Histoire des enquêtes sociales : lecture croisée

Table ronde organisée par Le Mouvement social à Paris le 13 février 2024

Le 13 février 2024, à Paris, Le Mouvement social a organisé une table ronde sous forme de lecture croisée de deux publications relatives aux enquêtes sociales. La première, Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine (La Découverte), date de 2019 [lire le compte rendu sur ce site] ; dirigée par un collectif de chercheurs et chercheuses, elle n’avait malheureusement pas bénéficié d’un contexte de sortie favorable, marqué par la pandémie. La seconde, le numéro 283 du Mouvement social (2023), intitulé « Consommation et conditions de vie. Enquêtes sociales au XXe siècle », fait dialoguer chercheurs et chercheuses avancés et plus novices dans l’histoire des enquêtes ; elle permet d’avancer de nouveaux résultats et d’identifier des pistes de recherches.


Parmi les chercheurs et chercheuses ayant participé à l’ouvrage Les enquêtes ouvrières, étaient présents : Ariane Mak, maîtresse de conférences à l’Université de Paris Cité, autrice d’un article, ainsi que trois des quatre directeurs de l’ouvrage (Isabelle Lespinet-Moret, professeur à l’Université Paris 1, n’ayant pu se joindre au collectif) : Éric Geerkens, professeur à l’Université de Liège, Nicolas Hatzfeld, professeur émérite à l’Université d’Évry et Xavier Vigna, professeur à l’Université Paris-Nanterre. Ils étaient rejoints par quelques auteurs et autrices du numéro 283 du Mouvement social : Marie-Emmanuelle Chessel, directrice de recherche au CNRS (CSO, Sciences Po), coordinatrice du numéro, ainsi que deux contributeurs : Morgane Labbé, directrice d’études à l’EHESS, et Antoine Perrier, chargé de recherche au CNRS (Centre Jacques Berque).

Introduction (Antoine Perrier)

Animée par Antoine Perrier, la table ronde a commencé par une courte présentation des deux publications. La discussion s’est ensuite orientée autour de trois axes : les méthodes et territoires d’enquêtes, les temporalités, enfin les enquêteurs et enquêtrices.

Deux publications sur les « enquêtes sociales »

Marie-Emmanuelle Chessel, en ouverture, propose une lecture des Enquêtes ouvrières en insistant sur la dimension collective du séminaire à l’origine de l’ouvrage, les directeurs étant tous, de longue date, des spécialistes de l’histoire des enquêtes. Le livre, qui comprend vingt-sept chapitres, est divisé en plusieurs parties : une première consacrée à des « moments » favorables aux enquêtes ouvrières, une deuxième aux configurations et une troisième aux démarches d’enquêtes. Il porte sur une grande diversité d’enquêtes ouvrières et de thématiques, au-delà du seul travail, en France mais aussi en Belgique, en Grande-Bretagne ou en Italie.

L’ouvrage apparaît d’abord comme l’aboutissement d’un travail mené pendant de longues années en amont. Il clôt pour ainsi dire un cycle, servant ainsi de « manuel » sur la question, avec des choix de certains pays ou certains moments plus étudiés que d’autres. On compte, parmi les nombreux apports, des développements consacrés aux « intermédiaires » dans l’histoire concrète des pratiques d’enquêtes – les ouvriers et ouvrières s’exprimant rarement directement – ; ou encore, de nombreux éléments sur les « méthodes d’apprentissage » de l’enquête.

Mais cette publication apparaît aussi comme un point de départ, ouvrant des pistes de recherche. L’ouvrage écrit par Nicolas Hatzfeld, Les frères Bonneff, reporters du travail, articles publiés dans L’Humanité en 1914, s’inscrit ainsi dans ce sillage [compte rendu dans Le Mouvement Social]. L’ouvrage Enquêtes ouvrières dialogue de manière évidente avec le numéro 283 du Mouvement social dans le cas des enquêtes de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), qui font l’objet d’un article dans les deux publications. Des liens plus ténus peuvent aussi être mis au jour, par exemple sur le thème des circulations.

Nicolas Hatzfeld propose à son tour une lecture du numéro 283 du Mouvement social, en décrivant le contenu des différents articles. Ceux-ci portent sur une période relativement resserrée, de l’entre-deux-guerres aux années 1980, au cours de laquelle la responsabilité sociale des États est une idée relativement installée, y compris à propos de sociétés coloniales. Ils concernent des situations variées ancrées dans une vaste extension territoriale, ce qui conduit Marie-Emmanuelle Chessel, dans son introduction, à souligner l’importance des circulations de personnes, de méthodes, de cibles ou de concepts. Nicolas Hatzfeld insiste en particulier sur un article écrit par Bernard Thomann, portant sur « la précarité et l’élévation du niveau de vie dans les communautés minières japonaises ». L’une de ces enquêtes sociales, « à l’orée de la haute croissance », sert de contrepoint à l’idée que la société japonaise avance vers une société de relative prospérité. D’une part, il reste des poches de pauvreté (notamment les mondes miniers), d’autre part, des petites entreprises tentent de survivre en surexploitant le personnel. De la même manière, Axelle Brodiez-Dolino montre, par son étude des enquêtes d’ATD Quart Monde dans le même numéro, que la société des années 1960 et 1970 comportait aussi des poches de pauvreté. Cette mise en évidence d’enquêtes sur la pauvreté en période de prospérité est l’un des apports, selon N. Hatzfeld, du numéro. Il conclut sur la notion de « préoccupation » (Yves Cohen), en l’occurrence l’intention d’agir qui préside à la quête de connaissance : celles des administrations (dans le Maghreb colonial, mais aussi en Pologne, en Europe centrale, en Suisse) ainsi que celles des contestataires (au Japon, en France avec ADT Quart Monde). La JOC se situe dans un entre-deux.

Méthodes et territoires d’enquêtes

Xavier Vigna propose une réflexion sur les méthodes et territoires d’enquête, une « dialectique de la proximité et de la distance ». On enquête sur ceux qu’on pense être des camarades ou des frères, mais on enquête aussi pour élucider une énigme. Il rappelle que les enquêtes ouvrières butent souvent sur les murs de l’usine, même si l’inaccessibilité de celle-ci peut être nuancée. Les enquêteurs peuvent en effet rentrer dans les domiciles privés dans la première moitié du XXe siècle, et dans les usines après 1945 dans le cadre de contrats de sociologie du travail. L’enquête ouvrière saisit ainsi massivement les ouvriers par leur espace de vie plutôt que de travail. Enfin, plusieurs méthodes d’enquêtes s’entremêlent : l’envoi de questionnaires, des relations au long cours avec un réseau d’enquêtés et, enfin, l’observation participante. L’enquête s’actualise par la suite dans la publication, qui a pour objet de prouver mais aussi d’émouvoir.

Ariane Mak, ayant participé à l’ouvrage Enquêtes ouvrières, intervient pour évoquer les enquêtes menées par le collectif de recherche atypique du Mass-Observation, auquel elle a consacré un article. Elle montre l’élargissement progressif des objets d’enquête. Il s’agit d’abord de proposer une anthropologie de la société britannique, et en particulier des mondes ouvriers, avec le même degré de détail que les études des sociétés étrangères. Ces acteurs s’intéressent aux pratiques de travail et aux modes de vie des mondes ouvriers mais, dès l’orée de la Seconde Guerre mondiale, les enquêtes portent davantage sur les effets du conflit sur les Britanniques en général. Leurs méthodes sont diverses, de l’utilisation d’un panel de volontaires répondant à des questionnaires aux enquêtes de terrain approfondies, où les entretiens prennent une place croissante, notamment sous l’effet de l’arrivée d’enquêtrices autrichiennes. A. Mak cite à cet égard l’article de Morgane Labbé consacré aux études d’Europe centrale de l’entre-deux-guerres, dans le n° 283 du Mouvement social. Ainsi, Gertrude Wagner, qui a collaboré à l’étude sur les chômeurs de Marienthal (dont il est question dans l’article mais aussi dans plusieurs chapitres de Enquêtes ouvrières), a un impact important sur les enquêtes du Mass-Observation. Elle amène notamment une dimension de psychologie sociale dans les études des dépenses et de l’épargne.

