Georges Vidal, L’armée française et le communisme. Guerre-révolution, insurrection et enjeu soviétique, 1939-1945.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2023, 412 p. Préface d’Olivier Forcade.

Cet ouvrage est une déception.

Il y a, pour l’essentiel, trois parties distinctes dans ce livre qui, toutes les trois, provoquent la déception du lecteur, mais pour des raisons différentes. Le premier grand développement concerne la drôle de guerre. Les archives consultées sont abondantes mais hémiplégiques. Elles sont abondantes, car de nombreux cartons des différents services de l’armée française ont été consultés. Et, comme dans tous les services de police ou de renseignement pendant les périodes de crise, les notations farfelues sont légion. Ainsi, comme d’autres auteurs précédents, Georges Vidal relève les nombreux voyages fantaisistes attribués à Maurice Thorez. Il n’est pas inutile de reproduire toutes ces rumeurs, signe de la très mauvaise connaissance du PCF par de nombreux échelons de l’armée ; encore convient-il de les relativiser. Pour cela, la reconstitution du tri et de la synthèse opérés par les échelons supérieurs reste l’essentiel. Il est clair qu’une rumeur rapportée mais immédiatement écartée, ou une rumeur rapportée et immédiatement relayée, représentent toutes les deux des traces dans les archives, mais dont la valeur heuristique est parfaitement contradictoire. Or, si le lecteur est informé de toutes les rumeurs, il a du mal à retrouver le processus de hiérarchisation et de synthèse. En raison de la récolte lacunaire des renseignements, de la mauvaise connaissance initiale de l’objet PCF et de la culture politique souvent ignare et très fréquemment frappée du coin d’un anticommunisme primaire, les points de vue et les propositions extrêmes abondent dans les documents militaires. Il n’en demeure pas moins que lorsqu’on monte dans la hiérarchie décisionnelle, qu’elle soit militaire, policière ou gouvernementale, ce ne sont pas ces propositions extrémistes et liberticides qui l’emportent mais, en définitive, un traitement équilibré d’un parti qui a pourtant, de fait, déclaré « la guerre à la guerre » menée par son pays en temps de guerre.

Mais là intervient la deuxième caractéristique de la quête documentaire de l’auteur, son caractère hémiplégique. Alors que son objet de recherche – comme dans tout sujet de type « A et B » – consiste à analyser le « traitement » du PCF par l’armée française, mais aussi celui de l’armée par le PCF, Georges Vidal se contente – pour le deuxième aspect – des seules archives militaires. Les archives du PCF sont négligées et les principales études historiques basées sur ces archives balayées. Mais, puisqu’il faut bien tenir un discours sur la politique du PCF, puisque le discours de l’armée sur celui-ci est, pour la raison explicitée supra, délégitimé, l’auteur reprend à son compte la quasi-totalité des analyses de l’historiographie officielle communiste, alors même que peu d’historiens non militants y accordent encore un crédit quelconque. Résumer la politique communiste de la drôle de guerre par le sous-titre « l’antimilitarisme introuvable » (p. 41) est quand même un peu court au vu de toutes les déclarations frôlant la ligne rouge du défaitisme. Certes, le PCF ne reprend pas la politique léniniste de 1914 – souhaiter la défaite de son propre pays dans la guerre impérialiste – mais le PCF n’est pas pour autant devenu un vulgaire parti patriote comme les partis radical ou socialiste. Déterminer le positionnement du curseur entre ces deux extrêmes, et en expliquer les raisons, tel est précisément le travail de l’historien.

Au temps de la drôle de guerre succède celui de l’occupation. Là, Georges Vidal a étrangement démultiplié son sujet. À son objet majeur qu’est l’attitude de l’armée envers le PCF, il rajoute le niveau civil et gouvernemental. Et, logiquement, il utilise désormais prioritairement les archives diplomatiques. Celles-ci sont assurément riches sur les relations entre Moscou, la France libre et Vichy, mais tout cela éloigne l’auteur de son terrain de prédilection. Et, pour l’essentiel, il confirme le résultat des études précédentes menées par les spécialistes des relations internationales.

