Enquêter sur la bienfaisance | Compte rendu des journées d’études

par Myriam Catusse et Antoine Perrier

Les 11 et 12 décembre se sont tenues à l’IREMAM (MMSH, Aix-en-Provence), des journées d’études qu’avait annoncé le Carnet du Mouvement Social : Enquêter sur la bienfaisance : approches comparatives des pratiques du bien, organisées par Laura Ruiz de Elvira (IRD, Ceped) et Sahar Aurore Saeidnia (Gerda Henkel-IREMAM/IRIS). En mettant le projecteur sur les politiques de la bienfaisance et ses réactualisations dans les désillusions de la mondialisation (Stiglitz, 2002), il s’agissait de comparer des dispositifs et pratiques collectives d’aide sociale, vis-à-vis des « pauvres », des « faibles », des « indigents », mais aussi des « réfugiés » ou des « sans domiciles fixes ». Tout l’enjeu de cette rencontre résolument pluridisciplinaire était de détricoter les représentations entourant ces pratiques, qui ne se réduisent pas à leurs charges morales ou à des ressorts religieux, pour questionner leurs effets sociaux et politiques, que Blandine Destremau synthétisait ainsi en fin de discussion :  la construction historique d’un partage des tâches entre administration publique des politiques sociales et initiatives privées avec leurs économies respectives et parfois complémentaires ; la mise au jour et l’invisibilisation d’inégalités ; la définition contestée de ce qui relève ou non d’un bien commun ; la construction de rapports de domination dans les relations complexes entre bienfaiteur, bénéficiaire et autorités (qu’elles soient politiques, morales, religieuses, fiscales, etc.). La bienfaisance est alors apparue fondée non seulement en morale mais également en politique et en société.

La quinzaine de contributions présentaient l’intérêt de porter sur plusieurs époques et lieux. Celles d’Antoine Perrier sur l’administration des awqâf (biens de mains mortes voués à des fondations pieuses) tunisiens  de la monarchie beylicale sous le protectorat français, de Michaël Girardin sur les dispositifs de charité obligatoire en Judée romaine (1er siècle av. J.-C. – IVe siècle apr. J.-C.) et d’Annalaura Turiano sur l’histoire au XXe siècle d’une association philanthropique de femmes égyptiennes, offrirent notamment l’occasion de situer la réflexion dans une perspective historique, hors d’une injonction présentiste. Elles ont invité, s’il en était besoin, à penser les pratiques du bien dans leurs histoires propres et à partir de sources variées, y compris administratives et normatives. C’est bien la perspective adoptée également par les autres études, plus contemporaines, portant sur des initiatives humanitaires (le Secours islamique France pour Lucas Faure, des œuvres humanitaires catholiques pour Jobert Nathan) ou sur le développement d’un secteur caritatif islamique dans la Tunisie post-révolutionnaire sur lequel enquête Ester Sigillo. Ces pratiques se réinventent comme le montrent les activités de l’aide alimentaire (qu’observent Sylvain Bordiec dans le Médoc rural et Agnès Aubry, qui suit la trajectoire des acteurs d’une association caritative de Suisse romande), les maraudes étudiées à Paris par Erwin Flaureau ou le secours aux « réfugiés » (dans le cas de l’étude de l’hospitalité vis-à-vis des réfugiés syriens dans des quartiers populaires libanais que propose Leïla Drif ou  celle de l’assistance aux demandeurs d’asile en Angleterre pour Pierre Monforte et Estelle D’Halluin). Enfin, les propositions d’Anne Monier sur la philanthropie culturelle américaine en France et de  Leila Koochakzadeh sur la création d’écoles en Iran ont engagé à élargir encore l’éventail des pratiques du bien, pour en questionner les formes et étudier les acteurs. Au final, les terrains abordés dans les mondes européens, américains, proche-orientaux ou maghrébins, mais encore catholiques, protestants, chiites ou sunnites, se sont avérés de stimulants points de comparaisons et circulation des hypothèses.

Le nombre de propositions reçues par les organisatrices de ces journées, tout comme la proportion de jeunes chercheurs engagés dans ces enquêtes, attestent d’un regain d’attention bienvenu, qui lui-même mérite d’être interrogé : effet de terrain suscité par une inflation de ces pratiques ou renouvellement des grilles d’analyse des politiques sociales qui avaient peut-être trop rigidement séparé l’étude des États sociaux en action (le Welfare, l’État providence et leurs avatars et trajectoires) de l’étude de pratiques du bien. En réalité, celles-ci ne sont pas résiduelles mais, comme le montrent ces contributions, intimement inscrites dans des dispositifs de gouvernement qui tentent de contenir les débordements du social ou de prendre en charge les malheurs sociaux.

