Jean-Luc Pinol, Convois. La déportation des Juifs de France.

Paris, Éditions du Détour, 2019, 320 p. Préface de Serge Klarsfeld.

Depuis ses premiers travaux, Jean-Luc Pinol a mis en rapport l’espace, un espace dynamique, les phénomènes et les populations qu’il étudiait. Habitué précocement à pratiquer « le métier d’historien avec un ordinateur » (c’est le titre d’un de ses ouvrages), il a pu établir, de l’échelle d’un immeuble lyonnais de la Croix-Rousse à celle d’une agglomération, une singulière histoire sociale. LAtlas des Parisiens de la Révolution à nos jours qu’il a écrit en 2009 avec Maurice Garden (éditions Parigramme) se révèle indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire sociale de Paris. Ce sont ces méthodes qu’il utilise pour un livre préfacé par Serge Klarsfeld, dont il complète les travaux qui étayent son analyse, notamment les quatre volumes de La Shoah en France (Paris, Fayard, 2001) et surtout les listes du Mémorial de la déportation des Juifs de France (1re édition : 1978 ; dernière édition complétée : Paris, FFDJF, 2012), gigantesque fichier sans cesse amélioré, qui pour chacune des 78 000 personnes doit comprendre la date et le lieu de naissance, la nationalité, la date de l’arrestation et la dernière adresse connue, les camps d’internement par lesquels elle a transité, le numéro, la date et l’itinéraire du convoi de sa déportation, la destinée et éventuellement la date du décès. Tous ces éléments ont été croisés par Jean-Luc Pinol et lui ont permis d’élaborer des graphiques et de dresser de nombreuses cartes, avec pour chaque convoi les effectifs totaux (dont pour la plupart le lieu d’arrestation est localisé avec précision, 1 130 sur 1142 pour le premier convoi), le nombre de Parisiens et d’habitants de la banlieue parmi les déportés, ainsi que celui des enfants. D’autres cartes permettent une approche spatiale du sujet, celle des groupements de travailleurs étrangers (GTE) après juin 1940 et celle des décès dans les camps d’internement ou dans les lieux de transit, pour ne prendre que ces exemples. S’il en était besoin, ce livre nous dévoile à quel point la carte est un outil de l’historien.

Les instruments de l’oppression mis à la disposition des nazis par Vichy, ce furent d’abord des hommes, les policiers et gendarmes français, qui ont préparé les fiches, opéré les arrestations, gardé les camps, assuré l’ordre lors de l’embarquement. Ce n’est que dans un deuxième temps que l’occupant et des groupes de collaborateurs, la Milice surtout, mais pas uniquement, s’en sont également chargés. Ce furent les locaux utilisés à fin de camps de transit, parfois des camps de réfugiés construits à la hâte pour accueillir les républicains espagnols, mais aussi les véhicules et voies de communication, notamment le réseau ferré1, en des modalités précisées par l’occupant : alors qu’étaient initialement prévues des voitures de voyageurs, c’est à la demande des Allemands qu’ont été mis à disposition des wagons de marchandise, plus faciles à surveiller.

Le premier convoi est parti de Compiègne pour Drancy, puis Auschwitz, le 27 mars 1942. Il faisait suite aux premières « rafles », en réalité pour la plupart des arrestations sur listes. La première d’entre elles, dite « du billet vert », car les personnes ont été convoquées pour examen de leur situation par un imprimé de cette couleur, a eu lieu le 14 mai 1941. Ensuite, du 20 au 24 août, les agents de la préfecture de police ont cerné d’abord le 11e arrondissement de Paris, où ils ont arrêté 3 000 Juifs2 étrangers, puis ont prospecté dans toute la ville, la rive droite de la Seine surtout. Organisée par la Sipo-SD appuyée par la police française, la rafle dite « des notables » a conduit le 12 décembre 1941 à l’arrestation de 743 Juifs. Internés à Drancy, ils furent déportés dans les premiers convois : celui du 27 mars 1942 comportait au moins 1 059 Parisiens sur un effectif total de 1 142, le deuxième, du 5 juin, au moins 908 sur 1 001. À l’été 1942, les processus d’arrestations et de déportations se sont accélérés, avec notamment la rafle dite du Vél’ d’Hiv’, les 16 et 17 juillet, et le départ entre le 17 juillet et la fin du mois de septembre de trente-quatre convois de chacun, à l’exception du dernier, d’environ un millier de personnes (convois 7 à 39 ainsi qu’un convoi parti de Lille le 11 septembre).

