Philippe Artières et Franck Veyron (dir.), Ripostes. Archives de luttes et d’actions, 1970-1974.

Paris, CNRS Éditions, 2023, 272 p. Postface de Tiphaine Samoyault

Ripostes nous plonge au tout début des années 1970 dans la réalité d’une époque : celle des luttes qui lui ont donné son aura particulière. Souvent dénigrée, elle trouve ici une reconnaissance historique bienvenue. Catalogue de l’exposition du même nom qui s’est tenue à La contemporaine, le livre présente une abondance d’affiches, de journaux, de tracts qui en sont issus, accompagnés de réflexions qu’ils inspirent aujourd’hui.

Au lecteur familier des années 1970, comme l’est l’autrice de cette recension, Ripostes évoque des événements dont les noms et les dates sont restés en mémoire : l’assassinat du jeune militant Pierre Overney devant l’usine Renault à Billancourt, la lutte des paysans du Larzac contre un camp militaire, la naissance du journal Libération, les mobilisations pour le droit à l’avortement… Le livre redonne aussi vie à des organisations (la Gauche prolétarienne, Vive la révolution…), des journaux (La Cause du peuple, Rouge…), au soutien d’intellectuels (Sartre, Foucault, Deleuze…) qui ont été emblématiques. Dirigé par Philippe Artières, historien, directeur de recherche au CNRS, et Franck Veyron, responsable du département des archives à La contemporaine, il ne prétend parler ni de toutes les organisations ni de toutes les luttes. Mais le foisonnement d’archives éclaire par lui-même la multiplicité et la diversité des causes pour lesquelles des militants se lancent dans l’action : manifestations contre la dictature de Franco en Espagne, pour les Palestiniens, diffusion de textes interdits en Union soviétique… Le premier intérêt est donc de restituer aux années qui suivent le grand mouvement de 1968 leurs dimensions combatives, subversives et non simplement de libération ou de jouissance qui en sont souvent seules retenues. Le livre en assure ainsi la transmission aux plus jeunes.

Cette orientation s’inscrit dans une temporalité courte : 1970-1974. Correspondant à la présidence de Georges Pompidou, elle prend surtout sens par ses bornes : de la « loi anti-casseurs » du ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin à la fin de la Gauche prolétarienne. Mais de nombreux documents, antérieurs ou sans dates précises, tels le portrait de Mao Tsé Toung ou une affiche chinoise de soutien aux combattants vietnamiens, rappellent heureusement combien ces années participent de la large temporalité du « moment 681 ». Pour justifier 1974, est aussi évoquée l’évolution des actions, alors que s’éloigne la perspective d’une révolution et qu’émergent de nouveaux questionnements, comme ceux initiés par la publication en 1973 de L’Archipel du goulag d’Alexandre Soljenitsyne. 1974 est en effet une année charnière, ou du moins de transition, « où certaines idées, certains types d’actes deviennent envisageables, pensables, alors que d’autres cessent de l’être2 ». Les précisions de dates, fonds nominatifs, lieux de diffusion pour les tracts, et cotes, rassemblées à la fin de l’ouvrage, constituent une base précieuse pour d’autres recherches. Une liste des noms d’organisations et de journaux ainsi qu’une chronologie des principaux faits cités auraient été des compléments utiles.

La violence constitue le fil directeur du livre, comme l’atteste l’article initial de Michel de Certeau, « Le langage de la violence », publié en 1973. Regroupées sous le titre Ripostes, les diverses « luttes et actions » prennent ainsi un sens politique. Elles répondent à un contexte de violences, que les documents et les articles qui les accompagnent illustrent : celles des États qui répriment, emprisonnent, peuvent devenir des dictatures comme en Grèce ou au Chili, celles des usines qui exploitent et licencient, celles des mouvements d’extrême droite. Six chapitres thématiques – Informer, Soutenir, Dénoncer, Désobéir, Riposter et Débattre – déclinent les différentes formes prises par ces réponses à de nouveaux enjeux.

Ces ripostes sont explicitées et contextualisées par des contributions pour la plupart d’historiens et d’historiennes ou de politologues, assurant ainsi une solide mise à distance. Le choix des documents qu’ils présentent assure un « élargissement » du champ, au double sens d’extension et de libération (p. 257). La séquestration du patron organisée par les ouvrières de l’usine Burton montre à la fois la diffusion d’un mode d’action et l’importance des enquêtes que documentent avec soin Les Cahiers de mai. L’analyse de la naissance d’un syndicalisme politique singulier en Guadeloupe met en lumière la capacité des travailleurs agricoles de la canne à sucre à mobiliser largement tout en imposant une grève longue, et leur contribution à la résurgence d’un mouvement indépendantiste. Des « illégalismes » (p. 49) sont aussi sortis de l’oubli, telle « l’authentique violence des pacifiques » (p. 177) qui appellent à refuser de payer à l’État une partie de l’impôt et à l’envoyer en soutien aux paysans du Larzac. La contribution sur l’insoumission des jeunes qui refusent de faire leur service militaire, au prix d’emprisonnements, rappelle avec force le poids et la violence coercitive de l’institution militaire. L’analyse d’un fusil américain promu par la revue tiers-mondiste Tricontinental démonte avec humour l’appel qui l’accompagne (« Sachez vous en servir », p. 193) en en révélant la mythologie et les limites techniques.

La mise en perspective des formes prises par cette violence en France avec celles ayant existé en Italie ou en Allemagne, tels les enlèvements ou les meurtres, montre la diversité des contextes et des actions qui visent à les changer. Elle ouvre ainsi la réflexion sur les controverses qui ont secoué les organisations, dont témoignent des journaux et des tracts, tels le « tribunal populaire » (p. 135) de Bruay en Artois ou le bref enlèvement d’un cadre de Renault. Les analyses des références à la Commune de Paris comme insurrection et pouvoir populaire, des schèmes emblématiques de la résistance au fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale, actualisés dans la « Nouvelle résistance populaire » et les « Nouveaux partisans » (p. 229), montrent comment leur réinterprétation a servi à donner sens et légitimité aux ripostes.

Ripostes invite à interroger notre présent, à comprendre ce que ce passé dit des répressions et des luttes d’aujourd’hui. En mettant en évidence les transversalités et les circulations de thèmes et de modes d’action entre pays, il suggère l’existence d’un imaginaire de « convergence des luttes », tout en en soulignant la spécificité. Les mobilisations contre le racisme, contre « la fascisation », contre les exactions policières, pour la justice, pour l’établissement de la vérité des faits suggèrent des continuités avec aujourd’hui et des réinterprétations. Notre présent donne à cette plongée dans le passé une actualité riche en échos, questionnements et pistes de recherche.

Hélène Hatzfeld


  1. M. Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Éditions du Seuil, 2008. []
  2. M. Fontaine, Fin d’un monde ouvrier. Liévin 1974, Paris, Éditions de l’EHESS, 2014, p. 18.Elle se réfère àJ. Julliard, « Sur la causalité dans l’histoire des idées », Mil Neuf Cent, n° 19, 2001, p. 5-18. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (3 juillet 2024). Philippe Artières et Franck Veyron (dir.), Ripostes. Archives de luttes et d’actions, 1970-1974. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11xo4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search