Stéphanie Dauphin (dir.), Les enseignantes en France (XVIe-XXe siècle). Sexe, genre et identité professionnelle.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2023, 328 p.

Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, dans leur Histoire de l’enseignement en France1, soulignaient le dynamisme de l’histoire des femmes et du genre ; ce volume collectif dirigé par Stéphanie Dauphin nous offre une belle manifestation de ce renouvellement en cours, depuis les travaux pionniers en France de Françoise Mayeur, Rebecca Rogers et Jean-François Chanet. Issu de deux journées d’étude organisées à l’Université d’Artois, il réunit quatorze contributions réparties en deux parties : la première sur les enseignantes, la seconde sur la place des femmes dans les fonctions d’encadrement. La grande majorité des articles porte sur la IIIe République et plus particulièrement sur la période charnière des années 1880 aux années 1920, du vote de la loi Camille Sée à l’égalité de salaires des enseignants des deux sexes. On ne trouve en amont que l’étude d’Alexandra Amiot sur la place des femmes dans l’enseignement à Rouen à l’époque moderne, et au-delà des années 1940 une contribution sur Vichy ainsi que les deux contributions de la sociologue Marlaine Cacouault-Bitaud identifiant les normes de genre et les principes de classement à partir de l’analyse des rapports d’inspection sur les professeures de lycée et les directrices de lycée de jeunes filles du début du siècle aux années 1960.

Ce déséquilibre chronologique, qui pourrait faire mentir le titre de l’ouvrage, est compensé par l’introduction de Stéphanie Dauphin qui, en une trentaine de pages, dresse une utile synthèse de l’histoire des enseignantes depuis le XVIsiècle, articulée à un vaste panorama des différents travaux de ces trente dernières années. Chaque contribution est ainsi replacée dans son environnement historiographique et chaque étude de cas dans son contexte historique. Dans la conclusion, c’est à la situation contemporaine que s’attache la coordinatrice de l’ouvrage : dans un contexte de forte féminisation des métiers et de la généralisation de la mixité depuis les années 1960, force est de constater la permanence de l’impact du sexe des enseignants dans les trajectoires professionnelles. À titres scolaires égaux, les hommes restent surreprésentés dans les postes à responsabilités et leurs carrières plus rapides que celles des femmes dans une institution qui contribue davantage à la reproduction des normes de sexe qu’à l’émancipation.

Une des grandes réussites de l’ouvrage est d’appréhender l’institution scolaire comme un espace professionnel normé et dynamique dans lequel se construisent des identités de métier en articulant les dimensions individuelles et collectives. Saisies par les discours de leurs supérieurs hiérarchiques, longtemps exclusivement des hommes (voir les deux contributions de Marlaine Cacouault-Bitaud), ou par les prises de parole des plus militantes, les trajectoires et les identités professionnelles des enseignantes apparaissent toujours en tension entre assignation aux qualités féminines et résistances assumées pour plus de liberté et d’agentivité.

Mis à part l’enseignement professionnel et supérieur, la diversité des ordres d’enseignement est abordée avec notamment un important dossier sur la maternelle, constitué de deux contributions complémentaires. La première, rédigée par Patricia Legris et Solène Touche, retrace la lente constitution d’une identité professionnelle des maîtresses de maternelle des années 1880 à 1920, en prenant comme observatoire l’Ille-et-Vilaine. Elles montrent comment ce groupe professionnel s’affirme progressivement face aux congrégations et construit une professionnalité de l’enseignement « maternel », articulant dispositions féminines et inventivité pédagogique. La spécificité de la maternelle, peu étudiée jusqu’à présent, reflète une certaine configuration documentaire : peu présent dans les politiques éducatives et donc dans les archives de l’administration centrale, cet enseignement s’est construit dans une certaine autonomie. C’est ce que met en lumière l’article de Bérengère Kolly, qui analyse l’originalité des modalités de cette construction professionnelle à partir de la création de l’Association générale des institutrices des écoles maternelles publiques (AGIEM), au moment même où le décret du 15 juillet 1921 reconnaît l’égalité de traitement entre toutes les institutrices, primaires et maternelles. Si cette mesure reconnaît l’égalité de dignité avec les autres institutrices, gagnée par les enseignantes de maternelles en prouvant leur valeur professionnelle, le risque était alors de perdre l’identité et la spécificité de cet enseignement. En soumettant à l’analyse le choix d’agir par la création d’une association et non d’un syndicat, l’autrice éclaire l’originalité de la stratégie de ce groupe professionnel, qui se fonde sur une organisation ascendante, partant des territoires et des expériences pédagogiques individuelles, non pas contre les autorités administratives mais en lien direct avec les inspectrices, ce qui leur permet de rester en marge des politiques éducatives jusqu’au milieu des années 1970.

