Mireille Le Van Ho, Des Vietnamiens dans la Grande guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises.

Paris, Vendémiaire, 2014, 315 pages

Couverture de l'ouvrage

Issu d’une thèse soutenue en 1986 à l’École nationale des chartes, cet ouvrage a pour objet un groupe quelque peu oublié de l’histoire, celui des travailleurs vietnamiens qui ont participé entre 1915 et 1920 à l’effort de guerre en France au sein des usines. Il s’inscrit dans l’histoire de la Grande Guerre, dont la célébration du centenaire a donné lieu à de nombreux événements scientifiques qui témoignent de la vitalité des recherches sur le sujet. Si le cas des combattants et des tirailleurs coloniaux est généralement plus connu, pour l’Afrique notamment, celui des travailleurs à l’arrière méritait une étude approfondie. En abordant les premières migrations de travail du XXe siècle, ce livre apporte aussi une contribution importante à l’histoire de l’empire colonial par l’analyse des circulations entre la métropole et l’Indochine.

Organisée en sept chapitres, la démonstration s’effectue chronologiquement, depuis la réflexion développée en métropole sur le recours à la main-d’œuvre indochinoise, jusqu’aux transformations produites par le retour des travailleurs dans la colonie. Après les hésitations métropolitaines sur le bien-fondé de cette entreprise (chapitre 1), la réalité des premiers recrutements en 1915 est étudiée, le Nord indochinois – Annam et Tonkin – fournissant la majorité des contingents de travailleurs, des paysans pauvres et peu préparés (chapitre 2). Les difficultés du déracinement, de l’adaptation et de la vie quotidienne, celle des casernements, de l’encadrement et du contrôle (chapitre 3), ouvrent ensuite sur celles du travail ouvrier lui-même et du taylorisme, avec des liens ambigus entre ouvriers français et vietnamiens – les solidarités étant rapidement mises à mal dans un contexte de crise (chapitre 4). Au-delà du quotidien et du monde ouvrier, la vie des travailleurs vietnamiens en métropole apparaît neuve et porteuse d’émancipation : les relations avec les femmes européennes comme contournement de la censure postale exercée par les autorités portent en germe des transformations profondes (chapitre 5). Ces dernières se manifestent dans le champ politique : les revendications ouvrières témoignent des changements irrémédiables produits par ce passage par la métropole (chapitre 6). Parce que ces aspirations ne sont pas prises en compte par les autorités coloniales, malgré quelques voix isolées, ni par les autorités indochinoises locales, les travailleurs de retour dans la colonie ne peuvent que radicaliser leurs positions face à des hiérarchies incapables d’évoluer (chapitre 7).

L’importance et la diversité des archives convoquées participe grandement de l’intérêt de cette étude. Le fonds du Service de liaison avec les originaires des territoires français d’outre-mer, ainsi que les papiers du Contrôle général des travailleurs et des tirailleurs indochinois, en constituent la source principale et fournissent une mine de renseignements sur les normes, la surveillance et ses limites. D’autres fonds les complètent, notamment ceux du Gouvernement général de l’Indochine et de la Résidence supérieure du Tonkin conservés aux Archives nationales d’outre-mer, les fonds militaires conservés au Service historique de la Défense, les archives départementales des territoires où se concentraient les baraquements et les usines – Aude, Bouches-du-Rhône, Hérault – des papiers personnels enfin comme ceux de travailleurs vietnamiens ou encore d’Albert Sarraut, gouverneur général de l’Indochine avant de devenir ministre des Colonies en 1920. L’étude se fonde aussi sur l’analyse de publications officielles et de périodiques comme Le Paria ou La Tribune indigène. Les reproductions de photographies, qui ne se contentent pas d’illustrer la démonstration mais l’appuient, témoignent de la diversité des archives consultées. Si, à travers ces témoignages et ces correspondances, la parole est laissée aux colonisés, le recours à des sources en vietnamien aurait sans doute pu compléter l’analyse.

La bibliographie en fin d’ouvrage, également très riche et actualisée, n’inclut pas l’historiographie vietnamienne sur le sujet. Elle aurait pu être davantage mobilisée dans le corps de la démonstration afin de mettre le cas français en perspective avec d’autres empires. Car l’expérience ouvrière et les migrations de travail ont donné lieu à une littérature abondante, sur l’engagisme et le coolie trade, mais également sur le rôle des intermédiaires coloniaux, de la langue et de l’éducation, que l’ouvrage aborde.

La question des liens entre mouvement ouvrier et colonialisme est au cœur de l’ouvrage. L’auteure montre bien comment la solidarité de classe s’efface devant la peur de la concurrence et la menace que représentent les travailleurs vietnamiens pour les ouvriers français – phénomène que l’on retrouve, sous des formes différentes, entre ouvriers britanniques et indiens. Alors que les syndicats luttent pour devenir des acteurs écoutés, la remise du taylorisme à l’ordre du jour et le peu de réaction collective des travailleurs vietnamiens apparaissent comme une régression. Au-delà de ce rejet, les Vietnamiens découvrent toutefois les revendications des ouvriers en métropole, leur liberté de ton et leurs moyens d’action, autant de pratiques qu’ils rapportent par la suite en Indochine.

L’opposition de la CGT et le rejet de cette main-d’œuvre coloniale par les syndicats et plus généralement par la population française expliquent en partie la radicalisation des résistants à l’ordre colonial, qui se tournent alors vers le communisme et le nationalisme. Pourtant, le réformiste Phan Châu Trinh s’était montré favorable à ces migrations de travail, dans la mesure où elles donnaient l’occasion du voyage vers l’ouest (Tây Du), pendant du voyage vers l’est (đông Du), au Japon principalement. Cette évolution témoigne donc d’une occasion ratée de réformer l’Indochine. Les trajectoires croisées de ces intellectuels, intermédiaires à l’identité ambiguë, montrent leur frustration et leurs espoirs déçus face à l’incapacité à faire bouger les lignes hiérarchiques figées et à donner plus de représentation aux indigènes dans la colonie.

L’auteure dépasse une opposition binaire, colonisateur contre colonisé, pour montrer que les critiques s’exercent aussi à l’endroit des mandarins et notables locaux qui ont joué un rôle actif dans le recrutement initial de la main-d’œuvre et dont l’autorité est mal acceptée au retour, ce qui bouleverse les hiérarchies sociales traditionnelles des villages vietnamiens. Les questions de genre et de race, étudiées notamment par Ann Stoler1, émergent avec la multiplication des contacts entre ouvriers vietnamiens et femmes européennes. Ces couples mixtes inversent les rapports sociaux fondés sur une hiérarchie entre colonisateur et colonisé et sur le monopole sexuel des Blancs, à tel point que la censure ne peut faire face et que l’on trouve là une cause importante de l’ébranlement de l’ordre colonial.

Les thèmes abordés, très novateurs quand cette recherche a vu le jour dans les années 1980, s’inscrivent pleinement dans les études actuelles auxquelles cet ouvrage apporte une contribution fouillée.

Marie de Rugy


  1. A. Stoler, La Chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013 [2002] []

Vous aimerez aussi...