Alain Rustenholz, Du drapeau rouge à la tunique bleue. Sur les traces de Charles Marche, de la révolution de 1848 à la guerre de Sécession.

Paris, Syllepse, « Cahiers Spartacus », 2023, 156 p.

Disons-le d’emblée, c’est là un livre comme on les aime : petit par la taille mais d’un intérêt inversement proportionnel.

Quiconque s’est un tant soit peu intéressé à l’histoire de la Deuxième République a forcément gardé en mémoire cette image mythique de l’ouvrier fouriériste insurgé Marche, faisant savoir fusil en main à Lamartine le 25 février 1848, dans l’Assemblée envahie, que ses frères et lui mettaient trois mois supplémentaires de misère au service de la République. Sauf que tout cela relève davantage de l’image d’Épinal que des faits tels qu’ils se sont déroulés.

Au terme de l’incroyable et passionnante enquête menée par Alain Rustenholz, qui a fouillé les archives de deux continents en confrontant tous les témoignages disponibles, c’est un tout autre portrait du jeune mécanicien Charles Marche qui émerge à la lecture de son livre.

Cet inconnu célèbre, que l’on croyait disparu lors de l’insurrection de Juin, a en fait laissé suffisamment de traces pour que l’auteur ait réussi à le suivre jusqu’à sa mort aux États-Unis en 1893.

Bien qu’il ait été porteur le 25 février d’une pétition réclamant l’organisation du travail et le droit au travail garanti couchée sur le papier dans les locaux de la Démocratie pacifique (l’auteur nous explique dans quelles circonstances), Charles Marche n’était en fait aucunement fouriériste. Né le 16 janvier 1819 à Nonancourt (Eure), tourneur sur métaux à l’atelier des locomotives de La Chapelle, il était plus proche de Caussidière et de Blanqui que de Considerant, et certains de ses collègues et amis étaient plutôt des disciples de Cabet. Militant bien connu dans le Faubourg Saint-Denis, il fut de nouveau actif lors des mouvements du 16 avril et du 15 mai (sa présence est attestée ce jour-là parmi la foule qui avait pénétré dans l’enceinte de l’Assemblée constituante), ainsi que lors de la grève du chemin de fer du Nord qui débuta le lendemain. Membre du bureau du Club du peuple qui ouvrit le 13 juin, il prit vraisemblablement part aux combats lors des terribles journées de juin, avant de réussir à échapper à la répression et à se faire oublier.

Rustenholz le retrouve en effet débarquant à New York le 14 juin 1853, quelques semaines après Caussidière. Trois ans plus tard, installé à Saint-Louis (Missouri), il a pour voisin immédiat le cabétiste Jean-Jacques Witzig, mécanicien lui aussi, avec qui il a travaillé et milité à Paris.

Mais très vite Marche acquiert 48,5 hectares de terres de colonisation au beau milieu de l’État et se fait fermier. Bien qu’officiellement neutre durant la guerre de Sécession, le Missouri était à l’époque un État à esclaves. En juin 1861, deux mois après le début des hostilités, Marche s’engage dans un bataillon de gardes territoriaux unionistes, avant de se réengager pour trois ans comme deuxième classe dans le 26e régiment d’infanterie. En décembre 1864, il prend part à la « Marche à la mer » du général Sherman entre Atlanta et Savannah (une campagne brutale immortalisée par la scène de la destruction d’Atlanta dans Autant en emporte le vent) et est ensuite démobilisé.

Le 25 août 1868, Marche obtient la nationalité américaine à titre militaire. Il est alors de retour dans le Missouri, mais a abandonné sa ferme et regagné Saint-Louis, où il a repris un emploi de mécanicien. Des correspondances datant de la même époque retrouvées dans les archives de militants blanquistes français montrent qu’eux ne l’avaient pas oublié.

Charles Marche (désormais nommé Marsh) meurt en 1893 au Foyer national des combattants volontaires invalides de Leavenworth, où il est entré en octobre 1889.

Après l’ouvrage étonnant d’Emmanuel Pécontal et Paula Selzer sur le cabétiste Gouhenant, parti lui aussi aux États-Unis à la tête de la première avant-garde icarienne1, le livre d’Alain Rustenholz constitue un nouvel exemple de ce qui est aujourd’hui rendu possible par l’existence de la toile, à condition bien entendu de savoir en exploiter les ressources presque infinies. Mais l’auteur va encore plus loin, car ce livre propose en même temps un véritable renouvellement de l’approche biographique, mettant en évidence les contradictions entre les sources et ne cherchant pas forcément à combler les lacunes dans la documentation par des hypothèses non étayées.

À lire d’urgence donc.

Michel Cordillot




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 24 mars). Alain Rustenholz, Du drapeau rouge à la tunique bleue. Sur les traces de Charles Marche, de la révolution de 1848 à la guerre de Sécession. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2w2

  1. Emmanuel Pécontal, Paula Selzer, Adolphe Gouhenant. Engagements et ruptures d’un socialiste utopique (1804-1871), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2022. Lire le compte rendu en ligne []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search