Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations.

Paris, La Découverte, « Histoire monde », 2023, 368 p.

La dernière phrase de la conclusion dit bien l’ambition de l’ouvrage : « À l’heure où les migrations et la diversité culturelle suscitent des réponses toutes faites, dogmatiques ou épidermiques, les recherches qui promeuvent la nuance et le discernement sont peut-être plus nécessaires que jamais. » Quelles sources, quelles méthodes l’auteur a-t-il mobilisées pour mener à bien ses recherches ?

Contrairement à ce qu’affirme la quatrième de couverture, les sources utilisées ne sont pas des sources inédites. Cadastre, recensements, état civil, archives notariales et judiciaires, archives de police, presse, archives privées, dossiers de naturalisations, entretiens d’histoire orale sont autant de traces utilisées de longue date par les historiennes et les historiens. L’originalité tient à l’utilisation conjointe de ces sources, convoquées et mobilisées en fonction d’un impératif spatial : la résidence des personnes concernées. Toutes ont habité, un temps plus ou moins long, aux numéros 96 à 102 de l’avenue de Paris – devenue avenue du Président-Wilson – à Saint-Denis, entre 1882 et 1932. Ce lieu, dont il reste peu de traces matérielles, se situe à deux pas de la station de métro Front populaire, elle-même à l’entrée du Campus Condorcet, un des lieux où s’élaborent aujourd’hui les sciences sociales, dont l’ouvrage de Fabrice Langrognet éclaire les multiples facettes.

L’auteur, qui postule que « les individus sont les seules unités axiomatiques du monde social » (p. 33), considère que les deux registres catégoriels que sont l’ethnique et le national ne sont pas des paramètres exclusifs et qu’il est nécessaire d’en saisir les nuances et hybridations tant ces affiliations sont susceptibles de recomposition et de dissipation (p. 25). L’auteur a utilisé des biographies d’immeubles et a constitué des bases de données qui portent sur les 4 845 individus qui ont habité aux quatre adresses (numéros 96, 98, 100 et 102) de l’avenue de la Plaine Saint-Denis entre 1882 et 1932. En effet, les listes nominatives des recensements ont confirmé l’importance de la population concernée et son renouvellement permanent. Par ailleurs, les collections de journaux numérisés ainsi que d’autres sources numérisés et océrisées rendaient possible le repérage des individus ou des adresses concernées. Le choix de construire les biographies de quatre immeubles – souvent réduits à « l’immeuble » – correspondait aux nécessités « des conditions expérimentales » de la recherche. Tout cela est vérifiable : l’auteur de ces lignes a trouvé facilement dans le Journal de Saint-Denis, dans la rubrique « annonces » du 23 mai 1897, la description suivante : « Plaine Saint-Denis, avenue de Paris, N° 96 à 102, Vaste immeuble, avec 3 corps de bâtiment en façade (9 boutiques) et groupes de constructions légères, cours, jardins et terrains nus. » À partir du milieu des années 1890, la même propriétaire détenait les terrains et les constructions. L’auteur donne, page 57, trois croquis – une échelle aurait été la bienvenue – des recompositions internes des bâtiments.

L’étude des lieux de naissance des habitants est particulièrement importante pour toute recherche sur les flux migratoires. Avant 1911, les listes nominatives du recensement ne fournissent pas le lieu de naissance et l’auteur a reconstitué ces informations indispensables en utilisant l’état civil, les listes électorales, les dossiers de naturalisation, les registres matricules, voire des bases de données généalogiques, ce qui représente un très important travail de collecte. La part des lieux de naissance précis identifiés varie beaucoup d’une période à l’autre. En 1886, ces lieux ne sont identifiés que pour 67 % des individus, mais ils le sont pour 75 % d’entre eux en 1901 et pour 94 % en 1931. L’analyse des résultats laisse apparaître cinq phases dans la composition géographique des habitants. Les natifs de la commune de Saint-Denis ne dépassent jamais 25 % des habitants et les natifs du département de la Seine, dont Paris, 10 %. Près des deux tiers des habitants sont donc nés en dehors de la région parisienne. Chronologiquement, les premiers flux qui peuplent l’immeuble de l’avenue de Paris sont originaires d’Alsace et de Lorraine, puis arrivent, au tournant du siècle, les Italiens ou, plus précisément, des natifs des régions situées au sud de Rome. Juste avant la guerre s’amorce l’arrivée d’Espagnols venant des régions de Burgos et de Santander, mais aussi d’Estrémadure. Le premier conflit mondial rebat les cartes avec un afflux d’originaires du Nord et du Pas-de-Calais. Après le conflit, ces populations sont plutôt sur le déclin alors qu’apparaissent des migrants « de nouvelles origines – quoique dans des proportions modestes – en provenance notamment d’Europe de l’Est, en particulier de Pologne ou de Tchécoslovaquie » (p. 79).

