Julien Damon, Toilettes publiques. Essai sur les commodités urbaines.

Paris, Presses de Sciences Po, 2023, 210 p.

Qui connaît un peu l’auteur ne sera surpris ni de l’approche (entre histoire, sociologie, politiques publiques et aménagement du territoire), ni de l’écriture (ciselée, et qui n’hésite pas à faire sourire le lecteur), ni même en fait de l’objet (un brin provocant et pourtant essentiel ; qui croise ses domaines de prédilection : l’urbanisme, les sans-abri, les bidonvilles, les classes moyennes et, en fait, tout un chacun).

Le sujet pourrait paraître tabou, ou trivial. Il est en fait d’énorme importance. Urbaine : sans toilettes publiques (ou privées), miction et défécation se font à ciel ouvert. Sanitaire : les excréments restent létaux – des centaines de milliers de personnes décèdent chaque année d’infections contractées via les eaux usées. Écologique : annuellement dans le monde, 3 000 milliards de litres et 600 milliards de kilos de semi-solides à évacuer et traiter ; pour la seule France, respectivement 25 milliards de litres et 5 milliards de kilos ; tandis qu’une chasse d’eau utilise en moyenne 9 litres, soit, pour la France, 500 000 piscines olympiques et un cinquième de la consommation domestique d’eau.

Le premier chapitre revient sur l’histoire, « du tout-à-la rue au tout-à-l’égout ». Il parcourt l’Antiquité, avec notamment le rôle de l’empereur Vespasien et de la ville de Rome, « précurseur des égouts, des toilettes et du recyclage » (p. 15) ; le Moyen Âge et l’époque moderne, qui connaissent peu d’évolutions ; le XIXe siècle, celui de la révolution pasteurienne, de l’hausmannisation et de la lutte contre les épidémies, mais avec un rôle pionnier de l’Angleterre. Dans la continuité, le deuxième chapitre aborde le Paris des XIXe et XXe siècles comme « laboratoire » (p. 41), où naissent notamment les « vespasiennes » de Rambuteau ; après une spectaculaire croissance, celles-ci périclitent à partir des années 1930, sous le coup de préventions morales et du (lent et tardif) développement des toilettes à domicile. Dès lors, à la fin des années 1970, l’offre urbaine de toilettes publiques se caractérise par sa vétusté, sa rareté et sa saleté. Elle est relancée au début des années 1980 par Jean-Claude Decaux qui, avec le soutien du maire de Paris Jacques Chirac, développe les « sanisettes » à entretien automatique – véritable progrès, en particulier pour les femmes, les sans-abri puis également les handicapés. Les développements sur l’intérêt de la gratuité sont en particulier stimulants.

Le troisième chapitre traite des multiples inégalités. Il aborde en particulier celles, d’accès et d’usage, entre hommes et femmes ; les difficultés que rencontrent les sans-abri ; l’enjeu crucial que les sanitaires représentent dans les pays pauvres : en 2000, plus de 20 % de la population mondiale était encore contrainte de déféquer à ciel ouvert, proportion tombée à 6 % en 2020. Cette catastrophe sanitaire, qui « abîme la vie quotidienne et l’estime de soi » (p. 119), est devenue depuis les années 2000 un objet de philanthropie.

Les deux derniers chapitres traitent des politiques publiques. Depuis la première conférence de l’eau en 1977, via la Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement (1981-1990) et plusieurs sommets mondiaux, la question est entrée dans les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), puis les Objectifs de développement durable (ODD), de l’ONU. Le pape François s’en est préoccupé dans son encyclique Laudato si (2015). C’est de surcroît une politique particulièrement rentable : réduction des frais de santé et des jours non travaillés, amélioration de la scolarisation des enfants et de la productivité des travailleurs… Le quatrième chapitre revient aussi sur les innovations récentes (pour limiter les gaspillages d’eau et d’énergie, en faire un outil d’épidémiologie instantanée, transformer les matières en fertilisants ou en biogaz…) et sur les considérables progrès réalisés en Inde et en Chine. Le dernier ouvre sur « l’avenir des commodités urbaines », en réfléchissant en particulier à la manière de démultiplier à peu de frais les points d’accès.

Les toilettes publiques se révèlent être de ces objets diffractants qui permettent de tirer une multitude de fils pluridisciplinaires. Alliant lectures bibliographiques et recherches personnelles de l’auteur, riche et stimulant sur le fond, de lecture aisée et régulièrement drôle sur la forme, l’ouvrage fait en quelque sorte œuvre, comme ces aménités pour lesquelles il plaide, d’utilité publique.

Axelle Brodiez-Dolino


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (22 juin 2024). Julien Damon, Toilettes publiques. Essai sur les commodités urbaines. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vgg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search