Laurent Douzou, Le moment Daniel Cordier. Comment écrire l’histoire de la Résistance.

Paris, CNRS Éditions, 2021, 200 p.

Le 9 juin 1983, Daniel Cordier donnait une conférence sur « Jean Moulin et la genèse du CNR » dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, en présence de nombreux résistants de premier plan. La conférence eut lieu le matin et fut suivie par un débat l’après-midi. Cette journée, qui avait un caractère exceptionnel, était publiée peu après par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). Celui-ci était à l’origine de cet événement qui, en confrontant histoire et mémoire au plus haut niveau, fut présenté comme un « tournant » dans l’historiographie de la Résistance intérieure. C’est ce que discute et relativise Laurent Douzou, à qui l’éditeur a demandé de présenter cette réédition. Douzou est certainement le meilleur analyste d’une histoire – celle de la Résistance – qu’il a qualifiée de « périlleuse ». Périlleuse, je ne sais, mais assurément encombrée d’idées reçues, comme son objet même. En tout cas, cela ne trouble pas l’analyse de Laurent Douzou, qui restitue le « moment Cordier » dans son contexte avec beaucoup de subtilité et le replace dans une histoire longue de la construction historiographique de la Résistance. C’est cette connaissance qui lui permet de prendre le recul indispensable pour dénouer les enjeux de la réunion du 9 juin.

Ce jour-là, Daniel Cordier donnait pour la première fois les résultats d’une recherche commencée quelques années auparavant, depuis qu’Henri Frenay, le chef du mouvement Combat, le principal dirigeant de la Résistance intérieure, avait présenté Jean Moulin, dont Cordier avait été le secrétaire, comme un « crypto-communiste ». Dans la conférence, Cordier n’abordait pas de front cette polémique, mais elle était sous-jacente. Grâce aux archives qu’il conservait (et dont les historiens n’avaient pu disposer, ce que ne manque pas de souligner Douzou), il reconstituait avec précision les initiatives qui avaient abouti à la mise sur pied du Conseil national de la Résistance (CNR) par Jean Moulin. Son apport portait sur cette élaboration, sur la place que des socialistes avaient occupée dans les étapes qui ont conduit au CNR, sur le rôle de Moulin et sur la teneur, sinon l’âpreté, des débats que cette initiative avait suscités. Il restituait ce qu’étaient la Résistance à son plus haut niveau et le cheminement difficile d’une unité qui, sans être de façade, n’en connaissait pas moins affrontements, rivalités et coups tordus. C’est ce que ses travaux ultérieurs – surtout La République des catacombes – ont confirmé. Mais, comme le laisse entendre le titre qui a été donné à la réédition de cette conférence, son intérêt ne se limite pas à la contribution que Daniel Cordier apportait à l’histoire de la Résistance. Il était aussi dans les remous que cette conférence allait susciter le jour même et plus encore par la suite, lorsqu’elle sera prolongée par les premiers tomes de la biographie de Jean Moulin à laquelle Cordier se consacrait. Les divisions qui opposaient Cordier aux amis d’Henri Frenay (qui, lui-même, avait refusé d’assister à une conférence dont il ne connaissait pas la teneur et à laquelle il lui aurait été donc difficile de répondre sur le moment) et aux chefs de la Résistance, pour qui il n’était qu’un « second rôle », étaient révélées au grand jour. La querelle renvoyait aux rudes débats qui avaient opposé le représentant du général de Gaulle en France au chef du mouvement Combat, la principale organisation clandestine, sur fond de conflit de légitimité, d’ambitions réelles ou supposées, de réponses à apporter aux urgences du moment (financement de la Résistance, encadrement des maquis, orientation de l’action, préparation de la Libération attendue dans le courant de 1943).

Cependant, c’est le débat historiographique que Cordier lançait qui constitue le principal intérêt de cette réédition. En opposant sources écrites et témoignages, il renversait ainsi ce qui était communément admis, à savoir que, faute de documents – la Résistance étant censée n’en avoir que peu produits et en avoir encore moins conservés –, ceux-ci étaient à la base de la connaissance de la clandestinité. Selon lui, les premières existaient bel et bien et c’était elles seules qui permettaient de faire une histoire vraie de la clandestinité. C’est grâce à elles que Cordier pouvait solidement contester la présentation que Frenay faisait de Jean Moulin.