Un site web accompagne l’ouvrage à l’adresse www.paris-tenement.eu. Il permet de voir les lieux de naissance des habitants aux huit dates correspondant aux recensements de 1886 à 1931. En observant les cartes, le lecteur sera surpris de ne pas voir de lieux de naissance en Pologne ou en Tchécoslovaquie en 1921, 1926 ou 1931. En 1921, la consultation des listes nominatives du recensement de Saint-Denis pour l’avenue du Président-Wilson (nouveau nom de l’avenue de Paris après le conflit) – en ligne – ne permet d’en repérer aucun natif ni en 1921 (D2M8/68-1921, vol. 3, p. 296-304), ni en 1926 (D2M8/91-1926, vol. 2, p. 399-407) et pas davantage en 1931 (D2M8/119-1931, vol. 3, p. 310-317).

Ce décalage entre ce que l’on peut lire (p. 78-79) et ce que montrent les cartes du site web interroge. Qu’est qui explique ce hiatus ? Les cartes ne prennent en compte que les recensements, or l’auteur souligne (p. 71) que seuls 57 % des individus passés par l’immeuble figurent sur les listes nominatives. 43 % d’entre eux y ont échappé, car ils n’étaient pas présents lors du passage des agents recenseurs. Tel est sans doute le cas des natifs de Pologne et de Tchécoslovaquie. Si tel est bien le cas, il eût été plus clair pour le lecteur de le dire…

Les activités des locataires de l’immeuble sont très diverses, mais elles soulignent la centralité de la verrerie Legras, installée avenue de Paris, au numéro 99, légèrement au sud de l’immeuble étudié. Si les verreries et cristalleries n’occupent que cinq chefs de ménage à la fin des années 1870, l’auteur estime qu’en 1901, plus de 70 % des résidents âgés de plus de 11 ans y travaillent. En effet, pour compléter le personnel de l’usine, des padroni recrutaient des enfants dans le sud de l’Italie et des padrones en Espagne. Padroni et padrones étaient les intermédiaires entre les familles restées au pays et les industriels locaux. Les verriers avaient besoin pour les aider de ceux que l’on appelait les « gamins », que l’on retrouvait dans de nombreux centres verriers. Joan W. Scott avait bien souligné leur importance, il y a déjà un demi-siècle, dans le cursus professionnel de la verrerie de Carmaux1. Les enfants étaient logés et nourris par les padroni, qui reversaient une somme forfaitaire aux parents, beaucoup plus faible que celle qu’ils recevaient des industriels. Un scandale éclata lorsque trois enfants décédèrent, en 1898, dans l’immeuble étudié, victimes des mauvais traitements du padrone Vozza, que la presse dénonça comme un véritable bourreau d’enfants, et la verrerie Legras fut beaucoup plus surveillée par l’inspection du travail ! Néanmoins, vers 1910, l’immeuble comptait toujours au moins sept padrones,originaires d’Espagne, fournissant à la verrerie une dizaine d’enfants chacun.

