Victor Conrard, Journal d’un déporté en Algérie après le coup d’État du 2 décembre 1851.

Suivi de l’étude de Fernand Rude, « Mourir à Douéra». Les Mées, Association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines, 2024, 200 p.

Victor Conrard (1815-1878), domicilié à Foug dans la Meurthe, liquoriste de son état, a 37 ans quand il est condamné à la peine « Algérie plus ». Considéré comme un « homme dangereux, socialiste exalté », le procès-verbal des délibérations du Tribunal mixte du département de la Meurthe l’accuse notamment d’avoir injurié « publiquement M. le Président de la République ». Ces propos ainsi que sa « détestable » réputation « justifient une mesure de sévérité à laquelle sa commune applaudira ».

Il fait partie des quelque 6 200 républicains arrêtés après le coup d’État du 2 décembre 1851 et transportés dans la colonie, une moitié environ en résidence forcée (« Algérie plus »), l’autre en résidence libre (« Algérie moins »). Les premiers sont soumis au régime des pénitenciers militaires. Les seconds travaillent au défrichement des terres et à l’aménagement des villages de colonisation ; quelques-uns sont autorisés à fonder des exploitations. Certains restent, par exemple Romuald Vuillermoz, maire d’Alger à la chute de l’empire. La plupart regagnent la France après l’amnistie de 1859. Conrard, malade, est autorisé à rentrer chez lui dès 1854.

Au début de son exil, Victor Hugo recueille les paroles des transportés, libérés et évadés1. Il s’appuie notamment sur les collectes de l’ex-rédacteur en chef de La Réforme, Charles Ribeyrolles, dont l’ouvrage Les Bagnes d’Afrique. Histoire de la transportation de décembre2 est établi à partir de témoignages recueillis sur place et transmis clandestinement. Comme le souligne Louis Hincker, ces lettres de transportés sont utilisées par l’opposition républicaine pour dénoncer le régime, et les « bagnes d’Afrique » deviennent un des principaux thèmes du martyrologe républicain des années 1850-18603.

Envoyé à Douéra, dans le Sahel d’Alger, Victor Conrard témoigne de la vie de ces proscrits et du camp dont il est rapidement devenu l’écrivain public et l’« historien véridique » (p. 103 du manuscrit), qui transcrit également des lettres reçues depuis les autres camps. Onze cahiers, écrits entre juin 1852 et juillet 1853, composent son manuscrit, aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale de Lyon. Comment arrive-t-il en France ? On l’ignore. Peut-être a-t-il été rapporté par l’auteur, peut-être confisqué par un officier ? La famille qui le possède le fait connaître à l’historien Fernand Rude (1910-1990), spécialiste du mouvement ouvrier à Lyon dans le premier XIXe siècle, notamment des canuts, après s’être intéressé aux témoignages de trois transportés de 18514. Il tire de ce document exceptionnel un article, publié en 1992 à titre posthume dans Le Mouvement social5 et reproduit dans le volume édité par l’Association 1851 (https://1851.fr/association/), qui propose aux lecteurs la transcription du texte de Victor Conrard tel que Fernand Rude l’avait déjà annoté, avec de nombreuses notes supplémentaires dues à Frédéric Negrel.

L’article de Fernand Rude, placé en fin de volume, remet en contexte le propos, retrace l’histoire de Conrard, depuis le procès jusqu’à Alger en passant par Le Havre puis le transfert vers Douéra. Il précise les conditions d’écriture, ce que l’on apprend des convictions de Conrard et de ses camarades qui continuent de faire vivre l’idéal républicain, un républicanisme manifestement anticlérical mais pas antireligieux (« ce qui fait le républicain est le fond de ce qui constitue la véritable religion de Jésus-Christ », p. 69). Il est aussi question du fonctionnement du camp, de la dureté du quotidien, de la rudesse (et la mesquinerie) de l’encadrement militaire, la question des grâces qui est aussi celle de la soumission au régime…

Que peut donc apporter la lecture du témoignage de Conrard, plus de trente ans après celle de Rude, en plus des analyses sur les conditions d’enfermement que l’historien a déjà apportées ?

Les travaux des historiens du XIXe siècle ont, ces dernières années, montré un intérêt plus important qu’auparavant aux mots, symboles et gestes du politique. Conrard signale ainsi comment le citoyen Aymard, dans un autre camp, attache à l’aile d’une hirondelle la devise républicaine, puis relâche l’oiseau en chantant La Messagère des proscrits, qu’il a composée et qui, chantée plusieurs fois et reprise par ses camarades, est l’occasion d’une éphémère cérémonie républicaine (p. 122-123). Les proscrites sont également présentes dans le manuscrit, et au-delà de la plus connue, Pauline Roland, d’autres figures féminines émergent6. Conrard consacre ainsi douze pages de son journal à l’histoire de l’une d’elles, Eugénie Fournier, dont il apprend incidemment la présence à Douéra (p. 139 sq.) et dont il retrace l’engagement.

