Marie Moutier-Bitan, Le pacte antisémite. Le début de la Shoah en Galicie orientale, juin-juillet 1941.

Paris, Passés/Composés, 2023, 324 p.

L’ouvrage de Marie Moutier-Bitan, tiré de sa thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2021, analyse les événements et les violences antisémites en Galicie orientale, région située autour de la ville de Lviv et aujourd’hui en Ukraine, au cours de la brève séquence de l’été 1941. L’ouvrage s’inscrit dans un renouveau historiographique entamé après l’effondrement de l’Union soviétique, qui a réévalué en profondeur l’importance des régions occidentales de l’URSS dans le basculement des politiques antisémites allemandes vers l’extermination. Les travaux de Dieter Pohl et de Kai Struve, notamment, fondés sur le croisement des archives allemandes, juives et soviétiques, ont insisté sur le rôle des institutions (SS, SD, Wehrmacht, Organisation des nationalistes ukrainiens, etc.) dans la radicalisation rapide des violences1. Aucun de leurs ouvrages n’était disponible en français ou en anglais, et la présente publication vient de ce point de vue combler un manque. Le parti pris de Marie Moutier-Bitan consiste à privilégier le point de vue des victimes elles-mêmes et dans une relative mesure des spectateurs, en mobilisant de nombreux témoignages, en particulier ceux produits par l’association Yahad-In Unum, aux collectes de laquelle elle a contribué, ainsi que ceux rassemblés dans les livres du souvenir des communautés juives disparues. Plutôt que par les acteurs institutionnels, Le pacte antisémite privilégie une approche à échelle humaine, par les lieux, proposant au cours des chapitres une série d’épisodes « afin de mieux saisir les tensions locales auxquelles vint se superposer la politique nazie d’anéantissement des Juifs des territoires soviétiques » (p. 14) et d’envisager successivement différentes thématiques : l’histoire longue des Juifs de Galicie, l’évolution de la situation politique, l’entrée des armées allemandes, les violences commises, l’attitude des voisins, etc. Nombreux extraits de témoignages et ancrages géographiques confèrent à l’ouvrage une clarté dans le propos et une fluidité certaine. Malgré l’étiquette commune de témoignages, le livre rassemble une documentation finalement hétérogène : témoignages spontanés à toutes dates, témoignages sollicités par la commission historique juive ou la commission d’enquête soviétique au sortir de la guerre, par les équipes de tournage de la Shoah Foundation ou de Yahad-In Unum, bien postérieurs, dépositions judiciaires et interrogatoires au cours de procès. Et le croisement critique de ces sources diverses, les couches de témoignages et leurs enjeux s’effacent parfois au bénéfice du seul récit.

Tout en se concentrant sur l’été 1941, l’ouvrage entend conférer en ouverture une épaisseur historique au propos. La première des trois parties rend compte de la situation des Juifs de cette région si particulière de Galicie orientale – austro-hongroise jusqu’en 1918, polonaise pendant l’entre-deux-guerres, annexée par l’Union soviétique en 1939, où dominent dans les campagnes les populations ukrainiennes et de ce fait bastion du nationalisme ukrainien – dont les premiers chapitres retracent à grands traits l’histoire politique. En mobilisant notamment les livres du souvenir de communautés juives disparues, qui s’avèrent des sources précieuses pour décrire au plus près les relations entre Juifs et non-Juifs, l’ouvrage entreprend de décrire les « mille manières d’envisager leur judéité » (p. 34) des habitants de la région à travers l’effervescence de la place du marché, les interactions et les conflits locaux, ce qui permet de dessiner le cadre de la vie économique et sociale de ces régions des confins. L’approche par le témoignage rencontre ici parfois ses limites. L’ouvrage décrit la place des Juifs dans la société galicienne par le truchement des échos chez les rescapés et chez des témoins lointains (certains témoignages collectés sont aussi tardifs que 2018), avec ce qu’ils charrient de lieux communs et de préjugés dont l’autrice se déprend toutefois systématiquement. Le tableau est riche et fourmille d’exemples, mais peine parfois à s’engager avec la riche historiographie sur la Galicie et sur les bourgades juives d’Europe orientale afin de dialectiser les « hiatus entre les récits des anciens habitants juifs et des paysans ukrainiens » (p. 95), parfois englués dans les stéréotypes ou les clichés.