Les parcours professionnels des institutrices, des professeures de l’enseignement secondaire et des directrices sont restitués essentiellement à partir des dossiers de carrière. Adoptant une approche prosopographique, Jérôme Krop reprend les résultats de son livre, Les fondateurs de l’école républicaine dans le département de la Seine2, pour comparer les origines sociales et géographiques (moins populaires et plus urbaines que celles des instituteurs) et la morphologie des carrières. Pour cette première génération d’institutrices, l’effet structurel de la stricte séparation des écoles de filles et de garçons permet des promotions et un accès aux fonctions de direction dans des conditions similaires à celles des hommes, sans que le mariage et la maternité ne soient un frein. La situation est toute autre dans les espaces professionnels où hommes et femmes sont en concurrence. L’ouverture aux fonctions d’inspecteur primaire est à cet égard particulièrement éloquente. Progressivement autorisé par la loi entre 1882 et 1891, l’accès aux femmes à l’inspectorat primaire peine à se réaliser dans la pratique et oblige à de nombreux aménagements pour contrer la vivacité des résistances et de la persistance des stéréotypes sexistes, exacerbés par la volonté de préserver les fonctions d’autorité comme pré carré masculin. Par l’analyse des dossiers de carrière des huit premières femmes à être titularisées, Jean-François Condette retrace la richesse de ces parcours et le combat permanent pour une reconnaissance fondée sur leurs compétences.

On connaît le rôle de la Première Guerre mondiale dans la reconfiguration de l’ordre des sexes dans la société. En interrogeant la catégorie improvisée qui naît de la nécessité des « intérimaires de guerre », Julien Cahon montre combien les discours et les pratiques traduisent des rapports sociaux de genre, qui se cristallisent sur la question du manque d’autorité de ces femmes dont le recrutement est, selon l’inspecteur général Édouard Petit, « un mal nécessaire ». À la représentation qui s’impose progressivement de « femmes, jeunes et débutantes » (p. 142), l’auteur oppose la réalité de la diversité de ces intérimaires en termes de sexe et d’expériences. La catégorie particulière mais également liée aux contraintes d’une situation de guerre qu’explore Loïc Szerdahelyi est celle des monitrices d’éducation physique et sportive recrutées sous le régime de Vichy, dont les identités professionnelle et sociale sont écartelées entre les compétences sportives traditionnellement masculines d’un métier éprouvant qui semble nécessiter le célibat (c’est d’ailleurs un critère de recrutement privilégié par l’administration) et la politique nataliste du régime qui exalte la figure maternelle.

Parallèlement à ces études de groupes professionnels, l’ouvrage fait la part belle à des trajectoires individuelles de femmes aux multiples engagements, qui lient enjeux pédagogiques et politiques. Mélanie Fabre, à partir des remarquables parcours de Jeanne Desparmet-Ruello (1847-1937), Albertine Eidenschenk (1864-1942) et Marie Fuster (1868-1942), revisite la notion d’intellectuel en la conjuguant au féminin. Par leur engagement pour l’éducation populaire, pour le droit des femmes à la vie intellectuelle, pour des programmes des lycées féminins ouverts sur les disciplines scientifiques, ces femmes se saisissent des revues et des congrès, qui se multiplient à la Belle Époque, pour faire entendre leur voix dans l’espace public, assumant leur dissidence au sein de l’institution scolaire au nom des valeurs de liberté de pensée et d’émancipation, indissociables de leur conception de l’exercice du métier d’enseignante. Les publications féminines dans les revues spécialisées documentent l’engagement pédagogique des enseignantes, qui s’approprient les expériences liées à l’éducation nouvelle en plein essor (méthodes Fröbel, Decroly, Montessori, Cousinet…), en faisant preuve d’une grande inventivité. Parmi ces pionnières des méthodes actives et de l’apprentissage de la coopération et de l’autonomie qui redéfinissent les rapports pédagogiques et la place de l’enseignant ou de l’enseignante, Laurent Gutierrez sort de l’ombre Marie-Louise Babeau-Wauthier (née en 1899), active durant l’entre-deux-guerres dans la petite commune rurale de Torcy-le-Grand, qui publie une trentaine d’articles pour diffuser ses expériences et ses propositions concrètes pour une pédagogie partant de l’observation et des centres d’intérêt des élèves.

Ainsi, au fil de la lecture, les différentes contributions éclairent avec nuances à la fois les normes de genre – produites par les gardiens de l’institution mais tout autant par l’ensemble de la société – qui gouvernent les représentations du masculin et du féminin dans l’enseignement et comment certaines enseignantes s’emparent personnellement de ces normes pour agir avec elles ou contre elles afin de construire leur place et leur identité. Le travail accompli pour cette période des « pionnières » mériterait d’être poursuivi pour la seconde moitié du XXe siècle, qui reste encore le parent pauvre de la question du genre dans l’historiographie de l’enseignement.

Bénédicte Girault




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 7 mars). Stéphanie Dauphin (dir.), Les enseignantes en France (XVIe-XXe siècle). Sexe, genre et identité professionnelle. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzki

  1. J.-N. Luc, J.-F. Condette et Y. Verneuil, Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle, Paris, Armand Colin, 2020. []
  2. J. Krop, Les fondateurs de l’école républicaine. La première génération d’instituteurs sous la IIIe République, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search