Morgane Labbé intervient sur la période d’entre-deux-guerres, pour laquelle traiter des enquêtes de consommation et de conditions de vie revient généralement à mettre l’accent sur l’histoire de la méthode statistique (ainsi dans les travaux d’Alain Desrosières). La quantification est alors présentée comme l’aboutissement d’un processus commencé au XIXe siècle. Les enquêtes qui précèdent cette période sont vues comme qualitatives, monographiques et locales, non représentatives. Or les contributions du Mouvement social, mais aussi certains articles de l’ouvrage, permettent de dépasser ces limites. Ils sortent des institutions centrales officielles qui dominent alors pour s’intéresser à d’autres institutions indépendantes, aux associations, aux syndicats, aux municipalités, aux entreprises. Ils exhument ainsi des enquêtes moins connues, notamment celles qui ont échoué et/ou n’ont pas abouti à des publications (enquêtes de la JOC, enquête suisse étudiée par Lukas Posselt). Ce déplacement permet de mettre l’accent sur les innovations, les hybridations méthodologiques et les enquêtes qualitatives. Entre-deux-guerres, ces dernières n’étaient pas moins élaborées, mis à part la théorie des sondages aléatoires. M. Labbé insiste notamment sur la vague d’enquêtes budgets, dans le contexte inflationniste des années 1920 puis celui de la crise des années 1930, notamment en Pologne, objet de son article ; méthodes qualitatives et quantitatives y sont articulées, donnant liHeu à des formalisations nouvelles. M. Labbé conclut en insistant sur l’importance des revendications à l’échelle locale, revisitant la place des indicateurs nationaux : les enquêtes portent sur des groupes d’âge, des municipalités, des territoires périphériques. D’où une question centrale, qui fait référence à l’ouvrage d’Arnaud Orain (Les savoirs perdus de l’économie. Contribution à l’équilibre du vivant, Paris, Gallimard, 2018) : ne faudrait-il pas s’écarter d’une conception de savoirs nécessairement cumulatifs et qui aspireraient inéluctablement à l’universel ?

Temporalités

Antoine Perrier introduit le thème par les réflexions de l’historiographie de la période coloniale, en Afrique et au Maghreb, sur la rupture de 1940-1945, perceptible dans les travaux de Vincent Bonnecase par exemple. La pauvreté des sociétés dominées cesse d’être considérée par les pouvoirs coloniaux comme une donnée naturelle pour devenir un paramètre sur lequel agir, entraînant la multiplication d’enquêtes statistiques. De récentes études soulignent pourtant le rôle de rupture des années 1930 dans le raffinement des savoirs et le choc qu’a constitué la crise économique pour les sociétés locales comme pour les États coloniaux.

Morgane Labbé poursuit sur ce thème en évoquant les différentes périodes, les continuités et les ruptures dans l’histoire des enquêtes. Marie-Emmanuelle Chessel incite elle aussi à repenser la hiérarchie souvent implicite des enquêtes : enquêtes publiques en haut, enquêtes militantes en bas, enquêtes scientifiques en haut, enquêtes syndicales en bas. Or, les travaux montrent des circulations entre ces pratiques et incitent à réfléchir aux termes que nous utilisons : résistance, anomalie, anachronisme. On peut ainsi revoir l’après-guerre autrement que comme une période de « nationalisation » des enquêtes (Alain Desrosières) : certaines, comme celles de la JOC, sont certes « percutées » par l’arrivée des enquêtes par sondages, mais elles résistent bien, voire se renouvellent, comme à l’Institut national d’hygiène étudié par Thomas Depecker et Anne Lhuissier. Il faut insister sur la diversité des méthodes dans les années 1940, 1950 et 1960 : ce n’est pas nécessairement une évolution uniforme vers le tout statistique.

