la prison de Rennes, devenant « la femme la plus recherchée de France », signifié par la photo anthropométrique illustrant la couverture de l’ouvrage. Les brigades spéciales ne la retrouveront jamais. Alain Prigent souligne que l’historienne américaine Paula Schwartz a consacré un ouvrage paru quasi simultanément au sien1. Les deux ouvrages se répètent partiellement, dès lors qu’appuyés pour partie sur les mêmes archives, mais doivent à leurs problématiques différentes et à des archives ou entretiens spécifiques à chacun de se compléter heureusement. Là où Paula Schwartz interroge cette manifestation, la répression déployée à son encontre et la mémoire de l’événement au prisme du genre, Alain Prigent, fort des rapports successifs adressés par Madeleine Marzin à la direction clandestine du parti communiste à la suite de son évasion, de sa « bio » et d’autres archives internes, éclaire la stratégie du parti dans l’organisation de cette manifestation ayant associé résistance de masse et résistance militaire, d’ordinaire soigneusement cloisonnées, puis ses redéfinitions en matière d’action de masse à la suite de son issue tragique. La grâce accordée à Madeleine Marzin, la libération dont son frère Francis a seul bénéficié au sortir de la manifestation et son évasion nourrissent toutefois des soupçons parmi ses contacts résistants. Alain Prigent analyse la complexité de la vie d’un clandestin coupé de ses contacts comme elle va l’être durant dix-sept mois. Elle survit grâce à ses réseaux personnels et bretons, rappelant si besoin était l’importance des hommes ou femmes ordinaires pour assurer la survie des clandestins. Le contact est renoué début 1944, Madeleine Marzin devient responsable de l’Union des femmes françaises dans l’est de la France, où elle participe à la libération de Nancy.

La troisième partie de l’ouvrage transporte le lecteur dans les quartiers populaires de l’est parisien. L’engagement militant perpétué de Madeleine Marzin change désormais de nature. Elle est l’une des premières communistes élues au conseil de Paris puis exerce des fonctions électives au conseil général jusqu’en 1951, à l’Assemblée nationale jusqu’en 1958, au conseil municipal de Paris, où elle préside le groupe communiste, jusqu’en 1971. Ces pages, plus classiques, évoquent ses campagnes et combats sur le logement, l’école, la santé, dans une France traversée par les tensions de la guerre froide puis la guerre d’Algérie.

Cette biographie vient enrichir heureusement l’histoire encore sous-estimée des femmes en résistance. À partir d’archives pour certaines inédites ou pour d’autres jusqu’alors mobilisées à d’autres fins, elle permet d’aborder trois modalités de militantisme féminin au sein du parti communiste et, par là, de l’émancipation.

Danielle Tartakowsky


  1. P. Schwartz, Today Sardines Are Not for Sale. A Street Protest in Occupied Paris, Oxford, Oxford University Press, 2020. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (3 février 2024). Alain Prigent, Madeleine Marzin. Bretonne, résistante et élue communiste de Paris. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqzs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search