Ce débat, sources écrites contre témoignages, semblait d’un autre temps, à nous, jeunes historiens qui le regardions avec étonnement. Des archives, nous savions évidemment qu’il y en avait. Henri Michel et son Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale en avaient publiés, les travaux plus récents de Dominique Veillon, Renée Bédarida, Pierre Laborie, Jacqueline Sainclivier, François Marcot s’appuyaient largement sur les sources policières et administratives qui s’ouvraient alors. En même temps, la plupart de ces chercheurs qui gravitaient désormais autour de l’IHTP avaient été formés à l’« histoire orale » et ne rejetaient certainement pas la parole des acteurs, même s’ils apprenaient à en faire un usage moins naïf en s’orientant vers une histoire des représentations et de la mémoire. Aussi, opposer documents écrits et témoignages, proclamer la supériorité de l’écrit sur l’oral, du papier sur la mémoire comme le faisait Cordier, leur paraissait un débat quelque peu dépassé, qu’ils regardaient avec curiosité et pas mal de recul, s’étonnant qu’il soit sur ce point adoubé par des historiens de renom. Sa position, qui nous apparaissait comme une régression vers une histoire positiviste déconnectée de la réflexion historiographique, était si tranchée qu’il allait jusqu’à déclarer que sa mémoire était aussi sujette à caution que celle de ses contempteurs et qu’il allait le démontrer en la confrontant un jour avec les documents qu’il avait conservés. Nous attendions cette publication, qui ne vint pas.

La polémique était relancée par les premiers volumes de sa biographie de Jean Moulin (publiés par Jean-Claude Lattès à partir de 1989), où il reproduisait le texte fondateur du Mouvement de libération nationale (futur mouvement Combat), dont les amis de Frenay, alors décédé, contestaient la véracité, alors que Frenay lui-même dans ses souvenirs1 citait ce document dont il ne conservait pas d’exemplaire, sans cacher la référence qu’il y faisait au maréchal Pétain. Sur ce point comme sur d’autres, Cordier avait raison. Continuant sur sa lancée, il participait à l’affligeante table ronde du 16 mai 1997 au journal Libération, dans laquelle Lucie et Raymond Aubrac furent mis sur la sellette, une partie des historiens présents paraissant cautionner sa croisade contre le témoignage. Nous avions alors réagi à ce qui nous paraissait donner une « déplorable leçon d’histoire » tant elle était à rebours du respect élémentaire de la « vérité » des acteurs, étant bien entendu que cette « vérité »-là était la leur, tandis qu’elle était pour nous une narration qu’il fallait décrypter, mettre en relation avec le cadre mémoriel, éventuellement conflictuel, dont elle pouvait être le reflet. C’était à croire que Cordier avait voulu jeter le doute sur un couple devenu emblématique et, sous couvert d’histoire, régler un vieux compte entre résistants de l’intérieur et représentants de la France libre. C’est aussi ce que l’on pouvait ressentir à la lecture des souvenirs qu’il finit par publier sous le titre d’Alias Caracalla2. Loin de la confrontation entre témoignages et documents qu’il avait promis, il fit là le contraire de ce qu’il avait annoncé, allant même jusqu’à reconstituer des dialogues et, donc, à s’appuyer essentiellement sur ce qu’il avait gardé en mémoire, ou plutôt ce qu’il laissait croire comme ayant gardé. Et il continua ainsi dans les livres d’entretien qu’il donna par la suite, devenu désormais un témoin que plus grand monde ne pouvait contester. Laurent Douzou, qui montre avec justesse ce glissement, ne va guère au-delà de la table ronde de 1997. Il reconnaît à juste titre que Daniel Cordier a apporté des éclairages majeurs sur les débats qui ont agité la Résistance intérieure à son sommet et sur les problèmes que Jean Moulin a dû affronter, mais, en matière de positionnement historiographique, il préfère comme nous l’exemplaire rigueur d’un Jean-Louis Crémieux-Brilhac qui a su dans son œuvre concilier la distance de l’historien et l’engagement du combattant qu’il avait été.

Cette mise en perspective de la conférence de 1983 et de ses suites remet à sa juste place l’apport incontestable de Daniel Cordier, prenant quelque distance avec sa sacralisation par les historiens qui en ont fait un des leurs et, plus largement, par les médias à leur suite, les uns et les autres impressionnés – et on le serait à moins – par son parcours. La conclusion est sans appel : Daniel Cordier « n’a pas révolutionné l’histoire » de la Résistance. Sur ce plan, le vrai tournant, pour Douzou, c’est celui que lui a fait prendre la série de colloques sur « La Résistance et les Français », tenus entre 1993 et 1997 et dont l’un des aboutissements a été le Dictionnaire historique de la Résistance3. En l’intégrant dans le tissu social et dans le processus qui allait entraîner de larges pans de la société dans la dissidence, ces travaux en restituaient la complexité et la diversité, loin des idées reçues – et toujours dominantes – d’une Résistance de purs héros, isolés au milieu d’un pays veule, soumis et versatile.

Jean-Marie Guillon


  1. H. Frenay, La nuit finira. Mémoires de Résistance, 1940-1945, Paris, Robert Laffont, 1973. []
  2. D. Cordier, Alias Caracalla. Mémoires 1940-1943, Paris, Gallimard, 2009. []
  3. F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2021 [2006]. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (29 juin 2024). Laurent Douzou, Le moment Daniel Cordier. Comment écrire l’histoire de la Résistance. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wmk


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search