Claude Malon, Occupation, épuration, reconstruction. Le monde de l’entreprise au Havre (1940-1950).

Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2012, 425 pages. Avant-propos de Jérôme Prieur. Préface d’Hervé Joly

C’est un employé de l’usine à gaz de la rue Philippe Lebon qui l’explique : « Les Allemands, ils visaient mieux que les Anglais. » Et il sait de quoi il parle : depuis juin 1940, le Havre a subi de nombreux raids, jusqu’aux plus meurtriers qui coûtèrent la vie à près de 2 000 habitants les 5 et 6 septembre 1944. Lorsque la ville fut enfin libérée, après quelques jours de combat, plus de la moitié du parc de logements avait été détruite ainsi qu’une bonne partie des bâtiments publics ou commerciaux. Si l’attaque alliée de septembre 1944 fut la plus meurtrière, elle n’était pas la seule cause des destructions qui, en un peu plus de quatre ans, depuis mai 1940, modifièrent l’aspect de l’agglomération portuaire de la rive droite de l’embouchure de la Seine. Il y eut d’abord, à partir du 19 mai 1940, des raids allemands de destruction et d’intimidation puis, au moment de l’exode, les sabotages par les soldats français d’un matériel qui ne devait pas tomber dans les mains de l’ennemi, dont un sous-marin encore dans les chantiers navals. Le plus spectaculaire fut l’incendie des dépôts d’essence de la Compagnie industrielle maritime, associant dans la mémoire des Havrais l’exode et la défaite à un énorme panache de fumée noire recouvrant la Basse-Seine. Puis les Alliés ont, à de nombreuses reprises, en 1943 et 1944 surtout, bombardé une agglomération caractérisée par sa proximité avec l’Angleterre, ses activités portuaires et industrielles et une forte présence militaire. La dimension économique d’une décennie marquée par la guerre est étudiée et située dans une perspective plus longue. Après la crise des années 1930, l’activité de « la porte océane », un port ouvert sur le monde colonial et l’Amérique, s’est fortement restreinte. Les échanges se sont réduits du fait de la paralysie du transport et du négoce maritime et les activités industrielles nécessitant des produits coloniaux, l’industrie textile par exemple, se sont réduites (l’économie du Havre et de sa région est restée longtemps sensible aux crises du marché du coton).

Toute recherche s’inscrit dans un travail collectif, y compris pour un spécialiste1. Le rappellent l’avant-propos de Jérôme Prieur, auteur d’un documentaire sur le Mur de l’Atlantique pour lequel il a longuement interviewé Claude Malon, et la préface d’Hervé Joly, qui a dirigé de 2002 à 2009 le groupement de recherche du CNRS « Les entreprises françaises sous l’Occupation »2. La mise en perspective de la vie économique sous l’Occupation et pendant la Reconstruction (d’où une chronologie qui ne correspond pas aux habituelles scansions politiques mais à laquelle les praticiens d’une histoire économique et sociale se sont habitués) permet de mettre en évidence les continuités, dont la permanence des hommes : alors que les sous-préfets se sont succédés (Le Havre, pourtant l’une des villes les plus peuplées du pays, n’est qu’un chef-lieu d’arrondissement), un même homme, négociant de coton, préside la chambre de commerce entre 1939 et 1945.

Il fut une France où l’on ne vit aucun uniforme allemand. Ce ne fut pas le cas du Havre. Pendant la Grande Guerre, la ville de garnison avait vu débarquer des Anglais puis des Américains (sans compter les réfugiés belges dont le gouvernement en exil s’était installé dans la banlieue bourgeoise de Sainte-Adresse). Entre 1940 et 1944, la ville abrita un fort contingent militaire allemand. Sauf pendant les trois derniers mois où ils demeurèrent dans leurs casernes et cantonnements (les Alliés se trouvaient plus à l’ouest, au-delà de la Seine, « de l’autre côté de l’eau »), ils ont fréquenté les magasins, les bistrots, les boulangeries auxquelles ils fournissaient la farine blanche alors que la population souffrait de la pénurie, comme dans les autres villes ouvrières. Nombreux, les Allemands logeaient parfois dans des villas réquisitionnées, y faisaient faire des travaux. Le livre s’intéresse à toutes les entreprises, quelles que soient leur taille et leurs activités, ne laissant de côté ni la prostitution, ni les transports urbains. Mais la grande œuvre de ces années-là fut la construction de centaines de bunkers pour laquelle le secteur du bâtiment a su pratiquer « l’art du béton sous la contrainte ».

