Lars Lih, Lénine, une enquête historique. Le message des Bolchéviks.

Préface de Sébastian Budgen, traduit de l’anglais par Yohann Douet et Guillaume Fondu. Paris, Les Éditions sociales, « Les éclairées », 2024, 354 p.

Le centième anniversaire de la mort de Lénine a connu un relatif retentissement et surtout une tonalité unique depuis l’effondrement de l’URSS. La désignation d’Andreas Malm, accusé d’inspirer Les Soulèvements de la Terre, comme « le Lénine de l’écologie1 », montre un regain d’intérêt politique pour le révolutionnaire russe. Historiographiquement, on dispose d’éditions ou de rééditions récentes de biographies qui s’adressent à des publics variés et couvrent un large spectre idéologique2. Le livre de Lars Lih s’inscrit dans un genre différent, celui de l’analyse de la pensée et de l’action de Lénine. Souvent réduit à l’exégèse des œuvres du leader bolchevique, l’exercice peut virer à la démonologie ou au contraire à l’apologie3. Chercheur indépendant, en ce sens qu’il n’a pas eu de poste pérenne à l’université mais aussi qu’il ne s’identifie pas à un courant politique particulier, l’historien nord-américain propose ici au lecteur français une synthèse de ses nombreux travaux sur Lénine, dont un seul avait été traduit jusqu’ici4.

L’intention de l’auteur est claire et volontiers iconoclaste. Il détaille quatre moments clés de la carrière politique de Lénine1902, 1914, 1917 et 1920 et s’élève contre « l’interprétation courante canonique qui s’articule autour des quatre dates », présentées comme autant de « ruptures spectaculaires [qui] font de bonnes histoires » : rupture avec la pratique sociale-démocrate lors de la publication de Que faire ? ; rupture avec l’héritage de la 2e Internationale quand Lénine s’oppose à l’Union sacrée ; rupture avec la tradition bolchevique quand il envisage d’organiser une seconde révolution après la chute du tsarisme ; enfin, rupture avec les illusions du communisme de guerre quand il faut négocier la difficile sortie de la guerre civile. Lih voit au contraire « une histoire marquée par une continuité tout aussi spectaculaire » (p. 29). À chaque fois, l’historien prend des textes de Lénine (pas les plus connus), les recoupe avec d’autres sources du temps (également souvent ignorées) et confronte l’ensemble aux possibilités d’action des militants marxistes à ce moment.

Que faire ? est le plus souvent présenté comme le bréviaire de militants d’avant-garde apportant l’Idée à un prolétariat inconscient. Afin de contester ce schéma, Lih rappelle que le modèle à suivre pour les marxistes en Russie est celui de la social-démocratie allemande, qui développait son implantation dans le prolétariat grâce à des campagnes politiques portées par ses partisans. Faute de libertés politiques, les militants russes sont obligés de créer une organisation clandestine, non pour se substituer au mouvement ouvrier, mais seulement pour pallier les obstacles techniques que la répression tsariste place devant eux. Loin de signifier une méfiance envers les masses ouvrières, l’engagement de ces « révolutionnaires de métier » reflète une profonde confiance : le prolétariat deviendra une force révolutionnaire pour peu qu’il ait connaissance du message marxiste. Cette hypothèse optimiste se vérifie au-delà de tous les espoirs en 1905. Dans la période de réaction qui suit, Lénine veut conserver ce legs militant contre les « liquidateurs » du parti et la remontée de la combativité ouvrière en 1912-1913 lui donne raison.

L’analyse de l’auteur de la réaction de Lénine face au ralliement des principaux dirigeants de l’Internationale socialiste à l’Union sacrée en 1914 surprendra peut-être moins. Il souligne la fidélité de Lénine et de ses proches aux déclarations du congrès de Bâle, « qui s’engageait à l’action révolutionnaire si une guerre venait à être déclenchée » (p. 183). De là, il n’y a pas loin jusqu’à affirmer qu’il faut transformer la « guerre impérialiste » en « guerre civile ». Cette dernière expression est souvent reprochée à Lénine, qui aurait choisi une radicalisation apocalyptique en prédisant que l’ordre mondial (y compris colonial) sortirait bouleversé de l’« ère de guerres et de révolutions » qui s’ouvrait. Or, Lars Lih rappelle que Lénine reprenait non seulement l’analyse, mais même les formules d’un article de 1906 du dirigeant social-démocrate allemand Karl Kautsky. Cette référence restera explicite chez Lénine jusqu’en 1918 : loin de rompre avec la tradition sociale-démocrate, Lénine voulait la sauver.

Toujours dans la thèse de la continuité, Lih conteste que les Thèses d’avril énoncées par Lénine à son retour en Russie aient été mal reçues dans le Parti bolchevique. Les seules « personnes véritablement choquées et enragées par les “Thèses” de Lénine ont été les mencheviks et les militants SR » (p. 237), alors que les bolcheviks avaient continué sans faillir à défendre l’idée d’hégémonie du prolétariat dans la révolution, contre tout « arrangement » avec la bourgeoisie et les libéraux. Conscient du fait que son parti était encore très minoritaire dans les soviets, Lénine était même partisan d’une ligne modérée. Il prônait « la patience et la prudence » (p. 199) pour conquérir les masses plutôt que de céder à des velléités insurrectionnalistes. Exit donc l’idée qu’on trouvera aussi bien chez Trotski que chez Staline d’un nécessaire « réarmement du parti » en vue de la prise de pouvoir par les soviets, qui serait synonyme de « révolution socialiste ».

