Sylvain Pattieu, Panthères et pirates. Des Afro-Américains entre lutte des classes et Black Power.

Paris, La Découverte, « L’envers des faits », 2022, 352 p.

Nous sommes nés et nous avons vécu dans un pays où la situation des Noirs est inimaginable pour les Français : discrimination raciale éhontée, relégation dans les fameux ghettos dont celui de Harlem n’est qu’un exemple.

Cette déclaration des « quatre de Fleury », en 1976, permet d’entrer dans les questions que pose Sylvain Pattieu dans son dernier ouvrage – d’histoire, car il est également romancier et vient de publier chez Flammarion, en janvier 2024, Une vie qui se cabre –, autour du parcours d’un couple africain-américain, Jean et Melvin McNair. En effet, il s’agit autant de comprendre la manière dont la race est perçue de part et d’autre de l’Atlantique que de suivre le destin mouvementé des « évadés du ghetto », d’après le titre du livre de témoignage qu’ils publièrent en 1978 avec l’aide de leur comité de soutien1. Panthères et pirates interroge la manière dont la racialisation agit et est vécue différemment aux États-Unis, en France et même en Algérie, à différentes époques. Sylvain Pattieu utilise ces Américains à Paris, tels de nouveaux Usbek, pour comprendre les décalages entre les catégories raciales et pour mieux éclairer le regard français sur les États-Unis, sur le racisme, qui ne peut, vu d’ici, être qu’américain.

Avec un titre aussi engageant, l’auteur nous promet aventures et action, et effectivement, en suivant ces panthères (noires) puis ces pirates de l’air, de leur jeunesse américaine durant les années 1960 jusqu’aux banlieues françaises des années 2000, nous trouvons notre compte de rebondissements. Sylvain Pattieu, historien, maître de conférences à l’Université Paris 8, membre junior de l’Institut universitaire de France (IUF) et romancier, y compris pour la jeunesse, prend ici la suite d’un récit avant tout littéraire qu’il avait publié en 2017, Nous avons arpenté un chemin caillouteux, dont l’argument reposait sur les mêmes événements, le détournement d’un avion de ligne Détroit-Miami vers l’Algérie par cinq pirates de l’air africains-américains2. Les recherches de l’auteur participent d’un projet collectif, celui d’une « Histoire sociale des populations noires en France », dans le cadre de laquelle il a notamment codirigé, avec le regretté Tyler Stovall et avec Emmanuelle Sibeud, The Black Populations of France ((S. Pattieu, E. Sibeud et T.E. Stovall, The Black Populations of France. Histories from Metropole to Colony, 2022.)). Il a rencontré Melvin McNair en 2015 grâce à Tyler Stovall, et son travail s’appuie d’une part sur de nombreux entretiens avec ce dernier, d’autre part sur les archives de l’avocat Jean-Jacques de Felice.

Nous suivons ce jeune couple, Jean et Melvin McNair, dans l’Amérique des années 1960-1970, jusqu’à leur départ vers l’Algérie en 1972. Accompagnés de George Brown, de Joyce Tillerson, de George Wright et de trois enfants, ils détournent facilement vers l’Algérie un vol intérieur, à une époque où les procédures de sécurité étaient presque inexistantes. Un chapitre, qui s’appuie sur l’ouvrage du journaliste Brendan I. Koerner, rappelle comment ces années furent l’âge d’or des détournements aériens, les portiques de sécurité étant encore rares dans les aéroports et les détournements non encore assimilés à des actes de terrorisme3. Les cinq de Détroit rejoignent à Alger Eldridge Cleaver et un petit groupe de Black Panthers dans ce qui est alors la capitale des élans révolutionnaires, telle que l’a aussi dépeinte Elaine Mokhtefi, intermédiaire entre ces Américains et le pouvoir algérien4. Mais nos pirates déchantent rapidement : la « section internationale » des Black Panthers est fantomatique, espérant avant tout qu’ils renflouent les caisses grâce au million de dollars de rançon obtenu en échange des passagers du vol. Las, sitôt débarqués, les militaires algériens leur confisquent la somme pour la restituer au gouvernement américain. Les Black Panthers d’Alger cherchent par tous les moyens à quitter le pays, où leur situation est de plus en plus fragile, étant de moins en moins tolérés par les autorités. Le groupe se déchire ; l’autoritarisme d’Eldridge Cleaver est redoutable, lui qui n’a pas hésité à exécuter un de ses camarades pour trahison – d’aucuns diront que ce fut avant tout pour avoir séduit sa compagne !