Enquêteurs et enquêtrices

Éric Geerkens insiste sur le type d’interactions entre enquêteurs et enquêtés, et sur ce que l’enquête fait à l’enquêteur ou à l’enquêtrice. Il s’appuie sur trois types d’enquête étudiés dans le livre et réagencés : des enquêtes documentaires (marquées par une position de surplomb), des enquêtes contrepoints (menées au départ par des ouvriers, dans une logique de dévoilement, comme plus tard celle d’ATD Quart Monde), et des enquêtes mobilisations. Ces dernières ont pour objectif de (trans)former aussi ceux qui y participent, comme l’illustrent les enquêtes menées par les correspondants ouvriers des journaux communistes ou celles de la JOC, encadrées par les aumôniers. Dans les deux cas, si les militants sont formés à l’enquête et par l’enquête, leur volonté de connaître rencontre une limite dans la logique de leur organisation, gardienne du sens à donner aux résultats. É. Geerkens achève son propos sur la période des années 1960, où émerge le souci d’abandonner autant que possible la position de surplomb de l’enquêteur au profit d’une meilleure écoute des travailleurs – laquelle permet de faire émerger des problèmes ouvriers occultés par la machinerie de la concertation sociale, comme les enquêtes d’ATD Quart Monde révèlent des aspects cachés de la pauvreté. Plusieurs publications, dans Enquêtes ouvrières, en témoignent.

Ariane Mak revient sur le Mass-Observation, expliquant que le collectif connaît de profondes mutations entre 1937 et 1949. Ce collectif d’enquête, au départ majoritairement masculin, se féminise par nécessité au cours de la guerre, les enquêteurs principaux étant conscrits. Ce passage de relais un peu forcé est aussi un moment où enquêteurs et enquêtrices sont encouragés à décrire leurs pratiques. Par ailleurs, le collectif se professionnalise : les enquêteurs et enquêtrices sont désormais rémunérés, ils et elles travaillent dans un bureau. Surtout, le travail est organisé de manière à faire la distinction entre enquêteurs de terrain d’un côté, et personnes en charge de la supervision et de la rédaction des rapports d’enquête de l’autre. Cette évolution, centrale, est en lien avec l’arrivée de certains commanditaires, comme des ministères.

Concernant le rapport entre enquêteurs et enquêtés, Ariane Mak rappelle que, contrairement à ce qu’on a souvent dit, les enquêtes du Mass-Observation n’étaient pas seulement effectuées par de jeunes « privilégiés » enquêtant sur les milieux ouvriers : certains ouvriers enquêtaient aussi au sein du collectif. Par ailleurs, il n’était pas rare que certains enquêtés se fassent co-enquêteurs et épaulent les membres du Mass-Observation.

Marie-Emmanuelle Chessel conclut en rappelant que les deux publications ont mis au jour de nombreuses enquêtrices, mais qu’il reste beaucoup à faire pour travailler sur le genre des enquêtes sociales : celui des enquêteurs des sujets traités, et des méthodes.

La discussion, ouverte au public, permet notamment d’entendre Martine Mespoulet (autrice d’un article dans Le Mouvement social sur les enquêtes sur les conditions de vie dans l’Europe communiste), Lukas Posselt (auteur d’un article dans le même numéro sur une enquête contestée par des assistants sociaux en Suisse) et Marion Fontaine (professeure à Sciences Po, organisatrice d’un cours, avec M.-E. Chessel et Gwenaële Rot, sur l’histoire des enquêtes). Xavier Vigna insiste sur la nécessité de comparer « matrice communiste » et « matrice catholique » dans le temps long, en mettant l’accent sur les circulations et les parallèles entre elles. De nouvelles enquêtes sont mises en évidence dans la discussion, comme celles d’Adolf Levenstein (1870-1942). La place des enquêtes de sciences sociales, la formation au travail social, les corpus d’enquête sont aussi questionnés. Le travail en historien sur des archives de sociologues – qui permet de prendre de la distance avec leurs publications – est enfin discuté, de même que les enquêtes en contexte colonial.

Discussion finale – 1er volet
Discussion finale – 2d volet

Couverture d'une brochure intitulée "Opration équilibre" : un profil de femme, en équilibre sur la pointe d'un pied, tient d'une main un paquet d'achats qui la tire vers le sol et de l'autre, une main ouverte dressée vers le ciel, qui laisse choir pièces et billets de banque
Archives départementales des Hauts-de-Seine, Fonds de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, 45J35


Citer ce billet
Rédaction (2024, 4 mai). Histoire des enquêtes sociales : lecture croisée. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sx5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search