Louis Andrieu, Penser le bac professionnel : en 1985 au CES.

Paris, L’Harmattan, « Mouvement des savoirs », 2023, 96 p.

Le court ouvrage de Louis Andrieu propose d’étudier le rôle du CES – Conseil économique et social – dans l’adoption de la loi du 23 décembre 1985 portant création du baccalauréat professionnel. La démarche est prosopographique et se fonde sur l’étude et l’analyse des documents d’archives de Jean Andrieu – grand-père de l’auteur du livre – et rapporteur au CES de la loi de 1985. Ainsi s’agit-il de s’intéresser, à un instant t, à l’étude des collectifs politiques et sociaux et à leurs influences respectives dans le processus d’adoption d’une loi.

L’ouvrage est organisé en six chapitres, sur lesquels nous reviendrons successivement.

Le premier chapitre de l’ouvrage, intitulé « Premier dossier pour un nouveau membre », présente très rapidement certaines des conditions du choix de Jean Andrieu comme rapporteur, en tant que personnalité qualifiée, pour ce projet de loi. Jean Andrieu occupe des fonctions particulières, puisqu’il est président de la FCPE depuis 1980, figure du mouvement laïc et des parents d’élèves, et membre des commissions professionnelles et consultatives. Ce rôle de rapporteur lui est attribué par René Teulade dans un contexte où le gouvernement socialiste doit faire face aux difficultés de la mise en œuvre d’un projet d’enseignement laïc et unifié pour l’Éducation nationale. De fait, alors même que la possibilité même du maintien véritable d’une politique d’unification du système éducatif semble être ébranlée, le « bac pro » est présenté par l’auteur comme une « réforme de remplacement » associée à la personne de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale et ancien ministre de l’Industrie. Jean Andrieu est choisi parce qu’il est considéré comme une personnalité suffisamment consensuelle et donc en capacité de faire dialoguer les représentant·es du CES, dont les intérêts sont parfois contraires. Le principal atout de ce chapitre est de présenter les contenus des différents avis exprimés par Jean Andrieu en faveur de ce projet de loi, parmi lesquels la hausse du niveau de qualification de la jeunesse française, la requalification des non et des moins diplômés du système éducatif d’alors, la discussion de la technologie comme « fait culturel », la nécessaire reconnaissance de l’égale dignité des filières professionnelles et des filières générales.

Le chapitre 2, intitulé « Une assemblée saisie par les changements », présente la constitution de cette assemblée et en énumère, parfois très longuement, les représentant·es. On peut ainsi relever la présence de personnalités qualifiées, telles Évelyne Sullerot et Simone Iff, engagées dans des actions féministes et militantes, le haut fonctionnaire Paul Delouvrier, le fondateur d’ATD Quart-Monde, ainsi qu’une fédération syndicale enseignante, des organisations syndicales, des représentants des entreprises privées… Les membres du CES, note l’auteur, appartiennent à des générations différentes, qui ont eu des parcours de formation et professionnels propres à leur époque et éloignés de l’objet du projet de loi. L’auteur semble le présenter ici comme une difficulté, notamment pour les membres des représentations syndicales, enjointes de prendre position sur un projet de loi qui institue un diplôme dans un système qu’ils n’ont eux-mêmes pas expérimenté. Pour l’auteur qui énumère ainsi assez longuement les parcours de formation et de travail de certains membres du CES, femmes et hommes, essentiellement représentant des organisations syndicales, cette réalité de la composition du CES n’est certainement pas sans effet sur les scrutins. Si l’hypothèse ici émise par l’auteur est intéressante, force est de constater qu’à la lecture elle demeure encore assez peu étayée par l’analyse du matériau mobilisé dans l’ouvrage.

Le chapitre 3, intitulé « Convaincre les groupes », propose de comprendre les arguments mobilisés par les groupes représentants au CES avant le vote. Le propos de l’auteur est de ce point de vue assez instructif. Le lecteur peut prendre la mesure des rapports de force entre les différents représentants et les oppositions qui se manifestent. Ainsi la CGT se positionne-t-elle en défaveur du projet de loi, craignant le risque de la disqualification des diplômes qui ont permis de reconnaître le savoir-faire ouvrier, notamment le CAP. De même s’inquiète-t-elle des logiques de financement d’un tel projet de loi, des conditions nouvelles qui seront faites aux enseignant·es dans ces filières et des salarié·es détenteurs des diplômes. Au regard de cette position de la CGT, l’auteur présente celle de la CFTC, favorable, pour qui le bac pro pourra servir à la réhabilitation de la culture technologique. La CFE-CGC défend, quant à elle, le projet de loi en ce qu’il permettrait certes d’améliorer le niveau de formation des futurs ouvriers mais aussi leur meilleure adaptation au marché du travail. Les organisations syndicales ne partagent pas les mêmes avis sur le projet, les entreprises privées, quant à elles, ne semblent guère y être favorables, et s’abstiennent. Elles notent ainsi un risque d’importance : celui de consacrer les hiérarchies entre les enseignements généraux, technologiques, professionnels, ce qui ne serait pas sans effet sur les processus de disqualification de certains diplômes professionnels. Passant ainsi en revue les avis émis par les groupes Artisanat et Agriculture, Louis Andrieu note en fin de chapitre que le bac pro n’a pas eu les faveurs des principaux représentants des mondes du travail, point sur lequel il revient plus précisément dans le chapitre suivant.

Le chapitre 4, intitulé « Un scrutin singulier », expose les positions adoptées par les différents représentants du CES. En 1985, les employeurs n’ont pas approuvé la création du bac pro, ils ne s’y sont pas non plus frontalement opposés. Le projet de loi apparaît comme relativement consensuel (à l’image de son rapporteur), ne suscitant ni adhésion franche, ni opposition farouche ; il passe grâce à l’appui et au vote favorable des personnalités qualifiées, donc celles les plus éloignées du monde du travail. De ce point de vue, le bac pro apparaît bel et bien comme une réforme éminemment scolaire, relativement éloignée des préoccupations du monde du travail. Le fait est d’importance. Dans la suite de ce chapitre, Louis Andrieu revient très rapidement sur les réticences exprimées par les syndicats et les représentants des entreprises qui craignent, dans un contexte de déficit démographique, de ralentissement de la croissance économique, que le bac pro ne trouve guère son public ou qu’il concurrence les diplômes professionnels (CAP et BEP) déjà existants. Louis Andrieu semble interpréter ces craintes – qui empêchent de voir la création du bac pro comme une « opportunité » – comme le résultat, d’abord, d’une crispation sur une certaine réalité démographique et socio-économique de la France très circonstanciée, ensuite d’une impossibilité de certains représentant·es du CES de se projeter dans le temps long des réformes.

Au regard de l’état actuel du système éducatif, ces interprétations méritent d’être nuancées. En effet, pour qui le bac pro a-t-il pu constituer une véritable opportunité ? Force est de constater qu’aujourd’hui – et les débats actuels sur la nécessaire revalorisation de la voie professionnelle ne manquent pas de nous le rappeler – la très grande majorité des bacs pros restent des outils au service d’un tri, d’une sélection des élèves, d’une hiérarchisation des filières entre elles et dans cette hiérarchie, le bac pro n’occupe pas la position la plus enviable.

Le chapitre 5, « Devant les chambres », revient sur l’examen parlementaire du projet de loi présenté par Jean Andrieu. Le contexte est à l’urgence politique face à une gauche socialiste possiblement déstabilisée par des élections législatives toutes proches. Le propos de l’auteur nous permet ici de saisir que ce sont bel et bien les temporalités politiques qui gouvernent les décisions et leurs applications sur les terrains scolaires. On apprend aussi que le projet de loi portant création du bac pro est adopté sans le soutien du PCF, pourtant parti représentant des ouvriers et des classes populaires. Ici, on aurait apprécié une discussion plus fine et serrée des arguments portés par les partis politiques au-delà des seules logiques partisanes. Le matériau à disposition de l’auteur ne l’a sûrement pas permis.

Le propos conclusif, intitulé « Conclusion, que s’est-il passé ? », revient sur ce que le bac pro a pu permettre malgré les réticences exprimées à son égard par différentes personnalités politiques. L’auteur rappelle ainsi un fait aujourd’hui bien connu : le bac pro a largement œuvré en faveur de la hausse du nombre des lycéens et lycéennes, et des qualifications de la jeunesse française. Mais le bac pro n’a pas permis, comme le note là aussi très bien l’auteur, d’atteindre un autre de ses objectifs : celui de rendre la formation des ouvrier·ères et des employé·es suffisamment digne par la meilleure reconnaissance (symbolique, mais aussi salariale) des savoirs ouvriers et de leurs maîtrises techniques.

Pour conclure cette recension, nous relèverons ceci : l’ouvrage est descriptif. Les énumérations parfois longues de personnalités, des positions, des décisions ne facilitent pas toujours le travail du lecteur. L’ouvrage fourmille d’informations, parfois d’indices intéressants dont on aurait apprécié une exploitation plus documentée. Le travail de Louis Andrieu a cependant un intérêt majeur : en revenant sur certains des débats qui ont animé le CES en 1985, il donne l’occasion au lecteur de lire autrement les positions gouvernementales exprimées depuis 2018 sur l’enseignement professionnel. Il pourra alors constater que les arguments au fondement des propositions gouvernementales d’aujourd’hui ne sont, en réalité, pas bien différents de ceux d’hier.

Séverine Depoilly



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 10 février). Louis Andrieu, Penser le bac professionnel : en 1985 au CES. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsup

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search