Les deux tiers de l’ouvrage sont consacrés à la période de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, tentant de circonscrire la confluence entre les politiques de persécution nazies et les initiatives des nationalistes ukrainiens sur le terrain. L’accueil des troupes allemandes en Ukraine occidentale, occupée pendant deux ans par les Soviétiques, est un enjeu important de l’historiographie et de l’ouvrage. Marie Moutier-Bitan présente plusieurs exemples d’accueil enthousiaste et de scènes de liesse, qu’elle met essentiellement sur le compte d’une mise en scène orchestrée par les militants locaux de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, l’OUN, pour complaire aux nouveaux occupants (p. 133). La problématique de l’implication des foules reste toutefois en suspens et aurait pu croiser les questionnements autour des rassemblements politiques et autres visites de chefs d’État, qui interrogent l’écart entre les rituels, les valeurs qu’ils sont supposés porter et les participants. La question des répercussions des politiques de répression soviétiques est aussi envisagée. D’autant que la brutalité de la soviétisation, les multiples déportations et les exécutions massives du NKVD en 1941 sont systématiquement brandies pour excuser plus qu’expliquer les violentes réactions antisoviétiques et antisémites d’une frange importante de la population d’Ukraine occidentale. Marie Moutier-Bitan aborde cet enjeu à plusieurs reprises (aux chapitres 6 et 11, notamment), sans toutefois entièrement le mettre à plat.

L’autrice retrace longuement le travail préparatoire des autorités allemandes et des nationalistes ukrainiens à leur invasion de l’Ukraine occidentale : les directives incitant à attiser l’antisémitisme local, les initiatives des nationalistes en vue de mettre en place rapidement des autorités d’occupation, en lien avec leur programme nettement antisémite. À insister ainsi sur la planification de l’entrée en territoire soviétique, dégageant comment « un schéma similaire fut répété à travers toute l’Ukraine occidentale », passant par la « nomination d’une administration municipale ukrainienne, la composition de la milice et le déclenchement du pogrom » (p. 199), Marie Moutier-Bitan en vient à reléguer au deuxième, voire au troisième plan la dimension contingente qui préside souvent à la forme que prennent les événements, laissant à penser que toute décision « avait été prise bien en amont, entre Berlin et Cracovie, entre dignitaires nazis », quand une large part de l’historiographie n’a cessé d’insister sur l’évolution rapide des politiques antisémites en 1941.

Reste le titre, énigmatique, que les dernières pages viennent expliciter : « collaboration et extermination des Juifs étaient étroitement liées, et pour cause : c’était le cœur du pacte antisémite passé entre l’OUN-B et l’occupant allemand » (p. 256). Que les nationalistes ukrainiens et sa faction la plus radicale, l’OUN-B, dirigée par Stepan Bandera, aient fait le pari de la collaboration, dès 1939, est bien attesté par l’historiographie, reprise dans l’ouvrage. La question de l’extension de ce « pacte » à d’autres franges de la société en Galicie orientale, en d’autres termes le degré de collaboration et d’anticipation de la population locale, s’il est abordé, reste en partie irrésolu, notamment dans ses causes. Les quelque 20 000 militants de l’OUN et de ses organisations satellites, en 1941, ne pouvaient garnir l’ensemble des rangs de la collaboration en Ukraine, qui enrôla autour de 350 000 individus. Et faire de l’OUN-B une « pieuvre tentaculaire » (p. 197) reste en partie à démontrer. De ce point de vue, les multiples facteurs de la collaboration, où l’antisémitisme joue un rôle parmi d’autres (agenda politique plus large, anticommunisme, avancement de carrière, intérêt économique, etc.), sont parfois minimisés quand ils devraient être combinés. D’autant que l’historienne élargit elle-même la problématique en analysant ces premières semaines d’occupation dans les campagnes galiciennes, et le rôle déterminant des voisins, relativement éloignés des courants actifs du nationalisme ukrainien, dans la dénonciation et le massacre des Juifs locaux.

Il faut, pour conclure, blâmer l’éditeur. L’intérêt d’une thèse tient aussi au rassemblement de nombreux matériaux, à un travail patient de compilation et de référencement dont le lecteur est ici privé : ni les archives, ni les sources (à l’exception des livres du souvenir) ne sont détaillées en fin d’ouvrage, tandis que certaines notes sont privées de références précises et s’avèrent scientifiquement inexploitables. Les jeunes chercheuses et chercheurs méritent une meilleure valorisation de leurs travaux. Le pacte antisémite n’en demeure pas moins un récit bien construit qui permettra au lecteur ou à la lectrice une approche compréhensive et fine de l’enracinement local d’enjeux plus larges dans l’histoire de la Shoah.

Thomas Chopard




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 3 avril). Marie Moutier-Bitan, Le pacte antisémite. Le début de la Shoah en Galicie orientale, juin-juillet 1941. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5xa

  1. D. Pohl, Nationalsozialistische Judenverfolgung in Ostgalizien 1941-1944. Organisation und Durchführung eines staatlichen Massenverbrechens, Munich, Oldenbourg, 1996 ; K. Struve, Deutsche Herrschaft, ukrainischer Nationalismus, antijüdische Gewalt. Der Sommer 1941 in der Westukraine, Berlin-Boston, De Gruyter, 2015. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search