Les cinq exilés de Détroit, dont le couple McNair, décident de s’installer en France, où après quelques mois de vie clandestine, faute de visa, ils sont finalement arrêtés en 19765. Ces pages sur l’exil français sont sans doute les plus intéressantes. On y apprend comment Henri Curiel et son organisation Solidarités ont permis le départ d’Algérie des pirates puis les ont cachés pendant près de deux ans. On rencontre ainsi différents membres du réseau, communistes et socialistes en rupture de ban, prêtres-ouvriers et chrétiens, solidaires des luttes décoloniales depuis la guerre d’Algérie6. Cette organisation avait bénéficié d’une certaine tolérance du pouvoir gaulliste, dans le cadre de sa prise de distance avec la politique américaine, dans la mesure où Curiel ne se mêlait plus de la politique extérieure française. Après 1976, Curiel devient la cible d’une campagne de presse calomnieuse, avant d’être assassiné par l’extrême droite en 19787.

Le procès des « quatre de Fleury » donne lieu à une vaste mobilisation, qui montre en creux la fascination/détestation pour les États-Unis et la cause des Noirs américains, bien au-delà de la gauche : le Figaro prend leur défense pour mieux brocarder le racisme américain. Combien est rassurante cette démonstration d’universalisme républicain, qui fait communier dans l’antiaméricanisme tout le spectre politique ! Finalement, seuls deux sont condamnés à la prison. Libérés en 1981, Jean et Melvin s’installent dans le Calvados en 1986, où ils deviennent des travailleurs sociaux, bien vite essentiels dans leur quartier, la cité de la Grâce de Dieu. L’auteur apporte différentes informations sur les politiques urbaines et analyse la racialisation stratégique dont ils bénéficient : certes Noirs, mais d’abord Américains, c’est l’effet « Wa Wa West », comme le nomme Melvin McNair, manière de dire avec humour l’effet qu’il produit autour de lui – surtout quand leur passé de pirates resurgit grâce au documentaire de 20128. Pour les jeunes du quartier : « C’est celui qui a niqué le FBI, respect mon frère9. » Le couple est si indispensable à la vie du quartier que lorsque Melvin perd son travail, licencié d’un foyer de jeunes travailleurs, le préfet Rémy Pautrat, ancien directeur de la DST, décide de subventionner le club de baseball afin qu’il puisse y être embauché. C’est l’époque de la politique des quartiers, de la police de proximité, avant les karchers de Nicolas Sarkozy. De son côté, Jean fonde l’association Espérance et Jeunesse, en faveur de l’insertion scolaire et professionnelle des jeunes, qui lie la foi protestante et un militantisme en faveur des jeunes qui ne se dément jamais10.

La biographie laisse sa part aux hésitations des personnages, à la part contingente de leur parcours et, contrairement à ce que Philippe Artières a pu ressentir, elle ne nous semble pas tomber dans l’hagiographie11. Il est vrai que les McNair sont éminemment sympathiques et, comme le fut Sylvain Pattieu, les lecteurs ne manqueront pas d’être séduits par un récit qui fait revivre une vision héroïsée des élans révolutionnaires. Pour autant, l’auteur garde à bonne distance ses « héros ». Il s’agit de saisir d’un même mouvement la construction sociale de la classe et de la « race », de comprendre comment ces « Afro-Américains » sont « devenus noirs en France ». Les processus de racialisation, trop longtemps ignorés, ou opposés à d’autres catégorisations, s’ajoutent en les redoublant aux inégalités sociales. Pirates et panthères propose ainsi une approche décentrée de la racialisation en France.

Sylvain Pattieu rappelle, à la suite de Silyane Larcher, que la fabrique de la race est également française, qui produit des catégories comme celle des « jeunes de banlieue12 ». Finalement, les réflexions les plus intéressantes sont celles qui ouvrent sur la force de l’imaginaire racial états-unien en France, cette force d’entraînement qui a également participé à l’écho de Black Lives Matter.