Début septembre 1944, alors que le bombardement anglais vise à contraindre la garnison allemande à se rendre et touche surtout les quartiers d’habitation du vieux centre historique du Havre-de-Grâce, les Allemands saccagent méthodiquement le port afin de le rendre inutilisable : destruction des écluses, sabotage des formes de radoub, dévastation des quais, des docks. Il faudra plus d’une décennie pour remettre le port en état, selon un plan très proche des dispositions antérieures. Le centre-ville sera quant à lui l’objet d’un réaménagement où s’illustre Auguste Perret, précurseur en France de l’usage architectural du béton. En ce domaine, le savoir-faire des entreprises de la région, développé pour les bunkers, trouve un nouvel usage. Pourtant, si des immeubles sont construits avec d’autant plus d’ardeur que la question du logement se pose de manière cruciale dans une ville qui abrite des milliers de soldats alliés, la priorité est à l’évidence le port, dont l’activité dès 1947 dépasse en tonnage celle de la dernière année de paix, en dépit de la destruction des hangars. Quand bien même, l’année suivante, près de 4 400 logements provisoires ont été édifiés (dont des baraques préfabriquées qui arrivent d’outre-Atlantique par le port), il y eut deux reconstructions, celle, prioritaire, des équipements portuaires et industriels, et celle de l’espace urbain. Ce temps fut également celui de l’épuration économique et de la recherche des profits illicites, productrices d’archives utiles à l’historien, comme le sont celles des divers comités (d’organisation, de production…) qui ont contribué sous Vichy au pillage du pays par l’occupant, et dont Claude Malon démêle l’écheveau. Très codifiée et de plus en plus clémente, l’épuration touche les grands entrepreneurs (le livre consacre plusieurs pages au cas singulier d’Albert Dubosc, patron de la Compagnie des extraits tinctoriaux et tannants, qui, député, a voté les pleins pouvoirs à Pétain lors de la séance du 10 juillet 1940) mais également des petits commerçants, des artisans, des ouvriers, qui sont traduits en cour de justice, notamment pour avoir favorisé le départ de travailleurs français en Allemagne.

L’histoire économique étaye l’histoire sociale. Ces années de rationnement sont, au-delà des rapports de la vie économique, celles d’une hostilité aux autorités, aux Allemands surtout, comme en témoignent les relations tendues entre les soldats de la Wehrmacht et le personnel des transports urbains dont n’a cessé de se plaindre la Kommandantur. On retrouve cette hostilité dans presque tous les milieux où des travailleurs sont en contact avec les troupes d’occupation. Les années de privations sont aussi celles où la main-d’œuvre est recherchée, moins d’ailleurs par l’occupant que par les entreprises locales, qui travaillent souvent pour lui. L’absence de centaines de milliers d’hommes, captifs outre-Rhin – les prisonniers de guerre, mais aussi ceux qui y ont été envoyés pour travailler à la suite des lois de septembre 1942 et février 1943 –, déstabilise le marché du travail ; quatre pages consacrées aux revenus du travail (« Combien gagne-t-on sous l’Occupation ? ») sont particulièrement intéressantes. Le client et l’employeur allemands sont d’autant plus généreux que ce sont les indemnités de guerre versées par les Français qu’ils dépensent, ce qui leur permet d’augmenter les salaires de 20 % le 6 juin 1944. Claude Malon montre combien Le Havre, port stratégique situé en zone occupée, restait sous l’autorité du gouvernement de Vichy. Plus qu’une autre ville, un port permet de comprendre des phénomènes et des dynamiques à l’œuvre dans un moment de crise. Cet ouvrage est donc bien plus qu’une simple monographie : les traits du monde de l’entreprise qu’il révèle ont une portée générale.

Le temps n’est plus où l’on pouvait se contenter de dresser des réquisitoires. Claude Malon nous donne des éléments pour comprendre une situation, quitte à se demander si la construction par les entreprises françaises, dans le cadre du Mur de l’Atlantique, de 420 bunkers tout autour de la ville n’ont pas, en en faisant une forteresse presque inexpugnable, été le principal facteur des bombardements meurtriers de septembre 1944. L’avance alliée, après la fin de la bataille de Normandie et la libération de Paris, nécessitait un nouveau port en eau profonde, parce que la prise de Cherbourg s’était vite révélée insuffisante. Alors que la guerre pourrait paraître une rupture fondamentale, ses effets sur l’économie de la ville sont à relativiser : c’est bien la continuité qui caractérise cette décennie. Les ruptures viendront plus tard, avec les effets limités de la décolonisation, la désindustrialisation du continent européen et les modifications des modes de transports – la révolution des containers notamment.

Christian Chevandier


  1. Claude Malon a consacré sa thèse au port du Havre (Le Havre colonial de 1880 à 1960, Rouen-Caen, Publications des universités de Rouen et du Havre-Presses universitaires de Caen, 2006). []
  2. Parmi les publications de cette équipe, on peut citer J. Barzman, H. Joly et M.-N. Polino (dir.), Transports dans la France en guerre, Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2007. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search