Reste le troisième grand développement, traitant de la Libération. Cette fois-ci, Georges Vidal a saisi l’importance des sources primaires sur le communisme et il consulte un fonds d’archives internes du PCF, celui de Jacques Duclos, conservé au Musée de l’Histoire vivante, ce qui lui permet de citer des documents tout à fait intéressants. Mais, contrairement à ce qu’affirme la préface, il ne s’agit nullement des archives du secrétariat du Parti pour la période 1939-1944 ; tout cela ne représente que deux dossiers d’archives, regroupant partiellement les relations épistolaires entre Jacques Duclos et la direction de la zone sud du Parti, entre 1943 et 1944 (je mets de côté La Vie du Parti, déjà connue et analysée depuis des décennies et, au demeurant, non réellement étudiée par l’auteur).

Au moins le lecteur s’attend-il à revoir ce que l’auteur lui avait offert dans la première partie de son ouvrage, à savoir un résumé attentif des documents des états-majors et de certaines régions militaires traitant du PCF. D’autant que deux thèses de grande qualité ont été récemment publiées, qui abordent en partie ce problème : Claire Miot, La première armée française. De la Provence à l’Allemagne, 1944-1945 (Paris, Perrin, 2021) et Stéphane Weiss, Le réarmement français de 1944-1945. Faire flèche de tout bois (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022). Le programme de recherche était tout tracé : dépouiller les archives des différents états-majors (EMG, EMGG, EMDN pour l’essentiel), regarder les synthèses de ces états-majors transmises au général de Gaulle, puisque les archives présidentielles sont désormais accessibles, descendre le regard en totalité ou partiellement dans les vingt régions militaires, scruter attentivement les différents 2e bureau, sans oublier les riches archives de la gendarmerie et, finalement, analyser toutes ces visions du communisme en général et du PCF en particulier. Mais rien de tout cela n’apparaît dans l’ouvrage. À la place, nous trouvons, comme archives, quelques documents épars issus du ministère des Affaires étrangères ou de fonds privés déposés au SHD. Mais il faut bien tenir un discours, et là se révèle une nouvelle lacune historiographique. Depuis, entre autres, l’ouvrage majeur de Jean-Jacques Becker (Le Parti communiste veut-il prendre le pouvoir ? La stratégie du PCF de 1930 à nos jours (Paris, Éditions du Seuil, 1981), on connaît le paradoxe stratégique communiste : à chaque fois que le PCF avance la perspective révolutionnaire, c’est qu’il ne la tente pas ; à chaque fois qu’il la tente, il ne l’annonce pas. Et c’est un fait, qu’à l’échelle mondiale, tel ou tel parti communiste a pris le pouvoir au XXe siècle ; mais jamais au nom du communisme, toujours au nom d’un objectif prétendument intermédiaire : l’antiféodalisme, l’antifascisme, la libération nationale, la démocratie populaire… Ignorant cet acquis historiographique, Georges Vidal recherche la preuve de la volonté révolutionnaire du PCF dans le retour à l’antimilitarisme déclaratif antérieur à 1934, d’où sa recherche du « complot communiste », de l’insurrection prolétarienne, du putsch, du coup de force, etc. Ne les trouvant évidemment pas, il en conclut que le PCF reste parfaitement républicain. En janvier 1944, Thorez rencontre à Moscou le représentant du général de Gaulle. Georges Vidal résume la fin de l’entretien : « En conclusion, [Thorez] affirme : “Mon parti ne songe pas à prendre le pouvoir […]. Ce que nous voulons, c’est l’union de toutes les forces nationales.” Ces déclarations de Thorez, qui exprime sa position [souligné par moi] en accord avec la direction soviétique… » Comme l’écrivait Marc Bloch : « que les témoins ne doivent pas être forcément crus sur parole, les plus naïfs des policiers le savent bien ».

Philippe Buton



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2024, 7 juin). Georges Vidal, L’armée française et le communisme. Guerre-révolution, insurrection et enjeu soviétique, 1939-1945. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s6p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search