Christophe Lucand, Le pinard des Poilus. Une histoire du vin en France durant la Grande Guerre (1914-1918)

Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, 170 pages. « Histoires ». Préface de Jean Vigreux

Couverture de l'ouvrage

Au croisement de l’histoire culturelle, de l’histoire sociale et de l’histoire économique de la Première Guerre mondiale, le thème du « pinard des Poilus » méritait qu’une étude approfondie décortique les mécanismes ayant concouru à enraciner dans la mémoire collective nationale un lien intime et impérissable entre un conflit et ce qui en devint la boisson de référence. C’est avec cet objectif, et en s’appuyant sur des sources diverses, que Christophe Lucand entreprend une analyse critique du poids de la boisson dans le quotidien des soldats pendant la Grande Guerre et dans les représentations qui les accompagnent. Cette ambition est exprimée dès l’introduction, inscrivant l’ouvrage au sein de plusieurs courants historiographiques (histoire du sensible, de la production, de la logistique, des pratiques, des mentalités, etc.) qui se sont finalement peu intéressés au sujet. L’auteur propose d’embrasser l’ensemble des ressorts qui participent à la mythification du « précieux liquide » (p. 14), dans le cadre d’un conflit armé qui confère « au vin une signification matérielle et symbolique incomparable » (p. 16), avec le souci constant de dépasser la dimension réductrice des poncifs qui y sont associés.

En cinq chapitres, l’ouvrage inscrit le sujet dans une perspective temporelle et culturelle large. Il ne se limite pas à décrire et détailler des pratiques connues par ailleurs grâce aux travaux de Thierry Fillaut ou François Cochet, à des études connexes (Alexandre Lafond sur la camaraderie ou Emmanuelle Cronier sur les permissionnaires) ou à des témoignages de poilus déjà bien diffusés auprès du grand public (comme celui de Louis Barthas par exemple). Il cherche à mettre en relief la place du pinard des poilus dans une riche histoire viti-vinicole française qui se serait transformée au sortir du conflit sous les effets de l’approvisionnement massif des soldats. L’ouvrage permet ainsi de mettre en évidence la continuité dans laquelle s’inscrivent ces pratiques.

En effet, l’une des premières qualités du livre est de démontrer que la Première Guerre n’est en rien une parenthèse ou une rupture fondamentale dans l’histoire viti-vinicole nationale. En présentant, en amont, les spécificités d’un pays « de buveurs de vin » (p. 19), il révèle que, contrairement à un cliché tenace, l’écrasante majorité des soldats avaient déjà un rapport continu, voire soutenu, à la consommation de vin, considéré dans la société civile – et par extension par les experts militaires – comme une boisson hygiénique et requinquante. Le vin est devenu dans les armées une boisson de masse, distribuée très rapidement à l’ensemble des combattants mobilisés au front, dès les premières semaines désastreuses du conflit. En conséquence, une armature logistique s’est mise en place qui a permis de soutenir un effort de guerre nouveau, celui de l’approvisionnement de près de 3 millions de soldats en vin, dans des quantités sans cesse plus importantes (la ration journalière réglementaire passant de 0,25 à 0,75 cl entre 1914 et 1918, sans compter les rations « fortes », « supplémentaires », « extraordinaires », « exceptionnelles », etc.). L’auteur présente ainsi les circuits d’approvisionnement (depuis le Midi, l’Algérie ou l’étranger), les variations de la qualité des vins, ainsi que de leurs prix, dans un contexte délicat, s’apparentant à ce que l’on nomme à partir de 1915 « la crise du pinard », synonyme de pénurie et de réquisitions (qui débutent en réalité plus tôt que ne le dit C. Lucand).

L’ouvrage met aussi en lumière des pratiques qui se sont révélées être identitaires du fait de leur diffusion et de leur généralisation au front. S’il est difficile de connaître et saisir avec certitudes les raisons qui poussent les hommes à boire – et surtout à beaucoup boire –, il n’en demeure pas moins que les témoignages directs ou indirects, factuels ou romancés, permettent d’appréhender une facette de la réalité du quotidien des poilus, dans lequel le pinard joua un rôle manifeste. Ainsi, au-delà de l’aspect simplement cathartique de l’alcoolisation que l’auteur aborde pour en déceler les vertus réconfortantes face aux contraintes et aux souffrances (froid, perte d’un camarade, éloignement des proches, etc.), boire un coup participe d’un réel élan de solidarité, de fraternité et de partage qui se concrétise lors de beuveries collectives massivement documentées. Ces consommations excessives, attestées sur l’ensemble du front, sont dès lors un facteur identitaire négatif, mettant en péril l’ordre militaire et ayant comme conséquence la fragilisation de l’unité et de l’ordonnancement de l’armée française. Source de tensions, de dérives, de désordres, voire de révoltes, l’ivresse se révèle un danger pour la collectivité. Face à cette situation, les autorités cherchent à limiter la consommation de vin ou tout au moins à l’encadrer, dans une démarche qui n’est pas sans ambiguïté.

