Isabelle von Bueltzingsloewen, Laurent Douzou, Jean-Dominique Durand, Hervé Joly et Jean Solchany, dir., Lyon dans la Seconde Guerre mondiale. Villes et métropoles à l’épreuve des conflits.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2015, 361 pages.

Couverture de l'ouvrage

Issu d’un colloque tenu en novembre 2012 à Lyon au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation, vingt ans après son inauguration, ce livre apporte une contribution importante à une histoire des villes en guerre, à une histoire urbaine en temps de guerre et à une histoire des conflits en milieu urbain, en renouvellement depuis deux décennies. Les vingt-deux auteurs y abordent divers aspects d’une ville dont ils dégagent les particularités par l’usage de la comparaison. Les titres des quatre parties disent l’ampleur des thèmes abordés : « Administrer, réprimer, éliminer », « Économie, travail, formation », « Religion, savoir, culture », « Résister, survivre, souffrir ».

Lyon, troisième ville de France par sa population (en dépit des manipulations de la municipalité qui aurait voulu lors des recensements des années 1930 affirmer sa primauté sur Marseille), a subi deux occupations. La première, brève, fut consécutive à la défaite, événement dont on sait à quel point il constitua un traumatisme majeur. La seconde a duré près de deux ans, de l’occupation de la zone Sud en novembre 1942 à la Libération début septembre 1944. La rupture ne fut toutefois jamais totale, la police et la sûreté allemandes (Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst ou Sipo-SD) étant présentes à Lyon dès l’été 1942. Les contributions consacrées à Lille – qui relève de l’administration militaire allemande de Bruxelles –, à Marseille, l’éternelle concurrente, et au Havre, permettent une mise en perspective à partir d’objets susceptibles de comparaison : l’importance du port (à Lyon, ses installations furent incendiées avant l’arrivée des Allemands en 1940), la violence des bombardements (la mémoire de celui du 26 mai 1944, dû aux libérateurs, reste ambivalente à Lyon)1 ou les modalités de la libération. Alors que c’est dans une ville en ruine que les Havrais furent libérés, Paris et Marseille se sont insurgées contre l’occupant avant que les Alliés ne soient à leurs portes. Lyon, en dépit des batailles de Villeurbanne et d’Oullins, fut évacuée plutôt que libérée. Seuls quelques tirs résiduels et l’incendie du dôme de l’Hôtel-Dieu donnèrent l’impression d’une bataille. Comme dans d’autres régions, à l’approche de la libération, les crimes de guerre s’accélérèrent avec des fusillades de prisonniers entre le 17 et le 21 août à Saint-Genis-Laval et à Bron. La guerre fut vécue de manière bien différente à Francfort ou Leipzig, également étudiées, qui ont connu d’autres rythmes, d’autres logiques, un autre destin.

Au plus près du terrain, les auteurs étudient les groupes sociaux, « élites » (comme les « khâgneux »), mais aussi ouvriers de différents secteurs. Dans la métropole lyonnaise comme dans le reste du pays, les milieux populaires urbains ont été le plus durement touchés par la guerre. Faute de pouvoir bénéficier du marché noir, loin des ressources des campagnes, ils subirent frontalement les restrictions. Ils furent les premières victimes des bombardements qui visaient les quartiers industriels et les gares de triage. Les services allemands, acteur essentiel dans les grandes villes occupées, ont très vite été actifs, notamment dans la mise en œuvre des persécutions raciales. Différents aspects de la vie urbaine, dont les modalités ont toutes été bouleversées, sont pris en compte, du traitement des déchets à la formation professionnelle, sans oublier les questions religieuses (avec une contribution sur Témoignage chrétien et une place faite au cardinal Pierre-Marie Gerlier, primat des Gaules hostile au nazisme néopaganiste et raciste mais aussi à la Troisième République anticléricale, indéniablement maréchaliste sans qu’on puisse le qualifier d’opportuniste).

L’échelle urbaine permet de mettre en valeur des faits remarquables dans le domaine économique (bien qu’éloigné du Mur de l’Atlantique et des fortifications édifiées dans l’urgence, le secteur du bâtiment a été fortement marqué par la guerre) aussi bien que culturel (le cinéma, à l’écart de Paris, connut à Lyon un sort particulier). Elle permet de rompre avec certains lieux communs  »À ce propos, voir P. Laborie, Le chagrin et le venin, Paris, Gallimard, 2014 [2011].)). Les miliciens étaient loin d’être tous des Lacombe Lucien sans motivations politiques. Militant communiste avant de se rallier au Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot en 1937, engagé en 1941 dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF) et revenu du front de l’Est en 1942, c’est sur les instances du PPF que Francis André dit « Gueule tordue » se mit au service du Kommando der Sipo. L’antisémitisme du milicien Paul Touvier, à la tête lui aussi d’une bande de pilleurs, a motivé l’un des crimes pour lesquels il fut condamné en 1992, l’assassinat le 29 juin 1944 de sept otages qui avaient été choisis parce que juifs. Militants, ces auxiliaires de l’occupant avaient souvent un passé de délinquants. Avant de devenir catholique intégriste, Touvier avait été proxénète.

Si Lyon fut « capitale de la Résistance » – selon l’expression formulée par De Gaulle, lors de son passage à Lyon le 14 septembre 1944 –, cela tient en partie à l’importance de ses réseaux de communication. Le transport urbain permettait de se déplacer relativement aisément : un tramway reliait la ville à Caluire, où s’est tenue la réunion au cours de laquelle fut arrêté Jean Moulin. Lyon avait été très précocement un nœud ferroviaire. La proximité de la Suisse et, surtout, de la ligne de démarcation, jouèrent un rôle décisif jusqu’à ce que Paris, appelée à redevenir capitale dès la chute du régime de Vichy, ait supplanté Lyon dans la perspective de la Libération. On peut regretter l’absence d’un index des noms de personnes qui aurait permis de mettre en évidence l’importance de certaines figures politiques locales, Édouard Herriot, bien sûr, mais aussi Laurent Bonnevay, président du conseil général du Rhône et l’un des quatre-vingt parlementaires qui refusèrent de voter les pleins pouvoirs à Pétain ((B. Benoit et G. Vergnon (dir.), Laurent Bonnevay, le centrisme, les départements et la politique, Lyon, Éditions Stéphane Bachès, 2009.)) Un index des noms de lieux aurait été aussi utile, notamment des communes limitrophes et des quartiers de la ville, voire des arrondissements qui, à Lyon comme à Paris et à Marseille, ne sont pas uniquement des entités administratives.

Professeur à l’université Lyon II, auteur d’une thèse sur Lyon au XVIe siècle, Richard Gascon se plaisait à dire que les guerres de religion sur lesquelles il avait tant travaillé n’étaient pas en soi intéressantes mais, comme tout moment critique, permettaient d’appréhender une société en révélant des phénomènes souvent peu perceptibles. L’étude prosopographique des quarante-huit salariés de l’usine de salaison Olida (dont une majorité de femmes), tués dans le bombardement de mai 1944, et l’analyse de leur destin par-delà la mort, le rappellent. Cet ouvrage, qui est bien plus qu’une monographie collective, nous livre des clés pour appréhender la société française du milieu du XXe siècle.

Christian Chevandier


  1. À ce sujet, on peut citer la publication récente de J. Barzman, C. Bouillot et A. Knapp (dir.), Bombardements 1944. Le Havre, Normandie, France, Europe, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016. []

Vous aimerez aussi...