Les Parisiens étaient très nombreux dans les premiers convois : beaucoup de déportés habitaient le 20e arrondissement, au nord du cimetière du Père-Lachaise, et les 19e, 10e, 11e arrondissements, notamment autour du carrefour de Belleville. À l’échelle des îlots parisiens, une subdivision urbaine de pâtés de maisons délimités par des rues (il y en avait plusieurs milliers dans la capitale), des Juifs ont été déportés dans six sur dix d’entre eux, confirmation que c’est bien l’ensemble de la ville qui a été concerné. La chronologie recoupe l’approche de l’espace, notamment lorsque les zones d’occupation se sont modifiées. Le premier changement fut la fin de la ligne de démarcation, en novembre 1942, quand les Allemands occupèrent une partie de la zone sud et les Italiens l’est du couloir rhodanien, à l’exception des Bouches-du-Rhône et des agglomérations lyonnaise et avignonnaise. En septembre 1943, après l’armistice de Cassibile entre les Alliés et l’Italie, les Allemands prirent le contrôle de la zone d’occupation jusque-là italienne et ruinèrent les espoirs des familles juives qui s’y étaient réfugiées. Très vite, les arrestations se sont multipliées et les conséquences en furent perceptibles dès le convoi n° 60 du 7 octobre 1943, avec 433 déportés arrêtés dans l’ancienne zone italienne sur un effectif total de 1 000 personnes. Autre tournant, le durcissement des autorités de Vichy, avec la nomination de Joseph Darnand au secrétariat général au maintien de l’ordre et la toute-puissance dès lors de la Milice. S’expliquant également par l’imminence de la Libération et l’arrivée de troupes allemandes venues du front de l’Est, l’année 1944 fut celle des exactions, des massacres, d’une exacerbation de la traque et de la brutalisation des arrestations. La déportation vers les camps d’extermination a cependant rendu moins visible un aspect de la politique antisémite de l’occupant, des collaborateurs et de l’administration (y compris celle de la Justice) de Vichy. Dans le fichier de Serge Klarsfeld figurent 1 200 victimes juives qui n’ont pas été déportées : fusillées comme otage ou après condamnation (au mont Valérien pour certaines d’entre elles), guillotinées après condamnation par les sections spéciales mises en place par Vichy à l’été 1941, massacrées par les Allemands ou des membres d’officines de collaboration.

De nombreuses biographies, individuelles et familiales, relèvent de ce jeu d’échelles qui nécessite de saisir au plus près les personnes pour appréhender un phénomène. Si, pour mieux connaître certains déportés, l’auteur a bien sûr consulté les recensements de 1936 et 1946, il a pu essayer d’en retrouver dans celui de 1931 et profiter de la richesse de celui de 1954 pour mieux cerner leur cadre de vie. L’échelle des groupes, voire des individus, renvoie à autant de tragédies. L’on apprend ainsi que Simone Jacob, la future Simone Veil, fut déportée à l’âge de 16 ans et demi par le convoi n° 71 du 13 avril 1944, dans lequel se trouvaient trente-quatre des enfants raflés dans la colonie d’Izieu par des Allemands commandés par Klaus Barbie. La déportation en nombre des enfants, qui a tant choqué les témoins, a commencé par le départ du convoi n° 20 du 17 août 1942, un mois après la rafle du Vél’ d’Hiv’. Quatre jours plus tard, le convoi n° 22, dont le transfert entre Drancy et la gare du Bourget a été assuré par la préfecture de police de Paris, comprenait 605 enfants sur 993 déportés.

