Guy Brucy, Marie-Laure Las Vergnas et Vincent Troger, Hippolyte Luc. Le singulier destin d’un visionnaire de l’école républicaine.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2023, 204 p.

Guy Brucy et Vincent Troger, spécialistes de l’histoire de l’enseignement professionnel, et Marie-Laure Las Vergnas, historienne de l’agence des enfants assistés d’Avallon et par ailleurs arrière-petite-fille d’un de ses directeurs, Mathieu Tamet, nous proposent dans cet ouvrage de découvrir l’un des principaux acteurs de l’histoire de l’enseignement technique et professionnel français au XXe siècle. Directeur adjoint, œuvrant dans l’ombre de son supérieur Edmond Labbé à partir de 1925, puis directeur général de l’enseignement technique au ministère de l’Éducation nationale de 1933 à 1944, Hippolyte Luc a été et reste l’un des grands fondateurs de l’enseignement technique, malgré l’oubli dont il a fait l’objet en raison notamment de son choix de rester en poste sous le régime de Vichy jusqu’à la veille de la Libération.

Les auteurs nous permettent de mesurer l’importance de l’œuvre de ce grand administrateur qui a apporté une contribution décisive à l’essor d’un réseau d’écoles publiques de formation technique et professionnelle et à l’institution de diplômes d’État comme critère de qualification et de rémunération des salariés. Son obsession d’affirmer la singularité de l’enseignement technique, vis-à-vis de l’enseignement primaire comme de l’enseignement secondaire, l’a conduit à rater le rendez-vous avec la ferme volonté réformatrice de Jean Zay. Malgré ses sympathies pour le Front populaire, il résiste à toute velléité d’inclure l’enseignement technique dans la tentative de transformation structurelle de l’institution scolaire en degrés successifs plus qu’en ordres distincts. Toutefois, son action opiniâtre, dans le contexte critique des années 1930 et de la Seconde Guerre mondiale, repose alors sur une conception nouvelle de l’articulation des valeurs humanistes de l’éducation et d’une volonté affirmée de répondre aux besoins de l’économie, tout en contribuant à ce qui annonce la modernisation statutaire du salariat dans l’après-guerre.

Si l’action d’Hippolyte Luc occupe une place centrale dans cet ouvrage, celui-ci s’inscrit pleinement dans le renouveau de la biographie historique qui a participé à la revalorisation de l’analyse du rôle des acteurs individuels depuis les années 1980. La richesse des sources mobilisées, qu’elles soient institutionnelles ou personnelles, pour analyser le parcours d’Hippolyte Luc à la fois sur le plan personnel et professionnel, permet de resituer son action dans l’histoire de la modernisation de l’enseignement technique. Les auteurs mobilisent tout l’éventail de la production écrite d’Hyppolite Luc : tout d’abord, ses écrits professionnels, en particulier ses discours et interventions écrites, publiés dans de multiples revues ou journaux institutionnels, et les procès-verbaux de ses interventions au Conseil supérieur de l’enseignement technique, dans lesquels il expose une conception visionnaire de l’enseignement technique et des questions d’éducation. Sur le plan plus personnel, des papiers de famille, mis à disposition par ses descendants directs, comprennent notamment des documents iconographiques et de nombreux poèmes dont Hyppolite Luc est l’auteur, qui facilite une approche sensible de sa personnalité.

Car si Hippolyte Luc est une grande figure de serviteur de l’État au service de l’œuvre scolaire de la IIIe République, il est aussi une figure exceptionnelle de ce que l’on a appelé la méritocratie républicaine. En effet, cet enfant, pris en charge par l’Assistance publique de Paris à l’âge de 5 ans et placé dans une famille d’accueil bourguignonne, connaît le destin quasi miraculeux d’être repéré et reconnu pour son intelligence par son futur beau-père, notable d’Avallon et directeur de l’Assistance publique. Ainsi, il entretient très tôt une relation étroite avec la famille de sa future épouse, qui a contribué à faire bifurquer sa trajectoire sociale vers celle d’un parfait produit de la méritocratie républicaine.

Les auteurs analysent très finement la dualité de ce jeune homme, agrégé de philosophie avant d’entamer sa carrière de haut fonctionnaire, héritier d’un triple passé inscrit dans celui d’une famille ouvrière parisienne, d’une famille d’adoption de la campagne bourguignonne et de notables de la bourgeoisie provinciale. L’utilisation d’archives très personnelles donne à leur propos une grande authenticité. Le journal intime que son beau-père, Mathieu Tamet, a régulièrement tenu entre 1910 et 1934, nous permet de suivre l’ascension d’un Hippolyte Luc dont l’ambition personnelle ne peut reposer que sur un travail acharné au service de son mentor, Edmond Labbé. Alors que la catégorie des transfuges de classes est régulièrement convoquée dans la production des sciences sociales, les auteurs s’interrogent sur la trajectoire singulière de ce haut fonctionnaire dévoué à l’institution qui a permis son ascension sociale, à l’aune de l’idéal méritocratique proclamé par l’école de la IIIe République.

La fin de la carrière d’Hippolyte Luc est la conséquence de son aveuglement à vouloir rester à la tête de l’enseignement technique à tout prix pour préserver le fruit du travail qu’il a accompli pendant plus de vingt ans et qui devait constituer pour lui le fondement de son existence sociale. Alors qu’il avait toujours exprimé certaines sympathies pour une gauche modérée mais authentique, comme le montre aussi son rejet sans concession du nazisme dans les années 1930, il fait le choix de rester à son poste jusqu’en juillet 1944, même pendant la dérive milicienne et fascisante du régime de Vichy. Les mémorandums qu’il a rédigés à la Libération pour se défendre des accusations de collaboration dont il a fait l’objet, ainsi que les archives judiciaires, montrent que, bien qu’il ait été écarté de l’enseignement technique à la Libération, il ne s’est jamais compromis dans la politique discriminatoire menée par le régime de Vichy contre la population juive ou dans la répression menée contre la Résistance. Il n’a subi d’ailleurs aucune sanction au sens juridique du terme, conformément à la décision du conseil d’enquête, mais a subi l’humiliation d’être évincé de l’institution à laquelle il a consacré toute sa vie. On ressent à la lecture de ce livre l’empathie des auteurs pour ce personnage singulier. Ceux-ci remarquent qu’il existe en France une rue et une allée Jérôme-Carcopino, du nom du ministre qui a soutenu Hyppolite Luc dans un des paradoxes de la politique scolaire réactionnaire de Vichy, qui a néanmoins parfois préparé l’avenir. Pourtant, Jérôme Carcopino a été sans ambiguïté dans son adhésion à la politique du maréchal Pétain et a été condamné à la Libération, quand l’un des fondateurs de l’enseignement technique aurait sombré dans l’oubli sans ce travail historique – un vrai plaisir de lecture, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.

Jérôme Krop



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 22 février). Guy Brucy, Marie-Laure Las Vergnas et Vincent Troger, Hippolyte Luc. Le singulier destin d’un visionnaire de l’école républicaine. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvso

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search