Florian Michel et Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours.

Paris, Éditions du Seuil, 2022, 784 p.

En 2012, les éditions du Seuil publiaient un important ouvrage collectif, sous la direction conjointe d’un historien, Denis Pelletier, et d’un sociologue, Jean-Louis Schlegel, sur les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours1. Sous un titre accrocheur, À la gauche du Christ, il est devenu aujourd’hui un « classique » de l’historiographie de la France politique et religieuse pour le second XXe siècle et la première décennie suivante. Le pendant à droite était attendu. Mais il aura fallu dix ans pour qu’il voie le jour. Le titre À la droite du Christ n’aura pas été retenu, certes déjà utilisé par ailleurs2. Il lui a été préféré À la droite du Père, conformément à la formule canonique du symbole de Nicée-Constantinople.

Pourquoi tant de temps entre les deux volumes ?Probablement que les moments historiographiques correspondaient à l’ère du temps. En cette première décennie du nouveau millénaire, l’élection de Benoît XVI en 2005 marquerait la fin d’une parenthèse qui voyait des « cathos » voter à gauche, au moins depuis l’élection de François Mitterrand en 1981, et par ailleurs il s’agirait de liquider « l’héritage de Mai 68 », selon l’expression du candidat Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007. Forts d’un balancier orienté à gauche, de solides travaux de recherche furent accomplis en une quarantaine d’années, permettant de nourrir l’ambition d’un ouvrage collectif sur les « chrétiens de gauche », porté notamment par le rayonnement de l’école française du catholicisme social avec ses militants d’Action catholique et ses théologiens conciliaires. La parenthèse refermée, le temps est alors à la droitisation de la société française, mais l’élan historiographique sur les « cathos de droite » n’a pas autant mobilisé les chercheur(e)s. Y aurait-il un malaise à le faire ? Florian Michel explique en introduction que René Rémond, lui aussi, ne s’y est guère frotté frontalement. Il aurait préféré un « profil perdu » à un « portrait de face », suivant une métaphore artistique. Que l’on partage ou non cet avis3, il est certain que mener des travaux sur les catholiques français et les droites de 1945 à nos jours constituait un défi difficile à relever, le sujet pouvant prêter à la suspicion, voire à la compromission de leur(e)s auteur(e)s. Passé cet obstacle et celui d’une historiographie encore en train de se faire, l’objectif initial nous semble atteint, car il brosse un paysage changeant avec une pluralisation accentuée des droites et une fragmentation des catholiques de plus en plus minoritaires.

Sur un semblable modèle qui a fait le succès d’À la gauche du Christ4, l’ouvrage est dirigé conjointement par un historien, Florian Michel, et un politiste, Yann Raison du Cleuziou, structuré en une quinzaine de chapitres, qui abordent une même chronologie depuis 1945 jusqu’à aujourd’hui. Doté en plus d’un dictionnaire thématique sur les cultures des droites françaises, il mobilise une trentaine d’auteur(e)s pour aboutir à un imposant volume de plus de 700 pages. Il se structure en quatre parties chronologiques, tenant principalement des scansions politiques (1945, 1958, 1974), parfois religieuses avec 1997, année qui correspond à la tenue des Journées mondiales de la jeunesse à Paris.

La première partie s’ouvre avec la Libération et l’avènement de la démocratie chrétienne, faisant le tri entre vainqueurs et vaincus dans le catholicisme de droite (Olivier Dard). Sont ensuite abordées des thématiques de l’histoire politique, autour du multipartisme et de la sociologie électorale (Isabelle Clavel), de l’anticommunisme (Corinne Bonafoux), de la guerre froide et des relations internationales (Florian Michel).

La deuxième partie s’ordonne autour d’événements comme la guerre d’Algérie (Jérôme Bocquet) et l’apogée du gaullisme (Charles Mercier) – le temps du concile semble avoir été écarté (?) – et autour de réactions qu’ils ont suscitées, comme l’opposition traditionaliste et le durcissement conservateur (Paul Airiau) mais aussi les crises internes au gaullisme et à l’Église (Yves Chiron).

La troisième partie porte davantage sur des processus de mutation, d’ordre idéologique et sociétal, avec l’affirmation d’une droite libérale giscardienne et la dilution de la démocratie chrétienne (Mathias Bernard), le temps de la dé-marxisation et de la génération Jean-Paul II (Claire Toupin-Guyot), le moment 1984 avec le réveil de la guerre scolaire (Frédéric Le Moigne) et les questions bioéthiques qui mobilisent et radicalisent autour de la « défense de la vie », en faveur de l’embryon et contre l’avortement (Constance Cheynel).

La dernière partie fait le choix de porter son attention sur des points neufs qui concernent les mobilisations d’ordre sociétal contre le PACS (1999), la « théorie du genre » (2010) et le Mariage pour tous (2013) (Romain Carnac), les tentatives de « re-confessionnalisation du vote… et de l’offre politique » (Yann Raison du Cleuziou) au sein de la nébuleuse conservatrice, les essais de reconquête du champ intellectuel, culturel et médiatique (Alexandre de Vitry) et la gestion de la problématique migratoire qui aiguise la visibilité de l’islam et interroge les fondements de l’identité nationale (Blandine Chelini-Pont).