Le déplacement de ces enfants, de leur région d’origine en Italie du Sud ou en Espagne à la Plaine Saint-Denis, fait partie des chaînes et des réseaux migratoires que décrit l’ouvrage. Cette description, à partir des diverses sources mobilisées, souligne la prégnance des structures sociales, « tout en ménageant une place à l’agentivité des migrants, c’est-à-dire à leur libre arbitre et à leur faculté de décision » (p. 122), ce qui n’était pas vraiment le cas des gamins de la verrerie mais plutôt de jeunes hommes célibataires…

Dans le droit fil de l’étude des migrations, l’auteur analyse les préférences matrimoniales et amicales des locataires. Il ne partage pas la fausse opposition entre qualitatif et quantitatif et revendique clairement l’analyse de données pour renforcer la microhistoire. Il constate le poids de l’endogamie régionale, mesurant la distance médiane entre les lieux de naissance des époux. Pendant toute la période étudiée, cette distance est inférieure à 100 km pour les natifs de Burgos, Campobasso, Caserte, Santander, de la Moselle, de la Meurthe ou du Bas-Rhin (p. 154). Pourtant, cette tendance n’est pas générale : alors que les natifs d’Estrémadure se marient préférentiellement avec des Espagnols venant d’autres régions espagnoles (donc endogamie nationale et non régionale), les natifs du Mezzogiorno privilégient plus souvent des natifs des mêmes villages. L’auteur étend son analyse aux témoins de mariage, après avoir soigneusement écarté les témoins « professionnels » qui viennent souvent biaiser l’étude des affinités électives. Comme pour la distance médiane entre les lieux de naissance des époux, la distance entre les locataires et leurs témoins progresse nettement à trois périodes : la seconde moitié des années 1890, la fin des années 1900 et, enfin, la période de la Première Guerre mondiale.

Autant les relations positives (affinités électives) sont marquées par l’origine (lieux de naissance et nationalités), autant les antagonismes impliquant les locataires de l’immeuble, que permettent de reconstituer archives policières et judiciaires, furent « majoritairement motivés par des facteurs non ethniques ». En effet, rixes et algarades renvoient principalement à des cycles de violence de jeunes hommes impliqués dans la petite délinquance.

L’ouvrage se lit bien et propose de nombreuses pistes sur l’hybridation qui se manifeste entre les différents groupes de migrants, se démarquant nettement, par exemple, de la description de quartiers ethniques homogènes, telles les petites Espagne qu’avait décrites, sur les mêmes territoires, Natacha Lillo. Révélatrice est l’expression « tener galeta » qu’employait un originaire de la région de Burgos pour signifier qu’il avait de l’argent, traduction littérale de la forme argotique « avoir de la galette », usitée par des résidents bretons selon la tradition orale de la famille avec laquelle l’auteur a pu s’entretenir…

Ouvrage stimulant donc que ces Voisins de passage, dont on peut regretter qu’il ne comporte pas de bibliographie, mais le reproche est sans doute à faire à l’éditeur plus qu’à l’auteur, puisqu’il s’agit d’une thèse et que la bibliographie, à l’évidence, existe. On peut la retrouver, mais seulement en partie, dans les quatre-vingts pages de notes (sur deux colonnes serrées) rejetées en fin d’ouvrage. Comment savoir si la thèse de Judith Rainhorn, qui concerne les Italiens de La Villette, pourtant en lien avec ceux de la Plaine Saint-Denis, a été utilisée, tout comme l’ouvrage de Joan W. Scott cité plus haut ? Ils n’apparaissent pas dans les notes… Et ces dernières ne permettent pas toujours de pénétrer vraiment dans l’atelier de l’historien. Par exemple, nous apprenons que l’anecdote que nous venons d’évoquer, « tener galeta », renvoie à l’entretien n° 71 du 24 juillet 2018, mais c’est tout ! (n. 56, p. 335)… Peut-être faudrait-il un jour concevoir des sites-compagnons pour la publication de ce type de thèses ?

Au-delà de ces réserves, cette microhistoire des migrations procure une lecture stimulante qui est bien fondée sur « la nuance et le discernement » !

Jean-Luc Pinol




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 25 mars). Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2y2

  1. J. W. Scott, The Glassworkers of Carmaux. French Craftsmen and Political Action in a Nineteenth-Century City, Cambridge, Harvard University Press, 1974. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search