Sophie Dulucq, François Godicheau, Mathieu Grenet, Sébastien Rozeaux et Modesta Suárez (dir.), Au cœur des empires. Destins individuels et logiques impériales, XVIe-XXIe siècle.

Paris, CNRS Éditions, 2023, 284 p.

Qu’ont à voir une petite propriétaire de palmeraies d’origine philippine parfaitement insérée dans la société coloniale mexicaine du XVIIe siècle, un administrateur vénitien peinant à exercer son autorité dans les périphéries insulaires du Stato da Mar, un chef de village gabonais condamné à mort par la France pour anthropophagie au début du XXe siècle et une technicienne du cinéma soviétique au service du spectacle révolutionnaire ? A priori, peu de choses, et pourtant chacun d’eux a été pris dans une « machinerie impériale », confronté à ses logiques, ses contradictions et ses limites. Les quatorze trajectoires déclinées dans ce livre, toutes passionnantes, invitent à réfléchir à ce qui fait un empire, à en questionner les rouages et les géométries, à voir comment il se structure et fait système, à enquêter sur ses failles et ses dysfonctionnements. Le parti pris des auteurs est bien celui de sonder le « creux des empires » en articulant les échelles, celle des dynamiques d’ensemble propres aux modèles impériaux, celle du fonctionnement quotidien des sociétés impériales, celle enfin des aléas de la destinée individuelle, tout en s’émancipant d’une histoire englobante de la construction de l’État et des institutions.

La trame de cet ouvrage collectif au ras du sol n’est cependant pas de faire l’histoire de rencontres impériales à travers le récit de vie de passeurs de rives, connecteurs de plusieurs continents, de plusieurs civilisations, de plusieurs époques. C’est là un angle d’approche abondamment travaillé dans la vaste historiographie des empires. Elle vise plutôt à mettre en perspective des circulations productrices à la fois d’impérialité et de hors-champs impériaux. Des circulations de femmes, d’hommes, de familles, mais aussi de ressources financières et naturelles, de missives et de poèmes, de pratiques administratives, commerciales et notariales. Au détour d’une source – un registre de compte, une correspondance, un dossier judiciaire, une lithographie, un entretien – chaque histoire personnelle nous plonge dans un univers impérial singulier incarné par des personnages pour certains anonymes, secondaires ou encore fictifs, comme le justicier Zorro, héros californien d’un ordre colonial et paternaliste espagnol en déliquescence. Tout l’enjeu méthodologique du recours à l’approche biographique est ainsi de donner matière à des réalités historiques souvent complexes, à la fois polymorphes et polyglottes, des Amériques de l’époque moderne aux territoires coloniaux de l’Afrique, en passant par la Méditerranée et l’Europe contemporaine. On peut de ce fait lire et relire chacune des contributions sous différents angles, les saisir par différents bouts, en tirer des outils précieux pour penser ses propres cas d’études. Nous en choisirons ici trois plus ou moins fidèles à la structure de l’ouvrage (« Habiter l’empire », « Fabriquer l’empire », « Ordres et désordres impériaux »), mais qui s’articulent à son objet commun : la pertinence historique des logiques et des continuités impériales.

La première entrée touche aux fragments, fragments de « vie minuscules », de sources éparses, d’empires éclatés. On voit, au travers des différentes contributions, comment l’historien qui s’essaie à la reconstitution de parcours d’inconnus se confronte à la dimension lacunaire de l’archive. À l’image de ces protagonistes d’aventures impériales, il tâtonne, fait des détours, se fit à son instinct, renonce à « l’idéal d’une histoire totale ». Certaines vies laissent peu de traces. Le récit de l’existence et des stratégies matrimoniales du charbonnier Blas de Rojas, de sa migration depuis Séville jusqu’à San Luis de Potosi (Mexique) à la fin du XVIe siècle, n’est possible que par la trouvaille d’écrits notariaux rédigés à son décès. À Leucade, c’est tout un monde de juridiction insulaire et de négoce cosmopolite qui se dévoile derrière les bribes documentaires du provéditeur vénitien Sebastiano Morosini. D’autres vies laissent davantage d’empreintes documentaires sans pour autant permettre d’en écrire l’histoire de manière linéaire. C’est le cas par exemple du lithographe bordelais Frédéric Mialhe, qui rejoint Cuba à l’heure du boom sucrier des années 1840 et dont l’abondante production laisse finalement peu d’informations sur sa propre vie. C’est ce choix narratif de la biographie fragmentaire qui sert de brèche aux auteurs pour s’immiscer au cœur des empires, et permet d’en saisir les atrophies, les continuités et les ruptures.