Au terme de ce panorama esquissé depuis 1945, il aurait été toutefois bienvenu de consacrer un chapitre, disons « siegfriedien », à une géographie de la droite catholique, avec ses terres d’élection et ses lieux d’implantation, comparable à celui donné par Yvon Tranvouez sur la gauche catholique5. Bienvenu également aurait été un chapitre sur les femmes catholiques de droite, sur leurs engagements et les réseaux qu’elles ont animés, jusqu’aux nouveaux féminismes auxquels certaines d’entre elles se sont converties6. Les notices consacrées à « l’Ouest » ou à « l’idéal féminin » en fin de volume ne permettent pas de les remplacer, soulignant plus largement l’intérêt de recourir à une histoire sociale et culturelle des catholiques de droite.

Pour finir, la conclusion de l’ouvrage est portée par Yann Raison du Cleuziou autour d’une solide réflexion, théorique et conceptuelle (p. 615), pour laquelle se défie la démarche historienne. Toutefois, nous partageons le constat d’analyse sur l’existence de phases de politisation et de dépolitisation des catholiques de droite, parfois successives, parfois alternées. Les temporalités de moments historiques constituent toujours des occasions de mobilisation autour de valeurs ou de causes à défendre ou à remodeler, surtout si elles viennent de l’autre camp, celui de la gauche comme « la nation, le libéralisme, la laïcité, le féminisme » (p. 623). Ainsi est particulièrement suggestive l’analyse portant sur le moment le plus contemporain du livre, qui se caractérise par un processus de sécularisation sociale conjugué à une « dé-sécularisation ecclésiale ». En d’autres termes, le temps de la « sécularisation interne » du catholicisme français prendrait fin pour retrouver un nouvel élan de ritualisation, permettant une transmission efficace au sein de familles traditionnelles et conservatrices et contribuant à reconfessionnaliser certains segments des droites françaises.

Doté d’index fort utiles et de notices biographiques significatives, cet ouvrage collectif forme un ensemble cohérent avec celui consacré à l’autre bord de la bipolarité qui anime classiquement la vie politique française. Restent que les relations entre les catholiques et les droites depuis 1945 ont aussi été traversées par une histoire plus transnationale, circulant au sein du catholicisme européen et occidental, de son modèle romain jusqu’aux périphéries nord-américaines7. Celle-ci permet de redécouvrir la matrice originelle « conservatrice » qui avait été éclipsée par d’autres matrices, « intransigeante » et « sociale », caractéristiques des temporalités précédentes. Mais ce volet transnational n’entrait pas dans le cahier des charges éditorial. Par conséquent, il convient de recommander la qualité de ce volume collectif qui fait désormais autorité. Il est certain qu’À la droite du Père deviendra lui aussi un « classique » de l’histoire religieuse et de l’histoire politique de la France contemporaine.

Bruno Dumons


1 D. Pelletier et J.-L. Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2012.

2 O. Landron, À la droite du Christ. Les catholiques traditionnels en France depuis le concile Vatican II (1965-2015), Paris, Éditions du Cerf, 2015.

3 Compte rendu de l’ouvrage par Étienne Fouilloux, Archives de sciences sociales des religions, n° 204, 2023, p. 238-239.

4 L’ouvrage est réédité en 2015 dans la collection de poche « Points Seuil ».

5 Y. Tranvouez, « Géographie de la gauche catholique », in D. Pelletier et J.-L. Schlegel (dir.), À la gauche du Christ…, op. cit., p. 483-510.

6 M. Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite, Marseille, Hors d’atteinte, 2022.

7 O. Dard et B. Dumons (dir.), Droites et catholicisme en France et en Europe des années 1960 à nos jours, LARHRA, Lyon, 2022.



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 21 mai). Florian Michel et Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11p42

  1. D. Pelletier et J.-L. Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2012. []
  2. O. Landron, À la droite du Christ. Les catholiques traditionnels en France depuis le concile Vatican II (1965-2015), Paris, Éditions du Cerf, 2015. []
  3. Compte rendu de l’ouvrage par Étienne Fouilloux, Archives de sciences sociales des religions, n° 204, 2023, p. 238-239. []
  4. L’ouvrage est réédité en 2015 dans la collection de poche « Points Seuil ». []
  5. Y. Tranvouez, « Géographie de la gauche catholique », in D. Pelletier et J.-L. Schlegel (dir.), À la gauche du Christ…, op. cit., p. 483-510. []
  6. M. Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite, Marseille, Hors d’atteinte, 2022. []
  7. O. Dard et B. Dumons (dir.), Droites et catholicisme en France et en Europe des années 1960 à nos jours, LARHRA, Lyon, 2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search