On aurait préféré que l’auteur développe ce terrain français plutôt que de proposer, dans la première partie du livre, un résumé de l’histoire noire-américaine. Il s’appuie certes sur quelques références excellentes, mais qui ne suffisent pas à épuiser le sujet, au risque de brosser à grands traits une image d’Épinal des mobilisations africaines-américaines13. Booker T. Washington, partisan d’un politique des accommodements au tournant du XXe siècle, est étrangement qualifié de « séparatiste », parce qu’il acceptait le système énoncé par la Cour suprême en 1896 – 1896, et non 1886, comme le propose l’ouvrage – du Separate but equal. Mais ce terme renvoie bien plutôt au nationalisme noir. La radicalité de la politique de non-violence menée par Martin Luther King Jr. n’est pas soulignée : la Southern Christian Leadership Conference, que l’auteur désigne à tort comme une organisation plus ancienne que le Congress On Racial Equality, est fondée par des pasteurs à la suite du boycott de Montgomery en 1957, précisément en rupture avec la politique modérée de certaines Églises noires qui ne se risquaient pas à dénoncer la ségrégation – le sociologue E.F. Frazier les condamna sévèrement pour cela14. L’auteur indique rapidement que les leaders noirs mirent de côté les militantes, telle Rosa Parks, mais la question du sexisme au sein du mouvement des droits civiques méritait qu’on s’y attarde bien plus. L’auteur voit la crise du mouvement des droits civiques après 1965 comme « paradoxale puisqu’il a en partie rempli ses objectifs en détruisant Jim Crow ». Mais où est le paradoxe quand la fin des lois ségrégatives ne change rien sur le terrain et que les démocrates claquent la porte aux nez des activistes lors du congrès d’Atlantic City en 1964 ? Finalement, après avoir démontré que nos pirates de l’air n’avaient que très peu de liens avec les Panthères, l’ouvrage propose tout de même en quelques pages une histoire de cette organisation, non sans trébucher parfois.

Malgré ces légers écueils sur le terrain américain, Panthères et pirates est une très bonne enquête, qui permet de montrer, à l’échelle micro, l’intérêt de penser la racialisation également en France.

Olivier Maheo




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 22 février). Sylvain Pattieu, Panthères et pirates. Des Afro-Américains entre lutte des classes et Black Power. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vvsp

  1. M. McNair, J. Tillerson, G. Brown et J. McNair, Nous, Noirs américains évadés du ghetto, Paris, Éditions du Seuil, 1978. []
  2. Nous avons arpenté un chemin caillouteux, Paris, Plein jour, 2017. []
  3. B.I. Koerner, The Skies Belong to Us, New York, First paperback edition-Broadway Books, 2014. []
  4. E. Mokhtefi, Alger, capitale de la révolution. De Fanon aux Black Panthers, Paris, La fabrique éditions, 2019. []
  5. Ibidem []
  6. R. Gallissot, Henri Curiel. Le mythe mesuré à l’histoire, Paris, Riveneuve, 2009. []
  7. G. Perrault, Un homme à part, Paris, Barrault, 1984 ; R. Gallissot, Henri Curiel…, op. cit. []
  8. M. Wechsler, Melvin and Jean. An American Story, What’s Up Productions, 2012. []
  9. Ibidem []
  10. C. Dauphin, « Jean et Melvil McNair », Les Hommes sans épaules, n° 52, 2021, p. 352. []
  11. P. Artières, « Une illusion biographique », En attendant Nadeau, 8 septembre 2022 [En ligne]. []
  12. S. Larcher, « L’égalité divisée. La race au cœur de la ségrégation juridique entre citoyens de la métropole et citoyens des “vieilles colonies” après 1848 », Le Mouvement social, n° 252, 2015, p. 137-158 ; Id., L’autre citoyen. L’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage, Paris, Armand Colin, 2014. []
  13. J. Bloom et W.E. Martin Jr., Black Against Empire. The History and Politics of the Black Panther Party, Oakland, University of California Press, 2013 ; A.D. Farmer, Remaking Black Power. How Black Women Transformed an Era, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2017 ; N. Martin-Breteau, Corps politiques. Le sport dans les luttes des Noirs américains pour l’égalité depuis la fin du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020. []
  14. E.F. Frazier, Black Bourgeoisie. The Rise of a New Middle Class in the United States, New York, Collier-Macmillan, 1957. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search