Anne Carol, La mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique.

Grenoble, Éditions Jérôme Millon, « Mémoires du corps », 2022, 320 p.

Le dernier ouvrage d’Anne Carol est remarquable. Pour l’historienne du corps, de la médecine et de la mort, son sujet, d’abord, est particulièrement bien choisi. Par la lucarne en apparence étroite qu’est l’histoire d’un seul cadavre, quel horizon se déploie sous nos yeux, avec des ramifications sur tous les plans ! On y aperçoit certes l’homme politique français Léon Gambetta (1838-1882), visage et voix du républicanisme anticlérical des débuts de la IIIe République, mais on y voit surtout son corps, atteint d’une blessure mortelle en 1882, puis ce qu’il advient de ce corps post-mortem. Portant une attention extrême aux archives, Anne Carol montre comment ce corps de forte carrure, à la voix imposante, auquel manque un œil et qui appartient par son père à une lignée italienne qui le rattache à Nice, incarne une vie publique française bouleversée par le passage du Second Empire à la IIIe République. Gambetta personnifie l’idée républicaine anticléricale d’une nation française marquée par la guerre franco-prussienne et la question de l’Alsace-Lorraine, qu’il représenta en tant que député du Bas-Rhin. Parce qu’il donne corps à cette vie indissociablement privée et publique, Gambetta fait de son vivant l’objet des portraits les plus flatteurs comme des plus viles caricatures, ainsi que le donnent à voir les mots et illustrations débusqués par Anne Carol. Lorsqu’en 1882 la vie quitte ce corps, commence la mise en pièces d’un homme dont chacun veut sa part, littéralement. Certains organes sont subtilisés, laissant une dépouille dont on ne mesure la mutilation qu’en l’exhumant en 1909. Anne Carol suit ce dépècement, depuis l’autopsie réalisée par les médecins dans la chambre du mort jusqu’aux conflits sur la, ou plutôt les, sépulture(s) de Gambetta, qui continuent périodiquement d’agiter la vie publique française jusqu’à l’entre-deux-guerres. Les multiples contradictions qui travaillent la France de la fin du XIXe siècle s’incarnent ainsi dans la dépouille d’un seul homme, au point que la carrière politique de son cadavre est plus longue que celle du politicien vivant.

Le titre du livre tient donc toutes ses promesses : le corps de Gambetta est un corps politique, dont on découvre l’autopsie, tant à vif, au sens figuré – notamment par les caricatures qui raillent différentes parties de son physique – que posthume, au sens propre, lorsqu’une équipe de médecins vient ouvrir le cadavre. Ce qui place ce livre à part, c’est le fait d’avoir montré comment cette incarnation du républicanisme anticlérical en Gambetta n’est pas une incarnation politique univoque, comme le serait celle d’un roi matérialisant par son corps l’unité historique, territoriale et politique du peuple dont il est le souverain. C’est, au contraire, non pas l’unité, mais la mise en pièces du cadavre de Gambetta qui met au jour un « destin corporel fragmenté » (p. 12), montrant en quelque sorte le casse-tête politique de son époque. Ce destin cadavérique présente des aspects historiques récents, comme la commémoration des morts par la conservation des restes caractéristique du XIXe siècle, ou l’étude de la morphologie du cerveau pour y déceler l’intelligence et le caractère, ou encore l’usage de la photographie post-mortem. Grâce à Anne Carol, toutefois, on y mesure aussi ce qui vient de plus loin, du culte des reliques, des conceptions du cœur comme siège de la vie ou des portraits édifiants des mourants, en mots ou en images. C’est la finesse de cette analyse, dans laquelle Anne Carol déploie le riche bagage qui lui vient de décennies de recherches sur la médecine et la mort au XIXe siècle, que l’on voudrait saluer. Portée par une écriture belle, souvent empreinte d’humour, cette « nécrographie » accomplit ce qu’elle annonce : « [d]écrire le déploiement de ces logiques corporelles, leur concurrence, leur confusion, mesurer leur banalité ou leur exceptionnalité, en expliquer les effets extrêmes » (p. 26). Elle le fait, après avoir rappelé le parcours de l’homme politique et les combats privés et publics qui l’ont ponctué, puis en montrant comment foisonnent les comptes rendus, souvent contradictoires, sur la blessure mortelle de Gambetta, son agonie, sa veillée mortuaire, son autopsie, ses funérailles, sa sépulture et sa commémoration.

