L’édition des Œuvres de Jean Jaurès

par Gilles Candar

L’édition des Œuvres de Jean Jaurès correspond à un projet… ancien ! De son vivant, en dehors des parutions liées à la bataille politique quotidienne, deux tentatives notables eurent lieu. Charles Péguy d’abord conçut la publication d’une série de volumes qui s’arrêta au premier : Action socialiste (Le socialisme et l’enseignementLe socialisme et les peuples) chez Georges Bellais 1899). Edmond Claris donna en 1904 chez Cornély un tome resté lui aussi unique de Discours parlementaires (1885-1893). Après la mort du tribun, la Société des amis de Jean Jaurès, constituée en 1916 et présidée par son collègue et ami le professeur Lucien Lévy-Bruhl, annonça l’édition des Œuvres dont la préparation technique fut confiée au secrétaire de l’association, le journaliste Camille Lemercier. Un comité de publication avec Aulard, Blum, Herr, Moutet, Renaudel et Thomas devait chapeauter son travail. Un premier texte parut dans la revue L’Avenir.

L’Armée nouvelle, éd. originale de 1911 (Gallica)

L’entreprise dépendait beaucoup des conditions de vie du parti socialiste après la fin de la guerre. L’Humanité avait repris les droits de la maison Rouff, l’éditeur de l’Histoire socialiste et de L’Armée nouvelle. La séparation intervenue au congrès de Tours fit que la réédition de l’Histoire socialiste de la Révolution française assurée par Albert Mathiez parut à la librairie de l’Humanité en 1922-1924 dans la mouvance communiste. La Ligue des droits de l’homme aurait souhaité une publication intégrale des écrits et discours de Jaurès en 1924, au moment de la victoire du Cartel des gauches et de la panthéonisation de Jaurès, mais ce projet certainement démesuré fut vite abandonné. Du côté socialiste, il fallut attendre 1929 pour qu’un nouveau projet d’édition vit le jour avec un comité national et international de patronage et le soutien de la Banque coopérative. Une vingtaine de volumes était prévue chez Rieder sous la direction de Max Bonnafous, maître de conférences en sciences sociales à l’université de Bordeaux. Neuf furent publiés à partir de 1931 et jusqu’en 1939. La guerre interrompit l’entreprise, entravée par les nouveaux remous du socialisme français, Bonnafous participant à la tentative des néo-socialistes de construction d’un nouveau parti. Devenu ministre de Vichy, Max Bonnafous ne fut évidemment pas en état de reprendre la publication après 1945. Ses dossiers auraient en outre été perdus.

La Société d’études jaurésiennes fondée à la fin 1959 par le professeur Ernest Labrousse avec des appuis divers au sein de la gauche mais sur une base davantage scientifique et universitaire reprit naturellement à son compte l’ambition de publication. Un groupe de travail fut mis en place, animé par Madeleine Rebérioux, qui aboutit à la proposition de dix-huit volumes. Il fut fort difficile de trouver un éditeur et de passer des intentions aux actes. Passons sur diverses solutions finalement inabouties pour des raisons diverses, c’est Fayard finalement par l’entremise de Denis Maraval et avec l’accord de Claude Durand qui accepta de se lancer dans l’aventure.

Celle-ci commença en 2000 avec la publication des deux premiers volumes, le tome 3, Philosopher à trente ans (les thèses et autres textes) et le tome 16 Critique littéraire et critique d’art. En 2001 parurent les deux forts volumes de L’affaire Dreyfus (t. 6 et 7). Un temps gênée par les difficultés de santé de Madeleine Rebérioux, disparue au début de février 2005, l’édition a repris en 2009 et tient depuis le rythme d’un volume par an. Le financement de l’important travail préparatoire (repérage et saisie des textes) a constitué un obstacle de taille. L’édition bénéficie depuis le début de l’appui constamment renouvelé du Centre National du Livre, mais le fort soutien complémentaire de la Fondation Jean-Jaurès à partir de 2012 en assure la pérennité. Onze volumes ont donc paru à ce jour et la publication des six derniers doit intervenir d’ici 2022. Le tome 18 initialement prévu pour les tables, la bibliographie et les index a dû être abandonné pour l’édition papier et renverra selon toutes probabilités à une édition informatique sur le site de la Société.

Fin 2016 la publication du Bloc des gauches (1902-1904) permet de clore un ensemble des années centrales de Jaurès avec Défense républicaine et participation ministérielle (1899-1902), Laïcité et unité (1904-1905) alors qu’ont paru en 2009 Les années de jeunesse (1859-1889) et en 2011 Le passage au socialisme (1889-1893). Les tomes 13 (L’Armée nouvelle) et 17 (Le pluralisme culturel) ont été publiés en 2012 et 2014.