Dernier mythe auquel s’attaque l’auteur, celui de l’utopie du « communisme de guerre », qui contraste avec l’état de la Russie, ruinée et littéralement exsangue en 1920. L’optimisme bolchevique à cette époque s’explique, selon Lih, non par la perspective de réaliser l’idéal, mais par la satisfaction d’avoir sauvé l’essentiel malgré la guerre civile : un pouvoir qui s’appuie sur les classes populaires des villes et des campagnes. L’Armée rouge, avec des ouvriers devenus commissaires politiques pour encadrer et éduquer les soldats paysans, incarne ce pouvoir mais montre aussi qu’on est loin de la liberté politique revendiquée moins de vingt ans plus tôt.

Ni génie du mal déroulant imperturbablement un plan totalitaire, ni stratège omniscient maniant les forces sociales comme autant de pièces aux échecs, le Lénine de Lars Lih apparaît comme un marxiste cherchant toujours le meilleur moyen d’agir pour les militants de terrain de son parti, les praktiki (praticiens). Le récit est enlevé, il évite les tournures académiques, réalisant ainsi le tour de force de rendre accessible un travail sur l’histoire des idées politiques.

Le livre a toutefois les défauts de ses qualités. S’il refuse le jargon universitaire, Lars Lih a tendance à y substituer le sien. Est-il plus pertinent conceptuellement de parler de « message » bolchevique plutôt que de « discours » ou d’appeler les socialistes modérés des « arrangistes » plutôt que des « conciliateurs » ? Surtout, le choix de laisser certains termes en russe ruine l’effort de clarté déployé par ailleurs. On peut concéder que la konspiratsiia (respect des règles de l’action clandestine) n’est pas une « conspiration ». Mais pourquoi vlast et non « pouvoir », narod et non « peuple » ? Contrairement aux mots anglais power et people, les termes français ne sont pas équivoques.

De plus, Lars Lih laisse souvent dans l’ombre ce qui ne cadre pas avec sa thèse. Sa démonstration sur la genèse du bolchevisme serait plus convaincante si elle laissait de la place pour les mencheviks. Leur scission avec les bolcheviks en 1903 n’est même pas évoquée et ils n’apparaissent qu’en tant que « liquidateurs » potentiels du parti en 1912. Ensuite, Lih a raison d’affirmer que la volonté dе s’intituler « communiste » dès 1915 n’était pour Lénine « en aucun cas un rejet de la social-démocratie révolutionnaire, mais plutôt une tentative pour la maintenir dans sa pureté, non contaminée par les opportunistes » (p. 134). Mais peut-on ignorer ce que cette posture avait aussi de « légitimiste » tactiquement et ne pas souligner que le communisme de Lénine s’est vite différencié du socialisme d’avant-guerre, même dans sa version la plus radicale ?

Le chapitre sur l’année 1917 est sûrement le plus discutable. D’après Lih, « les spécialistes s’appui[rai]ent sur une série d’anekdotchiki – des petites anecdotes piquantes répétées à l’envi et dont l’origine se perd » (p. 230) pour arguer du clivage entre les « vieux-bolcheviks » et Lénine. L’éditorial de la Pravda du 15 mars est-il anecdotique quand il affirme qu’« À bas la guerre ! » est une « formule creuse » et que les bolcheviks doivent « faire pression » sur le Gouvernement provisoire et non le renverser ? Les sources exhumées par l’auteur pour illustrer l’intransigeance de certains bolcheviks avant le retour de Lénine montrent surtout que la ligne du parti n’était pas fixée et que l’organisation n’était pas monolithique. Alexander Rabinowitch, que Lih éreinte gratuitement, l’avait prouvé il y a plus de cinquante ans.

Ce livre ne saurait donc clore les débats sur la pensée de Lénine, mais il aura peut-être le grand mérite de les raviver. En obligeant le lecteur à se déprendre d’un héritage historiographique pesant, l’essai de Lars Lih incite à relire Lénine d’un œil neuf et à considérer que l’histoire du bolchevisme doit continuer à s’écrire.

Éric Aunoble


  1. N. Truong, « Andreas Malm, le Lénine de l’écologie », Le Monde,21 avril 2023. []
  2. N. Gourfinkel, Lénine,Marseille, Agone, 2024 [1959] ;J.-J. Marie, Lénine. La révolution permanente, Paris, Tallandier, 2023 [2011] ; S. Courtois, Lénine, l’inventeur du totalitarisme, Paris, Perrin, 2024 [2017] ; A. Sumpf, Lénine,Paris, Flammarion, 2023. []
  3. D. Colas, Le léninisme. Philosophie et sociologie politiques du léninisme, Paris, PUF, 1998[1982] ; D. Muhlmann, Lénine en son temps. Politique du moment opportun,Paris, PUF, 2022. []
  4. L. Lih, Lénine. Une biographie, Paris, Les Prairies ordinaires, 2015 [2011] []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (22 juin 2024). Lars Lih, Lénine, une enquête historique. Le message des Bolchéviks. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vh0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search