 La discussion s’est organisée en trois temps :

Comme l’indique l’inventaire des contributions, les cas discutés dans ces journées posent d’abord la question de leur comparabilité. Loin d’objectiver la notion de « bienfaisance », L. Ruiz de Elvira et S. A. Saeidnia en proposèrent au contraire une définition ouverte, issue de leurs propres traductions vers le français du langage des acteurs qu’elles rencontrent sur leurs terrains respectifs (‘amal al-khayr / khayriyya en Syrie et kheyrieh en Iran).  Le premier moment de la discussion (« les mots, les représentations, et les contours des pratiques du bien ») a néanmoins amené les participants à questionner les lexiques et ce qu’ils disent des enjeux soulevés sur ces terrains. « Solidarité », « humanitaire », « charité », « secours », « aide », « philanthropie », les principales catégories utilisées par les acteurs rencontrés dans le cadre de ces enquêtes, forgent, dans leurs usages et leurs représentations, des statuts, des responsabilités obéissant à des formes d’éthique et de morale qui ne sont pas interchangeables. Elles servent d’ailleurs souvent à se différencier les unes des autres, dans le cadre de la construction de hiérarchies et de rôles sociaux – de notabilités mais aussi, de distinctions de genre, ou encore d’ethnicisation des rapports sociaux  –, de normes politiques et sociales et d’une économie du don et de la redistribution, parfois encouragée par des dispositifs (para)fiscaux que Paul Veyne (1976) engageait à étudier dans leurs contextes et formes singulières plutôt que comme des pratiques a-historiques. En particulier, l’origine religieuse des pratiques du bien assimilées à un commandement de la piété peut être discutée ou, du moins, remise en perspective. Dans ces cas précis, les actions de bienfaisance peuvent être motivées par l’espoir d’une récompense céleste et le commandement d’un dogme, elles sont à ce titre encadrées par une institution religieuse. Mais il reste que ces pratiques s’inscrivent dans des dispositifs de légitimation et d’action qui excèdent le seul champ religieux et peuvent se combiner avec la construction d’une administration publique d’assistance, de protection sociale ou de contrôle des populations.

Le second temps de discussion était consacré aux « acteurs, pratiques et logiques relationnelles des mondes de la bienfaisance ». La proposition des organisatrices était d’analyser ces pratiques concrètes au prisme des échanges entre les multiples acteurs qui s’y consacrent et des relations de pouvoir qui l’organisent. Il s’agissait de comparer les usages, investissements et appropriations que les acteurs – en particulier les bénéficiaires – font de ces dispositifs, mais encore de comprendre comment ces dispositifs sont modelés et contestés en pratique. La discussion s’est notamment concentrée sur la fabrique catégorielle des pratiques du bien, sur l’espace de conflictualité et de négociations qu’elles tissent notamment par le biais des biens qui s’échangent inégalement, et finalement sur l’ordre clientélaire qu’elles peuvent instituer. Si les acteurs investis mènent pour certains des carrières morales (au sens de Erving Goffman (1968)), dont il importe de restituer la part de conviction et d’engagement, les arènes de la bienfaisance s’avèrent de passionnants postes d’observation de dispositifs d’action collectives, d’articulations et circulation entre action publique, malheurs et bonheur privés et finalement de fabriques de responsabilités collectives.

Les débats se sont de fait ensuite dirigés vers « la bienfaisance dans le champ de l’aide sociale et de l’action publique ». Comme nous le soulignions en introduction de ce billet, l’une des contributions importantes de cette rencontre fut de proposer des pistes stimulantes pour penser l’action sociale autrement que dans une alternative entre action publique et bienfaisance privée. Bien au contraire, de contributions en contributions, les frontières du public et du privé sont apparues peu explicatives, sinon à l’aune de leur construction historique et de leur mobilité selon les contextes et les acteurs, dessinant en creux les contours politiques de la définition d’une question sociale. Ces dernières contributions ont suggéré le dépassement d’une seule histoire linéaire de la charité religieuse à l’État-providence pour montrer comment ces registres pouvaient s’amalgamer dans de mêmes institutions. Le champ de la bienfaisance est alors apparu comme un lieu de rencontre particulièrement significatif entre les motivations individuelles – qui ne relèvent pas que de ressorts religieux – et les politiques publiques. Parmi les intérêts heuristiques du croisement des approches relevons enfin que le recours à la notion de clientélisme s’est avéré plus discret qu’on aurait pu le penser au préalable dans les discussions. Signe, sans doute, que durant ces journées, les échelles et les motivations des différents acteurs ont été prises au sérieux.

Ce bref compte-rendu entend rendre compte de la richesse des problématiques ouvertes par ces enquêtes sur la bienfaisance  : gageons que les développements de cette journée d’étude contribueront à renouveler la recherche sur ces sujets longtemps relégués au domaine du résiduel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *