Antony Kitts, « Bons » et « mauvais » pauvres. Représentations et prise en charge de la pauvreté en Normandie au XIXe siècle.

Mont-Saint-Aignan-Caen, Presses universitaires de Rouen et du Havre-Presses universitaires de Caen, « Bibliothèque des universités normandes », 2022, 452 p.

Ce travail est la version abrégée (450 pages tout de même) d’une thèse soutenue en 2016 et dont le plan a été entièrement conservé. Le sujet n’est certes pas nouveau : les questions de pauvreté, de vagabondage et de mendicité, d’assistance et de répression au XIXe siècle ont déjà été largement traitées par des historiens et historiens du droit. Ce travail n’en repose pas moins sur plusieurs apports. Localement, la thèse d’État de Yannick Marec, centrée sur Rouen1, n’avait pas traité la Normandie (ici orientale, i.e. composée de la Seine-Maritime et l’Eure). Surtout, l’auteur, adossé à une large bibliographie dont on connaissait déjà sa maîtrise par un article remarqué2, témoigne d’un souci constant d’articuler phénomènes locaux et remise en contexte nationale d’une part ; dualité des représentations et des réponses selon les « bons » et « mauvais » pauvres, entre compassion et peur, assistance et répression, d’autre part. Alors que le travail était initialement centré sur le binôme mendiant-vagabond, il s’est chemin faisant élargi à la pauvreté, à la suite du constat que « toute histoire de la marginalité ne peut faire l’économie d’une histoire des processus de paupérisation et de marginalisation des classes populaires » (p. 19). L’analyse s’ouvre en 1796, période de recrudescence de la misère et de la mendicité mais aussi année des deux grandes lois sur les hôpitaux et les bureaux de bienfaisance ; elle se clôt en 1914, à la veille de la Grande Guerre. Après une première partie sociologique travaillant une base de données de 1 963 individus, les trois autres suivent un découpage chronologique.

La première, « Les visages du pauvre et du mendiant vagabond : regards croisés », revient d’abord sur les « figures de la pauvreté et de la marginalité en Normandie orientale, entre fantasmes et réalités » (chap. 1) : définitions sociales et pénales (poreuses) du mendiant et du vagabond, pluralité des approches de la pauvreté, difficiles quantifications et proposition d’estimations chiffrées, diversité des situations et des parcours. Les discours de l’époque (médecins, psychiatres, aliénistes, criminologues, magistrats, policiers, députés, journalistes…) insistent surtout sur l’« armée du crime » et servent « de justification, voire de légitimation, à la politique répressive républicaine dans un climat sécuritaire qui frôle la psychose collective » (p. 54). La question de la récidive devient une obsession politique. Pourtant, à l’analyse sociologique, les mendiants et vagabonds apparaissent avant tout comme des « êtres ordinaires » (p. 61), dans la force de l’âge, exerçant des professions de labeur dans l’industrie ou l’agriculture. « Si beaucoup naissent pauvres, ce sont surtout les circonstances de la vie qui les mènent à la grande pauvreté, à la mendicité et au vagabondage. Du pauvre journalier agricole à l’ouvrier en passant par le vieillard, la personne handicapée, la veuve, nombreux sont ceux qui, à la suite d’un ou de plusieurs revers de fortune, peuvent glisser sur la pente d’une déchéance sociale » (p. 41). Le deuxième chapitre aborde deux processus inversés, « les chemins de la marginalité » et l’« intégration sociale ». Si chaque crise est génératrice de vulnérabilités, de chômage, de vagabondage pour chercher ailleurs des moyens de survie, de délits de subsistance et de migrations vers les villes, les « pauvres structurels », souvent en situation de vulnérabilité sanitaire (maladie, handicap, vieillesse…), restent les plus touchés. Inversement, le retour à une vie plus stable repose avant tout sur la capacité à retrouver un travail et un salaire réguliers, qui sont aussi vecteurs de reconnaissance et d’insertion sociales. La possession d’un domicile et la bonne moralité permettent de pouvoir solliciter la bienfaisance communale et/ou la charité privée. L’école primaire et le service militaires sont aussi des lieux d’intégration. La deuxième partie porte sur le « temps des refondations (1796-1821) », qui repose tout à la fois les bases de la bienfaisance et de la pénalisation. Le chapitre 3 revient sur l’assistance aux « bons pauvres », publique (hôpitaux, bureaux de bienfaisance) et privée (en particulier consacrée à l’enfance et l’adolescence vulnérables, ainsi la Société de charité maternelle de Rouen, mais qui passe aussi par des ateliers de charité ou des distributions de soupes). Le chapitre 4 revient sur la répression envers les « mauvais pauvres », alors que s’ouvre à partir du décret impérial du 5 juillet 1808 sur « l’extirpation de la mendicité », puis le Code pénal de 1810, une nouvelle ère de criminalisation. Un dépôt de mendicité doit être créé dans chaque département, mais la mesure sera loin d’être effective. Le contrôle des populations mobiles s’accroît, appuyé sur la gendarmerie nationale et la police, et sur les outils de surveillance des populations migrantes et mobiles que sont le passeport et le livret ouvrier. Le chapitre 5 est consacré aux dépôts de mendicité, qui retrouvent au début du XIXe siècle une seconde jeunesse. En Seine-Inférieur, loin d’être saturés, ils enferment surtout des hommes et des femmes originaires du département et relevant des couches les plus vulnérables (journaliers, petits métiers du textile, du bâtiment…). Condamnés à une vie de reclus et à un emploi du temps millimétré, ils connaissent un enfermement assez mortifère. L’institution d’Évreux dysfonctionne à tel point que le dépôt sera dès 1817 fermé et cédé à l’hospice général ; à Rouen, il se transforme en manufacture forcée et ferme lui aussi prématurément en 1820, pour rouvrir cinq ans plus tard sous forme d’asile. Comme ailleurs, « ces institutions se sont révélées beaucoup plus coûteuses que véritablement efficientes » (p. 215).

