James Oakes, The Scorpion’s Sting. Antislavery and the coming of the civil war.

New York, W. W. Norton & Company, 2014, 207 pages.

La Guerre civile américaine visait-elle, prioritairement, à abolir l’esclavage ou à sauver l’Union ? Était-elle la résultante de la défense du droit à la liberté ou bien du droit à la propriété ? Les historiens américains continuent de travailler au dévoilement des leviers premiers de la guerre et de s’opposer sur ces deux lignes de force d’interprétation. James Oakes, historien de l’émancipation, récemment célébré par le Lincoln Prize pour son précédent ouvrage Freedom National((J. Oakes, Freedom National : The Destruction of Slavery in the United States, 1861-1865, New York, W.W. Norton, 2012.)), fournit une nouvelle lecture de la grande rupture qui a marqué durablement le pays. Selon lui, Lincoln et le Parti républicain ont mené, bien avant la sécession des États du Sud et avant la guerre, une politique volontariste visant à détruire l’esclavage, et suivaient une stratégie contenue dans une métaphore populaire et usitée avant la guerre : celle d’un scorpion entouré d’un cercle de feu contraint de s’imposer sa dernière piqûre létale. En entourant les États esclavagistes d’un cordon de liberté, les Républicains comptaient, graduellement et pacifiquement, contraindre les États esclavagistes à abolir eux-mêmes l’esclavage. La guerre serait le fruit de cette politique d’encerclement, et l’émancipation militaire des esclaves et la Proclamation d’émancipation sa radicalisation.

Ainsi James Oakes replace la focale sur l’amont de la guerre et fait de cette politique stratégique du scorpion le cœur de la lutte républicaine contre l’esclavage, dont toutes les autres grandes actions deviennent conséquences : la sécession des États esclavagistes, la guerre, l’émancipation militaire, la Proclamation d’émancipation et le 13e amendement à la Constitution. Toutes ces étapes seraient, selon Oakes, des développements de cette politique première des abolitionnistes et des Républicains. Ce faisant, l’historien remet à la place qui lui convient, selon lui, la Proclamation d’émancipation, déclarée le 1er janvier 1863, dont il regrette qu’elle occupe la place centrale dans la plupart des études. « Comme une supernova qui a explosé, écrit Oakes, la Proclamation d’émancipation est devenue une force gravitationnelle si forte que d’autres politiques antiesclavagistes importantes disparaissent trop souvent dans le trou noir de l’émancipation militaire » (p. 15). Quels que soient les regards portés sur la Guerre civile et l’esclavage, Oakes regrette que le débat s’articule invariablement autour de ce point nodal, les idolâtres de Lincoln le dépeignant comme un génie politique ayant attendu le bon moment pour que les Américains soient prêts à accepter une politique d’émancipation militaire et les sceptiques arguant, eux, que Lincoln aurait pu, ou aurait dû, signer la déclaration dès le début de la guerre et non vingt mois plus tard. Or ce qui prime, et qui est antérieur à toutes choses, selon James Oakes, est la stratégie progressive, et dans un premier temps pacifique, qui visait à encercler le Sud esclavagiste d’un cordon de liberté et le contraindre à s’autodétruire comme un scorpion encerclé de feu.

Dans ce court ouvrage de quatre chapitres, l’auteur revoit les différents conflits et les lignes de division entre les antiesclavagistes et les pro-esclavagistes, les Républicains et les Démocrates : la prééminence du droit à la liberté sur celui du droit à la propriété, l’articulation des concepts de race et de citoyenneté, la présomption de liberté contenue dans la Constitution, et le droit à l’émancipation militaire en temps de guerre. En retraçant l’histoire de tous ces points de conflits, Oakes cherche à faire la démonstration que l’esclavage était bien au cœur de la guerre et que Lincoln et les Républicains étaient habités par la volonté réelle de détruire l’esclavage. En témoigne leur politique du scorpion, mise en place avant même la guerre ; même dans sa version pacifique initiale, il était prévu qu’elle prenne entre vingt-cinq et cinquante ans.

