Didier Guignard, 1871. L’Algérie sous séquestre. Une coupe dans le corps social (XIXe-XXe siècle).

Paris, CNRS Éditions, 2023, 272 p.

En 1871, après la révolte du cheikh Mokrani qui embrase l’est de l’Algérie, les populations locales font l’expérience d’une vaste punition collective, dont l’instrument est l’objet du livre de Didier Guignard : le séquestre. Le caractère spectaculaire de cette dépossession massive des terres n’a pas empêché un relatif oubli dans l’historiographie, que ce livre cherche à réparer. La précision de l’étude (elle est concentrée sur une région viticole, autour du village d’Isser, à 70 km à l’est d’Alger) ne prive pas le lecteur de réflexions générales sur la propriété foncière et surtout la société rurale dans l’Algérie colonisée.

Le livre s’attache à montrer la présence continue d’individus qui, chassés par le séquestre, n’en sont pas pour autant des « déracinés1 ». Des « dynasties ouvrières » (p. 222) multiplient les stratégies pour s’attacher, par des détours mais avec obstination, à leur terre. Cet « ancrage local sur la longue durée » (p. 225), empruntant des formes variées, ne dessine pas les contours d’une région immobile. Dans ce « paysage défensif » (p. 21), où se rencontrent la plaine et la montagne, les mêmes familles demeurent à travers une série de recomposition d’un territoire où, jusqu’à nos jours, flottent encore les soupçons de biens mal acquis.

En prenant le double point de vue du droit et de ses usages par l’administration coloniale comme par les habitants, cet ouvrage contribue à une historiographie déjà dense sur la dépossession foncière en Algérie. La qualité du matériel empirique rassemblé autour de la ferme d’Isser, la finesse prudente des conclusions et la mesure des conséquences sociales au long cours du séquestre en font toute la valeur et l’originalité.

La culpabilité collective et le mécanisme du séquestre

Dès les premiers mois qui suivent le soulèvement de l’Algérie, éreintée par quarante ans de pressions fiscales et d’injustices coloniales, le séquestre est employé, comme souvent, comme outil militaire pour saisir les terres des ennemis et faciliter la (re)conquête. En 1871, le grand basculement opéré en métropole donne de nouvelles formes à la répression, qui épouse l’atmosphère doloriste de la période ouverte par la défaite de Sedan. Le régime républicain, soucieux de se démarquer des tentations « indigénophiles » de Napoléon III dans l’administration de l’Algérie, cherche également des moyens de diversion, pour l’opinion et la classe politique, après l’humiliation face à l’Allemagne. Ce souci est aussi une compensation : les 100 000 hectares pris aux insurgés algériens doivent consoler les Alsaciens-Lorrains chassés de leur terre, ce qui fait dire au cardinal Lavigerie que le « séquestre rédempteur » (p. 232) lavera les fautes du régime impérial autant que les péchés des insurgés algériens.

Nouvelle variation sur l’air du châtiment dans la France des années 1870, le séquestre met toutefois la IIIe République dans l’embarras. Le livre souligne à plusieurs reprises le paradoxe d’une idéologie républicaine – certes, encore en prise avec les monarchistes – favorisant la propriété privée et procédant à la dépossession massive de 446 000 hectares (p. 29) touchant 900 000 Algériens. Parmi ceux-ci, la région d’Isser paye un lourd tribut, pour une responsabilité dans l’émeute pourtant modeste : ses richesses singulières justifiaient l’ampleur de la sanction.

Didier Guignard détaille d’une manière pédagogique les mécanismes du séquestre, restitués dans un environnement juridique international où apparaissent quelques inspirations, comme en Nouvelle-Calédonie. L’État applique une mainmise conservatoire sur des biens le temps d’examiner les droits des propriétaires, les sanctions à appliquer, le rattachement au Domaine, la possibilité ou non de rachat, l’indemnisation de propriétaires innocentés. La nouveauté saisissante du contexte algérien est la possibilité d’un séquestre collectif, obtenu par le gouverneur général d’Alger, tenu, sur commande de Paris, à des objectifs ambitieux. Conjoints, alliés et héritiers peuvent être frappés par la faute d’un des leurs. Le bassin de l’Isser sert de modèle où cohabitent terres intéressant la colonisation foncière, accélérée par le séquestre avant l’impulsion décisive de la loi Warnier de 1873, et toute une série de situations plus floues où les terres s’échangent et se négocient.

Face aux difficultés d’application du séquestre, l’enracinement

Le séquestre fut l’objet, dans le camp des colonisateurs eux-mêmes, de vives protestations, de militaires progressivement évincés par le régime républicain qui voient dans cette dépossession généralisée un « instrument de famine » (p. 61) – la grande crise démographique de l’Algérie de 1867 reste dans les esprits. La radicalité des intentions se heurte, comme l’explique Didier Guignard, à une succession de « nœuds » nés de l’application du séquestre, où apparaît alors une « coupe dans le corps social » (p. 53).