Enfermé, avec de très rares occasions de sortir – d’autant qu’il marche avec des béquilles –, Conrard témoigne avant tout des conditions matérielles, morales, sanitaires de l’emprisonnement. L’extérieur cependant entre parfois dans ses pages. De sa prison, il voit la petite ville de Douéra, qui compte quelques années d’existence, avec sa place, son église mais aussi son café maure qui propose, lui a-t-on dit, « d’excellent café à un sou la tasse » (p. 27). Il mentionne aussi les cultures – céréales, tabac, vignes, olivier –, ce qu’il y aurait à développer de manière utile – le mûrier et l’aloès (p. 75-76). L’histoire des débuts de la colonisation passe aussi par les échos qu’il reçoit des engagements – et des défaites – de l’armée française contre les Kabyles, soulignant par exemple les talents de chef de guerre de « Bobalagh » contre lequel on mène, « si ce que des soldats […] ont dit est vrai », une « véritable guerre de sauvages » (p. 97). Il mentionne également les Arabes, ceux qui viennent vendre du sucre ou des figues de Barbarie (p. 19, 116), ceux qui, avec leurs magnifiques montures, se rendent à Alger assister à la course des chevaux7. Il mentionne leur chef, décoré par les Français, qui a le titre de « grand caïd » (p. 115). Il raconte aussi la faveur relative que les prisonniers ont chez les Arabes qui les qualifient, du moins dans les mots rapportés par Conrard, de « soldad libertad », trace peut-être de la lingua franca utilisée pour communiquer. Certains hommes du camp se rendent chez les Ouled Mand, dont le « caïd parle très bien français » et trinquent « avec ce breuvage peu enivrant » qu’est le lait (p. 24) ; plusieurs transportés travaillent au bureau du conducteur des ponts et chaussées où tous les jours plus de cinquante Arabes viendraient « pour leur serrer la main » (p. 76). L’un d’eux, Ben Couidah, connu sous le nom de Citoyen, se dit républicain (p. 116).

L’Algérie entre aussi dans le quotidien de Conrard par sa flore – « je viens de voir une fleur qu’un de nos compagnons a cueillie dans les champs. Cette fleur [une passiflore] est magnifique » (p. 17) – et surtout par sa faune : « Oh, le délicieux pays que celui où il pousse dru des hyènes, des panthères, des lions et des chacals » (p. 74) ; par deux fois il mentionne une panthère tuée (p. 62, 113) ; il s’intéresse particulièrement aux chacals (p. 100), note la beauté des moutons, des mérinos lui semble-t-il, observe les caméléons dans les arbres (p. 81) ou un tarente « qu’on dit très dangereux » (p. 86).

Louis Hincker constate que, sous la plume des transportés politique de 1848, les quelques descriptions de l’Algérie étaient, à quelques exceptions près, « rares, succinctes, attendues, ou, pour ainsi dire, sans grand intérêt8 ». Le but de Conrard n’est certes pas de livrer une description de l’Algérie, mais ce journal, au-delà d’un témoignage sur la partie algérienne du dispositif répressif français9 – ce qu’il est avant tout – capte également un moment de la colonisation en train de se faire.

Claire Fredj


  1. V. Hugo, Histoire d’un crime. Déposition d’un témoin, Paris, Calmann Lévy, 1877. []
  2. En 1853, un premier texte de 10 pages paraît sous ce titre à Jersey, puis un autre, de 253 pages à Londres. []
  3. L. Hincker, « Archive d’une “Afrique fantôme” », L’Homme, n° 195-196, 2010, p. 307-332. []
  4. Bagnes d’Afrique : trois transportés en Algérie après le coup d’État du 2 décembre 1851 (Pauline Roland, Arthur Ranc et Gaspard Léonce Rouffet), textes établis et présentés par Fernand Rude, Paris, François Maspero, 1981. []
  5. F. Rude, « Mourir à Douéra », Le Mouvement Social, n° 161, 1992, p. 7-24. []
  6. Voir notamment l’article de R. Blin-Mioch, « Des femmes contre le coup d’État de décembre 1851 », https://www.etudesheraultaises.fr/publi/des-femmes-contre-le-coup-detat-de-decembre-1851/. []
  7. Voir P. Dine, « Nation et narration dans la diffusion sportive : l’exemple des courses de chevaux dans l’Algérie coloniale », Ethnologie française, vol. 41, n° 4, 2011, p. 625-632. []
  8. L. Hincker, « Archive d’une “Afrique fantôme” », art. cité. []
  9. Sur cette question, voir D. Kalifa, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009 ; N. Biskri, « Un établissement pénitentiaire singulier dans “l’archipel punitif” de l’armée française en Algérie : l’établissement des fers de Douera puis de Bône (1855-1858) », L’Année du Maghreb, n° 20, 2019, p. 35-57. Voir aussi comment la France joue le même rôle pour les Algériens : S. Thénault, « Une circulation transméditerranéenne forcée : l’internement d’Algériens en France au XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], « Justice et détention politique », mis en ligne le 6 février 2015. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (22 juin 2024). Victor Conrard, Journal d’un déporté en Algérie après le coup d’État du 2 décembre 1851. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vh1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search