Le vin participe en effet d’une opération plus large d’instrumentalisation des troupes et de l’opinion publique française, façonnant dans l’idéal national l’image caricaturale et folklorique du « Vin de la victoire ». Dès le début de la guerre, les autorités ont perçu la nature sensible de la question de l’approvisionnement en vin et l’exploitation qu’ils pourraient en faire. Les soldats eux-mêmes, par le biais de chansons, de dessins ou d’écrits, contribuent à la diffusion de cette symbolique, qui est en réalité un outil de contrôle de la troupe, par le biais de récompenses ou de « coups de l’étrier », rations destinées à stimuler et à désinhiber le soldat avant le combat. Se développe dès lors une propagande active, sur plusieurs fronts et sous plusieurs formes, faisant du pinard l’un des éléments clés de la victoire, comme en témoignent les récits immédiats et postérieurs ou les recommandations officielles, appelant les civils à préserver le pinard pour les poilus. Le vin prend alors une dimension allégorique, depuis le « Père pinard », protecteur, jusqu’aux analogies mystiques apparentant le vin au sang de la France ou des soldats, en passant par les références patriotiques qui distinguent les Français buveurs de vin des barbares allemands.

Le livre se conclut sur une interprétation originale en proposant de voir une continuité entre la guerre, les lois de 1919 qui engagent la filière sur la voie des appellations d’origine et la situation de la France sur les marchés viticoles internationaux. Les évolutions de l’immédiat après-guerre seraient à mettre en rapport avec la distribution massive du vin pendant le conflit, sa glorification, et l’effort national qui lui est associé. Si séduisante que cette idée puisse paraître, elle ne semble s’appuyer sur aucune source concrète. Peut-on affirmer que « le pinard des poilus […] qui a fait la gloire de la France et de ses dizaines de milliers de vignerons revenus du front, renforce à ce titre la nécessité de poser les bases d’un nouvel ordre mondial du vin » (p. 123) ? Les vignerons du Midi – présentés à tort comme obéissant à des motivations « anarchistes et révolutionnaires » en 1907 (p. 27) – n’ont pas eu une « idée de génie » en offrant du vin aux soldats en 1914 (ils ne faisaient que répondre à l’injonction préfectorale) et rien ne permet d’affirmer qu’ils ont été favorables aux lois de 1919. Les pages consacrées à la fondation en 1924 de l’Office international du vin n’apportent aucun élément dans ce sens. Se pose aussi la question de l’ivresse et de la nature de l’alcoolisation des poilus. Dans les parties que l’auteur a raison de consacrer aux désordres et à leur répression, il est difficile de saisir si ceux-ci sont dus au vin ou aux alcools forts. On aurait aimé que la question de leur distinction, malgré sa complexité, soit évoquée, sinon étudiée. Elle renvoie à la dégradation de l’image du vin dans les sphères antialcooliques, dont témoignent les caricatures publiées dans le Bulletin de l’Alarme, « société française d’action contre l’alcoolisme », qui attaquent ouvertement les alcools à partir de 1916 et visent subtilement le vin à partir de 1917 – il faut donc corriger ce qu’écrit Christophe Lucand (p. 16). De manière générale, on aurait apprécié une critique plus poussée des témoignages et de certains concepts (tels que l’« Union sacrée ») et approches (notamment celles développées par l’historien états-unien Adam Zientek, fort contestables). La question du contrôle de la consommation à l’arrière1 et certaines sources importantes ((On pense par exemple à P. Viala, L’avenir viticole de la France après la guerre – le vin et l’hygiène – le vin au front, Paris, Bureaux de la Revue de viticulture, 1916 ; J. Laurent (dir.), Le Maréchal Pinard : Contes de guerre des écrivains combattants, Annecy, Hérisson, 1938.)) sont passées sous silence. Ce livre n’en reste pas moins un travail neuf et stimulant.

Stéphane Le Bras


  1. P. Barral, « L’intendance », in G. Canini (dir.), Les Fronts invisibles. Nourrir, fournir, soigner, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, p. 69-78. []

Vous aimerez aussi...