De la correctionnelle à l’assaut du ciel. L’Association internationale des travailleurs à Paris, mai 1870-mai 1871, édition établie et présentée par Julien Grimaud.

Nancy, Arbre bleu éditions, « Les passeurs », 2023, 184 p. Préface de Michel Cordillot.

Née en 2011, la maison d’édition de l’Arbre bleu, consacre une partie de ses publications à des travaux d’histoire du mouvement ouvrier. Depuis 2019, la collection « Les passeurs » propose des éditions commentées de textes d’acteurs du mouvement ouvrier. Après la thèse que Leonty Soloweitschik soutenait en 1898 sur le prolétariat juif et un choix d’articles rédigés par Jean Longuet en 1919-1920 au sujet de la paix à construire1, c’est sur les écrits d’un acteur collectif que s’est porté le choix d’une édition en permettant une meilleure visibilité : l’Association internationale des travailleurs (AIT) et surtout sa Fédération parisienne, à une période cruciale de l’histoire du mouvement ouvrier français, les mois qui, marqués par les défaites militaires, l’amputation du territoire et la Commune de Paris, sont passés à la postérité par le chrononyme forgé par Victor Hugo, l’Année terrible2.

Trente-quatre textes, depuis le Manifeste antiplébiscitaire du 24 avril 1870 jusqu’au texte intitulé « Terreur, Justice, Clémence », paru dans La Révolution politique et sociale du 15 mai 1871, constituent le corpus choisi et présenté par Julien Grimaud, dont la thèse en cours porte sur Henri Tolain et l’AIT. Commençant avant la chute du Second Empire, ce choix de texte montre d’abord les ressorts d’une opposition farouche au régime de Napoléon III de militants bien organisés qui voient, au printemps 1870, la répression s’abattre sur eux par un gouvernement craignant qu’il ne cristallise un ressentiment populaire en hausse avec le ralentissement de la croissance économique. Au début de l’été, l’AIT est dissoute dans le département de la Seine, plusieurs de ses militants en prison. Cela s’ajoute aux divisions d’un mouvement partagé entre sensibilités différentes, au fait aussi que, quand vient la guerre, l’internationalisme n’est plus de saison. Il n’est alors pas impossible de voir l’AIT comme un « archipel d’îlots militants franchement dissociés » (p. 22). Voilà pour le début du titre sous lequel ce court volume est présenté : « de la correctionnelle ».

Après la révolution du 4 septembre et l’avènement de la République, et alors que la guerre contre la Prusse continue, on retrouve l’AIT dans la défense de la capitale assiégée dès la mi-septembre, collaborant tant bien que mal, au sein des différents comités, notamment le Comité central des vingt arrondissements, avec les représentants des autres tendances politiques. Une minorité, cherchant à renverser le cours des choses, tente – en vain – à trois reprises (les 8 et 31 octobre 1870, puis le 22 janvier 1871), « l’assaut du ciel » (p. 41), c’est-à-dire la prise du pouvoir par l’insurrection révolutionnaire.

Fin janvier, la défaite du gouvernement provisoire de Gambetta est aussi celle des Internationaux, dans l’ensemble restés partisans de la guerre à outrance et qui peuplent les instances parisiennes. Lorsque, le 18 mars, commencent les soixante-douze jours de « la Commune », les membres de l’AIT, comme d’autres, passent le « Rubicon de la révolution » (p. 49). L’assaut du ciel apparaît plus que jamais possible et plusieurs textes montrent comment les Internationaux cherchent, très concrètement, à mettre en place la société socialiste qu’ils appellent de leurs vœux.

Le corpus s’achève avant que ne commence la « Semaine sanglante », qui voit la fin de la Commune de Paris et la décapitation du mouvement ouvrier par l’appareil répressif de la « terreur tricolore », condamnant à mort, à la prison, à la déportation, à l’exil et au silence nombre de militants.

Ce recueil cherche à mettre en lumière le rôle déterminant joué par l’AIT dans la Commune, dont on connaît l’hétérogénéité politique. Il s’agit surtout d’une plongée par les textes au sein d’une des tendances du mouvement ouvrier français, des textes qui témoignent de la vigueur des débats, des revendications et des rhétoriques employées. Le commentaire rappelle ce point central de la politisation ouvrière, à savoir la manière dont des structures très locales (chambre syndicale, société mutuelle, comité de vigilance, club, compagnie de la garde nationale, section de quartier) façonnent des appartenances politiques qui s’articulent à différentes échelles, depuis celle du quartier jusqu’à la convocation d’un militantisme européen, voire mondial.

Fin connaisseur de son objet, Julien Grimaud, tout à l’enthousiasme du passionné, oublie parfois que tout lecteur n’est pas un initié et que « les relents délétères d’un proudhonisme décidément tenace » (p. 33) ou « l’aventurisme blanquiste » (p. 34) ne parlent pas (ou plus) à tous. Son travail a cependant la grande qualité de souligner, derrière la faiblesse numérique, la vitalité d’un courant constitutif du socialisme français, dont l’hétérogénéité intellectuelle et la multiplicité des propositions face à la « question sociale » à partir du deuxième tiers du xixe siècle continuent d’occuper les historiens.

Claire Fredj




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 16 février). De la correctionnelle à l’assaut du ciel. L’Association internationale des travailleurs à Paris, mai 1870-mai 1871, édition établie et présentée par Julien Grimaud. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vut4

  1. L. Soloweitschik, Un prolétariat méconnu. Étude sur la situation sociale et économique des ouvriers juifs, N. Drouin et M. Dreyfus (éd.), Nancy, Arbre bleu éditions, 2019 ; J. Longuet, Les principes de la paix, G. Candar (éd.), Nancy, Arbre bleu éditions, 2019. []
  2. V. Hugo, L’Année terrible, Paris, M. Levy frères, 1872. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search