Les premiers temps sont à la précipitation : l’ordre règne en quinze jours, sauf en Kabylie occidentale, et les premières mesures de séquestre, mêlées aux opérations militaires pour adjoindre des terres aux domaines, ne s’embarrassent pas de détails, ni d’exactitude pour dresser la liste des coupables. Massacres, incendies, mises à sac sont autant de prétextes pour évacuer les terres. Par la suite, des commissions sont chargées de délimiter les périmètres, recoller les droits, indemniser les « innocents » et repérer les terres utiles à la colonisation. Faute d’atteindre le savoir local contenu dans la mémoire collective ou quelques traces écrites, les autorités françaises nourrissent l’illusion de mettre en chiffres la propriété algérienne et de faire rentrer dans des tableaux mathématiques le calcul des compensations et des déplacements de population. Comme le souligne Didier Guignard, la « nature fluctuante des données insérées » perturbe la « justesse mathématique » (p. 126) de ces ambitions.

La naïveté calculatrice des autorités coloniales n’est pas un constat très neuf pour les historiens de la colonisation, mais le livre de Didier Guignard ajoute une variable d’importance : l’impatience. Dans ce livre, le lecteur a affaire à des « hommes pressés et démunis » (p. 129), qui n’ont guère le temps que la compréhension de la société locale exigerait pourtant, impatients de remettre en ordre le pays. Les mesures sont donc imparfaites : l’implantation européenne reste modeste dans les premières années et les Algériens demeurent. Les Français, nantis de nouveaux droits, préfèrent la « vie modeste du rentier à celle, plus risquée, de l’exploitant direct » (p. 183), soin laissé aux Algériens, si bien que le bouleversement des droits n’entraîne pas une modification fondamentale de la composition de la population. Ces formes de résistance, encore plus prononcées dans la montagne devenue refuge, provoque une hésitation à qualifier l’action de l’État colonial entre « impuissance » ou « insatisfaction » (p. 146). Comme le dit bien Didier Guignard, il ne faut pas oublier, dans cet exercice habituel aux historiens qui soulignent les limites de la domination juridique de l’État colonial, que le « boulet du séquestre » (p. 148) pèse moins lourd dans les mains des geôliers qu’au pied des victimes.

Les acteurs algériens et la trace du séquestre

L’ouvrage de Didier Guignard est soucieux d’interroger, y compris au renfort de quelques sources en arabe standard ou dialectal, le poids des héritages sur les victimes, au-delà du malaise des autorités coloniales ou de la classe politique métropolitaine, choquée par cette atteinte à la propriété. Ce malaise est aussi celui des nouveaux propriétaires qui redoutent la fin de droits contestables, peur qui plonge l’épisode du séquestre dans une forme de silence ou de discrétion chez les générations successives des Issers. Ce silence, héritage répandu de la période coloniale, est aussi justifié par les contradictions de la société locale que révèle l’épisode du séquestre : les Algériens, qui ont servi avec fidélité les Français comme jadis les Turcs, reçoivent des terres, des cadis ou des pacifistes restent du côté du plus fort, d’autres marabouts sont condamnés par les Français sur la simple suspicion de leur titre et de leur foi2, des prêteurs prennent sans remords la place d’anciens propriétaires chassés.

Le « chacun pour soi » et les formes de « désolidarisation » (p. 132) érodent encore davantage le tissu social que la négation des droits et le livre donne plusieurs exemples de fortunes qui se défont au gré des successions, de la faute qui pèse sur des héritiers victimes de cette idée médiévale de la « corruption du sang » (p. 169), terriblement remise au goût du jour par les Français. De rares pétitions témoignent de la réalité d’une dépossession synonyme de précarité économique. Leur registre tient moins de la soumission que du relevé de l’erreur (ġalṭa, p. 164) autour du bilād, mot qui traduit plusieurs lieux d’appartenance, de sa propre terre au pays meurtri. Les moins frappés et les mieux lotis peuvent encore s’offrir le luxe d’une pétition, les autres Algériens, chassés, emportent avec eux les traces de leur plainte.

Le livre s’achève sur les conséquences au plus long cours de l’événement-séquestre, dont il a détaillé les approximations comme les terribles répercussions : un fait divers en 1890, puis une nouvelle donne démographique et économique dans l’entre-deux-guerres. Les fils tissés par le séquestre sont parfois invisibles et le lecteur doit parfois surmonter la prudence de l’auteur pour comprendre au mieux les liens entre l’agression de colons français et les coupures, inaugurées par le séquestre, entre la montagne pauvre et indomptée, peuplée d’Algériens « qui n’ont rien oublié des violences passées » (p. 198) et les colonies du piémont. Didier Guignard ne franchit pas les limites que présentent par définition les archives, mais suggère d’une manière évocatrice le poids diffus de l’année 1871 dans la recomposition lente des sociétés locales après le séquestre. Il n’est sans doute pas impossible de compter cette expérience parmi les contre-modèles que les responsables des protectorats marocain et tunisien garderont à l’esprit. L’ouvrage, en liant d’une manière étroite mécanismes juridiques et devenir des familles, donne à penser, pour tout le Maghreb, sur ces brutalités du droit colonial qui, tout en introduisant fractures et suspicions, ne défont jamais complètement une société locale.

Antoine Perrier




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 7 mars). Didier Guignard, 1871. L’Algérie sous séquestre. Une coupe dans le corps social (XIXe-XXe siècle). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzkj

  1. Dans la lignée de nombreux auteurs, dont Fanny Colonna, Didier Guignard relativise la portée des conclusions d’Abdelmalek Sayad et Pierre Bourdieu, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964. []
  2. Les milieux confrériques, dont proviennent lesdits marabouts, ayant été actifs dans la révolte du cheikh Mokrani. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search