Le graphique des lieux de naissance par convoi permet de comprendre la logique des persécutions, avec une surreprésentation des natifs de Varsovie jusqu’en août 1942, de ceux de Berlin, Francfort et Vienne au cours de l’été 1942, des natifs de Paris dans la seconde moitié du mois d’août et de ceux de Marseille (dans des convois partis de Drancy) à partir du 23 mars 1943, conséquence dans le premier cas de la rafle du Vél’ d’Hiv’ et dans le second des arrestations consécutives à la destruction par les Allemands du quartier du Vieux-Port, en janvier. Les natifs de Salonique, nombreux dans le convoi n° 44 du 9 novembre 1942, sont des Juifs de nationalité grecque arrêtés le 5 novembre dans une opération dont les occupants se sont réjouis en ces termes : « On a l’impression que cette fois-ci la police française a effectivement gardé secrète jusqu’au dernier moment la nouvelle de cette action, comme on lui en avait donné l’instruction. »

Les travaux de Jacques Semelin nous ont permis de comprendre « pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés » (c’est le titre de son dernier livre, qui synthétise ses recherches et en explique la réception3 ). La solidarité de la population du pays en a été un des facteurs, et, dans la continuité des travaux de Serge Klarsfeld, le livre de Jean-Luc Pinol la souligne également. Mises en rapport, la carte des territoire communaux des Justes et celle des territoires communaux sans déportation (analysés en tenant compte des nombreux biais d’une telle approche) montrent le fait, déjà souligné par Patrice Cabanel, que les camps de la zone non occupée ont été logiquement des « pôles de Justes4 », tant ce fut souvent l’occasion qui fit le sauveur. Cela explique aussi l’importance de l’aide apportée par les professionnels, personnels de santé, cheminots, etc. Jean-Luc Pinol insiste sur cet aspect, intitulant « Territoires de persécution, territoires de solidarité » une partie de son septième chapitre consacré aux destins individuels et collectifs.

Cette solidarité, celle des « goys anars [qui] viennent en aide à de pauvres gens et sauvent la vie des enfants, sans hésiter, sans barguigner, non pour gagner de l’argent et des médailles, mais parce que c’est normal5 », est un élément de la déception des nazis et de la baisse de leurs objectifs, qui assignaient la « livraison » de 100 000 Juifs par la France début 1942 et que le nazi Theodor Dannecker, qui organisait les déportations, a ramenés à 40 000 personnes en trois mois, tandis que les six premiers convois, de mars à juillet, ont déporté chacun, depuis Compiègne, Drancy, Pithiviers ou Beaune-la-Rolande, environ un millier de Juifs vers Auschwitz. Devoir d’histoire auquel appelait Paul Ricœur, au-delà de la démarche du chercheur, il y a bien sûr celle du citoyen qui sait que nommer les victimes, décrire leur destin, permet de ne pas les oublier.

Christian Chevandier




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 7 juin). Jean-Luc Pinol, Convois. La déportation des Juifs de France. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s2f

  1. Voir à ce sujet les actes d’un colloque tenu en juin 2000 : Une entreprise publique dans la guerre : la SNCF, 1939-1945, Paris, PUF, 2001. []
  2. J.-L. Pinol précise qu’il s’agit de personnes déportées « parce que juives ou considérées comme telles par les services allemands, ou ceux de la France de Vichy ». []
  3. J. Semelin (avec L. Larcher), Une énigme française. Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n’ont pas été déportés, Paris, Albin Michel, 2022. []
  4. P. Cabanel, Histoire des Justes en France, Paris, Armand Colin, 2012. []
  5. I. Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris, Éditions du Seuil, 2012, p. 310 et 315. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search