Fabrice Grenard, Ils ont pris le maquis.

Paris, Tallandier-Ministère des Armées, 2022, 192 p.

Directeur scientifique de la Fondation de la Résistance, Fabrice Grenard est un historien spécialiste de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en France. Il a publié plusieurs ouvrages, en particulier sur les résistants, les maquis et le « préfet du maquis » Georges Guingouin, le chef communiste de la Haute-Vienne. Ils ont pris le maquis présente l’histoire du phénomène maquisard en France, de l’apparition des premiers maquis refuge à la fin de 1942 à leur montée en puissance dans les semaines de la libération du pays, surtout après le débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Au-delà de la vision idéalisée développée après la guerre et rapidement traitée dans le dernier chapitre, « Après le maquis », l’un des objectifs de l’auteur est d’approcher, à l’aide de témoignages, « l’expérience maquisarde ». Une très riche iconographie, qui complète l’analyse historique, donne à voir la précarité et les difficultés de la vie quotidienne des jeunes maquisards : photos de camps et de combattants, affiches de propagande, documents d’archives (rapports de préfet ou de police), photos de destructions de fermes et de villages lors des opérations militaires allemandes en 1944. Des traces photographiques et quelques séquences filmées, comme celle du célèbre défilé, à Oyonnax, le 11 novembre 1943, de 200 hommes des maquis de l’Ain commandés par Henri Romans-Petit, ont été conservées en dépit des risques encourus dans la clandestinité.

Fabrice Grenard s’appuie sur les nombreux travaux historiques qui ont renouvelé la connaissance de l’histoire de la Résistance depuis plus d’une trentaine d’années, ainsi que sur des monographies locales. Les exemples sont bien sûr pris dans les principales régions de maquis (Alpes, Jura, Massif central et Centre de la France, dont le Limousin, que l’auteur connaît bien). L’ouvrage s’organise en six chapitres qui inscrivent dans le temps et l’espace les phases d’essor, mais aussi de repli compte tenu des difficiles conditions de vie durant l’hiver 1943-1944, des effectifs des maquis qui avaient gonflé à partir du printemps mais surtout de l’été 1943. Chaque chapitre s’ouvre sur une chronologie qui situe la période étudiée et se clôt par un extrait de témoignage d’un ancien maquisard.

Le premier chapitre examine les conditions de naissance du phénomène maquisard en France. L’auteur rappelle qu’il est la conséquence des prélèvements de main-d’œuvre exigés par le Reich (actions Sauckel) et relayés par la politique de collaboration de Vichy dans le cadre de la Relève, de la loi du 4 septembre 1942 qui instaure la réquisition et le travail forcé, et du Service du travail obligatoire (STO) en février 1943. Une première génération de réfractaires, ouvriers essentiellement, refuse de partir travailler en Allemagne et se cache dans des camps refuge improvisés. Les zones boisées et montagneuses du sud de la France (ex-zone dite libre) sont les plus propices. Ce refus, plus ou moins spontané, bénéficiant parfois de relais locaux, prend une tout autre ampleur en 1943 quand tous les jeunes gens sont concernés. Les premiers maquis se sont souvent formés en dehors de la Résistance organisée, celle des mouvements, mais avec le STO la donne change : des dizaines de milliers de réfractaires refusent de partir travailler en Allemagne, surtout à partir de l’été 1943. Alors que Londres est réticent dans un premier temps, les mouvements de zone sud, les Mouvements unis de Résistance (MUR), en particulier Henri Frenay, voient dans cette jeunesse hors-la-loi un potentiel en hommes à condition d’encadrer les maquis, de leur donner des chefs et de former des combattants qui n’ont pratiquement pas d’armes à un moment où l’Armée secrète (AS) se met en place. Le Service national maquis (SNM), dirigé par Michel Brault, est chargé de cette structuration. De leur côté, les Francs-tireurs et partisans français (FTPF) organisent eux aussi leurs maquis combattants. À partir d’exemples connus (Vercors, Ain…), Fabrice Grenard décrit le processus de montée en puissance des maquis, précise leur composition sociologique ainsi que les rapports avec la population environnante. Il n’oublie pas le rôle des étrangers antifascistes dans l’encadrement militaire, en particulier des républicains espagnols dans le sud-ouest, ni la présence de quelques femmes au maquis, surtout chargées d’assurer les liaisons. Il décrit la monotonie, la rudesse (pour les jeunes citadins) et les difficultés de la vie quotidienne (les corvées, l’obsession du ravitaillement) tout en soulignant l’appui essentiel à la survie des maquisards de résistants « légaux » et d’une partie de la population.

Dans le chapitre 3, « Agir et survivre », l’auteur répertorie les types d’actions de sabotage et de guérilla menées par certains maquis durant l’été et à l’automne 1943. Il insiste sur « la bataille du blé », qui tente de limiter les prélèvements agricoles opérés par Vichy et en partie destinés à l’occupant. Mais pour l’essentiel, ces actions consistent en réquisitions pour nourrir les hommes et en coups de main, notamment contre les chantiers de la jeunesse de Vichy en zone sud, pour se vêtir, se chausser, se procurer du tabac. Mais ces maquisards se heurtent de plus en plus aux forces de répression de Vichy, dont les Groupes mobiles de réserve (GMR), et aux Italiens dans le sud-est de la France. L’automne et l’hiver 1943-1944 sont difficiles pour les maquis, qui voient leurs effectifs fortement diminuer : dans l’attente du débarquement des Alliés tant espéré, il s’agit d’abord de « tenir » (chap. 4). Le maquis des Glières se forme en février 1944, mais il est rapidement détruit par les Allemands. Désormais, de grandes opérations militaires allemandes s’efforcent de « nettoyer » les zones de maquis, comme la colonne Brehmer, qui sème la terreur, de la Dordogne au Limousin (mars-avril 1944). Fabrice Grenard dresse le bilan des combats, des victimes et des destructions qui vont culminer à l’été 1944, lorsque FTP et Forces françaises de l’intérieur prennent brièvement le contrôle de villes réoccupées par les Allemands qui, dans tout le pays, exécutent et déportent maquisards et civils. En effet, le 6 juin 1944 a été le signal de « la ruée » vers le maquis, encouragée par le général de Gaulle, au nom de l’insurrection nationale, que le PCF et le Front national appellent aussi de leurs vœux. Après les Glières, c’est le temps de la destruction de grands maquis mobilisateurs, comme ceux du Vercors, du mont Mouchet ou de Saint-Marcel (Morbihan).

L’étude est sans doute un peu trop centrée sur la zone sud, régions où le phénomène maquisard a été le plus précoce et le plus massif. Il est vrai que les maquis ont été rares et tardifs, souvent après le 6 juin, en zone nord, mais cette période qui voit l’essaimage de maquis sur l’ensemble du territoire est un peu rapidement traitée. Les maquis bretons ne se réduisent pas au camp retranché de Saint-Marcel, et qu’en est-il des Vosges et des régions de l’est de la France ? L’ouvrage de Fabrice Grenard n’en est pas moins une bonne synthèse, très accessible et richement illustrée.

Christian Bougeard


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (15 juin 2024). Fabrice Grenard, Ils ont pris le maquis. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u0s


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search