La troisième partie embrasse les six décennies qui courent de 1821 à 1880, « temps des adaptations » publiques et privées dans un contexte de paupérisme et de crises à répétition. Le chapitre 6, consacré aux « réponses de la bienfaisance publique », montre comment les préfets et conseils gouvernementaux, pressés par les maires qui relaient des poussées d’individus errants dans les campagnes, tentent, en sus d’arrêtés anti-mendicité, de réactiver les dépôts (avec surtout des échecs cuisants) et les ateliers de charité ; tandis qu’au niveau local, des efforts importants sont faits par les municipalités en matière d’assistance (bureaux de bienfaisance, établissements hospitaliers). La « charité privée » (chap. 7) repose quant à elle sur une floraison d’œuvres et de congrégations dont l’histoire locale est analysée – des crèches aux hospices des Petites sœurs des pauvres via les colonies pénitentiaires agricoles pour mineurs délinquants, et des catholiques aux protestants.

La dernière partie, « Le temps des protections (1880-1914) », traite de la IIIe République naissante, dans un contexte de seconde industrialisation et de Grande dépression qui poussent sur les routes un nombre croissant de déshérités. Les questions de la prise en charge des pauvres et du sentiment d’insécurité généré par les mendiants et vagabonds ressurgissent alors spectaculairement. Le chapitre 8 est centré sur le volet répressif, pour « protéger la société » des « mauvais pauvres ». Dans un « climat d’angoisse sécuritaire de fin de siècle » (p. 289), dans les villes comme dans les campagnes, les Républicains s’attachent à mettre en place une politique de « défense sociale » qui culmine en 1885 avec la loi de relégation des multirécidivistes – dont les résultats seront cependant très inférieurs à ceux escomptés. Même si les dépôts de mendicité disparaissent peu à peu, reste toujours en Normandie l’idée de les ressusciter, qui aboutit en 1909. La période connaît aussi une nouvelle vague de créations de maisons d’éducation correctionnelle pour mineurs, qui finissent en scandales puis fermetures. Parallèlement cependant, le régime, en quête de légitimité auprès des classes populaires, développe à partir de 1885 un vaste programme de protection sociale adossé à la bienfaisance privée (chap. 9). Il prend notamment la forme de lois d’assistance pour les « bons pauvres », qui ne fonctionnent que grâce au concours des communes et départements. Les hôpitaux et hospices, et les bureaux de bienfaisance, restent également un rouage essentiel, bien que couvrant très inégalement les territoires. Le chapitre s’achève sur les « concurrences et complémentarités » entre assistance publique et bienfaisance privée.

L’ouvrage, très complet, laisse bien peu de place à la critique. Son sérieux et l’exhaustivité du traitement en font un livre plus qu’utile. On regrette – mais l’auteur n’y est pour rien, les publications étant concomitantes – que le dialogue ne soit pas engagé avec l’historiographie revigorée de la « mixed economy of welfare » d’un côté3, et avec la vaste thèse de Pierre Gaume sur le vagabondage et la mendicité dans la France du xixe siècle de l’autre4. On aurait peut-être apprécié, compte tenu du niveau très local, un paysage plus exhaustif encore des œuvres, même si le parti pris plus qualitatif que quantitatif, celui d’une analyse approfondie de quelques structures, se défend parfaitement. On ouvrira donc simplement sur deux questions. La première : pourquoi avoir fait de 1821 une rupture majeure, mais ne l’avoir jamais justifié ? La seconde : à plusieurs reprises, l’auteur revient – comme d’autres avant lui – sur la forte augmentation des délits de vagabondage et de mendicité à la fin du XIXe siècle, et souligne que certaines années, la Normandie orientale représente 20 % des prévenus de France alors qu’elle ne compte que pour 3 % de la population ; il en conclut qu’elle est tout particulièrement une « terre de pauvreté et de mendicité » (p. 386). Mais comment faire ici la part de la conjoncture économique, sur laquelle insiste en particulier Pierre Gaume, et de l’activisme policier et judiciaire, que pointait au contraire André Gueslin ? Voici quoi qu’il en soit un nouvel ouvrage important sur le sujet, qui témoigne de son caractère toujours vif et fécond.

Axelle Brodiez-Dolino




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 10 février). Antony Kitts, « Bons » et « mauvais » pauvres. Représentations et prise en charge de la pauvreté en Normandie au XIXe siècle. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsuq

  1. Y. Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, La Documentation française-Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 2002, 2 vol. []
  2. A. Kitts, « Mendicité, vagabondage et contrôle social du Moyen Âge au XIXe siècle : état des recherches », Revue d’histoire de la protection sociale, n° 1, 2008, p. 37-56. []
  3. « Nouveaux terrains de l’économie mixte du welfare (XIXe-XXe siècles) », Revue d’histoire de la protection sociale, n° 15, 2022, numéro dirigé par Antoine Perrier et Lola Zappi. []
  4. P. Gaume, « La police des existences irrégulières et incertaines. Socio-histoire du vagabondage et de la mendicité au XIXe siècle », Paris, EHESS, 2021, 3 vol. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search