En soutien à cette lecture du conflit, qui vient contredire d’autres lectures, James Oakes rappelle, à juste titre, les limites du pouvoir fédéral à la fin du XIXe siècle. Quand la guerre civile débute, la Fédération comptait quinze États esclavagistes et dix-huit États libres. La ratification d’un amendement à la Constitution nécessitant le vote des trois quarts des États, l’amendement à la Constitution qui mettrait un terme à l’esclavage était inenvisageable. Et un renversement naturel de l’équilibre des pouvoirs, rendant possible sa ratification, ne semblait guère possible : entre 1804 et 1860 pas un seul État n’avait de lui-même aboli l’esclavage. La politique d’encerclement du scorpion visait à initier un processus de renversement des rapports de force et la guerre est venue, dans l’argumentation de James Oakes, comme la radicalisation de cette politique. Au milieu de l’année 1862, Lincoln et les Républicains avaient réussi à mettre en place le cordon de liberté : l’esclavage avait été aboli dans le district de Columbia, la clause contre les fugitifs n’était plus appliquée dans la plupart des États, aucun État esclavagiste n’était accepté dans l’Union, et les États sécessionnistes devaient abolir l’esclavage pour y être réintégrés. En 1865, il y avait vingt-six États libres et dix États esclavagistes. L’abolition dans un État de plus rendait possible la ratification : « Au moment où la Chambre des Représentants envoyait le 13e amendement aux États pour qu’ils le ratifient en janvier 1865, le scorpion était contraint d’administrer sa dernière piqûre mortelle », conclut James Oakes (p. 176). Ainsi, avance-t-il, non seulement la politique du cordon de liberté n’a pas échoué, mais elle a avancé avant et pendant la guerre, et elle a trouvé son aboutissement à l’issue du conflit.

En soutien à cette nouvelle proposition, James Oakes convoque dans l’épilogue la figure inspiratrice, et aujourd’hui célébrée à sa juste dimension, de Harriet Beecher Stowe qui, en novembre 1862, dans une lettre adressée aux antiesclavagistes britanniques, un mois avant la Proclamation d’émancipation, combattait la « mauvaise interprétation » qui prévalait alors en Grande-Bretagne selon laquelle la guerre n’était pas menée contre l’esclavage. Beecher Stowe soutenait elle aussi que les Républicains promouvaient la destruction de l’esclavage dans les limites constitutionnelles.

La principale qualité de cet ouvrage qui repose sur une argumentation claire et structurée est de donner à voir l’histoire de la lutte contre l’esclavage en partant de l’adoption des premières mesures, et non à rebours des faits, en partant de la Proclamation d’émancipation. Par ailleurs, la métaphore de la stratégie du scorpion autour de laquelle Oakes retisse le déroulement du conflit, et qui replace l’esclavage en son centre, est une image susceptible d’être reprise par les différentes écoles d’interprétation ; peut-être était-ce même l’intention de l’auteur de fournir un point d’entente dans la controverse historiographique. Cette proposition est intéressante et peut, comme une nouvelle image inspirante, modifier la façon de voir et concevoir la Guerre civile américaine et la lutte contre l’esclavage. L’avenir dira si elle s’impose. La critique d’Ira Berlin, autre auteur phare de l’histoire de l’esclavage, parue dans le Washington Post, laisse cependant augurer d’une résistance à son acceptation1.

Quelques regrets viennent à la lecture de l’ouvrage. On déplorera ainsi, dans le chapitre dédié à la dimension raciale du conflit, l’incapacité ou le refus de l’auteur de quitter l’analyse politique pour aborder le noyau dur qui fait tension à l’époque : la conviction que l’espèce humaine se diviserait en plusieurs races distinctes et que capacités et qualités seraient des attributs fixes et héritables. Le polygénisme, construction scientifique initiée sur les rives européennes, est alors développé aux États-Unis, notamment par les travaux de Samuel George Morton publiés dans son ouvrage Crania Americana ((S. G. Morton, Crania Americana or A Comparative View of the Skulls of Various Aboriginal Nations of North and South America : To which is Prefixed An Essay on the Varieties of the Human Species, Philadelphie, J. Dobson, 1839.)), qui marqueront durablement la société américaine jusque dans les années 1940. Cette dimension, absente de l’ouvrage, aurait éclairé les arguments avancés sur la question de la citoyenneté des Noirs libres et des Noirs émancipés. On regrettera également la circularité de l’écriture de l’auteur qui, comme dans la figure du cordon de liberté qui encercle le Sud, encercle sans cesse les lecteurs vers sa proposition scientifique – l’existence de la stratégie du scorpion – pour nous contraindre à nous rendre à sa validité.

Christine LARRAZET




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2015, 18 juillet). James Oakes, The Scorpion’s Sting. Antislavery and the coming of the civil war. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r01r

  1. I. Berlin, « Book review : ‘The Scorpion’s Sting’, antislavery before Civil War, by James Oakes », Washington Post, 30 mai 2014. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search