Davantage qu’une leçon de maître sur l’histoire de la mort et du corps, qui récapitule, à partir d’un cas, tout le cheminement intellectuel qui est celui d’Anne Carol, ce livre se conclut en tendant le regard vers des horizons pleins d’avenir. L’histoire de la mort s’est d’abord conçue, il y a une cinquantaine d’années, comme une histoire des attitudes et des représentations collectives devant la mort, dans le sillage de Philippe Ariès et Michel Vovelle – Vovelle ayant lancé une tradition d’histoire de la mort à Aix-en-Provence, représentée après lui par Régis Bertrand puis par Anne Carol elle-même. Toutefois, il est admis que l’histoire de la mort s’est depuis un quart de siècle largement réorientée vers l’étude de ce qui est matériellement fait des cadavres. Un exemple remarqué de ce tournant est l’ouvrage de Thomas W. Laqueur, The Work of the Dead. A Cultural History of Mortal Remains (Princeton University Press, 2016), paru en traduction française chez Gallimard en 2018 sous le titre Le travail des morts. Une histoire culturelle des dépouilles mortelles. Cette histoire de la mort renouvelée, au plus près des corps et des sources matérielles, y compris archéologiques, traverse actuellement une période particulièrement féconde dans la foulée des Rendez-vous de l’histoire de Blois, dont l’édition 2023 portait sur le thème « Les vivants et les morts ». Parmi les nouveaux titres parus à cette occasion, notons l’ouvrage collectif Transitions funéraires en Occident. Une histoire des relations entre morts et vivants de l’Antiquité à nos jours, dirigé par Guillaume Cuchet, Nicolas Laubry et Michel Lauwers, dans lequel Anne Carol signe un chapitre sur les rapports entre histoire funéraire et histoire de la médecine. En langue française, rares ont été les ouvrages portés par une telle ambition de synthèse chronologique, disciplinaire et thématique en histoire de la mort depuis la parution de La mort et l’Occident de 1300 à nos jours de Michel Vovelle, dont l’année 2023 marquait le quarantième anniversaire de parution. Anne Carol continue d’ailleurs d’enrichir cette histoire du corps mort, entre autres par sa collaboration avec l’anthropologue Élisabeth Anstett au sein du projet ANR « Transfunéraire », ainsi qu’à travers l’ouvrage collectif Des morts qui dérogent. À l’écart des normes funéraires, XIXe-XXe siècles (Presses universitaires de Provence, 2023), codirigé avec Isabelle Renaudet.

Jusqu’à présent, cependant, cette histoire renouvelée de la mort portée sur le sort des cadavres s’est surtout intéressée à des catégories de défunts (soldats, rois, incinérés, disséqués, condamnés à mort, etc.), ainsi qu’à ce que les vivants font des morts. Or, le Gambetta d’Anne Carol innove, y compris par rapport aux travaux antérieurs de l’auteure, en nous montrant une histoire dont le cadavre lui-même devient le personnage principal. Par sa présence et les débats qui l’entourent, le cadavre de Gambetta intervient dans la sphère publique jusqu’au début du XXe siècle et donne à voir ce qu’il advient de l’idée républicaine issue de la IIIe République incarnée par l’homme politique. En cela, ce livre marque une étape dans l’historiographie de la mort et du corps. On voit moins ce qui est fait au cadavre, que ce que le cadavre fait au monde qui orbite autour de lui. Ce « travail des morts » qu’a théorisé Thomas Laqueur dans les dernières années apparaît ici en acte.

Cette approche par laquelle le cadavre agit comme protagoniste de l’histoire n’est jamais plus innovante que dans l’épilogue. On y apprend le destin, non plus du corps de Gambetta en entier, mais de certains de ses organes : le cœur, le cerveau, le bras, l’appendice, l’œil et la tête. À chaque organe sa trajectoire, parfois énigmatique, sa symbolique et sa situation actuelle. Verrait-on poindre ici une nouvelle histoire du corps qui consisterait à fragmenter l’objet, délaissant l’organisme pour faire saillir la trajectoire historique toujours en mouvement de chacune des parties ? Anne Carol, nous semble-t-il, ouvre une voie différente, non moins exigeante, qui est celle de l’historienne. Ici, l’histoire de chaque organe ne trouve son sens, qui est un sens politique, qu’au terme de l’histoire d’une vie qui porte pleinement son nom : Gambetta est mis en pièces, mais comme une pièce de théâtre est mise en scène. Recomposée dans les mots d’Anne Carol, l’histoire du corps de Gambetta devient le corps d’un texte qui revient à la vie.

Martin Robert



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 18 mars). Anne Carol, La mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1lf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search