Le plan suivi est donc à dominante chronologique avec quelques volumes thématiques. De même, à l’intérieur de chaque volume, un plan thématique regroupe des articles ensuite publiés de manière chronologique. Un solide apparat critique (introduction, annotation, bibliographies, index) est élaboré par les différents chercheurs chargés de la publication, la première à pouvoir être pleinement qualifiée d’édition critique et scientifique. Outre Madeleine Rebérioux et Gilles Candar, coordinateurs initiaux, l’édition bénéficia du concours d’Annick Wajngart-Taburet, Eric Cahm, Maurice Agulhon, Jean-François Chanet, Jacqueline Lalouette, Vincent Duclert, Rémi Fabre, Jean-Jacques Becker, Michel Launay, Françoise Laurent-Prigent, Camille Grousselas, Jean-Numa Ducange et Marion Fontaine que vont bientôt rejoindre au moins Alain Boscus, chargé des années 1893-1897 (Le militant ouvrier et Le socialisme en débat), et Emmanuel Jousse associé à Jean-François Chanet pour la période 1907-1910.

Blog des gauches, dernier volume paru à ce jour

Le volume récemment paru, Bloc des gauches, comprend aussi bien des textes considérés comme des grands classiques, mais édités ici avec la précision critique nécessaire : le discours à la jeunesse, le discours de relance de l’affaire Dreyfus, ceux du congrès d’Amsterdam ou la préface aux discours parlementaires, Le socialisme et le radicalisme en 1885, que des articles beaucoup moins connus de La Petite République ou La Dépêche ainsi que des éléments de correspondance (lettre à Albert Thomas). Il est difficile de savoir à quel pourcentage du corpus d’ensemble des écrits et discours conservés de Jaurès correspond la masse publiée. Pas plus du cinquième assurément, mais d’une part il était absolument nécessaire de ne pas tout reprendre d’une publication journalistique, dont certains aspects peuvent malgré tout apparaître répétitifs, ou devenir obsolètes aux yeux du non spécialiste. Chaque volume comprenant la liste exhaustive et détaillée des écrits connus de Jaurès pendant la période concernée permet de retrouver aisément les textes utiles à la recherche qui ne sont pas repris en volume. À terme, un corpus Jaurès réalisé avec l’aide de la Fondation Jean-Jaurès sur la suggestion de Vincent Duclert rendra lisible et aisément accessible la totalité de l’œuvre jaurésienne. Auparavant, les dix-sept volumes de l’édition définitive, ainsi que les autres travaux et publications, tant de la Société d’études jaurésiennes, des Cahiers Jaurès, que d’autres chercheurs indépendants ou parfois critiques, auront fourni au grand public comme au monde de la recherche les moyens de saisir ou d’approcher la pensée et l’action du « continent Jaurès ». D’ores et déjà peut se vérifier leur rôle social et intellectuel, revendiqué ou non. Les volumes parus assurent une base solide aux diverses études biographiques parues ou envisagées, et pas seulement celle publiée par Gilles Candar et Vincent Duclert chez Fayard (2014), à des études plus spécifiques ou au contraire d’histoires politiques, sociales ou culturelles plus générales, y compris de manière critique, à des citations de presse ou reprises diverses dans le débat civique sous diverses formes. Outre le site de la Société d’études jaurésiennes, doivent au moins être signalés celui de l’association des amis de Jaurès à Toulouse fondée par Jean-Jacques Rouch et que préside désormais Rémy Pech, ainsi que celui très militant animé par Jérôme Pélissier.

L’édition des Œuvres de Jean Jaurès chez Fayard a suscité, provoqué ou accompagné d’autres projets importants de publication jaurésienne qui s’avèrent complémentaires. Outre l’édition critique et parfois adverse d’Œuvres philosophiques réalisée par Jordi Blanc chez Vent Terral (Valence d’Albigeois, depuis 2005 trois tomes parus sur cinq prévus), il faut surtout remarquer l’édition intégrale (à peu d’exceptions près) des articles de Jaurès parus dans La Dépêche de 1887 à 1914, dirigée par Rémy Pech et Rémy Cazals, avec Jean Faury, Alain Boscus, Jean Sagnes et Georges Mailhos (Privat/La Dépêche, 2009) et enfin la très belle réédition par Michel Biard et Jean-Numa Ducange de l’Histoire socialiste de la Révolution française (édition Soboul, 1968-1973, avec une illustration revue et de nouvelles annexes) aux Éditions sociales (4 vol., 2014-2015).


Crédit image de une : Jean Jaurès à une manifestation pour la paix à Stuttgart en 1907 (domaine public via Wikimedia Commons)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *