Ellen Hampton, Les Rochambelles. Ambulancières de la France combattante, 1943-1945 – Ellen Hampton, Doctors at War. The Clandestine Battle against the Nazi Occupation of France.

Paris, Tallandier, 2022, 334 p.

Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2023, 192 p. Préface de Patrice Debré.

Ellen Hampton, docteure en histoire, s’intéresse à des périodes diverses et à des genres différents. Dans la lignée d’un grand nombre d’auteurs américains travaillant sur l’histoire française moderne, elle a consacré sa thèse, soutenue à l’EHESS, à la colonisation au XVIIe siècle. Avant de s’orienter vers la production de fictions se déroulant au Moyen Âge, elle a publié deux livres sur la Seconde Guerre mondiale. En tant qu’Américaine ayant vécu en France, elle a choisi de traiter des sujets franco-américains ; l’un concerne les Rochambelles, l’autre les médecins résistants.

Dans ce premier livre, elle s’intéresse à un sujet qui était peu connu, les Rochambelles, nommées ainsi en l’honneur de Rochambeau, héros français de la guerre d’Indépendance des États-Unis.

Certaines Rochambelles ont écrit leurs mémoires, comme Suzanne Massu ou Florence Conrad, la fondatrice du groupe, et en 1992 la journaliste Béatrix de l’Aulnoy a publié un roman sur l’ensemble du groupe. Ellen Hampton découvre le sujet lors d’une intervention des Rochambelles à l’association parisienne Chapitre Rochambeau des Filles de la Révolution américaine. Elle leur consacre un livre, publié aux États-Unis en 2006, mais dont la traduction paraît en France seulement en 2022. C’est le premier travail d’un historien sur un sujet qui suscite encore fictions et œuvres historiques. Il enrichit l’historiographie des femmes dans la guerre, qui se développe depuis le début du XXIe siècle, avec par exemple la thèse d’Élodie Jauneau1, des travaux sur les résistantes, sur les femmes dans les armées de la Révolution et de l’Empire ou encore de la guerre d’Indochine – écrits qui concernent les différents types d’engagement féminin. Avec Women of Valor. The Rochambelles on the WW II Front (Palgrave Macmillan, 2006), Ellen Hampton sort de l’ombre « le seul groupe de femmes, sans armes, incorporé à une unité de combat sur le front européen de l’Ouest », à savoir la 2e DB du général Leclerc. Mais il ne faudrait pas oublier les Marinettes, groupe d’ambulancières débarqué lui aussi à Utah Beach mais composé à l’initiative d’une Française.

C’est un hommage qui retrace leurs aventures, de la naissance du groupe à la fin de la guerre, un parcours loin des images tenues pour convenables pour des femmes des années 1940.

Après une belle introduction, qui situe cet épisode dans l’historiographie et en dégage l’originalité, ce livre offre huit chapitres, aux titres parfois peu évocateurs, mais enrichis d’une belle documentation iconographique, de photos bien légendées qui donnent corps aux Rochambelles. Des cartes permettent aussi de suivre leur périple, des États-Unis jusqu’en Afrique du Nord, leur départ en Angleterre avant de débarquer en Normandie, la libération de Paris, enfin la prolongation de leur engagement en Allemagne jusqu’à la capitulation.

On les accompagne ainsi à partir de leur recrutement en 1943 par l’Américaine francophile Florence Conrad. Déjà active en France près du front pendant la Grande Guerre, présente également en 1939 et 1940, elle rejoint les États-Unis où elle opère une collecte de fonds à New York pour acheter dix-neuf ambulances Dodge. Parmi la communauté française divisée sur la conduite à tenir, elle recrute une quinzaine de Françaises, célibataires, patriotes, pour conduire ces véhicules. Rejointe par l’avocate Suzanne Torrès, dite Toto, qui la seconde, elles s’autoproclament respectivement commandant et lieutenant.

Les obstacles ont été importants. Les relations de Conrad ont joué pour les faire reconnaître d’abord comme partie intégrante des Forces françaises libres, puis pour les faire accepter par Leclerc, victime d’un chantage : les dix-neuf ambulances sont affectées à son unité à condition d’accepter également les conductrices. Intégrées au sein de la 2e DB malgré les réticences de Leclerc, elles font leur apprentissage de la vie militaire. Les chapitres regorgent d’anecdotes intéressantes permettant de mieux cerner les conditions de vie et de travail, les relations entretenues avec les hommes – à quel point elles ont dû se battre pour s’imposer. Le livre décrit à l’intérieur du groupe les amitiés et les tensions dues aux différences de caractères et de milieux sociaux, mais aussi le détail de cette vie hors norme, le quotidien, les états d’âme, les actions…

En Afrique du Nord, elles suscitent des vocations et de nouvelles recrues – dites les Marocaines – qui renforcent le groupe alors que certaines le quittent ; il s’enrichit encore lors du séjour en Angleterre.

Après une formation en mécanique et en premiers soins commencée aux États-Unis, puis une formation militaire au Maroc, ces femmes, lors du débarquement en Normandie et sur les champs de bataille, opèrent en première ligne et vivent l’expérience de la guerre, les souffrances physiques et psychologiques du front. Elles ont pour rôle de transporter les blessés de la division dans les hôpitaux militaires les plus proches afin d’augmenter leur chance de survie. Elles peuvent y laisser leur vie.

Conrad assure le commandement jusqu’à la libération de Paris et mène les tractations avec les autorités, tandis que Toto, la future épouse de Massu, plus jeune, gère le groupe de femmes – avant de prendre sa succession.

L’épilogue traite de la difficulté de leur réinsertion dans la vie quotidienne de l’après-guerre, certaines poursuivant par exemple leur engagement dans la guerre d’Indochine.

Une chronologie, un index des noms de personnes sont les bienvenus, ainsi qu’une brève biographie de l’ensemble des Rochambelles, avec leur fonction, leur date d’adhésion et de départ… Les règles de l’esprit Rochambelle, élaborées par Toto, apportent une touche d’humour.

Le récit se fonde en partie sur l’expérience des Rochambelles, avec lesquelles l’auteure a pu s’entretenir longuement, mais également sur des sources écrites. Si les sources secondaires sont bien documentées, il aurait été appréciable qu’il en soit de même pour les sources primaires, lacune qu’un article d’Élodie Jauneau de 2011 permet de combler2.

Concernant le second ouvrage, Ellen Hampton souhaitait au départ travailler sur l’hôpital américain de Paris. Mais elle a dû réorienter son sujet pendant la période de confinement due à la Covid. Le rôle joué alors par les médecins l’a conduite à s’intéresser aux choix qu’ils ont dû faire pendant l’occupation de la France. Elle permet de combler une lacune en regroupant pour la première fois dans ce livre l’ensemble des actions qu’ils ont pu mener.

Cet ouvrage, préfacé par le petit-fils de Robert Debré, fils de rabbin, pédiatre, traite de la Résistance du corps médical pendant la Seconde Guerre mondiale, et uniquement de la Résistance, laissant de côté le choix de la collaboration. Après une introduction qui retrace le contexte médical avec précision, dix chapitres présentent différentes formes de Résistance, d’abord individuelles, puis collectives avec la création de réseaux, tel Vengeance, fondé en 1941 par les docteurs Dupont, Chanel et Wetterwald. Ellen Hampton s’intéresse aux actions menées dans les hôpitaux, notamment à l’hôpital Rothschild, mais aussi dans les camps – en France, à Drancy, à Royallieu (Compiègne), mais aussi en Allemagne, avec l’exemple de Buchenwald. Elle n’oublie pas le rôle des médecins dans les maquis, en s’attachant au cas du Morvan. L’auteure souligne le rôle de l’hôpital américain et du docteur Summer qui met en place une filière d’évasion d’aviateurs alliés. Nous suivons aussi le parcours de certains grands pontes, tels le petit-fils de Pasteur, Louis Pasteur Vallery-Radot (PVR), qui dirige le Comité médical de la Résistance, Robert Debré, le nutritionniste Charles Richet – qui après avoir dénoncé les ravages de la pénurie alimentaire est interné à Buchenwald – ou encore Abraham Drucker. Elle montre l’action de médecins juifs, dont certains ont pu obtenir des dérogations pour continuer à exercer. Elle rapporte le rôle du Comité médical de la Résistance, notamment dans la libération de Paris, ainsi que celui de certaines femmes, telle Colette Brull, interne à l’hôpital Rothschild, qui participe au sauvetage d’enfants.

Pour évoquer ces médecins qui soignent, cachent, renseignent, mais aussi sabotent, combattent ou dénoncent la politique de Vichy, l’ouvrage s’appuie sur de nombreuses archives et ouvrages référencées, et propose un index, outils très utiles pour qui s’intéresse à ce sujet. Quant aux notes, elles sont regroupées par chapitre à la fin du livre. Quelques cartes et photos, majoritairement des portraits, illustrent le texte.

D’une grande richesse factuelle, l’ouvrage se lit aisément, mais n’épuise pas le sujet. On ne peut que regretter l’absence d’une analyse sociologique et d’une réflexion autour de la Résistance, qui aurait apporté un éclairage supplémentaire. Il aurait été appréciable également de dépasser ces études de cas, certes très intéressantes, pour dresser un panorama du milieu médical, mieux dégager les conditions de l’engagement, montrer l’évolution de ses sensibilités. Il est vrai que le livre s’adresse en priorité au grand public. Pour le lectorat américain, les différentes actions sont resituées dans le contexte général français, mais au détriment du contexte strictement médical. En s’éloignant de son sujet initial, l’hôpital américain parisien, Ellen Hampton a pris le risque de moins intéresser le lectorat américain pour lequel ce sujet peut paraitre plus lointain. Quant au lectorat français, il bénéficie d’informations sur le sujet. Il est d’ailleurs dommage que cet ouvrage, présenté comme le premier à rassembler ces itinéraires de médecins, n’ait pas fait référence aux travaux de Cécile Tartakovsky, auteure d’un documentaire en 2020 puis d’un livre en 20223. Elle aussi traite de sommités médicales, avec une approche différente mais un fonds commun de sources, comme les carnets de Robert Debré.

Il semble difficile de concilier une même approche pour deux types de public, et la contribution universitaire paraît ici quelque peu sacrifiée. Nous pouvons ainsi reprocher à ces deux ouvrages que les introductions analytiques soient plutôt suivies de récits, certes très agréables à la lecture et menés avec un grand sens de la narration.

Marie-Christine Allart




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 27 mai). Ellen Hampton, Les Rochambelles. Ambulancières de la France combattante, 1943-1945 – Ellen Hampton, Doctors at War. The Clandestine Battle against the Nazi Occupation of France. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q01

  1. É. Jauneau, « La féminisation de l’armée française pendant les guerres, 1938-1962 : enjeux et réalités d’un processus irréversible », thèse de doctorat en histoire, Université Paris Diderot, 2011 ; M. Bodin, « L’engagement des femmes durant la guerre d’Indochine, 1945-1954 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 198, 2000, p. 137-149 []
  2. É. Jauneau, « Des femmes dans la 2e division blindée du général Leclerc. Le Groupe Rochambeau : un exemple de féminisation de l’Armée française », Travail, genre et sociétés, n° 25, 2011, p. 99-123. []
  3. C. Tartakovsky, Ces médecins qui ont résisté (1940-1945),Paris, Flammarion, []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search