Une deuxième entrée touche à la nature des réseaux tissés par les circulations impériales et de ce qu’ils nous disent de l’architecture des empires. Ainsi, les relations commerciales étendues du « marchand d’empire » Francisco Ignacio de Yraeta, installé à Mexico dans la seconde moitié du XIXe siècle, montrent les difficultés à établir des relations hors des clientèles espagnoles. Cet exclusivisme intra-impérial se retrouve également dans les pérégrinations du poète métis Gonçalves Dias qui, malgré des voyages dans toute l’Europe du XIXe siècle, où il œuvre pour consolider l’indépendance culturelle du Brésil, fait carrière sur les ruines de l’ancien empire colonial portugais. Il en va de même pour Richard Coudenhove, dont l’action militante et le projet paneuropéen se sont déployés sur les restes de l’ancien empire des Habsbourg. Les premiers élans, au cours de l’entre-deux-guerres, de la construction européenne sont ainsi portés par une myriade d’héritiers dont la filiation et l’expérience impériales marquent durablement leur univers mental, intellectuel et politique. À divers degrés, tous les personnages du livre s’appuient sur les dynamiques impériales de leurs temps en même temps qu’ils contribuent à en consolider les racines ou à en déconstruire les ancrages. Le chasseur de bandits Domingo Armona n’est pas un simple homme de main au service de l’armée royale espagnole à Cuba, il est aussi un patricien actif, membre du cercle de la saccharocratie locale, qui est elle-même au cœur du dispositif d’ordre impérial. N’est-ce pas finalement par cet agrégat de petits acteurs agissant à tous les étages des économies et des sociétés impériales que se fabriquent, se maintiennent et se défont les empires ?

Enfin, une troisième entrée touche aux marges, aux périphéries, aux frontières. Ces espaces liminaires constituent des laboratoires historiens privilégiés pour comprendre des processus longtemps étudiés depuis leurs centres. Par-delà les décrets et les directives, le cas du petit colon français Julien Demard et de sa famille, bénéficiaire d’une concession gratuite à Draria au début des années 1840, permet de se faire une idée précise de l’univers pionnier créé par la politique de colonisation agricole en Algérie. Omniprésent jusqu’à l’attribution du lot de terrain, le cadre administratif colonial disparait subitement, laissant les colons seuls face à leurs difficultés et leurs doutes, beaucoup délaissant finalement leur terre au bout de quelques années d’exploitation. En tentant de pénétrer l’intimité des acteurs, chaque contribution s’efforce ainsi de percevoir comment les empires impriment les âmes et les corps des individus qui les incarnent, comment ils les mettent en lumière et les invisibilisent. Dans les marges sahariennes de l’empire français, la trajectoire exceptionnelle du berger mauritanien El Ghassem Ould Sabbar, devenu goumier puis glorieux caporal de la 1re compagnie parachutiste, illustre la rapidité de l’intégration de certains intermédiaires impériaux autant que la brutalité de leur relégation dans le contexte des sorties d’empire.

En croisant l’approche biographique et l’histoire impériale, en partageant leurs questionnements sur les sources et leurs lacunes, en proposant un kaléidoscope de la recherche en train de se faire au sein d’un laboratoire universitaire, l’équipe de l’UMR Framespa propose ainsi un travail remarquable donnant à voir au sein d’une grande variété de contextes historiques la surprenante fragilité des mécaniques et des logiques impériales.

Hugo Vermeren



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 3 avril). Sophie Dulucq, François Godicheau, Mathieu Grenet, Sébastien Rozeaux et Modesta Suárez (dir.), Au cœur des empires. Destins individuels et logiques impériales, XVIe-XXIe siècle. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5x9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search